Focus sur : La Nova Sterling, le kit-car au design affirmé

A la recherche d’une automobile atypique au caractère affirmé ? Ne cherchez plus ! Cette voiture n’est autre que la Nova Sterling, un coupé deux places au style inimitable ! Aussi rarissime qu’originale, cette belle automobile est en réalité un kit-car comme seuls les Anglais savent le faire. Elle est née de l’imagination de Richard Oakes, passionné ayant officié chez Davrian et de Phil Sayers, ingénieur. A eux deux, ils produiront l’une des voitures les plus créatifs des seventies ! Par ce coup de crayon tirant du génie, ils offriront, à l’Histoire automobile, un véritable OVNI qui dénote par son design avant-gardiste ! Mais savez-vous vraiment quels secrets cachent cette belle carrosserie ? ABSOLUTELY CARS vous en fait découvrir tous ses mystères !

La Nova Sterling : une voiture aux multiples appellations !

Cette histoire commence avec deux passionnés d’automobile : Richard Oakes et Phil Sayers. Nous devons à ces deux anglais visionnaires Automotive Design and Development Ltd (ADD), une société britannique à l’origine de la création de la kit-car Nova dont l’allure futuriste annonce dores et déjà ce que sera le style des années 1970 ! Leur but était de concevoir une voiture de sport abordable. Cette marque fut basée à Southampton, de 1971 à 1973. Les premières commandes demandent un atelier beaucoup plus grand. Ainsi en 1973, elle déménagea à Accrington, dans le Lancashire. Elle y restera jusqu’en 1975.

Forte d’un joli succès, des versions sous licence furent construites en Autriche sous le nom de Ledl, en Australie sous le nom de Purvis Eureka, en France sous le nom de Défi, en Italie sous le nom de Totem et Puma, en Nouvelle-Zélande sous le nom de Scorpion, en Afrique du Sud sous le nom d’Eagle, en Suisse sous le nom de Gryff, aux Etats-Unis sous le nom de Sovran, au Zimbabwe sous le nom de Tarentula… Il faut savoir également que de nombreuses copies sans licence ont été réalisées en parallèle, possédant des phares escamotables ou/et portes dites « papillon », tout en gardant la silhouette de base.

Victime de la crise due au choc pétrolier de 1973 et fragilisée par le départ de Phil Sayers, Automotive Design and Development Ltd est finalement déclarée en liquidation en 1975. Près de 180 unités furent construites en quatre ans par Richard Oakes et Phil Sayers. En 1978, les droits sur la Nova furent achetés par Vic Elam qui fonda une nouvelle société appelée Nova Cars, à Mirfield, dans le West Yorkshire. Cette nouvelle marque a continué à produire cette voiture jusqu’en 1990. Une production à faible volume fut réalisée par Nova Developments, à Cornwall dans les années 1990, avant que la société ne soit vendue à Aerotec Nova, basée en Inde vers 1996.

Mais la plus célèbre déclinaison de cette voiture reste et restera la Sterling, commercialisée aux Etats-Unis par Sterling Sports Cars LLC et Austin Rover Cars Of North America (ARCONA). Son nom rend hommage à son origine britannique, mais pas que… En effet, si le nom de Nova était désiré, celui-ci était déjà protégé par les droits d’auteur de General Motors aux États-Unis dans les années 1970. Elles furent alors construite sous le nom de Sterling. Dans un premier temps, de 1973 à 1982, ce fut California Component Cars qui se chargea de la production, puis dans un second temps, de 1985 à 1995, ce fut Red Head et Solid Sterling. Il faut savoir que cette version propre aux Etats-Unis se vendait dans les 950$ à l’époque. Elle sera remplacée dès 1995, la Sterling Sports Cars LLC lançant la production de la Sterling RX, en 1995. La Sterling GTX, était, quant à elle, initialement pensée pour 2018, mais jamais commercialisée.

La Nova Sterling, un kit-car aux allures futuristes

S’il y a bien une voiture qui symbolise toute la quintessence des années 1970, c’est bien la Nova Sterling. A cette époque, les automobiles perdent leurs rondeurs pour un design plus carré aux lignes minimalistes et audacieuses. L’aérodynamisme est exalté tout comme la sportivité des modèles les plus radicaux à l’instar des De Tomaso Mangusta, De Tomaso Pantera, Fiat X1/9 ou encore Lancia Stratos. C’était également à cette période que les designers s’affranchissent de toutes règles, créant des styles toujours plus osés ! Et bien que ce soit un kit-car, la Nova Sterling n’échappe pas à la règle… et va bien au-delà ! En effet, ce coupé 2 places très typé « années 1970 » possède une ligne d’OVNI. Certains y verront même la surprenante association entre la Ford GT40 et la Lamborghini Miura ! Dans tous les cas, le design de ce kit-car a su traverser les époques sans prendre une seule ride !

