Focus sur : La Vanden Plas Princess 1100/1275/1300, une princesse britannique

Quelles ventes aux enchères digne de ce nom n’a pas dans son catalogue une Vanden Plas Princess 1300 ? Ces dernières années, nous retrouvons la magnifique anglaise aussi bien chez Artcurial que chez Drouot en passant par Osenat et Bonhams, pour ne citer qu’eux ! Elle n’est pas adjugée à des prix excessifs, estimée généralement entre 10 000€ et 14 000€, permettant aux collectionneurs d’Anglaises d’acquérir ce petit bout de liberté ! Il faut dire que cette berline haut de gamme est signée par de grands noms du design automobile : Sir Alec Issigonis et Pininfarina ! Commercialisée sous les noms Austin, Morris, MG, et même Riley et Wolseley, elle est, à son époque, le summum du raffinement britannique, se vendant plus chère que son homologue française, la Citroën DS ! ABSOLUTELY CARS vous propose un retour « so british » sur cette princesse d’Outre-Manche !

Vanden Plas, le plus belge des carrossiers britanniques !

Vanden Plas est, sans aucun doute, l’un des carrossiers les plus connus de son état. Fondée en 1870, à Bruxelles, par Guillaume van den Plas, forgeron de profession, la voiture se développera rapidement en France et en Belgique, de Paris à Anvers. Au début du XXème siècle, parmi ses plus illustres clients, nous comptons déjà De Dion Bouton, Berlier, Germain ou encore Packard ! En 1908, Vanden Plass, c’est 400 hommes à la production de 300 carrosseries spéciales par an ! A son sommet, ce nombre monta à plus de 750 carrosseries ! Une filiale fut établie en Angleterre, dès 1913, qui prit le nom de Vanden Plas Ltd., en 1917. Bref une référence en la matière qui connut, hélas, le contre-coup de la Première Guerre mondiale. En 1922, la filiale britannique est placée en liquidation. Le droit d’utilisation du nom, au Royaume-Uni, est acheté par les frères Fox donnant, en 1923, la Vanden Plas Limited. De 1924 à 1931, ils se spécialisèrent dans la construction des châssis pour Bentley. Après le rachat de Bentley par Rolls-Royce, ils élargirent leur champ de compétences, afin de ne plus être dépendant d’une seule marque. Ainsi ils fournirent de nombreuses carrosseries à AlvisArmstrong Siddeley, Daimler, Lagonda, Rolls-Royce-Bentley ou encore Talbot. Après la Seconde Guerre mondiale, elle reprend ses activités initiales. En 1945, un tout nouveau acteur sur le marché britannique se rapproche d’eux pour leur toute nouvelle limousine « grand luxe ». Ce constructeur est Austin avec son Austin A110 Sheerline. Les deux entreprises sont si complémentaires que Vanden Plas devient, dès 1946, une filiale de l’Austin Motor Company.

De l’Austin Princess à la Vanden Plas Princess 1100/1275/1300

La Vanden Plas Princess 1100/1275/1300, l’héritière d’un standing luxueux

En 1952, la marque Austin et le Groupe Nuffield, regroupant Morris, MG, Riley et Wolseley, fusionnent et donnent la British Motor Corporation (BMC). Parmi les nombreux modèles « hérités » de cette fusion, se trouve l’Austin Princess A120. Lancée en 1947, c’est alors le modèle le plus prestigieux de la gamme Austin. Sa carrosserie est bien évidemment signée « Vanden Plass« . Son haut standing fait d’elle la voiture des dignitaires et fut vendue à de nombreux exemplaires à des sociétés de location de limousine. Elle donnera trois générations dans un style toujours plus moderne, se plaçant alors comme une concurrente directe des Bentley ou des Rolls-Royce de même taille. Toutefois, il faut savoir que la version berline était un tiers moins cher qu’une Rolls-Royce ! En 1957, elle perd son nom de marque pour devenir la Princess IV afin d’être vendue dans l’ensemble des concessions Nuffield. Elle sera progressivement abandonnée au profit d’un modèle beaucoup plus petit qui en sera la digne héritière : la Vanden Plass Princess.

La Vanden Plass Princess connaîtra de nombreuses déclinaisons. En octobre 1959, un premier modèle fut commercialisé sous le nom de Vanden Plas Princess 3 litres, inspirant fortement de l’Austin A99 Westminster. Avec cette berline de luxe, Vanden Plas devient une marque à part entière de la British Motor Compagny. Dotée d’un moteur Rolls-Royce 6 cylindres de 3,9L, elle devient, à partir de 1964, la Vanden Plas Princess 4 litres R.

