Au détour des rues parisiennes : Avril 2021

Se balader, flâner, découvrir…. Bref la vie parisienne et c’est ce que l’on aime, notamment quand nous tombons nez à nez avec une charmante voiture aussi rare que belle. A chaque coin de rue, se trouve peut-être cette perle rare. Ainsi avec cette rubrique « Au détour des rues parisiennes », ABSOLUTELY CARS déniche pour vous ces véhicules qui font mine de passer inaperçus, hélas sans succès… Que l’on aime les pots de yaourts, les berlines ou les limousines, c’est un choix. Mais rester indifférent face aux véhicules de transport grand public ou militaires est plutôt spécial. Allez, hop ! ABSOLUTELY CARS vous fait découvrir les voitures photographiées par notre équipe dans les rues de Paris !

Le modèle automobile du mois : La Ford Fiesta 4 MKV S Zetec

La Ford Fiesta 4 MKV S Zetec… voici un modèle très rare dans nos rues ! Cette citadine sur-vitaminée possède une finition spéciale dites « Zetec », qui fait d’elle la plus radicale des Ford Fiesta IV S ! Et la Ford Fiesta IV Sport le prouve !

La Ford Fiesta Zetec S 1,6I sort en 1999, première de la lignée des Ford Fiesta S sur base de moteur Zetec et héritière des Fiesta Turbo et XR2. Elle possède un design simple et efficace, facilement reconnaissable. Pourtant du modèle initial signé par Ghia, elle n’en garde que le corps, le coffre et les optiques arrières. En effet, la Ford Fiesta 4 MKV S Zetec se caractérise par sa ligne acérée, une carrosserie 3 portes, une face avant type « Ford Puma », une calandre « grillage », des boucliers avants et arrières avec spoilers, des optiques antibrouillards, des rétroviseurs ajustables manuellement, des prises d’air, un échappement chromé et des jantes alliage 15 pouces.

Côté intérieur, la petite sportive opte pour un confort très « satisfaisant », des vitres électriques, un volant en cuir bi-ton, une sellerie baquet cuir spécifique réglable, une banquette arrière rabattable, un pommeau de vitesse en cuir, des ceintures réglables en hauteur… Derrière le tableau de bord « métal » avec boite à gants, nous retrouvons une instrumentation à fond blanc, accompagnée par la climatisation, une radio-CD, le verrouillage centralisé. Elle est équipée également d’airbags frontaux/latéraux de série, ce qui était assez rare dans les citadines de l’époque pour avoir le mérite d’être précisé !

Mais ce qui est le plus intéressant chez la Ford Fiesta 4 MKV S Zetec, c’est ce qu’elle cache précieusement ! Il faut savoir que son châssis sport a été sur-mesure par Ford… tandis que la motorisation a été imaginée en association avec le constructeur Yamaha. Cette dernière a été déclinée en trois nouveaux 4 cylindres en ligne : un 1242 cm3 de 75 ch, un 1 388 cm3 de 90 ch et le fameux 1 596 cm3 de 103 ch. Tous les trois sont à 16 soupapes et sont accouplés à une boîte manuelle 5 rapports ! Le système de freinage est assuré par des disques ventilés à l’avant et des tambours à l’arrière. La tenue de route est nettement optimisée via une direction à crémaillère assistée, l’ABS, des suspensions sport assez raides et des pneumatiques larges 15 pouces. A noter que les trains roulants de la Ford Fiesta 4 MKV S Zetec ont été entièrement revus afin d’en accentuer le comportement sportif… Avec un poids de 968kg sur la balance, les performances de cette citadine sportive restent correctes : 0-100 en 10.6 secondes et une vitesse de pointe de 194km/h ! Mais suffisantes pour tenir tête à ses concurrentes, à savoir la Fiat Punto GT, la Peugeot 206S16, la Citroën Saxo VTS 8 soupapes et la Renault Clio RS. Et ce dans un rugissement irrésistible malgré l’insonorisation de l’habitacle.

Aujourd’hui, la Ford Fiesta 4 MKV S Zetec est l’une de ses youngtimers oubliées qui, malgré sa rareté, reste très abordable sur le marché de l’occasion, aux alentours des 4000€. Un prix vraiment attractif pour s’offrir l’une des rares GTI de la grande époque !

