Wills Sainte Claire, la Bernache américaine centenaire

Nous devons à Childe Harold Wills quelques unes des des plus belles automobiles d’Amérique du Nord ! Extrêmement bien construites, au design aussi élégant qu’attrayant, puissantes et maniables, les Wills Sainte Claire étaient réputées pour leur ingénierie exceptionnelle ! Les premiers modèles, connus sous le nom de Wills Sainte Claire A68, étaient même propulsés par un moteur V8 muni de deux arbres à came en tête, s’inspirant des moteurs aéronautiques de la Première Guerre mondiale d’Hispano-Suiza ! Une première mondiale qui est sortie des chaînes de production du constructeur américain Wills Sainte Claire en mars 1921, voilà 100 ans ! A l’occasion de ce centenaire, ABSOLUTELY CARS vous propose de revenir sur l’histoire de cette marque américaine d’exception qui avait pris une Bernache du Canada comme mascotte !

Childe Harold Wills, de la Ford Motor Company à Wills Sainte Claire

Childe Harold Wills (1878-1940), autodidacte, travailla à l’âge de 17 ans dans la Detroit Lubricator Company. Le soir, il suivit des cours en métallurgie, chimie et génie mécanique. Par la suite, il œuvra dans la Boyer Machine Company, puis dans la Burroughs Adding Machine Company en tant qu’ingénieur en chef à partir de 1901. En parallèle, il travailla pour Henry Ford (1863-1947) à temps partiel, dans la Detroit Automobile Company à partir de 1899, dans la Henry Ford Company à partir de novembre 1901. Henry Ford établissait les schémas directeurs et organisait la production. Childe Harold Wills réalisait les études de détail pour les automobiles fabriquées en série, mais également pour les voitures de course. Il participa aux études de la Ford « Sweepstakes » Race Car de 1901, équipée d’un 2 cylindres à plat de 8,8 litres accouplé à une boîte à vitesses 2 rapports, développant 26ch à 900tr/mn et reposant sur un châssis de 2,44m. Il contribua aux études de la Ford 999 de 1902, équipée d’un 4 cylindres de 18,9 litres développant 80ch à 700tr/mn et reposant sur un châssis de 2,97m. Il assista aux études de la Ford Arrow de 1904, équipée d’un 4 cylindres de 16,7 litres développant 72ch à 700tr/mn et reposant sur un châssis de 2,97m.

En 1903, Childe Harold Wills travailla à temps plein pour la Ford Motor Company. Il coopéra aux études des nouveaux véhicules fabriqués en série, les Ford Model A (1903-04), Ford Model B (1904-06), Ford Model C (1904-05), Ford Model F (1905-06), Ford Model K (1906-08), Ford Model N/R/S (1906-08).

En 1908, fut lancée la fameuse Ford T. Childe Harold Wills avait fortement contribué à la conception de cette nouvelle automobile, notamment pour la transmission planétaire, la culasse amovible, l’emploi de l’acier au vanadium (pour le vilebrequin, la transmission et l’essieu avant) et le logo Ford tel que nous le connaissons aujourd’hui.

En juillet 1919, Henry Ford racheta l’ensemble des parts sociales de la Ford Motor Company pour un montant de près de 106 millions de dollars, qu’il partagea avec les membres de sa famille. Les frères Dodge, John Francis (1864–1920) et Horace Elgin (1868–1920), en tant que sous-traitants d’Henry Ford et détenteurs de parts sociales, perçurent 25 millions de dollars et investirent dans l’amélioration de leur nouvelle chaîne de production d’automobiles. Pour sa part, Childe Harold Wills perçut 1,6 million de dollars et devint à son tour, constructeur d’automobiles.

Wills Sainte Claire ou la première voiture munie d’un V8 avec deux arbres-à-cames en tête

En vendant ses actifs détenus dans des sociétés sidérurgiques, Childe Harold Wills rassembla 5,6 millions de dollars pour acheter un terrain à Marysville dans le Michigan afin d’y bâtir une usine, de concevoir une voiture révolutionnaire et de la vendre sous la marque Wills Saint Clair, du nom du lac situé à proximité de ladite usine. En mars 1921, elle fut lancée sur le marché sous la marque Wills Sainte Claire, son créateur préférant féminiser cette dénomination pour la rendre plus élégante.

Sa première voiture, la Wills Sainte Claire 68 Series, était équipée d’un V8 muni de deux arbres à cames en tête, délivrant 60ch à 2700tr/mn, accouplé à une boîte à vitesses 3 rapports, reposant sur un châssis d’un empattement de 3,07m. En 1923, un châssis d’un empattement de 3,23m fut ajouté. Cette dernière variante vit sa puissance portée à 65ch à 2700tr/mn et reçut des freins hydrauliques sur les 4 roues en 1924. La version châssis court adopta ces perfectionnements en 1925. Les nouveaux modèles Wills Sainte Claire W-6 et Wills Sainte Claire T-6 furent équipés d’un 6 cylindres en ligne muni d’un arbre à cames en tête, développant 66ch à 3300tr/mn, reposant sur le châssis de 3,23m d’empattement. Les voitures furent exportées en Angleterre, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique et en Espagne. Bien que Childe Harold Wills soutînt son projet, l’entreprise perdit trop d’argent chaque année. Elle ferma ses portes en 1927 après une production totale de 12 000 exemplaires. Elle fut vendue à Chrysler en 1933.

Par la suite, Childe Harold Wills participa au projet Ruxton, une traction américaine, et devint le métallurgiste en chef chez Chrysler à partir de 1933. En 1940, il subit un accident vasculaire cérébral et décéda à l’hôpital Henry Ford de Detroit, à l’âge de 62 ans…

L’histoire retiendra que Childe Harold Wills fut le génial créateur d’une voiture équipée d’un V8 muni de deux arbres à cames en tête, une première mondiale ! A noter que la Wills Sainte Claire 68 Series exploita abondamment l’acier au molybdenum plus résistant que l’acier au vanadium.

Article co-écrit par : ABSOLUTELY CARS & CARDO
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Duesenberg, la plus prestigieuse des marques américaines


Laisser un commentaire