Focus sur : La Ferrari 612 Scaglietti, héritière d’une mythique lignée

Parmi les plus beaux modèles designés par Ken Kiyoyuki Okuyama, la Ferrari 612 Scaglietti tient une place de choix. En effet, en 2004, ce designer japonais, alors Directeur créatif chez Pininfarina, travaille sur le projet de cette belle sportive, véritable hommage à un autre carrossier, Scaglietti. Cette supercar a la lourde responsabilité de remplacer la Ferrari 456 GT et de faire perdurer la longue et mythique lignée des Ferrari V12 2+2 à moteur avant, lancée dans les années 1960. Avec ce modèle GT 2+2, Ferrari veut aussi pérenniser le segment des GT routières en venant concurrencer l’Aston Martin DB9, la Maserati 3200GT, la Mercedes-Benz CL63/65AMG et la Porsche 911 type 996 Turbo. ABSOLUTELY CARS revient sur cette Ferrari 4 places ultra-rapide à l’esprit Grand Tourisme qui se veut aussi sportive que les coupés biplaces du Cheval Cabré de Maranello !

La Ferrari 612 Scaglietti, la digne héritière de la Ferrari 456 GT

La nouvelle Ferrari GT des années 2000 est annoncée en 2003 lors du Salon de l’Automobile de Genève, sous l’appellation « F137 ». Ce sera celle qui aura la difficile tâche de remplacer la très aimée Ferrari 456 GT, sortie en 1992 et qui est, pour beaucoup d’amoureux de la marque, la voiture de l’espoir suite à la disparition d’Enzo Ferrari. Toutefois, celle qui exprimait le continuum après l’ère du Commendatore, doit laisser sa place à une nouvelle version dénommée Ferrari 612 Scaglietti.

Pour réaliser cette nouvelle Ferrari, l’équipe de Maranello s’est plongée dans les archives, ressortant du placard le projet « Pinin », première Ferrari à quatre portes se voulant être une familiale sans écarter la sportivité. La Ferrari 612 Scaglietti en gardera l’essence principale, étant équipée de quatre vraies places, même à l’arrière bien qu’elle n’eusse que de deux portières. Forte de l’application de ce concept unique, la belle sportive se voit attribuée une lignée nettement plus moderne et agressive, tranchant avec celle de sa devancière. Longue de 4,90m, large de 1,95m, haute de 1,34m pour un empattement de 2,95m, elle est bien plus massive que son aînée. Elle garde, cependant, un subtil équilibre racé grâce à son long capot, à son habitacle reculé, à ses flancs creusés – hommage à la fameuse Ferrari 375 MM de 1954, commande spéciale de Roberto Rossellini pour sa femme Ingrid Bergman – et son porte-à-faux raccourci, lui donnant une élégance certaine. Le tout est complété par des optiques ovales, quatre feux arrières ronds, d’un béquet arrière intégré, de quatre sorties d’échappement et de jantes en aluminium. Ce design est du aux ateliers Pininfarina qui confie ce projet au crayon de Ken Kiyoyuki Okuyama, alors premier Japonais à être Directeur Créatif chez le carrossier italien.

Entièrement faite à la main, la construction de la Ferrari 612 Scaglietti est confiée aux ateliers Scaglietti, connu pour ses carrosseries en aluminium et racheté en 1975 par Ferrari. Nous leur devons la structure en aluminium de cette supercar qui lui confère une certaine agilité malgré son gabarit imposant et ses 1,8 tonnes. Parfaitement équilibrée avec une répartition du poids de 46,4% à l’avant et de 53,6% à l’arrière, elle offre ce qui se fait de mieux à sa sortie en 2004.

L’habitacle de la Ferrari 612 Scaglietti est à l’image de cette voiture. En effet, nous y retrouvons le must du must : sellerie cuir Connolly pleine fleur réglable électriquement et chauffante, volant cuir 3 branches avec ordinateur de bord à commandes, tableau de bord avec la plaque « F1 World Champion » et ses 6 titres constructeur, console centrale garni de cuir, régulateur de vitesse, climatisation bi-zones, radio/lecteur CD (Bose en option), système de navigation (GPS, téléphone, caméra de reculs)… L’ensemble peut être d’un seul ton ou en bi-ton. Les vitres latérales sont également teintées, isolant légèrement les passagers de la vision extérieure. Quant au coffre, il permet d’embarquer quelques bagages. Mais la Ferrari 612 Scaglietti se veut aussi être une voiture « moderne ». Elle est équipée de plusieurs technologiques novatrices pour l’époque dont un parebrise doté d’un détecteur de pluie actionnant automatiquement les essuie-glaces, d’un toit panoramique électro-chromique, de rétroviseurs électro-chromiques et de phares xénon ou bi-xénon avec lave-phares s’éclairant dès la baisse de la luminosité. Toutefois, la grande nouveauté se trouve au niveau de la console centrale avec l’intégration d’un écran digital, un première chez Ferrari !

Côté mécanique, la Ferrari 612 Scaglietti abrite en son sein un V12 ouvert à 60° de 5748cm3 en position longitudinale centrale avant d’une puissance de 540ch. Provenant de la Ferrari 575M Maranello, les éléments mécaniques sont en aluminium, bloc-moteur et culasse compris, associés avec un carter sec. Ce véritable chef d’œuvre à 48 soupapes est accouplé à une boîte soit manuelle 6 rapports – présente sur 10% des exemplaires -, soit robotisée F1 séquentielle 6 rapports (Manettino- palette au volant – 3 modes WET/DST Off /Sport à 9000€). Soucieux de garder le précieux équilibre de sa supercar, Ferrari l’a montée juste devant le pont arrière. Les performances sont clairement au rendez-vous : le 0-100 km/h est abattu en 4.2 secondes pour une vitesse maximum de 315km/h ! Le système de freinage est assuré par des disques ventilés percés Brembo, les freins en carbone-céramique étant en option.

