Au détour des rues parisiennes : Avril 2020

Se balader, flâner, découvrir…. Bref la vie parisienne et c’est ce que l’on aime, notamment quand nous tombons nez à nez avec une charmante voiture aussi rare que belle. A chaque coin de rue, se trouve peut-être cette perle rare. Ainsi avec cette rubrique « Au détour des rues parisiennes », ABSOLUTELY CARS déniche pour vous ces véhicules qui font mine de passer inaperçus, hélas sans succès… Que l’on aime les pots de yaourts, les berlines, les coupés ou les SUV, c’est un choix. Mais rester indifférent face à ces icônes européennes ou américaines est difficile. Allez, hop ! Confinement oblige, découvrez, ce mois-ci, deux modèles exceptionnels des années 1920 qui ont retenu notre attention lors de la vente « Les Grandes Marques du Monde au Grand Palais » 2020 by Bonhams : une Auburn 8-88 Boattail Speedster et une Bugatti Type 39 !

La voiture du mois : l’Auburn 8-88 Boattail Speedster

Ce mois-ci, notre équipe a dû innover pour vous proposer ce nouveau numéro d' »Au détour des rues parisiennes » ! Ainsi pour avril 2020, nous vous proposons de vous aventurer sous la nef du Grand Palais, à l’occasion des ventes « Les Grandes Marques du Monde au Grand Palais » 2020 by Bonhams ! Et parmi les nombreuses voitures mises aux enchères, se trouvait cette magnifique Auburn 8-88 Boat Tail de 1928 !

Avec cette sublime voiture, nous partons pour l’Amérique de la fin des années 1920. A cette époque, les Etats-Unis fourmillent de nombreuses marques automobiles dont Auburn Automobile Company. Rachetée, en 1924, par l’homme d’affaires et sénateur, Errett Cord, le but de ce dernier est d’en faire l’une des plus importantes et mythiques marques de voitures américaines de luxe ! C’est avec cet objectif que sort, dès 1925, une toute nouvelle gamme dont l’Auburn 8-Eighty-Eight. Elle est dotée d’un 8 cylindres en ligne  Lycoming Engines de 88ch, ce qui lui vaudra son nom. Ce modèle est signe d’un renouveau pour Auburn ! L’Auburn 8-88 sera disponible en plusieurs déclinaisons : Sedan, Tourer, Roadster ou Phaeton. Mais la version la plus rare est l’Auburn 8-88 Boattail Speedster, à l’instar du modèle de ce jour.

S’inspirant de la Duesenberg Model X de 1927, Duesenberg appartenant à Aubrun depuis 1926, Alan Leamy a pour mission de dessiner une voiture unique à l’aérodynamisme optimisé, reprenant la forme d’un os de sèche, retravaillant les lignes latérales et arrières afin d’accentuer l’élégance même de la voiture. A cela, se rajoutent un pare-brise en V et même des emplacements spécialement dédiés aux clubs de golf ! Cette Auburn 8-88 Boattail Speedster se devait être le must du luxe ! Le châssis rabaissé monobloc lubrifié de ce modèle-ci date de 1928 alors que certains composants techniques sont de 1929, amorçant déjà l’arrivée de l’Auburn 8-115.

Quant à l’habitacle, qui n’accueille que 2 personnes à bord, il allie simplicité, luxe, style et raffinement. Le cuir se mêle au chrome auquel s’ajoute une instrumentation à 5 compteurs en position centrale.

Côté mécanique, outre le 8 cylindres Lycoming Engenies 4.8 développant 88ch dont nous avons déjà parlé, celui-ci est couplé à une boîte de vitesse 3 rapports. Le système de freinage est assuré de façon hydraulique Lockheed, véritable nouveauté chez Aubrun en 1928. Pesant tout de même 1440kg, cette Auburn 8-88 Boattail Speedster était capable de frôler le 140km/h, faisant d’elle la voiture la plus rapide de sa gamme à l’époque. Le refroidissement du bloc est magnifiquement présenté en persienne et un kit de pièces de rechanges est également installé. Le tout repose sur des pneumatiques à flancs blancs de 18 pouces !

