Comparatif : L’Alpine A310 V6 vs l’Alpine GTA V6 Turbo

L’Alpine A310 fête, cette année, ses 50 ans ! Véritable GT à la fois confortable et spacieuse, il s’agit de la dernière Alpine imaginée par Jean Rédélé, fondateur de la marque de Dieppe. Commercialisée de 1971 à 1985, elle sera remplacée par la fameuse Alpine GTA, héritière directe l’Alpine A310 ! Au design fluide et élégant, elle reprendra le flambeau de 1985 à 1991. Si la première connut une incroyable réussite, la seconde n’eut pas le succès qu’elle aurait mérité ! Pourtant la fille fut à la hauteur de la mère ! Ainsi à l’occasion de cet anniversaire, ABSOLUTELY CARS vous propose de découvrir ces deux automobiles qui ont fait la légende d’Alpine ! Retour sur les caractéristiques de ces deux voitures d’exception pour vous permettre de répondre à cette question : pour quel modèle allez-vous craquer aujourd’hui ?

L’Alpine A310 V6, la radicale GT imaginée par Jean Rédélé

En 1971, Jean Rédélé lance l’Alpine A310 afin de proposer une véritable GT en parallèle de sa sportive Alpine A110. A l’opposé de sa devancière, elle se voit arborer un nouveau design très seventies avec une ligne aérodynamique, des formes carrées et un arrière ramassé que nous devons à Marcel Béligond. Elle se distingue de toutes les autres Alpine par ses phares à 6 optiques qui agrémentent sa face avant. Tout en conservant le savoir-faire Alpine et les performances, ce nouveau modèle mise avant tout sur le confort et la souplesse. En effet, présentée au Salon de l’automobile de Genève sous la forme d’un prototype, elle a pour but de séduire une clientèle plus internationale qui souhaite allier confort et sportivité. Mais pas que ! En effet, Jean Rédélé a une autre ambition pour sa belle : concurrencer Porsche !

Pour se faire, l’Alpine A310 est dotée d’un châssis-poutre, d’une carrosserie en fibre de verre et d’un 4 cylindres Renault de 1605 cm3 à 1647cm3, accouplé à une boîte manuelle 5 rapports. Partenariat avec Renault oblige, elle se voit, toutefois, attribuer les feux arrières issus de la Renault R8 et des éléments mécaniques des Renault R12 et R18. L’Alpine A310 sera, dès lors, l’ultime Alpine de l’ère « Jean Rédélé » avant le rachat complet de la marque de Dieppe par Renault.

En 1976, une version plus radicale est commercialisée : l’Alpine A310 V6 ! Cette nouvelle version de l’Alpine A310 se démarque, au premier abord par le restylage de sa ligne, signé Robert Opron. Elle reçoit notamment un aileron arrière en plastique noir afin d’améliorer l’adhérence à la route. Ses six phares sont ramenés à quatre optiques considérablement réduits derrière leur plexiglas. Pour finir, elle se voit équipée de jantes Alpine inédites à trois goujons conjugués à trois fentes. Avec ce nouveau look elle est assurément désirable ! A noter qu’à partir 1982, un pack « GT » fut commercialisé en option avec, notamment, des jantes en 15 pouces, un pare-choc avant, les ailes et le becquet élargis.

Côté habitacle, l’intérieur de l’Alpine A310 V6 se dote d’équipements optimisant le confort et la sécurité ! Nous retrouvons un tout nouveau pare-brise feuilleté, des vitres électriques, des sièges « pétale » avec une sellerie en tissu, un tableau de bord avec autoradio,… Le tout étant épuré au maximum !

Mais le changement notable se trouve sous le fameux capot de l’Alpine A310 V6 ! Né de l’association ponctuelle de Peugeot-Renault-Volvo, il s’agit d’un 6 cylindres en V de 2664cm3 développant 150ch, soit 24ch de plus que celui de l’Alpine A310 de 1971 ! A noter qu’il s’agit également du bloc-moteur de la Renault R30 TS, entièrement revu avec de nouvelles soupapes, pistons et échappement propre à l’angle (ouverture à 90°). Positionné en porte-à-faux arrière, il est accouplé à une boîte manuelle 4 rapports. D’un poids de 1020 kg, elle abat le 0 à 100 km/h en 8,2 secondes pour une vitesse maximum de 225 km/h. En 1979, elle est équipée d’une boîte manuelle 5 rapports. En 1980, l’inscription sur les voitures devient Renault-Alpine au lieu d’Alpine-Renault. A partir de 1981, celle qui prend le nom de Renault-Alpine A310 V6 adopte les trains roulants de la Renault R5 Turbo ainsi que ses jantes. En 1983, son moteur est amélioré : la Renault-Alpine A310 V6 GT voit son bloc augmenter à 2849cm3 pour 193ch avec une vitesse de point de 235 km/h. Il s’agit là de la plus radicale des Alpine A310 !

Au total, près de 11 484 Alpine A310 V6 seront commercialisés entre 1976 et 1985 (contre 2 318 exemplaires avec le 4 cylindres Renault). Elle laissera alors sa place à l’Alpine V6 GT/GTA et Turbo.

