Focus sur : La Volvo/DAF 66, une voiture à la double nationalité

La Volvo-Daf 66 est une voiture classique des années 1970 comme on les aime, à si ce n’est près que son histoire est fascinante. En effet, elle raconte l’arrivée du constructeur néerlandais Daf dans le giron du groupe suédois Volvo. Petite, populaire et efficace, cette charme automobile peut se vante d’avoir deux dominations dans sa carrière ! De 1972 à 1975, elle est connue sous le nom de la Daf 66 avant de devenir la Volvo 66, de 1975 à 1980. Cette passation de pouvoir créera un véhicule unique, faisant d’elle une exception dans la gamme Volvo, davantage tournée vers les grandes berlines de luxe. ABSOLUTELY CARS vous propose de découvrir ce modèle, construit dans les anciennes usines Daf aux Pays-Bas, mais commercialisée par une marque suédoise !

La Daf 66, la dernière des voitures Daf

Reconnue mondialement pour ses camions et autocars, le constructeur néerlandais DAF s’est également spécialisé dans la construction de véhicules de tourisme de petit gabarit. DAF fabriqua sa première voiture, la Daf 600, en 1958. Pour sa seconde série, il fit appel à Giovanni Michelotti qui dessina la Daf 44 (1966-1974), dénommée Daf 46 de 1974 à 1976, la Daf 55 (1967-1972) et la Daf 66 (1972-1975), dénommée Volvo 66, de 1975 à 1980.

Ces voitures populaires avaient deux particularités : leur petite taille et un système de transmission innovant connu sous le nom de « Variomatic« . Entièrement automatique, ce dernier se traduit par un variateur à courroies, permettant de faire varier les rapports progressivement en adéquation avec le régime moteur grâce à l’augmentation ou à la réduction du diamètre des poulies. De ce fait, les Daf ont la spécificité de ne pas posséder de pédale d’embrayage, offrant une modernité inédite pour l’époque ! Cela permet à la voiture de pouvoir accélérer en continue et sans à-coup aussi bien en marche avant qu’en marche arrière. Présent dès la Daf 600, le système Variomatic fut progressivement amélioré, notamment grâce à la compétition en Formule 3. Associé avec un embrayage centrifuge et un nouveau différentiel, il fut installé sur la toute nouvelle Daf 66, lancée en 1972.

Ainsi dotée, la Daf 66 peut partir à la conquête de son marché grâce à cette avancée technologique, mais aussi grâce à son gabarit restreint adapté aux villes au vu de ses 3.88m de long, de ses 2.25m d’empattement, de ses 1,54 de large et de ses 1.31 de haut. Accessible financièrement, elle est la voiture idéale pour accueillir une famille, notamment au moyen d’un habitacle spacieux avec cinq vraies places. A noter qu’il reste, toutefois, minimaliste et épuré avec comme principaux équipements les aérateurs, le cendrier, les sièges « couchette » (option), le lave-glace, les phares à longue portée (option), les phares anti-brouillards (uniquement sur la Daf 66 Marathon) et la lunette arrière chauffante. Les principales commandes se trouvent à portée de main pour une simplicité d’utilisation à toute épreuve.

La Daf 66 repose sur une structure monocoque à carrosserie autoporteuse en acier. Son design reste, cependant, très similaire à ces devancières. Dotée d’une nouvelle calandre, elle a connu un léger lifting de la part de Giovanni Micholetti. Cette voiture tricorps sera déclinée, dès 1972, en berline 3 portes, en coupé et en break aussi appelé Daf 66 Combi. A cela, on ajoute deux finitions : la sportive Daf 66 « Marathon » et la haut-de-gamme Daf 66 « Super Luxe ». Il faut savoir que la Daf 66 Coupé fut présentée au grand public en même temps que la berline. Elle offre un design plus aérodynamique avec son arrière abaissé au style fastback.

