Le Crossover Cabriolet, un concept automobile osé

Le constructeur japonais, Nissan, à l’aube des années 2000, démocratise une toute nouvelle génération de véhicules automobiles : le Crossover Cabriolet est né. Un nouveau segment de marché s’ouvre alors aux Etats-Unis et en Europe. Le produit conquiert rapidement le circuit américain, répondant à un besoin de circuler très facilement aussi bien en ville qu’à la campagne. Sa force : sa capacité de franchissement comparable aux SUV. Le secret du crossover réside dans la polyvalence dépassant sur leurs propres terrains les véhicules spécialisés. Pourtant, les marques sont allées encore plus loin, proposant des innovations toujours plus « décalées ». ABSOLUTELY CARS vous amène à la découverte des premiers ou/et plus célèbres crossovers cabriolet !

Un modèle précurseur : le Nissan Murano Crossover Cabriolet

Officiellement présenté lors du Salon de Los Angeles en 2010, son concept et son style ont fait bondir l’univers de l’automobile. Combiner un châssis de SUV avec un cabriolet pour aboutir à un crossover décapotable est plutôt osé. Un peu trop peut-être ? Ce pari a été réalisé par Nissan qui lançait alors le Nissan Murano Crossover Cabriolet. Néanmoins, le Grand Public américain a fait un accueil très sceptique alors qu’unanimement on s’accorde que ce modèle est hélas raté. Les différents avis journalistiques ne font que conforter ce point de vue. A ceci près que, dès son lancement en 2011, elle a été élue « Most Disliked Car of the Year » aux Etats-Unis !

Nissan a réservé ce modèle uniquement pour le marché américain et nord-américain. Ainsi rares sont les personnes, en Europe, qui ont vu le 4×4 haut de gamme de Nissan avec sa capote en toile ! En effet, pas de toit rigide pour ce cabriolet ! A noter que capote relevée, le style est mitigé, mais décapotée, la ligne est plus gracieuse…

Côté moteur, elle est dotée d’un V6 3.5 essence développant 265ch et d’une transmission automatique à variation continue ou CVT. Côté portefeuille, le Nissan Murano CC a été commercialisé au tarif de 41.995 dollars (environ 31.000 euros).

Au final, sa commercialisation n’aura duré que quatre années. Elle se terminera dans l’anonymat le plus total fin 2014. Un stock difficile à écouler et des questions existentielles auront raison de sa production. Un marché encore trop conservateur ? Un concept trop innovant pour son temps ? Nous n’aurons pas toutes les réponses à ces questions. Ce véhicule fait partie désormais parmi de la catégorie automobile des « mal-aimées ». Cet échec commercial n’a pas, pour autant, enterré ce type de projets. D’autres marques se sont lancées sur ce segment avec une stratégie bien rodée. ABSOLUTELY CARS vous propose de réaliser un tour d’horizon de ces modèles hybrides alliant SUV et cabriolet.

Le crossover cabriolet : la nouvelle tendance chez les constructeurs automobile

Le Citroën E-Mehari, le crossover baroudeur

Lancée en 2016, avec un style alliant vintage et modernisme, cette Méhari nouvelle génération propose ses quatre passagers de profiter de la fiabilité du crossover tout en ayant les cheveux au vent. Sa motorisation, entièrement électrique, plonge ce modèle mythique dans le 21ème siècle. Le choix de coloris extérieurs et intérieurs reprenant l’univers nautique, est limité, mais n’entrave en aucun cas son côté baroudeur des plages. En plus d’être découvrable, son intérieur est totalement imperméable (lavable à l’eau).

Malheureusement, son prix d’achat est trop élevé, des équipements insuffisants ainsi que des batteries devant être chargée en continu et n’acceptant pas la charge rapide ont contribué à son échec commercial. Seuls quelques milliers de véhicules ont trouvé preneurs. Sa production cessera définitivement en 2020 après quatre années d’existence.

Le Land Rover Evoque Cabriolet, le crossover chic

Ne faisant partie d’aucune catégorie, cette version décapotable du Land Rover Evoque cherche à trouver le même succès que la version fermée. Officiellement lancé en 2016, ce modèle est destiné à optimiser le côté « chic » de la gamme « Evoque », tout en conservant sa finition premium et ses capacités de « franchiseur ».