La Renault-Alpine GTA V6 Turbo, « the next generation »

En 1985, la Renault-Alpine GTA remplace l’Alpine A310 V6. Avec ce nouveau modèle, Renault veut pérenniser Alpine sur le segment GT. Il s’agit également de la première Alpine produite à 100% par Renault. Mais, il est important de noter que la pomme n’est toutefois pas tombée très loin de l’arbre ! Plus longue, plus large et plus haute, côté design, la Renault-Alpine GTA V6 rend hommage à sa devancière tout en étant dans un processus d’amélioration continue ! En effet, Renault a la volonté de donner une suite logique à ses Alpine GT. Nous devons son dessin à Gérard Godefroy, responsable du design d’Heuliez, alors en concurrence avec Berex et AMC, ces trois marques étant alors dans le giron de Renault. La conception se veut plus soignée avec un aérodynamisme conservé et optimisé avec des caractéristiques de conception plus modernes : pare-chocs intégrés à la carrosserie, montant triangulaire en C, grand pare-brise arrière…. La ligne générale profilée offre un coefficient de pénétration (Cx) de 0.28 dans sa version classique tandis que le Cx de la Renault-Alpine GTA V6 Turbo est de 0,30 à cause de ses pneus plus proéminents ! De ce fait, c’est l’une des voitures les plus aérodynamiques de son temps !

Si elle reprend les phares avants englobés par une coque en verre et un becquet arrière identique à celui de l’Alpine A310, la Renault-Alpine GTA V6 se démarque de ses précédentes par sa carrosserie. En effet, plutôt que d’être moulée en une seule pièce, la nouvelle carrosserie de l’Alpine a été moulée dans un grand nombre de petits panneaux séparés. Cette méthode lui permet d’accueillir une immense surface vitrée panoramique qui offre une vision générale depuis l’habitacle. Il faut savoir également que cette carrosserie est montée sur un châssis central avec stabilisateurs pour la protection contre les chocs latéraux. Petite coquetterie : les roues accueillent des jantes de 15 pouces qui imitent les nervures des turbines sur la Renault-Alpine GTA V6 Turbo, lancée en septembre 1985.

Côté intérieur, l’habitacle de la Renault-Alpine GTA V6 se veut ergonomique et avant-gardiste pour son époque. Nous devons notamment le tableau de bord au designer italien Marcello Gandini. Derrière un beau volant à trois branches doté de la lettre « A » d’Alpine, nous retrouvons le tachymètre, le compte-tours et l’ordinateur de bord. A cela, s’ajoutent, sur la console centrale, l’ensemble des commandes et des compteurs élémentaires, notamment le chauffage ou encore la climatisation. En tant que GT, cette dernière se traduit par des aérateurs placés à droite et à gauche de l’habitacle. A noter que les équipements et accessoires optionnels sont limités : sellerie en velours ou en cuir, radio stéréo Renault ou mini-chaîne radio, climatisation, rétroviseur passager, ABS et carrosserie vernis/métallisée, habillage personnalisé… Si les sièges en pétale offrent une assise basse et allongée, celles arrières ne peuvent accueillir que des enfants, même si la Renault-Alpine GTA V6 est présentée comme une « quatre places ». Et le coffre dans tout ça ? Il se situe à l’avant et permet de loger les bagages pour un week-end.

Côté mécanique, les premiers millésimes sont dotés du même moteur en aluminium que l’Alpine A310 V6, soit le V6 de 2849cm3 qui développe sur la Renault-Alpine GTA « seulement » 160ch. En septembre 1985, le modèle Renault-Alpine GTA V6 Turbo permet de voir augmenter la puissance du moteur. Accouplé à une boîte manuelle 5 rapports, le bloc-moteur passe à 2458cm3 pour une puissance de 200ch et une vitesse de pointe à 250 km/h tandis qu’elle abat le 0 à 100 km/h en 7,3 secondes ! Au début de 1987, une version catalysée apparaît, n’offrant plus que 185ch pour 243 km/h. Ce nouveau moteur permet à Alpine d’exporter davantage sa GT, notamment en Suisse, en Allemagne et aux Pays-Bas. En 1988, les freins antiblocage sont mis en place. En 1989, la version Alpine GTA V6 Mille Miles est commercialisé, limitée à 100 exemplaires. Avec son moteur non catalysé, ce modèle fut également synonyme du retour du nom « Alpine », le logo Renault disparaissant de la voiture tandis qu’un grand imprimé « Alpine » apparaissait entre les feux arrière. En 1990, l’ultime déclinaison sera la Renault Alpine GTA V6 Turbo Cat. « Le Mans » avec un kit-carrosserie plus agressif. Cette version sera produit à 325 exemplaires jusqu’en février 1991.

La Renault Alpine GT V6 et la Renault Alpine GTA V6 Turbo cessent d’être produite en 1990, suite à la publication de plusieurs lois anti-pollution. La version Renault-Alpine GTA V6 Turbo Catalyseur sera, quant à elle, produite jusqu’en 1991. Au total, après 6500 unités ont été écoulées… Elle sera remplacée par l’Alpine A610, dernière Alpine produite avant le revival. La passion des clubs et des collectionneurs lui offre un renouveau entièrement mérité et la version « Le Mans » rend hommage au passé prestigieux de la marque sur le circuit sarthois.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’Archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Alpine, 65 ans de légende et de sportivité


Laisser un commentaire