La production de la Nova Sterling débute en 1971 à Southampton, dans l’usine d’Automotive Design and Development Ltd. La Nova MK1 est officiellement née et le carnet de commande se remplit rapidement. Vendue à petit prix, la structure de ce kit-car exploite majoritairement la « plateforme plate » de la Volkswagen Coccinelle à l’instar des buggies, même si Richard Oakes et Phil Sayers proposaient également une base tubulaire conçue de A à Z par leur soins. Lors de la fabrication de la Nova Sterling, la structure recevait un traitement technique au niveau de la hauteur de caisse, du système de fixation de la carrosserie, de la direction, de la transmission,…. Le tout s’accompagne par d’une carrosserie en kit permettant d’optimiser le style.

Réalisé en fibre de verre, généralement de couleur rouge, jaune, gris ou bleu, le kit carrosserie de la Nova Sterling ne manque pas d’originalité. En effet, ce dernier a la particularité d’inclure un auvent (également appelé « porte dôme » ou « porte bombée ») amovible qui unit toit et portes en une seule pièce. Le tout s’ouvre vers le haut et bascule vers l’avant afin que le conducteur et son passager puissent se glisser dans l’habitacle. Le résultat est spectaculaire, rendant unique la Nova Sterling, lui permettant de se démarquer de toutes ses contemporaines !

L’habitacle de la Nova Sterling ne peut qu’accueillir que deux personnes bien qu’il fusse possible d’opter pour une version 2+2, également proposée au catalogue. Afin de pouvoir se glisser dans le cockpit de ce kit-car, il est possible de dévisser et de revisser le volant, une fois dans les sièges baquets. Si l’intérieur est sobre, d’un noir absolu, avec un tableau de bord en plastique moulé, il est personnalisable avec des touches de couleurs sur le volant, les tapis et la sellerie, clin d’œil à la carrosserie extérieure. La sellerie était en skaï, même si certains modèles possèdent un intérieur en cuir ou en velours ! A noter que sur certains exemplaires, le tableau de bord est en cuir ou en velours également ! Après tout, avec un kit-car, il n’y a pas de standardisation ! La seule chose qui est commune à toutes les Nova Sterling est la faible capacité du coffre, situé à l’avant, principalement occupé par la roue de secours.

Comme pour son habitacle, la Nova Sterling ne possède pas une motorisation standard, bien que le moteur soit en position centrale. Automotive Design and Development Ltd, avec l’accord de Volkswagen, proposait d’y installer les moteurs de la Volkswagen Coccinelle dont le 1200cm3, le 1600cm3, le 1700cm et le 2000cm3. Mais il n’est pas rare, ni surprenant, de retourner, sous le capot d’une Nova Sterling, le 2L à injection de la Porsche 914, le 3.0 Flat 6 de la Porsche 911, le 6 cylindres 2,4L Ford de la Chevrolet Corvair, le V6 PRV d’Alfa Roméo… Encore plus surprenant : certaines Nova Sterling sont équipées de moteurs de moto Subaru ou encore de moteurs électriques ! Avec un poids de 750 kg sur la balance, les performances pouvaient être ainsi rapidement au rendez-vous, assurant le côté sportif de ce kit-car !

Aujourd’hui, la Nova Sterling dénote par son style, restant un véritable ORNI sur nos routes. Le modèle est rare bien qu’il soit difficile de savoir combien de kit-car ont été produits. En France, la Nova Sterling a été fabriquée à 110 exemplaires, de 1971 à 1996, par la marque DEFI, à Lille, par exemple. Dans d’autres pays, la production sous license s’est même poursuivie après 1996. Quant aux Etats-Unis, Sterling Sports Cars a été rachetée par Spector INC, avant d’être revendue à un particulier en 2019 qui vend toujours des pièces de rechange aux collectionneurs du monde entier qui possèdent une voiture Sterling d’origine. Une bonne nouvelle pour tous les propriétaires ou futurs acquéreurs de Nova Sterling ! A noter que le prix de ce kit-car s’estime à partir de 10 000 euros (avec l’association châssis/motorisation « Volkswagen Coccinelle ») et à partir de 30 000 euros pour un châssis tubulaire et une motorisation plus puissante !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Reliant Scimitar SS1, l’alliance parfaite entre le cabriolet et la berline


Laisser un commentaire