Le coup de cœur du mois : La Caterham CSR 175

Chez Caterham, le millésime 2010 est marqué par l’arrivée d’une « Super Seven » encore plus sportive que les séries classiques précédentes. Après les Caterham CSR 200 et Caterham CSR0 260, la Caterham CSR175 vient renforcer la gamme Caterham. La notion de sportivité s’exprime au travers d’une plateforme retravaillée et d’une tenue de route nettement optimisée. Que ce soit sur la route ou sur piste, cette bombe perpétue l’histoire et l’héritage de Graham Nearn, fondateur de la marque en 1959. A noter que rencontrer une Caterham en France n’est point surprenant puisque notre territoire est le premier pays d’exportation de Caterham.

La Caterham CSR 175 fut dévoilée lors du Salon de l’automobile de Tokyo 2009. Cette édition très spéciale est composée du châssis tubulaire acier de la série Caterham Seven « SV », d’une carrosserie en aluminium, d’un avant revu aérodynamiquement… La dernière évolution née de la conception de Seven opte pour une motorisation légèrement moins puissante que les autres versions CSR. Mais peu importe ! Le résultat final est bluffant : +25% de rigidité et -50% de portance. Son gabarit n’évolue qu’en largeur : 3.30m de long, 1.69m de large et 1.14m de haut. La structure soudée se rigidifie via une plateforme multitubulaire et une double arche. De sa version initiale sortie en 2005, elle ne garde que les optiques « grenouilles » et les ailes arrières. Il faut savoir que le client peut choisir la finition « Black Pack » composée d’éléments en carbone (optiques, contour de parebrise, ailes, bas de caisse…).

Notre modèle du jour ne possède que le tableau de bord en carbone, mais nous ne pouvons que nous émerveiller face à un tel habitacle ! Il est vrai que l’intérieur minimaliste de la Caterham CSR 175 est à l’image de la voiture : sportif. Se glisser à l’intérieur requiert une certaine souplesse. Une fois dans les sièges baquets, nous retrouvons devant une présentation inédite avec des portières amovibles, un pare-brise chauffant, un tableau de bord traditionnel (carbone en option), une instrumentation composé de 5 cadrans (vitesse/compte-tour et manomètre), sept interrupteurs et le chauffage. Cependant, oubliez les espaces de rangements : il n’y en a aucun. Après tout, la Caterham CSR 175, n’est-elle pas la symbole même de la voiture sportive ?

Côté mécanique, nous retrouvons à l’avant le bloc moteur de la Ford Fiesta ST : un 4 cylindres en ligne Duratec 16 soupapes 2.0L (1998cm3) en position longitudinale avant, développant 175ch et accouplé à une boite mécanique double embrayage 5 rapports (6 en option). Son entretien est simple et sa fiabilité est reconnue. La sonorité a été retravaillée avec des sorties d’échappement latérales et arrières optimisés. Le comportement routier agile passe par une direction non assistée, un pont autobloquant (option), une suspension avant type F1 dites « inboard », une suspension arrière totalement indépendante, des bras superposés, des amortisseurs raffermis et des pneumatiques 15 pouces (195/45 à l’avant et 245/40 à l’arrière). Le freinage passe par des disques ventilés à l’avant et des disques pleins à l’arrière. Avec seulement 545kg sur la balance, les performances de cette propulsion sont au rendez-vous et offrent des sensations de pilotage exceptionnelles sans assistance : le 0-100 en 4.9 secondes et une vitesse de pointe de 225km/h ! L’ensemble pèse 575kg sur la balance et se négocie à un tarif de 46 000€. Elle se veut plus abordable par rapport à ses concurrentes (Lotus avec ses Lotus 1.6, Lotus Exige S, Lotus Cup/Europa S/Westfiel FW300 et sport ; KTM avec sa KTM X-bow et sa version R ; Alpine et son Alpine A110 de 2017 ; Alfa Romeo avec ses Alfa Romeo 4C Coupé et Alfa Romeo Spider ; Donkervoort avec sa Donkervoort D8GT/S8 ; Tesla avec son Roadster…).

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Au détour des rues parisiennes – Mars 2021


Laisser un commentaire