La Vanden Plass Princess 1100/1275/1300, la nouvelle vision de l’avenir selon Alex Issigonis

En parallèle, la BMC met en route le projet « ADO 16 », sans aucun doute l’un de ses plus beaux succès ! Nous sommes au début des années 1960 et aux manœuvres, se trouve Sir Alec Issigonis. Son but est de proposer un modèle physiquement plus petit tout en gardant le confort et une certaine prestance liée au luxe. Jusqu’alors, aucun constructeur n’a concrétisé cette idée. Un concept qu’il développera d’une manière magistrale ! Le projet « ADO16 » n’est pas le développement d’une simple voiture, c’est surtout un projet de « badge-engineering« , c’est-à-dire, l’utilisation d’un modèle par plusieurs marques ! Ainsi pour satisfaire chaque entité du Groupe Nuffied, ce seront pas moins de six déclinaisons qui seront élaborées. Et pour en définir le style, ils feront même appel au très talentueux designer Pininfarina à qui nous devons ses magnifiques courbes modernes ! La Vanden Plas Princess 1100/1300 est née !

Présentée à la presse en 1962, la Vanden Plas Princess 1100 est la variante « premium » de cette saga, qu’elle hérite de son lignage issu du luxe. Officiellement commercialisée en octobre 1963, elle n’est initialement prévue qu’en version berline quatre portes, avant d’être déclinée en break trois portes, en 1966. Il faudra attendre 1967 pour voir apparaître la version berline deux portes, dotée du moteur Mini de 1275cm3 : la fameuse Vanden Plass Princess 1275. Sa déclinaison 1300cm3 verra le jour quelques mois plus tard, mais, à cause d’une forte demande pour les générations Mk I et Mk II, les premières Vanden Plas Princess 1300 ne seront livrées qu’en 1968.

Les Vanden Plas Princess 1100, 1275 ou 1300 arborent toutes un standing haut de gamme : finitions exemplaires, sièges en cuir, placage bois vernis sur les portes et la planche de bord, tablettes rabattables à l’arrière, indicateurs d’essence et de vitesses d’origine Smith, horloge Jaeger… Nous retrouvons ici tout ce qui fait le raffinement britannique des années 1960 ! A l’extérieur, la Vanden Plas Princess 1300 est toute en courbe dont l’avant rappelle la Vanden Plas Princess 3 litres bien que la calandre soit différente. Sa ligne presque horizontale se termine par des ailerons de queue vertigineux.

Côté mécanique, la Vanden Plas Princess 1300 est dotée du moteur 4 cylindres 1,3L bi-carburateur de la MG 1300, en position transversale avant, développant 65ch. Il est allié à une boîte de vitesse manuelle 4 rapports de série, la boîte de vitesse en automatique est en option. D’un poids de 915kg, elle franchit le 0 à 100 km/h en 20 secondes pour une vitesse de pointe de 145 km/h. Les suspensions utilisées sur la Vanden Plas Princess 1100/1275/1300 optent pour le système Hydrolastic sous pression sphérique, signé Alex Moulton et librement inspiré de la Citroën 2CV. Et pour ce qui est du freinage, cette anglaise est armée de freins à disque à l’avant et de freins à tambours à l’arrière.

La Vanden Plass Princess 1100/1275/1300 fut la voiture la plus vendue en Grande-Bretagne, de 1963 à 1966 et de 1968 à 1971, toutes versions confondues, et ce malgré son prix élevé – la Vanden Plass Princess 1300 se vendant plus chère qu’une Citroën DS !. Jusqu’en 1974, année de la fin de sa carrière, plus de 43 741 exemplaires furent produits, principalement sous sa forme « 1100 », puis, à partir de 1968, sous sa forme « 1300 », ce qui fait de ce modèle-ci, l’un des plus beaux succès de la BMC ! Hélas, les temps sont durs chez la BMC, alors devenue la British Leyland, mettant fin à cette idylle. Elle sera, par la suite, remplacée par la Vanden Plas 1500 et ça, seulement en 1977, mais c’est une autre histoire.

Caractéristiques Données
Moteur4 cylindres en ligne
Transversale avant
Puissance65ch
Cylindrée1275 cm³
TransmissionTraction
Boite de vitesseManuelle 4 rapports
Poids915kg

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Swallow Doretti, être constructeur automobile au féminin

 


Laisser un commentaire