Focus sur : La Jeep, une héroïne du Débarquement

Alors que le Monde s’apprête à fêter le 75ème anniversaire du Débarquement en Normandie, ABSOLUTELY CARS a souhaité rendre honneur à tous les soldats qui se sont battus pour la France. Parmi les troupes, se trouvait une voiture exceptionnelle. Non, elle n’était pas la plus rapide du monde, ni la plus puissante, ni la plus belle. Elle était bien plus que ça. Robuste et passe-partout, elle a sauvé des vies et aidé bien des hommes. Tout-terrain, véhicule de reconnaissance, support pour des armes, ambulance, table d’opération ou de poker… elle a joué tous les rôles ! Coup de projecteur sur la Jeep, cette icône indissociable de la Seconde Guerre Mondiale !

L’histoire de la Jeep : une histoire avant tout militaire

La Jeep : une demande des armées américaines

L’histoire de la Jeep commença en 1940. L’armée américaine avait, en effet, besoin d’un véhicule léger de reconnaissance. En pleine restructuration matérielle de leur armée, les Etats-Unis voulaient moderniser leur armée. Après un audit général, une évidence ressortit : c’est grâce à des troupes mécanisées qu’une guerre se gagne. Elle fit donc de la mobilité sa priorité. L’Ordnance Department, composé de membres de l’Infanterie, de la Cavalerie et du Quartermaster Corps, lança donc un appel d’offres. Elle interrogea près de 135 entreprises dont l’American Bantam Car Company, Willys et Ford, pour répondre à son besoin. Ils devront répondre alors à un cahier des charges des plus stricts :

  • une carrosserie rectangulaire
  • quatre roues motrices
  • double boîte de vitesse avec une vitesse de 80km/h sur route et de 5km/h en tout-terrain
  • angle d’approche de 45° et de départ de 40°
  • un pare-brise rabattable
  • des sièges pour 3 soldats en plus du conducteurs
  • des lumières blackout
  • un garde au sol de 15 cm minimum
  • hauteur maximale de 90 cm (augmentée à 1m le 1er Juillet)
  • empattement maximum de 1,90 m (augmenté à 2 m le 1er Juillet)
  • capacité d’emporter 273 kg de matériel militaire lors d’opération tout-terrain
  • poids de 545 kg maximum (augmenté à 579 kg le 1er Juillet et par la suite à 595 kg)
  • largeur de voie de 1,494 m permettant à la voiture, dès que les pneus sont démontés, de circuler sur des raies

Au bout de 49 jours, plusieurs prototypes furent fabriqués puis testés. Agile, pratique et rapide, la Jeep, imaginée par Willys MB, se détachera rapidement du lot. En portant son choix sur ce modèle, le « Quartermaster Corps » venait de sélectionner le symbole phare de l’armée américaine lors du second conflit mondial ! Des évolutions seront, par la suite, apportées à ce modèle de base. Plusieurs versions spécialisées verront le jour à l’instar des ambulances, des transports de troupes ou encore des véhicules de commandement.

American Bantam, Willys et Ford : la rencontre des titans

ABSOLUTELY CARS a souhaité se pencher sur les prototypes qui ont retenu l’attention de l’Ordnance Department. Trois constructeurs automobiles se sont affrontés afin de produire le meilleur modèle. Retour sur leurs histoires et celles de leurs prototypes !

American Bantam, précurseur de la Jeep

Sur cet appel d’offre, l’entreprise qui pouvait bien prendre l’avantage, n’était d’autre que l’American Austin Car Compagny. Il faut dire que le cahier des charges de U.S. Army avait été influencé par le travail de l’entreprise « Bantam Motor Car« . En effet, celle-ci avait déjà étudié la possibilité de transformer la voiture civile « Bantam » en un modèle tout-terrain pouvant être notamment vendu à l’armée américaine.

Pour la petite histoire, l’American Austin Car Company est un ancien fabricant de matériel roulant pour les chemins de fer, installé à Butler en Pennsylvanie. Elle se spécialisa à partir de 1916 dans le secteur de l’automobile. Ainsi elle développa ses propres 6 cylindres de 1914 à 1916, puis ses propres 8 cylindres de 1915 à 1923. De 1930 à 1934, son modèle phare n’est d’autre que l’Austin Seven, dénommée American Austin dans les locaux de Standard Steel Car Company (SSC). En 1935, Roy Samuel Evans (1900-1976), un ancien représentant d’Austin, acheta la société en faillite, qui fut renommée American Bantam. Le modèle produit en 1938 fut inspiratrice de la voiture de Donald Duck. Hélas, cette société s’arrêta de produire des automobiles en 1941. De ce fait, son prototype de tout-terrain pour l’armée américaine est l’un des derniers de cette entreprise.

