Focus sur : L’Alfa Romeo Montréal et la saga des 8 cylindres

La version de série de l’Alfa Romeo Montreal fut présentée en mars 1970 au Salon de l’Automobile de Genève, voilà 50 ans. Voilà une magnifique voiture ! Une vraie sculpture ! Pendant l’Entre-Deux-guerres, la marque « au biscione » habillait des voitures de compétition en voitures de tourisme, les clients faisant parfois l’opération inverse. Au milieu des années soixante, l’Alfa Romeo 33 de compétition donna trois voitures de tourisme : l’Alfa Romeo 33 Stradale, l’Alfa Romeo Montreal et l’Alfa Romeo Alfetta GT V8. Enfin, de 2007 à 2010, furent fabriquées les Alfa Romeo 8C Competizione et Alfa Romeo 8C Spider. Une sacrée saga. Profitons des 50 ans de l’Alfa Romeo Montréal pour redécouvrir ces voitures exceptionnelles et l’incroyable histoire des Alfa Romeo de tourisme 8 cylindres avec ABSOLUTELY CARS.

ar montreal 1

Les Alfa Romeo 8C : les premières Alfa Romeo de tourisme 8 cylindres

L’Alfa Romeo 8C 2300, la première d’une longue lignée

L’aventure débuta en 1906 lorsque Pierre Alexandre Darracq (1855-1931) créa une filiale dénommée SAID (Società Anonima Italiana Darracqà Portello), dans la banlieue de Milan, en Lombardie. Hélas, la crise de 1909 freina brutalement à la production, si bien qu’en 1912, la société mère, l’Automobiles Darracq S.A., fut cédée à la filiale anglaise A.Darracq & Co Ltd. La même année, Pierre Alexandre Darracq se retira définitivement du secteur automobile pour se consacrer à l’immobilier et l’hôtellerie dans le sud de la France. Il faut savoir qu’en 1910, la branche française de cette société fut le troisième constructeur derrière Peugeot et Renault.

En 1910, la filiale SAID fut vendue à des investisseurs lombards et elle fut rebaptisée « ALFA » (Anonima Lombarda Fabbrica Automobili). Fin 1915, la Banca Di Sconto qui détenait la majorité des actions d’ALFA, confia la gestion de la société à l’ingénieur napolitain, Nicola Romeo (1876-1938), qui possédait par ailleurs une société de fabrication et de vente d’outillage pour l’industrie minière dénommée « Ing Nicola Romeo e Co », fondée en 1906. En 1918, la firme de Nicola Romeo fut rebaptisée « Societa Anoma Ing Nicola Romeo e Co » et acquit l’usine de Portello. En 1920, Enzo Anselmo Ferrari (1898-1988) commença sa carrière chez ALFA comme pilote de course.  En 1921, une voiture arborait enfin le célèbre logo d’Alfa Romeo. L’aventure pouvait commencer !

A la fin des années 1930, Alfa Romeo ne produisait en série que des 6 cylindres. Pourtant, tout première Alfa Romeo dotée d’un 8 cylindres était déjà née : l’Alfa Romeo 8C 2300. Elle fut déclinée avec trois empattements, 2,65m, 2,75m et 3,1m. Les châssis courts étaient de redoutables machines à gagner : victoires aux 24 Heures du Mans de 1931 à 1934, succès sur la Targa Florio de 1931 à 1933, aux Mille Miglia en 1932 et 1933, aux 24 Heures de Spa en 1932 et 1933. Bien d’autres courses furent gagnées tant et si bien que l’aura d’Alfa Romeo fut, pendant l’Entre-Deux-guerres, la même que celle de Ferrari après la Seconde Guerre mondiale. L’Alfa Romeo 8C 2300 était équipée d’une boîte à vitesses 4 rapports, de deux essieux rigides, de freins sur les 4 roues. Toutefois, en 1933, Alfa Romeo fut nationalisée par l’Institut pour la Reconstruction Industrielle, fondé en 1933 par le Premier Ministre, Benito Mussolini.

