Interview exclusive : A la découverte d’Une DeLorean à Paris

Avec sa magnifique carrosserie et ses portes papillon en inox, elle est reconnaissable entre toutes ! Nul doute, vous l’avez reconnu : la DeLorean DMC-12 !Mal-aimée de son époque, elle a connu une seconde jeunesse avec une trilogie qui a marqué des générations : Retour vers le Futur ! ABSOLUTELY CARS est allé à la rencontre de l’une des plus célèbres DeLorean de YouTube, celle de la chaîne « Une DeLorean à Paris » ! En compagnie de son propriétaire et « associé » de tournage, Joffrey, découvrons les secrets de la voiture du Docteur Emmett Brown et de Marty McFly !

La DeLorean DMC-12, une voiture mythique à la commercialisation mouvementée

Ah ! La DeLorean ! Rien que son nom fait rêver le monde entier. Mais seuls les passionnés connaissent en détail l’histoire de ce véhicule. Cette voiture a été imaginée par Giorgetto Giugiaro et a été conçue par un certain John DeLorean. Des usines de la DeLorean Motor Company (DMC), qu’un seul modèle automobile en est sorti : la DeLorean DMC-12. Sa commercialisation fut aussi brève que mouvementée. De 1981 à 1983, seules 9000 unités ont été commercialisées avant la faillite de DMC et l’arrestation de son dirigeant pour contrebande de produits stupéfiants.

Néanmoins, les caractéristiques de la DeLorean sont exceptionnelles dans le monde de l’automobile : un unique modèle doté d’un châssis en fibre de verre, de portes papillon en inox, de panneaux en acier inoxydable brossés et d’un moteur PRV (Peugeot-Renault-Volvo) en position centrale arrière.

Pourtant, la DeLorean obtiendra ses lettres de noblesses que bien plus tard avec la saga « Retour vers le Futur » ! Véritablement révélée par le cinéma, en 1985, alors que la voiture n’est plus produite, son succès devient alors planétaire ! Ce véhicule atypique retrouve une seconde jeunesse avec de passionnés et clubs qui se développent à travers le monde. Aujourd’hui, environ 6500 unités ont été conservées, majoritairement aux Etats-Unis. Rare en France, ABSOLUTELY CARS a souhaité mieux connaître ce modèle à travers le regard du YouTubeur Joffrey de la chaîne « Une DeLorean à Paris » ! Un instant unique où il nous a fait part de son amour pour cette voiture si insolite !

« Une DeLorean à Paris », la nouvelle star du web

Vous possédez une DeLorean DMC-12 de 1982, un modèle aussi rare qu’unique ! Quelles ont été les raisons qui vous ont amené à acquérir ce véhicule ?

L’histoire est assez atypique. Je ne l’ai pas acheté en tant que fan de « Retour vers le Futur« . A l’origine, je recherchais une Ford Mustang cabriolet rouge de 1966. Ce premier coup de cœur m’était venu lors d’un voyage aux Etats-Unis avec mes parents. Avec un prix de vente de 6000$, je me suis dit qu’un jour, j’en aurais une dans mon garage.

Dès que j’ai pu, je me suis mis à rechercher sur des sites d’importation américains le modèle de mes rêves. Comme le D de DeLorean vient avant le F de Ford, je suis tombé dessus et j’ai pensé immédiatement à un film sorti dans les années 1980. Deux modèles de DeLorean DMC-12 non customisés étaient à vendre. J’ai commencé à me renseigner plus précisément. Une partie de la communauté automobile pense que cette voiture est un concept-car uniquement utilisé par le cinéma, mais près de 9000 exemplaires ont été produits ! Avec ses portes « papillon » et sa ligne épurée, ce modèle était tout simplement magique !

Entre temps, j’ai perdu mon père, pilote moto. Dès lors, j’ai acquis ce véhicule d’époque et de collection afin de me rapprocher de lui, spirituellement et mécaniquement. Pendant six mois, je me suis entièrement consacré aux mises à jour et à l’optimisation de sa mécanique et carrosserie.

Comment qualifiez-vous la DeLorean en trois mots ?

Magique, incroyable et populaire ! A chaque fois que je la vois, j’en oublie que j’en suis l’heureux propriétaire depuis six ans ! Elle m’a permis de rencontrer des amateurs et des passionnés d’automobile. Elle m’a aussi ouvert des portes avec ma Chaîne YouTubbe « Une DeLorean à Paris », avec les rassemblements et rallyes réalisés. Petite anecdote intéressante : en 2017, j’ai passé une semaine chez le directeur des effets spéciaux du film, Kevin Pike, alors qu’on ne s’était vu qu’une seule fois ! Cette DeLorean DMC-12 reste enfin populaire, car toutes les personnes qui la croisent, me lancent un pouce en l’air. Quel que soit la classe sociale ou l’âge, l’effet « Wow » est présent !

Pouvons-nous dire qu’elle a révélé une partie de votre personnalité non exprimée ou cachée ?

Cachée, je ne sais pas, mais rouler dans cette voiture est un pur plaisir tant au niveau du partage que de la passion. Etant une personne avenante et sociable, le lien de sociabilité s’en est trouvé renforcé et agit quasi-immédiatement sur les touristes, parisiens et provinciaux. Même les forces de l’Ordre l’adorent ! Il m’est arrivé qu’ils m’arrêtent pour simplement faire une photo et discuter 10-15-20 minutes. On revit différemment, car on apprend à s’évader, prendre son temps.

Vous êtes un véritable passionné de voiture. Est-ce que votre entourage partage-t-il la même passion ?

