Focus sur : La Nissan 300ZX Z31, une « Fairlady » venue du Pays du Soleil Levant

Les années 1980 sont synonymes de sportivité, y compris chez les voitures japonaises. Nissan n’échappe à la règle et lance, en 1983, son atypique et aérodynamique Nissan 300ZX. Issu de la riche série des Z qui puise ses origines de la Datsun 240Z, ce coupé des plus originaux perpétue l’héritage de cette sportive tout en affichant une nouvelle ligne plus contemporaine ! En effet, ce modèle reconnaissable entre tous offre une carrosserie hors normes, profilée er réalisée par Kazumasi Takagi. Son avant plongeant et ses phares mi-clos sont devenus sa signature ! Pensée pour les Etats-Unis, celle que les Japonais appellent « Nissan Fairlady Z », est connue chez nous sous le nom de Nissan 300ZX Z31. ABSOLUTELY CARS vous propose de partir à la rencontre de la première génération de cette « belle dame » nippone pas comme les autres !

La Nissan 300ZX Z31, l’aérodynamisme en mantra

Le début des années 1980 fut synonyme de renouveau chez Nissan avec l’apparition d’un tout nouveau modèle : la Nissan 300ZX Z31. Il s’agit de la 5ème génération de « muscle car » de la série dite « Z », succédant à la Nissan 280ZX. Elle reprend, dans son appellation, le « X » de sa devancière, soulignant son côté haut de gamme reposant sur des accessoires luxueux et une notion certaine du confort. Son but est de concurrencer les grandes sportives européennes et américaines du moment. Pour cela, le constructeur nippon fait appel à Kazumasu Takagi qui travailla sur l’aérodynamisme du modèle et sur sa mécanique.

Côté aérodynamisme, la Nissan 300ZX Z31 est une leçon de technique. Son CX est de 0,30 grâce à un gabarit trapu et particulièrement proche du sol avec ses 4,53m de long, ses 1,72m de large et ses 1,31m de haut. Ses formes nettes et propres à l’aérodynamisme lui confèrent une ligne avant-gardiste qui ne laisse pas insensible. Sans parler de ses phares escamotables qui la rendent encore plus désirables ! A noter que son châssis accueille une carrosserie avec un toit façon « slicktops » ou « double hard top » qui est amovible aussi bien côté conducteur que passager avec un montant central fixe. Mais quel est le secret de la Nissan 300ZX ? L’ensemble fut conçu par des outils précurseurs : un logiciel « informatique ». Eh oui, avec ce coupé étonnant, nous rentrons dans l’ère moderne !

En 1986, la Nissan 300ZX Z31 fut redesignée. Le capot est modifié avec une bosse pour les versions turbo. Elle se voit également ajouter des jupes latérales, des ailes évasées et des roues de 16 pouces, mises en place uniquement sur les modèles Nissan 300ZX Z31 Turbo. Les garnitures en plastique noir de la carrosserie sont également peintes de la couleur de cette dernière. En 1987, un nouveau relooking est effectué sur ce coupé nippon qui se voit équiper de nouveaux pare-chocs aérodynamiques, de phares antibrouillards, de nouvelles optiques à ampoule qui remplacent les optiques à faisceau, etc.,…

Si l’extérieur de la Nissan 300ZX Z31 est des plus surprenants, l’habitacle est sobre et riche en équipements. Outre son compteur à deux cadrans centraux, signature de la saga Z chez Nissan, figés dans un tableau de bord en plastique dur, nous retrouvons sur ce coupé 2+2 hautement technologique : la fermeture centralisée, une sellerie baquet en cuir réglable, des vitres électriques, une instrumentation classique à aiguilles ou une instrumentation digitale (option) avec système d’avertissement vocal intégré, des rétroviseurs électriques, la direction assistée, l’ABS, le régulateur de vitesse, la climatisation entièrement numérique, le système audio « Body Sonic » avec amplificateur séparé et haut-parleurs dans les sièges avants du véhicule…

