Focus sur : La Fleur de Lys Newark, un véhicule plein de surprises

L’imagination de certains constructeurs n’a pas de limites et la marque automobile Fleur de Lys en fait pleinement partie ! Avec elle, le mot « rétro-moderne » prend tout son sens ! Son unique modèle, la Fleur de Lys Newark, en est le parfait exemple : le charme de l’ancien et la facilité d’utilisation d’un véhicule moderne ! Car oui, malgré son allure vintage qui rappelle vaguement celui de la Ford T, cette voiture est bien un modèle des années 1980 ! Intriguant, n’est-ce pas ? ABSOLUTELY CARS vous propose de revenir sur cette aventure entreprise en 1984 par le businessman dans la pâtisserie, Andreas Liveras, et l’ingénieur automobile, Len Terry ! Prêts à découvrir ce véhicule mêlant parfaitement l’ancien et le moderne ?

Les voitures Fleur de Lys : deux esprits pour un projet très spécial

Cette histoire commence en 1983 avec la rencontre de deux hommes d’affaires : Andrea Liveras, chypriote vivant en Angleterre et directeur de la pâtisserie « Fleur de Lys » et Len Terry, ancien ingénieur spécialiste en sport automobile qui s’est illustré chez Lotus, Shelby et BRM. Un projet les réunit : Andrea Liveras a besoin d’un véhicule professionnel pour ses livraisons, parfaitement identifiables par ses clients, qui lui servirait également de moyen de communication. Séduit par le côté vintage des vieux camions publicitaires, il ne peut concrétiser cette idée par un achat, car les voitures de cette époque ne peuvent être utilisées d’une manière quasi-quotidienne. Qu’à cela ne tienne, il y a toujours une solution pour Andrea Liveras ! Il va construire sa propre voiture !

Et pour réaliser ce challenge tout en limitant les coûts de production, Andrea Liveras se doit de réutiliser des éléments communs à d’autres modèles automobiles. C’est dans cette optique que Len Terry va lui construire un châssis en se basant sur celui du Ford Transit MKII. Les modifications sont telles que ce châssis pouvait s’unir à n’importe quelle carrosserie ou mécanique déjà existantes. Les pièces utilisées devaient être retrouvables pour faciliter, par la suite, la maintenance du véhicule. Pour cette partie-ci, ce sera le Groupe Ford qui sera retenu pour la conception de cette camionnette. Tout est réuni pour créer la future « Fleur de Lys Newark » ! Elle connaîtra, notamment, plusieurs déclinaisons, la plus rare étant le mini-bus 8 places et la plus commune étant le fourgon.

La Fleur de Lys Newark : un style « Années 20 » sur une mécanique moderne

Si le nom de la marque est une référence évidente à la pâtisserie d’Andrea Liveras, ce modèle tire son prénom de la petite ville britannique où il est né, en 1984 : Newark. C’est également là-bas qu’elle sera fabriquée. Reprenant vaguement la forme et le design d’une des plus remarquables voitures américaines, la Ford T dans sa version utilitaire, la Fleur de Lys Newark est bien plus longue et bien plus large que celle qui l’a inspirée ! Même son empattement a été allongé de quelques centimètres ! Sans parler de la carrosserie ! En effet, l’ensemble des panneaux et composants sont estampillés « Fleurs de Lys« . Il faut savoir que les portes et le capot sont en aluminium, les jantes en fonte d’aluminium et le radiateur en laiton.

Côté mécanique, le bloc-moteur d’origine Ford est un 4 cylindres 2.0 de 80 ch, le même que celui du Ford Transit. Ainsi, la Fleur de Lys Newark offre tout le confort d’une mécanique moderne ! Mais aussi toute la sécurité ! En effet, l’ensemble de la mécanique se veut sécuritaire et facilement réparable d’où le système de freinage et des trains roulants.

Quant à l’habitacle de la Fleur de Lys Newark, celui-ci respecte à merveille le côté « rétro-moderne » de la voiture. Epuré et actuel tout en reprenant les codes de l’époque avec l’acajou et le laiton pour les boutons et la base du levier de vitesse -, on pourrait presque se croire dans une voiture ancienne si le tableau de bord ne proposait pas une instrumentation des plus complètes.

Une carrière éphémère mais symbolique pour la Fleur de Lys Newark

Revendue par ses fondateurs, en 1985, pour 10 millions de livres sterling, la marque Fleur de Lys continuera à réaliser des voitures jusqu’en 1992. Sa production très contingentée fut toujours artisanale, lui permettant de se distinguer des autres modèles du segment.

Même si le constructeur Fleur de Lys ne fait plus parti du paysage automobile, ses modèles affolent, aujourd’hui, les enchères. Un exemplaire Fleur de Lys Newark « Mini-bus 8 places » s’est notamment vendu 40 037€ (estimé entre 10 000€ et 15 000€) lors de la vente Artcurial des Réserves de la Collection de Voitures de SAS le Prince de Monaco, en 2012.

A noter qu’un autre duo britannique, Crispin Reed et Bruce West, spécialisés dans la restauration de meubles de collection, s’est également lancé dans ce type d’aventure. Via la « Asquith Motor Carriage Company Ltd », lancée en 1981, ils ont reproduit un véhicule de 1928 : l’Austin 12. Le principe reste identique : faire des voitures de livraison aux couleurs de l’entreprise avec une base d’Iveco Daily.

a70cea95906ea1c70ddf83378a6eac53
Asquith Shire

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos officielles d’Artcurial

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Citroën Rosalie « Speedster », la renaissance d’une voiture oubliée (1/2)


Laisser un commentaire