Nous y étions : La Traversée de Paris Hivernale 2020

Comme chaque année, la Traversée de Paris Hivernale 2020 a le dur rôle de lancer la saison automobile ! Et comme chaque année, depuis 20 ans, c’est avec panache qu’elle tient son rang ! En effet, près de 700 véhicules dont 600 voitures ont répondu présent à l’appel de Vincennes en Anciennes, donnant ainsi vie à l’un des plus grands rassemblements de voitures anciennes ! Du Château de Vincennes à l’Hippodrome de Vincennes en passant par l’ensemble des arrondissement de Paris, passionnés et participants ont vécu un moment unique autour d’une passion commune : l’automobile ! ABSOLUTELY CARS vous propose de vivre de l’intérieur cette matinée aussi unique qu’exceptionnelle !

La Traversée de Paris Hivernale 2020 : l’événement pour bien commencer l’année

La fameuse et magistrale Traversée de Paris fête ses 20 ans ! Le bel âge dirons-nous ! Organisée par l’association Vincennes en Anciennes depuis autant d’années, cet événement d’une grande ampleur, qui lance habituellement la saison automobile, est devenu un rendez-vous incontournable pour les amateurs, passionnés et propriétaires de véhicules de plus de 30 ans ! Et comme pour chacune des précédentes éditions aussi bien estivales qu’hivernales, passion, vintage et bon moments ont été au rendez-vous ! Il faut dire que plus de 700 véhicules (automobiles, motos, tracteurs, bus ou encore vélos) ont répondu à l’appel malgré le froid et un départ bien matinal ! Ainsi, à 7h30 tapant, les premiers aventuriers se sont élancés depuis le Château de Vincennes au son des moteurs et des klaxons, bien décidés à se lancer à l’assaut des 20 arrondissement de notre capitale ! Du haut de ses 35 km, ce dimanche 12 janvier 2020 est bien spécial ! En effet, que l’on soit jeune ou plus âgé, on ne peut rester insensible face à cette magnifique vision d’une telle diversité sur nos routes et pavés. Embarquez avec ABSOLUTELY CARS au coeur de cette balade synonyme de retour dans le passé chargé de souvenirs d’enfance !

Les incontournables de la Traversée de Paris Hivernale

Demain, dès l’aube, je partirai… direction l’Esplanade des Invalides

Si les participants ont quitté l’Esplanade du Château de Vincennes dans la nuit, c’est au soleil levant qu’ils ont regagné la fameuse place des Invalides, après avoir exploré la rive gauche. Nous sommes au rendez-vous à bord d’une magnifique Ford Mustang de 1968, notre première monture du jour ! Il est 9h et l’incontournable rond-point commence doucement à se remplir sous le soleil hivernal. Quel plaisir de voir autant de belles voitures !

Chacun se gare comme il le peut, mais c’est ça aussi le charme de la Traversée de Paris ! Par chance pour les arrivants, le froid pousse le premiers à partir, créant un va-et-vient incessant. Entre discussions, débats, et réunions entre amis, cette 20ème édition de la Traversée de Paris pérennise les valeurs de partage, d’entraide et d’amitiés entre propriétaires et passionnés quel que soit le véhicule. Et heureusement, car les vieilles mécaniques supportent mal les embouteillages et la froidure !

Mais face aux innombrables voitures présentes, on a sitôt fait d’oublier la bise hivernale ! Citadines, berlines, coupés, cabriolets, limousines ou encore utilitaires s’entrecroisent avant de se garer sur les côtés et de jeter un petit coup d’œil autour de soir ! Ici, les voitures populaires rencontrent des modèles automobiles rares tandis que les décennies se superposent.

Et comme à notre habitude, nous avons eu quelques coups de cœur ! La première qui a su attirer notre attention, n’est d’autre qu’une sublime Riley Imp de 1934, un modèle britannique particulière très rare, notamment en France ! Nous pouvons également souligner la présence d’une magnifique Daimler SP250 (1959-1964) ou encore d’une Lada 2107 (1982-2012) qui ne renie pas ses origines soviétiques !

Dédicace spéciale également au Club Panther Passion avec lequel nous avons pu longuement discuter lors du Salon Automédon 2019 ! Quel bonheur de recroiser derechef ces deux Panther Kallista au châssis tubulaire, à la carrosserie en aluminium et aux jantes à rayons ! Pour l’anecdote, ces deux modèles, construits entre 1982 et 1990, sont équipés d’un moteur Ford d’environ 150ch pour un poids de 900kg ! Et seulement produits à 1440 exemplaires !

