Focus sur : La Fiat Dino, un joyau oublié

La belle du jour est discrète, pourtant elle représente un moment phare de l’histoire de l’automobile. Nous sommes dans les années 1960. Suite au rachat de Ferrari par la marque Fiat, les collaborations inter-groupes se multiplient. En résulte la naissance d’une surprenante sportive qui marquera une profonde évolution pour la marque turinoise. Elle sera baptisée « Fiat Dino« , car elle reprend le moteur développé par Dino Ferrari, fils d’Enzo Ferrari, mort prématurément à l’âge de 24 ans. Cette tout nouvelle association permettra à Ferrari d’obtenir l’homologation en Formule 2 pour la Ferrari Dino 166 F2 et à Fiat, une montée en gamme ! Dévoilée en octobre 1966, dans sa version Spider désignée par Pininfarina, elle sera également déclinée en Coupé, signée par le célèbre carrossier Bertone ! ABSOLUTELY CARS vous propose de revenir sur cette voiture qui attire désormais le regard des collectionneurs du monde entier !

diapositive2

La Fiat Dino, née de la rencontre entre Fiat et Ferrari

En 1965, la Commission Sportive Internationale de la FIA met en place de nouvelles règles qui s’appliqueront dès la saison 1967. Entre autre, il est décidé que les moteurs de Formule 2 adopteront le six cylindres, dérivé d’un moteur produit en série pendant au moins 12 mois, à plus de 500 exemplaires et installé dans une voiture de route homologuée dans la catégorie GT. Pour participer à cette homologation, Enzo Ferrari choisit le V6 Ferrari Dino, développé par son fils, Dino Ferrari (1932-1956), mais le constructeur italien ne possédait pas, à l’époque, la capacité de production suffisante pour répondre à cette nouvelle réglementation, ni le répondant nécessaire pour les écouler aussi rapidement. Pour se faire, il a besoin de se rapprocher d’un « grand » constructeur. Si au premier abord, le constructeur Ford fut sélectionné, ce sera finalement Fiat qui sera retenu, la marque italienne ayant des conditions de rachat bien plus souple que la firme américaine.

De son côté, Fiat cherche à monter en gamme, malgré le succès incroyable de sa populaire : la Fiat 500. Pour rendre plus noble le sommet de son panier, le constructeur italien a besoin d’un moteur avec un certain aura, à la fois puissant et performant. Le V6 Ferrari Dino est tout trouvé, lui permettant de bénéficier de la prestigieuse image de marque de Ferrari. Ainsi, suite à l’accord signé entre les deux marques italiennes, le 1er mars 1965, Fiat s’engage alors à produire les 500 moteurs nécessaires à l’homologation et à l’installer dans une voiture GT qui restait, à ce moment-là, à préciser.  La conversion de ce moteur typé « course » pour une production en série à usage routier est confiée à l’ingénieur Aurelio Lampredi, fin connaisseur des moteurs Ferrari. Ce moteur sera installé dans deux voitures très différentes : la Fiat Dino, une GT à moteur, assemblé à Turin par Fiat, et la Dino 206 GT, toute première voiture de sport à moteur transversal arrière, construite à Maranello et vendue sous le nom de Dino ! 

De ce fait, nous retrouvons au cœur de la Fiat Dino, le fameux bloc « V6 Ferrari Dino » en aluminium qui sera par la suite fabriqué en fonte. Formant un angle angle particulier de 65 °, il s’agit d’un 6 cylindres, triple carburateurs double corps, de 2.0L (1987cm3) développant 160ch. Une magnifique puissance pour l’époque ! Positionné longitudinalement à l’avant, il est accouplé à une boîte manuelle Fiat 5 rapports. Sa sonorité se traduit par la présence d’un double échappement. A noter que son homologue chez Ferrari, à savoir la Dino 206 GT, était, quant à elle, dotée du même moteur mais en position transversal arrière, développant 180ch !

La Fiat Dino Spider et la Fiat Dino Coupé, les deux faces d’une même médaille

En octobre 1966, la Fiat Dino est présentée au grand public et à la presse à l’occasion du Salon de Turin. Il s’agissait de sa version Fiat Dino Spider biplaces, dessinée par Pininfarina, designer très attitré aussi bien par Fiat que par Ferrari. La beauté de ce modèle est exquis où s’entremêlent courbes à l’italienne et élégance, portant la sportivité en signature ! De ce premier modèle, la Fiat Dino Coupé n’en gardera que les doubles optiques ronds et des bas de caisse au ras du sol. En effet, présentée lors du Salon de Genève, en mars 1967, cette version 2+2 coupé est bien différente de son aînée. Et pour cause, son dessin nous vient du carrossier Bertone via le coup de crayon de Giorgetto Giugario. Adieu courbes voluptueux… il faut faire place à une ligne plus tendue, épurée et avant-gardiste. Longue de 4,5m, large de 1,7m, haute de 1,31m, cette version a été construite sur un empattement plus long de 270mm (soit au total un empattement de 2,25m), permettant d’accueillir quatre vraies places à son bord ! A noter que la Fiat Dino Coupé est composé d’un châssis monocoque entièrement en acier tandis que la Fiat Dino Spider possède un couvercle de coffre en aluminium.

