Focus sur : La Peugeot 504, la Française star du cinéma

Monsieur Louis De Funès (1914-1983) utilisa une Citroën DS dans de nombreux films (Fantômas (1964), Le Grand Restaurant (1966), Les grandes Vacances (1967), Hibernatus (1969), Jo (1971), Les Aventures de Rabbi Jacob (1973)), porte-drapeau français de la modernité et de la réussite sociale ! Toutefois, dans le film Le Gendarme en balade sorti en 1970 de Jean Girault, ce fut une Peugeot 504 qui fut retenue ! Il faut dire que cette lionne a tout pour relever ce défi ! Symbole d’une industrie française renaissante, elle devient, dès 1968, le porte-étendard du haut de gamme Peugeot ! Succédant à la mythique Peugeot 404, la berline statutaire est alors prête à se payer la part du Lion sur nos routes françaises, mais pas que ! Grâce à ses qualités intrinsèques, elle deviendra le troisième modèle le plus produit de la marque au lion après la Peugeot 205 et la Peugeot 206 ! ABSOLUTELY CARS vous propose de revenir sur l’histoire de cette icône française !

Le film « Le Gendarme en balade » et la Peugeot 504

Qui ne connait pas les fameux « Gendarmes de St Tropez » ? Associés à la célèbre Citroën Méhari, ce n’est pas la seule Française qui a percé l’écran ! Assurément, dans le film « Le Gendarme en Balade« , c’est bien la Peugeot 504 qui est la star !

Au début du film, le Maréchal des Logis Chef Cruchot, alors à la retraite, rôle joué par Louis de Funès, va se retrouver enfermé dans le magnifique château de son épouse, Josépha, rôle joué par Claude Gensac (1927-2016). Leur voiture était une splendide Peugeot 504 bleue. L’une des premières scènes de cette star française est la suivante : le maréchal des logis chef Cruchot voulut s’occuper et laver la voiture. Mais celle-ci était malheureusement propre. Somme toute, il n’avait rien à faire ! Heureusement la venue de l’ex-adjudant Gerber permettra de chambouler le quotidien morose de Cruchot, ravi de lui montrer son musée-souvenir. Ils reçurent le gendarme Merlot qui leur apprit que le gendarme Fougasse était devenu amnésique. Ils décidèrent de porter secours à leur ancien camarade et de faire un « retour aux sources ». Accompagnés également de leurs collègues Tricard et Berlicot, ils récupérèrent Fougasse à sa maison de convalescence La Pinsonnière. Devant la gendarmerie de Saint-Tropez, Gerber récita avec nostalgie les vers d’Alphonse de Lamartine : « Je ne vois en ces lieux que ceux qui n’y sont pas ! Pourquoi ramènes-tu mes regrets sur leur trace ? » Bien entendu, les gendarmes étant à la retraite portèrent illicitement leurs uniformes et bien entendu dans cette Peugeot 504 qui les suivra tout au long de leur périple !

La Peugeot 504 et les produits dérivés

La Peugeot 504, la première Peugeot berline de propulsion équipée de 4 roues indépendantes

La Peugeot 504 était issue d’une longue lignée de voitures familiales et bourgeoises réalisées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, tout en gravissant une longue et régulière montée en gamme. Elle faisait suite à la Peugeot 202 (1938-1949), à la Peugeot 203 (1949-1960), à la Peugeot 403 (1955-1966) et à la Peugeot 404 (1960-1975).

La Peugeot 504 devait être présentée en juin 1968, mais les évènements retardèrent son lancement jusqu’en septembre 1968. Elle était la première berline propulsion de Peugeot équipée de 4 roues indépendantes. Elle fut produite à Sochaux jusqu’en 1983, mais également au Kenya (1968-2004), en Argentine (1969-1999), en Afrique du Sud (1970-1985), au Nigéria (1975-2006), en Espagne (1977-1980), à Taiwan (1979-1984) et en Chine (1989-1997). Elle fut assemblée dans de très nombreux pays, le nombre exemplaires réalisés fut d’environ 3,7 millions : un véritable succès ! Elle s’exporta aux Etats-Unis en berline et en break.

Son esthétique était agréable toute faite de ligne tendue. Ses phares étaient travaillés. Le couvercle de son coffre à deux pans constitua une particularité jamais reprise sur un autre véhicule à l’instar du pavillon de la Renault 12.

En mars 1969, la gamme fut complétée par les ravissants coupé et cabriolet dus au coup de crayon de Sergio Pininfarina (1926-2012). En septembre 1970, fut ajouté le break. En septembre 1971, Pininfarina présenta un break de chasse baptisé Peugeot 504 Riviera, établi sur la base du cabriolet. Peugeot ne donna aucune suite. En mars 1975, fut ajoutée l’autoroutière Peugeot 604 dessinée par Pininfarina qui reprenait les portes de la berline Peugeot 504. En septembre 1979, apparut le célèbre pick-up.

Henry Dangel s’intéressa au break et au pick-up pour les transformer en 4×4 dans son usine de Sentheim. Les modifications portaient sur la réalisation d’un faux-châssis complémentaire surélevant la caisse de 19cm. Le pont avant était constitué par le pont arrière d’une Peugeot 604. A l’intérieur, seul le levier complémentaire permettait d’enclencher la boite de transfert constituait une particularité. Le Peugeot 504 Dangel était né.

Ces multiples variantes couvrirent des besoins étendus et en firent tout le charme de ces voitures.

peugeot 504 break version us e1600724330831
PEUGEOT 504 Wagon version US

Pour la Peugeot 504 berline, les boîtes à vitesses retenues étaient soit manuelle 4 rapports, soit automatique 3 rapports. Les valeurs indiquées par le constructeur en matière de puissance étaient attrayantes, car elles étaient exprimées en chevaux DIN. Cette voiture attractive reçut le Trophée européen de la voiture de l’année en 1969.

Les magnifiques coupé et cabriolet Peugeot 504 furent construits par Pininfarina à Turin respectivement en 22 975 et 8 188 exemplaires de 1969 à 1983.

L’autoroutière Peugeot 604

L’autoroutière Peugeot 604 était bien équipée : direction assistée, pare-brise feuilleté, lunette arrière chauffante, phares à iode, les vitres électriques avant… Les options disponibles furent les vitres teintées, les vitres électriques arrière, le verrouillage centralisé, la climatisation, la sellerie cuir. Cette voiture fut équipée en première mondiale d’un Turbo Diesel.

Elle fut fabriquée en 153 252 exemplaires entre 1975 et 1985, 128 en variante Heuliez limousine, 2 en variante Chapron landaulet, 381 par le coréen Kia entre 1979 et 1981. Le duo Peugeot 504/604 fut remplacé progressivement par la Peugeot 505, la dernière propulsion de la marque.

Article co-écrit par : ABSOLUTELY CARS & CARDO
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’Archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Volvo P1800, la « sainte » voiture de Simon Templar


Laisser un commentaire