Côté mécanique, la Daf 66 est équipée d’un 4 cylindres « Cléon Fonte » d’origine Renault de 1108 cm3 avec culasse en alliage léger, accouplé à la fameuse boîte de vitesses à variation continue. Développant de 46ch à 52ch, il permet une vitesse de pointe à 136 km/h pour les versions Daf 66 L et Daf 66 SL. La Daf 66 Marathon bénéficiait d’un moteur boosté pour développer jusqu’à 62 ch pour une vitesse maximum de 143 km/h. En 1973, la Daf 66 Marathon 1300 se voit équipée d’un 4 cylindres de 1289 cm3, toujours d’origine Renault, développant de 52ch à 62ch pour une vitesse maximum de 145 km/h. Le comportement passe par une direction à crémaillère, une barre antiroulis, une suspension avant indépendante et un essieu DeDion. Le système de freinage est assuré par quatre tambours à assistance. A noter que les version Daf 66 SL et Daf 66 Marathon étaient équipées de freins à disques avants.

Avec la Daf 66, le constructeur néerlandais a l’ambition d’augmenter sa production automobile avec près de 200 000 véhicules produits par an. Afin d’atteindre cet objectif, il investit sa nouvelle usine récemment édifiée. Daf essaie également d’élargir la liste des pays d’exportations groupant l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la France, l’Italie, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse… Toutefois, la Daf 66 ne permettra pas à la marque hollandaise d’atteindre son but. Les comptes virent au rouge. En 1974, la partie automobile de Daf est rachetée par Volvo, qui finira par l’absorber complètement en 1975. Au total, 146 297 exemplaires ont été produits sous l’appellation Daf dont 12 520 exemplaires ont été commercialisés dans l’hexagone dont 5 587 Super Luxe. Il faut savoir également que 1200 Daf 66 ont été spécialement recarrossées pour l’armée, connues sous le nom de Daf 66YA.

Un nouveau chapitre : la Volvo 66

En 1975, la Daf 66 change de nom et devient la Volvo 66. Ce changement s’accompagne d’autres. Le coupé est retiré du catalogue, le constructeur suédois ne souhaitant garder que les modèles les plus rentables, à savoir la berline 3 portes et le break dit combi. Ces deux versions sont améliorées en termes de finitions, de confort et de sécurité afin de pouvoir les positionner juste en dessous la Volvo Serie 200. Elles se voient équipées, notamment, de ceintures de sécurité à 3 points, d’appuie-têtes et d’un pare-brise feuilleté. La face avant est entièrement revue avec une calandre designée, arborant désormais le logo Volvo avec sa célèbre diagonale. Des parechocs « façon US » avec absorbeur d’énergie à l’avant comme à l’arrière sont installés. Les nouveaux modèles ont même droit à un traitement anti-corrosion !

L’intérieur de la Volvo 66 est redessiné pour refléter le standing de Volvo. Nous y retrouvons une nouvelle planche de bord plus « luxueuse » avec une instrumentation retravaillée, un volant plus ergonomique, la climatisation, le cendrier, la lunette arrière chauffante, les phares à longue portée (option)…

Côté mécanique, Volvo garde le 4 cylindres en ligne 1.1L « Cléon-Fonte » C1E d’origine Renault et le 4 cylindres en ligne 1,3L « Cléon-Fonte » C1H d’origine Renault. Les performances restent identiques et la transmission à variation continue est toujours utilisée, ce qui deviendra les futures boîtes DSG et Tiptronics. Si la tenue de route de la Volvo 66 est exemplaire, Volvo en améliore le freinage en mettant en place des freins à disque de série à l’avant. A noter que la version sportive « Marathon » disparaît en même que la Daf 66, tandis qu’apparaît son pendant sportif chez Volvo avec la Volvo 66 GL.

Assemblée dans l’usine originelle de Daf, au Pays-Bas, La carrière de la Volvo 66 s’arrête en 1980, après 5 ans de production et près de 106 000 exemplaires, vendus entre 16 600 et 25 000frs en France. Aucune remplaçante n’est directement prévue, mais en parallèle le projet « DAF 900 » initial, qui avait été imaginé pour la future Daf 77, va devenir la Volvo Série 300 (340/345/360).

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Volvo P1800, la « sainte » voiture de Simon Templar


Laisser un commentaire