L’Alfa Romeo 8C 2600, la discrète 8 cylindres des années 1930

L’Alfa Romeo 8C 2300 fut déclinée dans une version 2,6 litres et donna naissance à l’Alfa Romeo 8C 2600. Elle avait un empattement de 2,65m et gagna les Mille Miglia en 1934. Les deux premières 8 cylindres d’Alfa Romeo furent produites à moins de 200 exemplaires.

L’Alfa Romeo 8C 2900B, un pur chef-d’oeuvre automobile

tableau3

Produite à moins de 80 exemplaires, l’Alfa Romeo 8C 2900 fut déclinée en deux versions, le modèle A et le modèle B.

Le modèle 8C 2900A fut voué à la compétition. Présenté au Salon de l’Automobile de Londres en 1935, son moteur développait au minimum une puissance de 220ch à 5300tr/mn. Sa boîte à vitesses avait 4 rapports. Son châssis était équipé de 4 roues indépendantes. Son empattement était de 2,7m. Ses freins étaient hydrauliques. Elle remporta de nombreuses victoires en Grand Prix (cinq en 1935 et 1936), domina les Mille Miglia en 1936 et 1937, gagna les 24 Heures de Spa en 1936.

Le modèle 8C 2900B fut une déclinaison grand tourisme de la voiture de course lancée en 1937. Il fut proposé avec deux empattements, 2,8m et 3m, sa puissance étant ramenée à 180ch à 5200tr/mn. Elle gagna les 24 Heures de Spa en 1938, les Mille Miglia en 1938 et 1947.

L’Alfa Romeo 33, un nouveau chapitre dans l’histoire des 8 cylindres Alfa Romeo

L’Alfa Romeo 33 était une voiture de course qui fut engagée dans diverses disciplines de 1967 à 1977. Elle connut également de nombreuses versions :

  • La première version, celle de 1967, reçut un V8 central arrière de 1995cm³ développant 270ch à 9600tr/mn. Sa structure était tubulaire en alliage léger, sa carrosserie en polyester.
  • La seconde dénommée Alfa Romeo 33/2, fut fabriquée de 1967 à 1968 et pouvait recevoir le 2 litres, mais également un 2,5 litres de 320ch à 8800tr/mn.
  • La troisième, dénommée Alfa Romeo 33/3 de 1967 à 1968, puis Alfa Romeo 33TT3 de 1969 à 1972, reçut un 3 litres développant 400ch à 9000tr/mn à 440ch 9800tr/mn.
  • La quatrième reçut un 4 litres et fut exploitée de 1972 à 1974.

De 1973 à 1976, l’Alfa Romeo 33TT12 fut équipée d’un 12 cylindres à plat de 2995cm³ développant 470ch à 11000tr/mn à 500ch à 11500tr/mn. De 1976 à 1977, les Alfa Romeo 33SC12 et Alfa Romeo 33SC12 Turbo reçurent respectivement un 12 cylindres à plat de 2995cm³ de 520ch à 12000tr/mn et un 12 cylindres à plat biturbo de 2134cm³ de 640ch à 11000tr/mn. Les V8 furent équipées de boîtes à vitesses 5 ou 6 rapports et les 12 cylindres à plat de boîtes à vitesses 5 rapports.

De cette saga en compétition, furent extrapolées trois voitures : l’Alfa Romeo 33 Stradale (18 exemplaires produits de novembre 1967 à mars 1969), l’Alfa Romeo Montreal (3 925 exemplaires fabriqués de 1970 à 1977), l’Alfa Romeo Alfetta GT V8 (20 exemplaires construits en 1977).

