Au détour des rues parisiennes : Juillet 2021

Se balader, flâner, découvrir…. Bref la vie parisienne et c’est ce que l’on aime, notamment quand nous tombons nez à nez avec une charmante voiture aussi rare que belle. A chaque coin de rue, se trouve peut-être cette perle rare. Ainsi avec cette rubrique « Au détour des rues parisiennes », ABSOLUTELY CARS déniche pour vous ces véhicules qui font mine de passer inaperçus, hélas sans succès… Que l’on aime les pots de yaourts, les berlines, les coupés ou les SUV, c’est un choix. Mais rester indifférent face à ces icônes européennes ou américaines est difficile. Allez, hop ! La rubrique mensuelle d’ABSOLUTELY CARS vous propose ce mois-ci deux automobiles assez rares dans nos rues malgré un juillet pluvieux avec une Alfa Romeo GTV 1ère série et le prototype de la Saab 900 Speeder!

Le coup de cœur du mois : L’Alfa Romeo Alfetta GTV 1ère série

Pour notre édition juilletiste de notre rubrique mensuelle, nous vous avons choisi une voiture qui sent bon le sud ! Il s’agit d’une Italienne, mais pas n’importe laquelle : une Alfa Romeo Alfetta GTV 1ère série ! La petite histoire de cette voiture commence en 1967, quand Alfa Romeo décide de remplacer l’Alfa Romeo Giulia GT. Le cahier des charges est simple : une voiture confortable, 4 places (en opposition aux habituelles 2+2) et un coffre important. Le but était de produire une automobile pouvant concurrencer les berlines sportives compactes de l’époque. Pour le « look » de ce futur modèle, Alfa Romeo engagera un véritable duel entre le centre de design d’Alfa Romeo et le designer d’ItalDesign, Giorgetto Giugiaro. Ce dernier gagnera la bataille et offrira ses lignes à la toute nouvelle Alfa Romeo Alfetta GT !

L’Alfa Romeo Alfetta GT est commercialisée par partir de mai 1974 en Europe. Le marché est hyperconcurrentiel et elle doit s’imposer face aux Alpine A310, BMW Série 3 coupé « E21 », Datsun 280ZX, Matra-Talbot Murena, Mazda RX7, Porsche 924/944 et Saab 900. Alors Alfa Romeo mise tout sur la différence avec un design radicalement nouveau, déclinés en coupé fastback 2 portes et 4 places. L’extérieur se pare de chromes, d’un capot plongeant avec un léger décrochage sur le nez, de nouvelles optiques avec lave-phares et antibrouillard, d’un échappement simple ou double (selon les versions) et de jantes tôlées 14 pouces ou en alliage 15 pouces (ou magnésium « Campagnollo Campanatura »/ » « Speedline »). L’habitacle est composé d’un toit ouvrant, de vitres électriques, d’une présentation classique avec un volant 3 branches cuir ou bois, d’un tableau de bord noir, d’une instrumentation très complète (tachymètre, compte-tour, jauge d’essence) répartie entre le volant et la console centrale, puis derrière le volant, d’une sellerie baquet tissu/velours/cuir 4 places avec appuie-têtes, d’un espace arrière correct et des équipements optimisant le confort comme la climatisation et la radio (avec antenne externe ou dans le toit). Elle n’était alors que disponible avec le 4 cylindres en alliage léger de 1 779 cm3, développant 122ch, appelé « Alfa Romeo Twin Cam » grâce à son double arbre à cames en tête. Cette version initiale de l’Alfa Romeo Alfetta GT pouvait alors atteindre les 195 km/h. Cette performance, elle ne la doit pas uniquement à son moteur, mais aussi à sa structure transaxle via un châssis monocoque et une carrosserie acier autoporteuse.

Le premier changement arrive en 1976, l’Alfa Romeo Alfetta GT change de moteur, se dotant d’un 4 cylindres 1.6 (1570cm3) de 110ch dans sa version « normale » dite GT et d’un 4 cylindres 2.0 (1962cm3) de 122ch dans sa version « veloce » dite Alfa Romeo Alfetta GTV, le modèle du jour. Quelques modifications esthétiques y sont également apportés : nouveau dessin de calandre avec des grilles d’aération inédites en-dessous, bouchon du réservoir de carburant non couvert par une trappe, changement de typographie pour le nom du modèle… Quant à la version Alfa Romeo Alfetta GTV, elle se voit offrir de nouveaux pare-chocs avec des tampons de caoutchouc, deux liserés chromés sur la calandre et bien sûr l’inscription GTV sur les bouches d’aération arrière…

En 1978, l’Alfa Romeo Alfetta GT/GTV connaît un nouveau lifting avec notamment avec un nouveau pare-brise avec un joint caoutchouc et un jonc chromé à la place du pare-brise collé qui manquait d’étanchéité. L’Alfa Romeo Alfetta GTV se voit également augmenté en puissance, atteignant les 130ch, devenant l’Alfa Romeo Alfetta GTV 2.0.

