Delage, les plus belles voitures françaises

Entrepreneur de génie, carrossier d’exception et sucess story « made in » France, Louis Delâge a marqué l’histoire de l’automobile par ses voitures de luxe ! Marque aujourd’hui disparue, Delage continue à inspirer la réussite automobile française dans le prestige et la compétition à une époque où la France rayonnait mondialement dans l’ensemble des secteurs. Élégance, sportivité et raffinement sont les maîtres mots de cette marque considérée par beaucoup de passionnés et collectionneurs comme la plus belle marque automobile ! En attendant de retrouver cette marque à Eurexpo Lyon à l’occasion d’Epoqu’auto 2019, ABSOLUTELY CARS vous propose de revenir l’instant d’un article sur les 45 années de la marque ainsi que sur la soixantaine de modèles imaginés !

Louis Delâge, carrossier et entrepreneur de génie

Louis Delâge (1874-1947), ingénieur de l’école des Arts et métiers d’Angers et diplômé en 1893, travailla tout d’abord pour la Compagnie des chemins de fer du Midi. En 1900, il créa son bureau d’études dans le domaine de l’automobile. En 1903, il fut embauché par Peugeot. Désirant plus de liberté, début 1905, alors âgé de 31 ans, il fonda sa propre société, ses bureaux et ateliers étant situés à Levallois-Perret. La crue de la Seine de 1910 inonda ses ateliers qui par la suite, furent jugés trop petits. Ils furent complétés par les installations de Courbevoie, boulevard de Verdun, en 1912.

Delage, joyau du patrimoine automobile français

Pour lancer sa nouvelle société, Louis Delâge fit le choix de retenir qu’un seul fournisseur extérieur de moteurs, De Dion Bouton. Ces moteurs étaient implantés à l’avant. Ainsi, il put se consacrer à la satisfaction de ses clients et à ses voitures de course pour promouvoir sa marque.

Dès 1909, Louis Delâge étendit la liste de ses motoristes.

Armés de ces moteurs, les deux plus grands exploits des Delages avant la Première Guerre mondiale furent le Grand Prix de France en 1913 et les 500 miles d’Indianapolis en 1914.

Delage, une saga automobile française

Les Delages équipées uniquement de 4 cylindres Delage, puis de 4 cylindres Delahaye

Les 4 roues des Delage furent équipées de freins après la Première Guerre mondiale, de servofrein au milieu des années 1920, de roues avant indépendantes au début des années 1930 (à partir de la Delage D4 pour les 4 cylindres), de moteurs Delahaye à partir de 1935, suite à l’achat de Delage par Delahaye, cette même année.

Les Delage équipées uniquement de 6 cylindres Delage, puis de 6 cylindres Delahaye

La première 6 cylindres équipée de roues avant indépendantes fut la Delage D6-11. Les dernières versions sont munies d’une boîte à vitesses semi-automatique Cotal.

Les Delage équipées uniquement de 8 cylindres Delâge

La première 8 cylindres équipée de roues avant indépendantes fut la Delage D8-15.

Delahaye ne fabriqua pas de 8 cylindres laissant cette spécificité et ce marché à Delage.

La production totale 1905 à 1953 est d’environ 50 000 châssis, dont moins de 3 000 châssis depuis l’achat de cette entité par Delahaye.

Les survivantes seraient au nombre de 2 500.

Delage et les courses automobiles

Au palmarès de Delage, nous trouvons :

  • En 1925 : le Grand Prix de Casablanca, le Grand Prix de l’ACF, le Grand Prix automobile de Saint-Sébastien.
  • En 1926 : le Grand Prix du RAC et le Grand Prix de La Baule.
  • En 1927 : le Grand Prix de l’Ouverture, le Grand Prix de l’ACF, le Grand Prix d’Espagne, le Grand Prix d’Italie, le Grand Prix du RAC.
  • En 1928 : le Grand Prix de Boulogne.

Article co-écrit par : ABSOLUTELY CARS & CARDO
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’Archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Les Avions Voisin, reflet d’une époque : l’Art Déco


Laisser un commentaire