L’Alfa Romeo 33 Stradale, la plus rare d’entre toutes

L’Alfa Romeo 33 Stradale fut équipée d’un V8 central longitudinal arrière, d’une boîte à vitesses 6 rapports, de 4 freins à disque ventilés, de 4 roues indépendantes. Son empattement était de 2,35m, sa longueur de 3,97m, son poids de 700kg.

L’Alfa Romeo Montreal, la plus célèbre 8 cylindres Alfa Romeo

Du 28 avril  au 29 octobre 1967, une exposition universelle se tint à Montréal au Québec et eut pour thème « Terre des Hommes, l’Homme, constructeur ». A cette occasion fut présenté un concept qui se différencia de la version de série notamment par son moteur, un 4 cylindres en ligne muni d’un double arbre à cames en tête, et par ses glaces de portières constituées par trois vitres.

Trois ans plus tard, en mars 1970 au Salon de l’Automobile de Genève, la version de série abritait un V8 issu de l’Alfa Romeo 33. Son nom : Alfa Romeo Montreal. Son V8 était implanté à l’avant et la boîte à vitesses 5 rapports était accouplée à un pont rigide arrière. Son empattement était de 2,35m, sa longueur de 4,22m, son poids de 1270kg. Sa carrosserie était en acier. Elle offrait 4 places et était équipée d’un hayon. Les premières voitures furent livrées en 1971, sa production cessa en 1974, les derniers exemplaires furent vendus en 1977.

L’Alfa Romeo Alfetta GT V8, la très exclusive GTV

Les dernières pièces mécaniques disponibles de l’Alfa Romeo Montreal furent utilisées pour l’Alfa Romeo Alfetta GT V8 également équipée de 4 places, d’une boîte à vitesses 5 rapports, d’un pont rigide arrière et d’un hayon. Son empattement était de 2,4m, sa longueur de 4,21m, son poids de 1300kg, sa carrosserie étant en acier.

Les dernières 8 cylindres : l’Alfa Romeo 8C Competizione et l’Alfa Romeo 8C Spider

En 1986, Alfa Romeo fut cédée à FIAT. Les premières 8 cylindres de la marque connurent les affres consécutives à la crise de 1929, celles des années 1970 et du premier choc pétrolier. Toutefois, c’était sans compter sur les années 2000 et FIAT, qui, pour redorer le blason de la marque au biscione, mit à contribution les marques prestigieuses du groupe pour lancer un coupé deux places muni d’un V8 et d’un hayon :

  • le département stylistique d’Alfa Romeo sous la direction du designer allemand Wolfgang Josef Egger (1963-….)
  • Ferrari pour le moteur
  • Maserati pour la fabrication dans son usine de Modène de 500 coupés et 500 cabriolets.

La boîte à vitesses séquentielle à 6 rapports était accolée à l’essieu arrière dans la plus pure tradition Alfa Romeo, pour une meilleure répartition des masses, les 4 roues indépendantes étant également retenues. Son empattement était de 2,65m, sa longueur de 4,38m.

Ainsi, reprenant la dénomination de ses glorieuses aînées des années trente, cette nouvelle Alfa Romeo, connut-elle le succès ? Malheureusement non. Après la fabrication de 500 coupés, le cabriolet ne fut construit qu’en 329 exemplaires, la « crise des subprimes » ne permit pas l’accomplissement des exemplaires escomptés.

Son remplaçant fut le coupé-cabriolet Ferrari California qui reprit les solutions techniques développées pour l’Alfa Roméo, notamment la boîte à vitesses accolée à l’essieu arrière. Ce fut la première Ferrari équipée d’un V8 avant qui bénéficia, bien entendu, d’un design Pininfarina et de l’aura de la marque. Présenté au Mondial de l’Automobile de Paris 2008, il fut assemblé à Maranello jusqu’en 2017. Son empattement était de… 2,67m.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS & CARDO
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’Archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La « Scuderia Ferrari » Alfa Romeo SF48 Bimotore de 1935, l’un de nos coups de cœur Rétromobile 2020


Laisser un commentaire