Ma famille, elle-même, est mordue de « bagnoles ». Mon grand-père travaillait à l’usine Peugeot et mon père faisait des courses de moto. De ce fait, je suis né dans un monde mécanique. D’ailleurs, je ne ratais jamais les courses de F1 le dimanche, Turbo sur M6 et Automoto sur TF1. Maintenant avec la TNT, on peut avoir accès à plus de culture automobile.

Vous avez dû vivre de nombreuses aventures avec cette DeLorean ! Quel événement vous a-t-il le plus marqué fait avec cette voiture ?

Je citerai instinctivement le « Tour Auto Optic 2000 » 2019 où on a eu la chance de partir une semaine ! Grace à Peter Auto et Optic 2000, on a obtenu des accréditations et donc rouler, filmer, interviewer et passer des soirées avec les concurrents ! La voiture a effectué plus de 2500km sans assistance. Avec mon réalisateur, on a pu vraiment se connaitre, travailler et vivre ensemble tout au long de la semaine et désormais, on est amis.

Passants ou passagers, la DeLorean ne laisse pas insensible. D’après vous, quelles sont les émotions ressenties par ceux qui la croisent ?

Pour ceux qui montent à l’intérieur, ils se sentent, déjà, dans une voiture de film et à sa vue, l’engouement est total. Les commentaires les plus fréquents sont : « J’adore cette voiture ! », « La voiture de cinéma par excellence ! », « Enfin j’en vois une en vrai ! ». Je pense qu’il y a un double effet « Kiss cool », ils tournent la tête et reviennent en se demandant : « Ce n’est pas une DeLorean ? »

Votre DeLorean est devenue au fil des mois plus qu’une voiture de particulier, puisqu’elle est la star de votre chaîne YouTube et de votre page Facebook. Pouvez-vous nous parler plus amplement d' »Une DeLorean à Paris » ?

Bien sûr ! Travaillant dans le milieu du spectacle et possédant un véhicule de cinéma, je me suis demandé comment allier ces deux aspects de ma vie. Venant de l’ombre, le fait de présenter une émission était intéressant. J’ai décidé d’apprendre en commençant à monter des séquences. Ayant une DeLorean et habitant à Paris, le nom qui m’est venu à l’esprit, est « Une DeLorean à Paris » tout bêtement. Présent sur les plateformes Youtube, Facebook et Instagram, l’idée est d’aller sur des événements, rallyes, festivals à Paris et en province comme Rétromobile, la Traversée de Paris, le Festival Automobile International, etc…

On va sans cesse découvrir des nouveautés automobiles, notamment avec des garages. Prochainement, on va rencontrer des restaurateurs et l’importateur de cette DeLorean afin d’expliquer les règles liées à l’homologation et l’importation. Il me semble nécessaire de faire connaitre ces aspects-ci en détail. Le fil rouge est essentiellement culturel avec des voitures du passé, du présent et du futur en « vulgarisant » l’automobile pour la rendre accessible au plus grand nombre. Le contenu est de qualité et distrayant.

Actuellement, on en est à 10 000 vues sur Youtube et 400 abonnés sur Facebook (562 en juin 2019, ndlr). Certaines vidéos ont réalisées plus de 12 000 vues, ce qui démontre le potentiel de la chaîne. Quotidiennement, on gagne environ 5 abonnés, ce qui est plutôt concluant !

Quels conseils donneriez-vous aux futurs acquéreurs de ce type de modèle ?

Appelez-moi ! (rires) N’hésitez pas à contacter des propriétaires de DeLorean et les clubs qui vous donneront des informations. Si l’ensemble de la voiture est fermée, on pense qu’elle est en bon état. Mais dès qu’on analyse certains détails, on entrevoit des problèmes. On peut très vite déchanter – et déjanter ! (rires) Je conseille d’acheter aux Etats-Unis, car 90% des modèles étaient destinés à ce marché. Le prix reste encore attractif. Vous pouvez également en acheter en France (donc déjà importées), mais les tarifs avoisinent les 35 000 – 50 000€. Si on ajoute à ça certains travaux et les pièces qui coûtent chères, la note peut rapidement grimper. Néanmoins, pour connaitre sa voiture, il faut savoir mettre les mains dedans ! D’après moi, les points à vérifier sont les suivants :

  • Le châssis qui peut avoir subi des perforations à cause du liquide de frein (très corrosif
  • L’état du moteur qui doit avoir été suivi régulièrement
  • La boite de vitesse manuelle ou automatique qui doit être révisée, car toute révision coûte entre 1500€ (pour une boîte manuelle) et environ 5000€ (pour une boîte automatique)

Y a-t-il d’autres modèles que vous souhaiteriez acquérir ?

J’aime beaucoup les voitures anglaises, surtout la Type E Série 1 en version coupé et la MGB Cabriolet. Elles restent accessibles et on trouve encore les pièces. Côté allemand, les choix se portent sur la Volkswagen Coccinelle, la Volkswagen Karmann et la Mercedes 300SL. Ma frénésie Mustang a un peu disparu, car on peut tellement en croiser sur les routes ! Mais il se peut que je craque si j’en trouve une sympa ! Enfin, les voitures américaines qui me font rêver, comme la Tucker 48‘ (produite à 51 exemplaires, ndlr). Leurs mécaniques et caractéristiques reflètent les innovations extrêmes des années 1950.

Un petit mot pour la fin ?

En conclusion, la DeLorean DMC-12 est loin d’être un véhicule ordinaire. Son design, sa conception et son histoire rendent ce modèle mythique, suscitant un intérêt très spécial à son passage. Parole d’ABSOLUTELY CARS et d' »Une DeLorean à Paris » !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS 
Parole donnée à : Joffrey d' »Une DeLorean à Paris« 

Cet article vous a plu ? Retrouvez notre article sur une autre icône du cinéma à lire ici : La Ford Torino, entre cinéma et grandeur à l’américaine


Laisser un commentaire