Côté mécanique, la Nissan 300ZX Z31 dispose de plusieurs motorisations. Au Japon, la version Nissan Fairlady Z est équipée d’une 6 cylindres en ligne 2,0L (1809cm3) de 200ch avec double arbre à cames en tête turbocompressé ou d’un V6 2,0 L (1809cm3) à simple arbre en tête turbocompressé de 211ch. Pour l’exportation, ce fut le V6 en position longitudinale avant qui fut privilégié : un V6 3,0L (2960cm3) atmosphérique à simple arbre en tête de 166ch, un V6 3,0 L à double came en tête atmosphérique de 170ch et un V6 3,0 L à simple came en tête turbocompressé de 228ch. Il faut savoir que la Nissan 300ZX Z31 possède une injection électronique de carburant. Ils étaient accouplés à une boîte manuelle 5 rapports, la boîte automatique 4 rapports étant en option. Le système de freinage est assuré par des disques ventilés. Le comportement routier passe par des roues avants indépendantes, un train avant McPherson, un essieu arrière rigide et des pneumatiques de 16 pouces. Avec un poids de 1,43 tonnes, la Nissan 300ZX Z31 V6 Turbo, la plus puissante de toutes, abat le 0-100 en 7.1 secondes pour une vitesse de pointe de 240km/h ! A noter qu’en 1986, le V6 3.0L turbocompressé voit sa puissance abaissée à 195ch et n’était plus que proposé avec une boîte automatique.

La Nissan 300ZX Z31, la Nissan Z la plus vendue des années 1980

La Nissan 300ZX Z31 fut lancée au Japon en 1983. Elle était alors distribuée sous le nom de Datsun Fairlady Z, puis de Nissan Fairlady Z. Commercialisée avec un slicktops dès le début, une option « T-top » (ou « double hard top ») sera proposée au catalogue dès février 1984, donnant deux empattements différents de 2,32m ou de 2,52m. Les modèles de 2 litres reçurent les surnoms 200Z, 200ZG ou 200ZS pour aider à se différencier des modèles avec un moteur trois litres. Le modèle 200ZR fut introduit en octobre 1985 et fut la première voiture de série au monde à utiliser un turbocompresseur céramique. Il faut savoir que le modèle 300ZR, le plus radical de la gamme, fut également le seul modèle du marché japonais avec un moteur atmosphérique de son époque !

Mais le marché principal de la Nissan 300ZX est l’Amérique du Nord. Introduite sous le nom de Datsun en 1983, elle prend le nom de Nissan en 1984. Disponible en trois finitions (SF, GL, GLL), plus de 70 000 unités ont été vendues en Amérique du Nord, rien qu’en 1985. En 1986, une version deux places sans « T-Top » fut proposé aux Etats-Unis, dans l’objectif de créer une entrée de gamme.

En Europe, la Nissan 300ZX ne débarque sur le continent européen qu’à partir de 1985, sous l’appellation, cette fois-ci, Nissan. Seul le modèle 2+2 fut commercialisé, excepté au Royaume-Uni où la version biplace sera privilégiée. A noter que tous les modèles turbocompressés européens possèdent un aileron inférieur avant différent, les modèles d’entre 1984 et 1986 étant uniques tandis que la production de 1987-1989 dispose du même aileron que la Nissan 300ZX Shiro Special de 1988, uniquement commercialisée sur le marché américain à 1002 exemplaires.

En plus de Nissan 300ZX Shiro Special de 1988, la Nissan 300ZX connut une autre édition spéciale : la Nissan 300ZX « 50th Anniversary « . Lancée quatre ans avant, en 1984, elle dispose d’un aspect extérieur spécifique. Spécialement produite pour les 50 ans du constructeur Nissan, elle est dotée le coloris bi-ton argent-champagne, de ailes élargies, de bas de caisse inédits et de jantes turbines. L’intérieur opte pour une sellerie spéciale et une audio optimisée. Elle ne sera commercialisée qu’à 5448 exemplaires, uniquement sur le marché américain et australien.

Au total, la Nissan 300ZX Z31 fut commercialisée, entre 1983 et 2001, à 329 900 exemplaires, dont 294,516 vendus à l’export entre 1984 et 1996 et 35 384 au Japon. Ce qui fait de ce coupé, la voiture de la saga des Z la plus vendue ! A noter que seulement 300 exemplaires furent vendus en France.

La Nissan 300ZX et la compétition

Entre 1984 et 1989, la Nissan 300ZX s’illustre également sur la piste. Elle était notamment armée d’un moteur « compétition » de 1000ch ! Ainsi, il n’est pas étonnant de retrouver à son palmarès plusieurs championnats nationaux comme le Rallye du Japon. Quant à l’international, elle est lauréate du Trans-American Sedan de 1986, du Sports Car Club of America (SCCA) entre 1985 et 1987, de l’International Motor Sports Association (IMSA) entre 1985 et 1988, des 24H du Mans (1986 à 1989)… avec, à son volant, les pilotes les plus renommés à l’instar de Jim Fitzgerald, Paul Newman ou encore Scott Sharp.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’Archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Toyota MR2 MKII (SW20), une « Baby Ferrari » à la nippone


Une réflexion sur “Focus sur : La Nissan 300ZX Z31, une « Fairlady » venue du Pays du Soleil Levant

Laisser un commentaire