Les changements se poursuivent en 1979. La voiture voit ses suspensions se modifier. Le 4 cylindres en ligne 2.0 est révisé avec de nouveaux arbres à cames en tête et un nouveau allumage mécanique. L’Alfa Romeo Alfetta GTV gagne encore en puissance et s’offre 140ch, prenant le nom d’Alfa Romeo Alfetta GTV 2000L. En parallèle, sort l’Alfa Romeo GTV 2.0 Turbodelta, une édition limitée avec un 4 cylindres 2.0 Turbocompressé avec un turbocompresseur « Alfa Avio » et plus tard « KKK », développant 150ch ! Les performances sont là avec une vitesse de pointe de 205 km/h et le 0 à 100 abattu en 7.3 secondes ! A noter que ce fut la première voiture italienne de série en essence avec un turbocompresseur

Il faut savoir que la version compétition n’apparait qu’en 1979 au travers de l’Alfa Romeo GTV 2000 Turbo Delta (turbocompresseur) de 200ch qui doit homologuer la voiture en Championnat des rallyes Gr4. On compte 400 unités construites. Malheureusement, le palmarès en rallye est mince malgré un victoire dans le Gr II au Tour de Corse 1975 et une 3ème place sur le podium au général. La présence sud-africaine s’illustre avec des victoires aux « 2 Heures de Kyalami », « 3 Heures de Castrol » et « 1000km de Kyalami » !

A partir de novembre 1980, Alfa Romeo développe la 2ème série de l’Alfa Romeo Alfetta GT/GTV avec un complet restylage et deux nouveaux moteurs : un V6 à injection électronique Bosch L-Jetronic de 2492cm3 offrant 154/156/158/160ch et un 4 cylindres de 2935cm3 six carburateurs simple corps développant 174/186ch, accouplés à une boite de vitesse manuelle 5 rapports (à l’arrière) ! Un véritable monstre ! Mais ça, c’est une autre histoire !

La voiture du mois : La Saab 900 Speeder

L’équipe d’ABSOLUTELY CARS a eu beaucoup de chance ce mois-ci en rencontrant un véhicule unique, issu de la collaboration entre Björn Envall, directeur de design chez Saab et Leif Mellberg, carrossier de métier et auteur du concept EV-1.Björn Envall ! Non, vous ne rêvez pas : il s’agit bien de la rarissime Saab 900 Speeder ! Il faut savoir que Björn Envall a profondément remanié le style de Saab, dès les années 1970, avec la Saab 99. Ses différents projets l’amèneront, dès les années 1980, à rencontrer à Leif Mellberg qui réalise déjà des projets uniques en utilisant les châssis de la marque (ou encore de Volvo). Leur première collaboration donnera la fameuse Saab EV-1 (chassis de 900 Turbo et 280ch). Elle sera très vite déclinée en cabriolet, créant ainsi la Saab 900 Speeder !

Lancée en 1983, le mot d’ordre est la modernité. Malheureusement, point convaincue par le prototype de la Saab 900 Speeder, la marque ne les soutient pas et le fonds sont financés à hauteur de 500 000 couronnes par le magazine Teknikens Varld. Dommage, mais pas tant pis ! Il faut dire que le design de la Saab 900 Speeder est plus que novateur avec un aérodynamisme marqué par un bosselage au niveau des appuie-têtes et une capote recouverte d’un cache en acier.

L’intérieur est entièrement sur-mesure et se caractérise par une couleur rouge, recouvrant sellerie, planche de bord, console centrale, volant, montants de pare-brise et panneaux de portes. Seul le tableau avec l’instrumentation est noir. La sono est placée dans les portières (celle des 900 est sur la planche de bord). La note rouge est également combinée à des tapis de sol gris clairs.

Côté mécanique, on retrouve le bloc 4 cylindres de la Saab 900 turbo 16. Le nombre de chevaux passe de 175ch à 250ch (estimation), grâce à une injection augmentée et un turbo plus large.

L’attrait du constructeur suédois est immédiat face à cette version finale, prête à commercialiser. Le Directeur Général pour la France la rachète au nom de Saab France et l’y importe. L’objectif est de relancer les ventes de la gamme. L’engouement médiatique est un succès ! Le début d’une belle histoire !

Quant au prototype, sujet de nos photos, il a été vendu, en 1991, pour 300 000 frs à Vincent Villanueva. Il l’a même fait immatriculée en la faisant passée pour une Saab 900 Turbo modifiée. Cet unique exemplaire a donc auparavant appartenu à la famille Villanueva (basée au Pays basque), dont le père Vincent fut pilote automobile de rallye et concessionnaire à Bayonne. Forte d’un kilométrage de 48 400km en 2007, elle changera une nouvelle fois de mains pour se glisser dans celles d’un collectionneur de la région parisienne, saabiste également.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Au détour des rues parisiennes : Juin 2021


Laisser un commentaire