La Concorde où l’histoire roule sur les pavés !

Les pépites automobiles de l’Hôtel du Crillon

Mais il est temps de continuer notre périple, direction la mythique place de la Concorde ! En effet, s’il y a bien un endroit où il faut être lors d’une Traversée de Paris, c’est bien sous l’Obélisque ! Et à notre arrivée, celui avait presque disparu sous le flot interrompu de voitures de collection ! De l’Automobile Club de France au Pont de la Concorde, il y avait tellement de choses à voir qu’on en perdait la tête ! Si bien que c’est ici que nous avons relâché notre magnifique cheval sauvage pour se perdre parmi les carrosseries ! Adieu Ford Mustang, nous te laissons aux passants étonnés et aux passionnés aux anges !

Pour tout voir, nous avons procédé avec méthodologie en commençant sous les fenêtres de l’Hotel du Crillon, parmi ses œuvres d’art automobiles. C’est ici que c’étaient rassemblées pas moins de quatre Delorean DMC-12, une AMC Pacer X et une Corvette C1 ! Les voitures européennes ne sont pas en reste avec un trio anglais de choc composé d’une Jaguar Type-E, d’une Austin Healey 3000 et d’une Austin Mini Edition « Arc de Triomphe » ! Mais c’était sans compter sur la marque au trident et sa toute première série de la Maserati Quattroporte (1963-1969). Aux allures plus modestes, nous n’avons pas oublié de remarquer la petite Saab 96 en état collection cachée parmi ces voitures rutilantes !

Des pépites, il y en avait tout autour de la Place de la Concorde où l’on remarque la présence des forces de l’ordre NewYorkaise incarnée par la passion de deux frères et de leur association « Paris Interceptor ». Le modèle ci-dessous est une Ford Crown Victoria “Unmarked” ayant servi dans la police de Fresno (Californie) en 2005.

Nos coups de cœur de la Place Concorde

La Messerschmitt KR 175/200, la plus atypique des micro-citadines

Nous pouvons également souligner la présence d’une rarissime Messerschmitt KR 175/200 !

Cette voiture des plus atypiques est sans surprise un modèle allemand – un pays particulièrement connu pour être « expert » en micro-citadine d’après-guerre avec comme fleuron la très charme BMW Isetta. Construite entre 1953 et 1964 par l’ingénieur Fritz Fend, ce véhicule, destiné à être utilisé par des personnes handicapées, repose sur trois roues et peut accueillir deux occupants en tandem. A noter que son nom souligne bien son gabarit et sa mécanique, KR signifiant « Scooter à cabine » (Kabinenroller en allemand).

Côté moteur, elle est équipée d’un moteur de 175cm3 ou de 200cm3, selon la version. Sa puissance maximale est de 10ch pour une vitesse de pointe de 90km/h !

Une version cabriolet Messerschmitt KR201 sera même proposée en 1955. Reprise par la FMR, à partir de 1957, l’ultime version Messerschmitt « Tiger 500 » sera dotée de 4 roues et propulsée par un moteur de 24.5ch d’une cylindrée de 500cm3, ce qui lui permet de rouler jusqu’à 130km/h ! Encore faut-il en avoir le courage avec ce type d’engin ! Sa production cessera en 1964, après 50 000 unités écoulées, devenant le symbole d’une période « post conflit » pour l’Allemagne.

La SCORA Type 2, la rareté à son extrême !

Mais celle qui a su complètement nous séduire n’est d’autre qu’une voiture française ! Son nom : SCORA pour Société Corrézienne d’Automobiles. Derrière cette marque, se trouve un homme : Jacques Durand, fondateur de Jidé. Et le modèle que nous avons rencontré, n’est d’autre qu’une SCORA Type 2. Construite à 7 exemplaires, entre 1977 et 1982, sa présentation au grand public a lieu en 1974. Son châssis est celui de la Jidé auquel s’ajoute un renforcement. Sous le capot, se loge le bloc-moteur de la Gordini 1600, poussé à 160ch ou de la JRD de 183ch. Elle sera remplacée par la SCORA Maxi, en 1988, dotée d’un moteur de Renault 5 Turbo.

