Focus sur : La Volvo P1800, la « sainte » voiture de Simon Templar

En 1966, une élégante voiture Blanc Perle aux jantes Mini-Lite sortit des ateliers de son constructeur, prenant par la même occasion la direction du Royaume-Uni pour être livré à un client très particulier : l’acteur britannique Roger Moore. Découverte sur le plateau de la non moins célèbre série britannique Le Saint, lancée en 1962, la star britannique a été subjuguée par la magnifique et intemporelle suédoise ! Digne des plus belles GT italiennes et anglaises, la Volvo P1800 entre alors dans la légende ! Par la force du destin, elle devient alors le modèle Volvo le plus mythique de tous les temps ! ABSOLUTELY CARS vous propose de partir à la rencontre de l’incroyable et l’intemporelle voiture du Saint !

La série « Le Saint » : de Roger Moore à la Volvo P1800 S

Avant de jouer le rôle de Lord Brett Sinclair dans la série télévisée britannique « Amicalement vôtre » (The Persuaders!) qui met en scène deux autres stars automobiles, l’Aston Martin DBS et la Dino 246 GT, le talentueux Roger Moore (1927-2017) interpréta le rôle de Simon Templar dans la série télévisée britannique « Le Saint » (The Saint). Ce personnage littéraire, issu de l’imagination de Leslie Charteris (1907-1993), fit son apparition à la fin des années 1920. La première diffusion de la série télévisée au Royaume-Uni se déroula de 1962 à 1969 et représenta 6 saisons, 118 épisodes dont 47 en couleur. Le thème musical, oh combien célèbre, est dû à Edwin Thomas Astley (1922-1998). En France, la série fut retransmise à partir de 1964. Pour la petite histoire, Simon Templar est un aventurier, un justicier et un détective amateur qui traque les criminels à travers le monde et n’hésite pas à les dépouiller. Mais avant d’être une série d’aventure, c’est avant-tout une série mettant en scène l’automobile ! Au départ, la voiture choisie pour la série fut la Jaguar E-Type ; mais devant le manque de réactivité de la marque au félin, ce fut finalement une Volvo P1800 qui fut retenue. Une voiture suédoise ? Peut-être que oui, peut-être que non.

Le début de cette histoire : Volvo et le roadster P1900 Sport

Une société suédoise réputée dans la fabrication les roulements à billes, fondée en 1907, répondant au nom de SKF, ou plus précisément Svenska Kullagerfabriken AB, fonda à Göteborg, en 1915, Volvo en tant que plate-forme d’essais pour tester leurs produits destinés aux constructeurs d’automobiles.

Assar Gabrielsson (1891-1962), directeur des ventes de SKF, recruta Gustav Erik Larson (1887-1968) en 1926 pour transformer Volvo en constructeur d’automobiles. La première voiture fut lancée en 1927, les premiers camions et autobus en 1928. Lors de son introduction en bourse en 1935, Volvo AB devint indépendant.

Les automobiles proposées sur le marché d’Europe du Nord, au Benelux, au Royaume-Uni et en Amérique du Nord étaient de bonnes factures, robustes, mais relativement classiques. La seule qui se distingua fut la Volvo PV36 dite « Carioca », disponible de 1935 à 1938, équipée de roues avant indépendantes et d’une carrosserie aérodynamique avec phares intégrés. Au milieu des années 1950, en 1954 plus précisément, pour véhiculer une image moderne, Volvo présenta un roadster dessiné par Adolf Helmer Petterson (1901-1980), équipé de roues avants indépendantes, d’un châssis tubulaire, d’une carrosserie en polyester renforcée de fibre de verre, dénommé Volvo P1900 Sport. Il fut vendu principalement en Suède et aux Etats-Unis entre 1956 et 1957 en 67 exemplaires.

Le coupé Volvo P1800, la fameuse voiture du « Saint »

Après cette première tentative, fut lancé le projet « P1800 », en 1957 selon la volonté du nouveau dirigeant Gunnar Ludvig Engellau (1907-1988). Le design retenu très rapidement fut celui proposé par Pelle Helmer Petterson (1932-….), fils d’Adolf Helmer Petterson.

Lorsque Gunnar Ludvig Engellau prit les rennes de Volvo en 1957, le nombre de voitures fabriquées représentait un volume de 31 000 unités. Lorsqu’il quitta la société en 1971, la production était passée à 205 000 exemplaires. Le coupé 2+2 Volvo P1800 fut présenté lors du Salon de l’automobile de Bruxelles en janvier 1960, mais les premiers clients les reçurent qu’en 1961. Ses roues avant étaient indépendantes, les freins à disques étaient montés à l’avant. Son empattement était de 2,45m et sa longueur de 4,4m. Les carrosseries étaient réalisées dans l’usine écossaise de « Pressed Steel » à Linwood, les voitures assemblées à West Bromwich par le constructeur d’automobiles britannique Jensen Motors. Après une production de 6 000 exemplaires, en 1963, sa fabrication fut rapatriée en Suède, à Torslanda et à Göteborg. La première Volvo P1800 utilisée par Le Saint était donc de fabrication britannique.

En 1963, ce coupé entra dans un processus d’amélioration continue, sa boîte à vitesses 4 rapports pouvant être équipée d’un overdrive. Sa dénomination et la puissance de son moteur changèrent périodiquement, Volvo P1800 (1,8 litre et 90ch DIN) pour la version britannique, Volvo P1800S (90ch DIN, puis 96ch DIN) pour la version suédoise en 1963, 1800S en 1964, 103ch DIN et pare-choc avant droit en 1965, 2.0 litres et 105ch DIN en 1968.

En 1969, les 2 carburateurs furent remplacés par une injection électronique Bosch. Les freins à disques arrière furent adoptés. L’overdrive devint un équipement de série. En option, la boîte de vitesse est automatique à 3 rapports Borg-Warner, à partir de 1970. Sa longueur fut ramenée à 4,35m et sa dénomination devint Volvo 1800E. Ce coupé fut retiré du marché en juin 1972. Les modèles suédois munis de carburateurs furent réalisées en 23 993 exemplaires, la 2 litres injection en 9 414. Un joli succès ! La Série Le Saint y contribua pleinement, sa diffusion étant contemporaine à sa fabrication.

Les variantes du coupé Volvo P1800

Entre 1963 et 1967, une trentaine d’exemplaires furent transformés en cabriolet à Long Island. Ils sont communément dénommés « Volvoville », du nom de la concession de Stanley Lazarus qui les réalisa et distribua.

Le coupé Volvo 1800E fut proposé de 1971 à 1973 en variante break de chasse dénommé Volvo 1800ES. Il fut réalisé en 8 078 exemplaires. Sa longueur était de 4,39m, 4,49m pour la version US. La production totale représentait 47 485 exemplaires.

Vidéo Le Saint et la VOLVO P1800

Article co-écrit par : ABSOLUTELY CARS & CARDO
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’Archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : L’Aston Martin DBS, sportivement vôtre


Laisser un commentaire