L’Auburn 8-88 ne fut produite qu’entre 1925 et 1928, rapidement remplacée par l’Auburn 8-115. La gamme Auburn 8, elle sera déclinée jusqu’en 1934 et celle de l’Auburn 8-88 Boattail Speedster, est limitée à quelques exemplaires restants sont rarissimes, affolant désormais les ventes aux enchères du monde entier.

La pépite du mois : la Bugatti Type 39

Autre modèle, autre pays, mais même décennie avec cette magnifique Bugatti Type 39 de 1925, également au catalogue des Ventes Bonhams 2020 ! Il faut savoir que la Bugatti Type 39 appartient à la toute nouvelle gamme qu’Ettore Bugatti met en place, dès 1922, dont les moteurs sont équipées de 3 soupapes par cylindres, deux d’admission et une d’échappement ! Et cette Bugatti spécialement préparée pour la course sur circuit en est pourvue !

Conçue et fabriquée en France, à partir de 1925, au cœur de l’usine de Molsheim, la Bugatti Type 39 réunit tous les ingrédients de la recette gagnante : un châssis compact et maniable, un poids léger, un moteur suffisamment puissant et un rapport poids/puissance optimal. Ces éléments seront appliqués sur l’ensemble de la gamme « routière », optimisant les performances de chaque modèle et permettant à Bugatti de renforcer sa renommée légendaire !

Mais ce nouveau chapitre de l’histoire de Bugatti commença bien avant, en 1924, avec la Bugatti Type 35 2.0. Elle connaîtra plusieurs modifications, dont l’alésage et la cylindrée, afin d’être homologuée en « 1500cc voiturette ». Un vilebrequin court y est même installé. Les premiers tours de pistes ont lieu sur le fameux anneau de vitesse de Linas-Monthléry, en juin 1925. Ettore Bugatti aligne alors quatre prototypes… qui s’adjugeront les quatre première places ! Il partira, ensuite, à la conquête du « Gran Premio delle Vetturette de 1500 cm3 » de Milan, où s’aligneront cinq Bugatti Type 39. Le modèle du jour, dont le numéro de châssis est #4607, faisait parti de ces cinq bolides ! Conduit par Giulio Foresti, il terminera 3ème ! Sa carrière continuera sur les circuits, après avoir été vendue au Colonel Sorel, importateur britannique. Elle retrouve la piste, l’année suivante, à l’autre bout du globe, à Sydney en Australie. Elle s’adjugera deux autres victoires, en 1926 et 1927.

En 1928, cette Bugatti Type 39 deviendra la propriété de Monsieur Sid Cox. Du haut de ses 20 ans, il participera avec elle aux essais du GP d’Australie mais sera amené à changer le carter et le vilebrequin. Il ne sera que le premier d’une longue liste, cette Bugatti Type 39 ayant vu une multitude d’acquéreurs :

  • Carl Junker remporta, avec elle, le GP d’Australie 1931 et finit 5ème en 1932
  • Mert Wreford battit le record du tour au GP d’Australie à son volant, sans voir, hélas, l’arrivée en 1932
  • Jack Day d’Ajax Pump Works va suralimenté le moteur pour la course de côte de Frankston, en 1933 et même le remplacer par un V8 Ford (Surnom Day Spéciale). La voiture remporta des course de côtes entre 1936 et 1938
  • Jack Murray la racheta, en 1946, et repeint sa carrosserie en rouge et chromée. La voiture termina 3ème lors des Bathurst 100 et 7ème du Bathurst Easter Meeting
  • Ted Lobb l’acquerra, par la suite, avant de la restaurer partiellement avec des éléments Bugatti dont la mécanique originelle
  • Art Valdez l’importa en Thaïlande et la fit participer au Grand Prix de Bangkok, en décembre 1987

Son ultime propriétaire connu fut Bob King, qui se chargea de la reconfigurer telle qu’elle était en 1925 pour le GP d’Italie (« Monza »). Elle retrouva alors sa belle couleur « Bleu de France », couleur spécifique des voitures françaises lors des courses.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Au détour des rues parisiennes – Mars 2020


Laisser un commentaire