L’Hippodrome de Vincennes, le point d’arrivée de la Traversée de Paris Hivernale 2020

Si nous aurions pu flâner pendant des heures sur cette impressionnante Place de la Concorde, hélas la montre nous rappelle qu’il faut être à 12h30 à l’Hippodrome de Vincennes, une première pour la Traversée de Paris ! Bref, juste le temps de bondir à bord d’une très coquette Volkswagen Coccinelle de 1958 entièrement restaurée par son propriétaire ! Aussitôt assis, aussitôt séduit ! L’ensemble des pièces de la carrosserie (logo, pare-soleil, ailes, pneus…) proviennent d’artisans ainsi que du siège de la marque. L’habitacle est conforme au standard de l’époque avec quelques accessoires originaux comme le dégivrage arrière ! Que voulez-vous, « Choupette » se veut être moderne ! Mais rassurez-vous, tous ces ajouts peuvent être retirer ! Et c’est sur un air de Nostalgie sortant de son auto-radio original que nous rallions la dernière étape majeure de ce 20ème anniversaire de la Traversée de Paris.

A notre arrivée, le temps s’est brutalement couvert, craignant même l’averse ! Mais il en fallait plus pour détourner les participants de leur objectif, l’étape ultime sur le roadbook : l’Hippodrome de Vincennes. Nous y avons retrouvé plus d’une centaine de voitures, garées avec discipline sur le gazon du parking ! Et c’est avec un grand sourire que nous retrouvons certains habitués de cette fameuse Traversée de Paris !

Et parmi toutes ses voitures, l’une d’entre elles était notre sésame pour un retour triomphal à Paris ! Et quitte à choisir parmi toutes ces belles, nous avons porté notre dévolu sur une incroyable Moss Monaco !

Imaginée par le pilote de F1 et d’endurance, Stirling Moss, c’est une concurrente directe de la non moins célèbre Lotus Seven de Colin Chapman ! L’appellation « Monaco » vient de la victoire monégasque de son créateur, en 1956, à bord d’une Maserati 250.

La ligne de la Moss Monaco est propre aux voitures de compétition des années 1960, spécifiquement travaillée pour optimiser l’aérodynamisme.

Hélas, ce modèle ne verra jamais le jour par Striling Moss, faute de financements suffisants.

Mais grâce à trois ingénieurs mordus d’automobiles, cette voiture prendra forme !

Sa structure entièrement en aluminium et faite main accueille un bloc-moteur d’origine Ford avec un 6 cylindres 2.0.

A noter que les Moss Monaco peuvent également être dotée d’un moteur Triumph, la marque anglaise étant l’autre fournisseur mécanique.

La Place Vauban : le petit coin parisien des passionnés automobiles

Sur Paris, quelques voitures de collection circulent encore, prolongeant un temps cette belle manifestation. Sur notre chemin de retour, nous nous sommes perdus sur la Place Vauban où nous attendait la plus belle des surprises. A peine arrivée que nous constatons que le club d’Austin Healey d’Île de France a investi la place avec pas moins de six exemplaires en version hard top et cabriolet ! Un véritable régal pour les yeux ! Le design aérodynamique, l’élégance de la ligne et le raffinement du modèle font, de l’Austin Healey, un des roadsters anglais les plus mythiques !

En parallèle, nous y avons retrouvé une magnifique Jaguar MKII et une Volvo P1800. La première est le symbole par excellence de la berline de luxe anglaise. Construits entre 1959 et 1967, les Jaguar MKII furent vainqueur du Tour de France automobile à quatre reprises. La seconde est suédoise au style radicalement différent du reste de la gamme Volvo. Ce coupé atypique reste dans les annales de la marque comme l’un de ses modèles les plus élégants.

Mais le clou de cette journée n’est d’autre que cet exemplaire authentique : une Lotus Super Seven SII Cosworth 120E. Sa structure entièrement en aluminium et ses jantes à rayon surmontées de garde-boue « moto » en font un véritable bijou automobile. Son habitacle est entièrement d’origine, que ce soit le volant, le tableau de bord ou encore les sièges en cuir. Cette oeuvre d’art est complétée par une motorisation Ford Cosworth de 1500cm3 développant 90ch accouplé à une boîte manuelle 4 rapports. Le rapport poids/puissance est plus qu’exceptionnel car l’engin ne pèse que 470kg !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Rassemblement mensuel de l’AVAVA à Versailles


Laisser un commentaire