Bantam répondit à l’appel d’offres de l’armée américaine afin de relancer son business. Le 22 juillet 1940, elle proposa donc les plans de son prototype. Le 21 septembre 1940, le prototype est disponible. A partir du 27 septembre 1940, il est essayé dans des conditions réelles et variées dans le camp d’Holarbird. Et le 17 décembre 1940, Bantam livra 70 véhicules de présérie. Néanmoins, ses concurrents ayant une offre tarifaire plus attractive, Bantam ne gagna finalement pas l’appel d’offre. Elle n’eut que pour de lot de consolation, la fabrication de remorques pour les Jeeps Willys et Ford.

tableau jeep 2
Tableau détaillé sur les différents modèles produits par Bantam
6495913855 13bcc587ac b
Publicité Bantam pour un modèle « AMERICAN BANTAM » de 1938

L’aventure Jeep : Willys et Ford, deux marques, un seul destin

Le 11 novembre 1940, Willys, le second soumissionnaire, présenta son prototype dénommé Willys Quad à l’armée américaine. Ce prototype fut très fort proche par ses spécificités du modèle de Bantam. Il faut dire que Willys avait assisté aux essais de son concurrent. Le 23 novembre 1940, ce fut le tour de Ford de dévoiler son modèle. Au final, malgré des retards énoncés au niveau de la production (contrairement à Bantam), Willys remporta le marché notamment grâce à la motorisation proposée (Go Devil de 60 ch). Nous pouvons souligner que sa concurrente « made in » Ford ne possédait que 40ch. La variante Willys fut rapidement modifiée et dénommée MB. Elle fut commandée à 16000 exemplaires, le 31 juillet 1941. Cependant, la production ne débuta qu’à partir du 18 novembre 1941, suite à plusieurs mouvements sociaux.

Néanmoins, l’attaque de Pearl Harbor par les Japonnais redistribue les cartes. L’armée américaine souhaite se fournir auprès de deux constructeurs afin de multiplier le nombre de ses véhicules. Ford s’allie donc avec Willys pour gagner ce marché. Par une action de lobbyisme savamment exécutée et grâce à sa Ford GPW très similaire à la Willys GP (General Purpose = Rôle Multiple), Ford rentra alors dans la course. Ainsi, 360 000 véhicules furent produits par Willys jusqu’en septembre 1945 et 278 000 sous licence Ford. Par son histoire et sa facilité d’utilisation sur le terrain, la voiture de reconnaissance fut un véritable succès, rentrant alors dans la légende.

En effet, très rapidement, la Willys GP devint la “voiture à tout faire” de l’armée américaine (ambulance, porte-drapeau, utilitaire…) et est vite renommée « Jeep ». Fin 1941, Willys associa ce mot à sa production, le déposa et en fit une marque enregistrée en juin 1950. La légende dit que le mot « Jeep » provient des initiales du modèle prononcées et déformées à l’oral. Un mot désormais connu par toutes les générations !

tableau jeep 2

La Jeep au centre d’une reconstitution de la Seconde Guerre Mondiale

ABSOLUTELY CARS profite de ce focus sur la Jeep pour revenir sur un des événements commémoratifs de la Seconde Guerre Mondiale. En effet, le Musée de la Deuxième Guerre Mondiale « Roger Bellon« , basée à Conlie (Sarthe – 72), a organisé, en 2016, un « Week-end de reconstitution 1939-1945« . Cet événement est organisé tous les deux ans. Il s’agissait de la 3ème édition après celles de 2012 et 2014. A notre connaissance, l’édition de 2018 n’a pas pu avoir lieu.

Pendant deux jours, nous avons pu découvrir les coulisses d’un campement militaire américain de la Seconde Guerre Mondiale. Nous avons pu avoir la possibilité d’observer les conditions de vie des soldats, le matériel et les véhicules utilisés lors de ce conflit. Au programme de cette 3ème édition : des démonstrations de passionnés en tenues militaires, la présence des armées américaines, allemandes, britanniques, un parking de véhicules militaires et civils composés d’automobiles et de motos.

Ainsi, nous avons appris que la Jeep fut globalement déployée sur tous les fronts de la Seconde Guerre mondiale. Envoyée par kit aux troupes, les soldats l’assemblaient eux-mêmes, leur permettant de connaître par cœur celle qui allait les accompagner tout le long de ce conflit.

En parallèle de cet événement, des associations locales et départementales en lien avec cette période sont venues exposer des objets uniques et exceptionnelles. Elles ont fait des conférences et ont sensibilisés les jeunes à cette page de notre histoire. Le but était d’expliquer au Grand Public d’une manière ludique et simple la vie quotidienne des soldats tout au long du débarquement de 1944. Différentes approches avaient été mis en place : des prises de paroles et des échanges avec des vétérans et des passionnés ou encore des animations d’aéromodélisme narrant les techniques de combats aériens entre les forces alliés et nazis…

Article co-écrit par : ABSOLUTELY CARS & CARDO
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS 

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article mettant en lumière un concept unique dans le secteur de l’automobile : Le Crossover Cabriolet, un concept automobile osé


Laisser un commentaire