La différence entre la Fiat Dino Spider et la Fiat Dino Coupé ne s’arrête pas au design de leur carrosserie respective ! Chacune d’entre elles possède son propre habitacle ! Leur intérieur propose une présentation digne du haut de gamme : un tableau de bord complet avec une instrumentation à 7 cadrans, un volant trois branches, une sellerie cuir, du chrome, du faux bois, des vitres électriques, une radio (option) et même un avertisseur sonore italien. A noter que les toutes premières Fiat Dino Spider ont une garniture intérieure moins bien finie que la version Coupé : le tableau de bord est tapissé de vinyle, le volant à rayons métalliques, recouvert d’un plastique (alors que pour le Coupé, il est en bois ou en cuir) et l’appareillage intérieur est dérivé des modèles Fiat les moins chers. En février 1967, la Fiat Dino Spider se voit doter d’un volant bordé de bois ou cuir ainsi qu’une garniture en bois sur le tableau de bord à l’instar de la Fiat Dino Coupé. La liste d’options des deux modèles se limite à la radio, à la peinture métallique, à la garniture en cuir (sellerie et volant), au toit rigide recouvert de vinyle et à une garniture en acier inoxydable de style arceau de sécurité.

Côté technique, le système de freinage est assuré par des disques à servo-freins aux 4 roues tandis que le comportement routier passe par une direction à vis et galets, une suspension avant indépendante à triangles superposés (+ ressorts hélicoïdaux), un train arrière à essieu rigide à amortisseurs télescopiques et des pneumatiques Michelin XWX spécifiques.

La Fiat Dino 2400, la dernière ligne droite

Au cours de sa commercialisation, en 1969, la Fiat Dino va être restylisée afin d’être modernisée. Cette nouvelle série sera appelée Fiat Dino 2400. Sa face avant se dote d’une calandre noire avec deux barres chromées (contre un nid d’abeille auparavant), de pare-chocs avec bandes en caoutchouc, de jantes inédites, de feux arrières revus, sans oublier le logo Dino au centre du coffre. Côté intérieur, seule la Fiat Dino 2400 Coupé reçoit un nouveau tableau de bord entièrement repensé et de nouveaux sièges en tissu ou cuir (en option) ainsi que des appuie-têtes des sièges de série qui seront en option sur la Fiat Dino 2400 Spider. Côté motorisation, son moteur en fonte passe à 2,4L et développe 180ch – le même moteur sera utilisé sur la Dino 246 GT. Il est accouplé à une nouvelle boîte à vitesse ZF inversée avec des rapports de vitesses retravaillés. Les performances sont « bluffantes » : 0-100 en moins de 9.0 secondes et une vitesse de pointe de 220km/h pour 1,24 tonnes sur la balance ! En plus de son moteur, la Fiat Dino connaît une autre amélioration notable : la suspension arrière indépendante. Côté freinage, les freins à disques Girling (les mêmes que ceux de la De Tomaso Pantera) et les étriers se voient surdimensionnés tandis que les pneus gagnent en largeur. Autre grande nouveauté : alors que jusqu’ici les Fiat Dino étaient assemblées à Rivalta di Torino, la Fiat Dino 2400 se voit assemblée à Maranello sur la ligne de production de Ferrari, aux côtés de la Dino 246 GT.

Cette série clôturera la carrière de la Fiat Dino qui se terminera en 1973 avec un total de 7651 exemplaires et sans réelle descendance. Dans ce chiffre, nous comptons 1163 Fiat Dino Spider 2L, 3670 Fiat Dino Coupé 2L, 420 Fiat Dino 2400 Spider. et 2398 Fiat Dino 2400 Coupé. Au total, 74% des Fiat Dino sont des coupés et seulement 26% sont des Spider. Cette différence s’inscrit désormais sur le marché de la voiture de collection. En effet, ce modèle en particulier est très prisé des collectionneurs par sa rareté. Si les Fiat Dino Coupé dépassent régulièrement les 65.000 € aux enchères, celles-ci s’affolent quand il s’agit d’une Fiat Dino Spider dont le prix avoisine régulièrement les 130 000€ !

CaractéristiquesDonnées
Moteur6 cylindres en V
triple carburateurs double corps Weber inversés
Longitudinal avant
Puissance160-180ch
Cylindrée1987 / 2419 cm3
TransmissionPropulsion + autobloquant
Boite de vitesseManuelle 5 rapports
Freins Disques
Poids1390kg
0-1008.7 secondes
vitesse max220km/h

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Giorgetto Giugiaro, « il maestro » des lignes tendues


Laisser un commentaire