La tenue de route de la Ferrari 612 Scaglietti passe par une direction à crémaillère assistée, l’ABS, une suspension à triangles superposées, un amortisseur piloté « Skyhook », un différentiel à glissement limité, un contrôle électronique de la pression des pneus (TRMS) ainsi que des pneumatiques Pirelli PZero Rosso de 18 pouces (ou 19 pouces) à l’avant et 20 pouces à l’arrière. Mais surtout, elle dispose d’un système d’antidérapage ESP dit CST et antipatinage. Il s’agit d’une première chez Ferrari ! Partiellement d’activable, il permet au conducteur de laisser libre court à sa conduite aussi bien en mode normal que sport en rendant plus ferme l’amortissement piloté et en fluidifiant le passage des vitesses. Quant à la sécurité, elle est garantie par des airbags frontaux et latéraux, un extincteur ainsi qu’un antivol géré par satellite.

Chez la Ferrari 612 Scaglietti, la liste des options (non exhaustive) est quasiment sans limite, aussi bien extérieurement qu’intérieurement pour le propriétaire, rendant chaque exemplaire presque unique. Elle s’est notamment illustrée via le programme « One to One » officialisé en 2008. Ainsi, nous retrouvons, par exemple, des couleurs de caisse personnels, des inserts externes en carbone, des coloris d’étriers de freins spéciaux, des intérieurs en Alcantara, des tablettes arrières, des ciel de toit en alcantara, la possibilité de transporter ses affaires dans une bagagerie en cuir siglée Ferrari (5 éléments), une housse de la même couleur que la voiture floquée Ferrari et une multitude de demandes personnalisées

Face à la concurrence anglaise et allemande, la Ferrari 612 Scaglietti a su tirer son épingle du jeu. Produite jusqu’en 2011, son tarif de base était de 217 800€ et près de 3300 exemplaires, toutes séries confondues, ont trouvé preneurs. Aujourd’hui, sur le marché de l’occasion, leur prix est compris entre 60 000€ et 80 000€, selon si vous passez par un particulier ou par le réseau officiel Ferrari. A noter que les futurs propriétaires de ce modèle doivent s’attendre à un entretien couteux (boite de vitesse F1, transmission et freins par exemple).

Caractéristiques Données
Moteur12 cylindres en V – 48 soupapes
Gestion électronique intégrale
Position centrale avant
Puissance 540ch
Cylindrée5 748 cm3
TransmissionPropulsion
Boite de vitesseManuelle 6 rapports
Ou Robotisée F1 séquentielle 6 rapports
Freins Disques ventilés Brembo
Poids1875kg
0-1004.2 secondes
Vitesse max 315km/h

Les séries spéciales de la Ferrari 612 Scaglietti

La Ferrari GG50, le concept-car par Giorgetto Giugiaro

Parmi les séries spéciales de la Ferrari 612 Scaglietti, nous trouvons la Ferrari GG50, baptisée ainsi en référence aux 50 ans de carrière du designer Giorgetto Giugiaro. Dévoilé en 2005, lors du Salon de l’Automobile de Tokyo, ce concept-car reprend la majorité des éléments et équipements (intérieur et mécanique dont la boîte robotisée F1 séquentielle ) de la Ferrari 612 Scaglietti. A noter que cet exercice de style possède un châssis raccourci de 10cm, d’une face avant optant pour une calandre propre à Giorgetto Giugiaro et un volant s’inspirant des Ferrari antérieures

La Ferrari 612 Sessanta, l’édition spéciale du 60ème anniversaire de Ferrari

En 2007, Ferrari fête son soixantième anniversaire. 60 ans de la marque. La Ferrari 612 Scaglietti y participe à sa manière avec une édition spéciale produite à l’occasion et dénommée Ferrari 612 Sessanta. Limitée à 60 exemplaires, elle se caractérise par son coloris bi-ton (soit grigio scuro/nero », soit « rubino micallizato/nero », son toit panoramique électro-chromique, sa sellerie cuir Poltrona Frau, sa plaque commémorative sur la planche de bord, son système technologique unique (avec ordinateur de bord, caméra de recul, TV et sono Bose), son régulateur de vitesse, sa boîte robotisée F1 séquentielle, ses freins céramiques et ses jantes en aluminium 19 pouces.

La Ferrari 612 Scaglietti Police, un véhicule unique

La Ferrari 612 Scaglietti connut plusieurs exemplaires uniques à l’image de la Ferrari 612 GTS Pavesi, commande très spéciale d’un client au carrossier Pavesi, mais aucune n’est plus atypique que la Ferrari 612 Scaglietti Police. En effet, à l’occasion de la 60ème édition du Ferrari Relay Tour, au Royaume Uni, cette supercar Ferrari s’est transformée en véhicule de police ! Un custom que seuls nos amis anglais auraient pu imaginer !

La Ferrari 612 Shooting Brake, une autre vision

Après 10 ans de réflexion, le designer néerlandais Michel Vandenbrink a dévoilé sa version de la Ferrari 612 Scaglietti : un shooting break digne d’un chef d’œuvre ! Présenté en 2019, ce break sportif respecte toutes les caractéristiques de sa version classique. Il s’agit de l’unique exemplaire construit à ce jour, mais Michel Vandenbrink envisage d’en sortir d’autres de son atelier, mais uniquement sur commande. A noter que le prix de vente de cette Ferrari 612 Shooting Brake est estimé à 340 000€ en fonction des personnalisations du client !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Ken Kiyoyuki Okuyama, un homme qui touche à tout


Laisser un commentaire