Avec un sur-poids de 300kg par rapport au coupé, ce véhicule atteint les deux tonnes. Le châssis offre une tenue de route équivalente à son cousin « fermé ». Uniquement en version 4X4 et doté d’une boite automatique 9 rapports, le mode sport booste la sportivité de ce cabriolet unique en son genre. A cela s’ajoute la démultiplication des sensations lorsque l’on enlève la capote en toile (18 seconde jusqu’à 50km/h). L’intérieur reste identique au Land Rover Evoque 5 portes et coupé, à un détail près : l’écran multimédia-GPS. Plus grand et plus moderne sur la version décapotable, son utilisation est plus pratique et précise, où se mêlent cuir et chrome.

Les motorisations, diesel ou essence, commencent à 150ch pour Land Rover Evoque Cabriolet TD4 et aboutissent à 240ch pour la version Si4 HSE Dynamics. La différence est notable face à son frère à « toit dur ».

Les prix débutent à 51 000€. Si on ajoute les multiples options proposées au catalogue, la facture peut vite grimper et dépasser la barre des 70 000€ ! Face à cette note plutôt salée, face aux finitions et aux différents moteurs, il est plus « économique » d’acquérir un Evoque 5 portes ou coupé, avec en prime un coffre plus généreux (420 litres contre 250 litres pour le cabriolet). Côté prix, la différence peut aller jusqu’à 6000€ (bonus-malus inclus). Ainsi, le rapport qualité/performance/prix est vraiment mal réparti entre les deux modèles.

Le Skoda Sunroq, le concept crossover cabriolet par Skoda

Né de la collaboration entre la marque tchèque, Skoda, et des étudiants de la Skoda Academy, ce cinquième projet est dénommé « Sunroq ». Reprenant le châssis du Karoq, le toit rigide est enlevé, devenant ainsi un Crossover Cabriolet. Huit mois de chantier ont été nécessaire pour aboutir à ce résultat. La face avant reste identique au Karoq mais l’arrière et l’intérieur ont été repensés avec un choix bicolore rouge et blanc. Quelques détails démontrent de la finition et du soin apporté : la projection du logo Skoda est possible aussi à l’avant qu’à l’arrière ou que latéralement.

Côté moteur, nous retrouvons le 4 cylindres 1.5 TSI de 150ch de la Karoq qui abat le 0 à 100 km/h en 8,4 secondes avec une vitesse maximale avoisinant les 200km/h. Hélas, ce prototype est resté à l’échelle du simple projet, au grand dam des passionnés.

Le Hyundai Santa Fe Cabriolet, une nouvelle vision expérimentale du SUV Hyundai Santa Fe

Vous ne rêvez pas ! Le Hyundai Santa Fe Cabriolet est bien un SUV Hyundai 7 places dont le toit a été retiré. Il conserve les équipements et la motorisation du modèle standard (2,2L de 200 ch), mais la consommation atteint le double de la version classique. Exemplaire unique destiné à un film publicitaire en Australie, il ne dispose pas de l’homologation sur route. N’espérez donc pas le retrouver en concession, car sa production en série n’est pas à l’ordre du jour pour le constructeur.

Le Volkswagen T-Roc Cabriolet, le petit dernier de la gamme Crossover

Les décapotables sont de plus en plus boudées par les conducteurs. Cependant, la marque Volkswagen tente un coup de poker en relançant la mode des Crossovers Cabriolet avec son T-Roc. Doté d’un châssis renforcé (donc alourdit) et d’une capote souple, certains aspects du célèbre SUV, risquent de diminuer : le volume du coffre, les performances, le comportement routier, etc,…

Mais pour apprécier cette nouvelle version, il faudra attendre 2020 ! En effet, la production des premiers exemples ne débutera pas avant. A noter que Volkswagen a investi près de 80 millions d’euros pour la produire, sachant que le groupe vise écouler 20 000 unités par an. Une affaire à suivre…

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos officielles constructeurs

Cet article vous a plu ? Retrouvez un article sur un modèle unique, reconnu pour être en avance sur son temps à lire ici : La BMW Série 7 (E66) 745Li, le confort en mode cruising


Laisser un commentaire