Bentley, un siècle d’élégance et d’innovations

En regardant la télévision, nous sommes tombés par le plus grand des hasards sur la mythique série anglais des années 1960, en noir et blanc jusqu’à la cinquième saison, « The Avengers« , plus connue sous le nom de « Chapeau melon et bottes de cuir » ! Le rôle principal de cette série mélangeant espionnage, science-fiction et action n’est d’autre que John Steed, joué par l’acteur britanno-américain Patrick Macnee (1922-2015). Toutefois, ce n’est pas son très bon jeu d’acteur qui a retenu notre attention, mais bien ses sublimes Bentley 4 ½ litre, en 3 litre et en Speed Six ! Il n’en fallait pas plus pour ABSOLUTELY CARS ! Pour les 100 ans de la marque, découvrez à nos côtés la plus élégante et la plus discrète des marques de luxe anglaises : Bentley !

Walter Owen Bentley : de l’aéronautique à l’automobile

Pendant la Première Guerre mondiale, Walter Owen Bentley (1888-1971) travailla chez un constructeur de moteurs d’avion où il se fit un nom en modifiant les moteurs rotatifs du français Pierre Clerget, qu’il équipa de ses pistons en aluminium. Pour tous les passionnés de mécanique, il s’agit des fameux moteurs BR1 et BR2, « BR » pour « Bentley Rotary ».

1919 est une année charnière dans l’œuvre de Walter Owen Bentley. En effet, à Cricklewood, il se lança dans l’automobile et créa une nouvelle marque d’automobiles sous son nom.

Après avoir construit trois prototypes, entre 1919 et 1921, les Bentley 3 litre (sans « s », c’est ainsi), l’aventure commença avec les voitures produites en petites séries. Elles sont désignées sous les dénominations « Blue Label », « Red Label » et « Green Label ». Les taux de compression engendrèrent des puissances différentes, les empattements des châssis étant dédiés à leurs usages. Elles furent fabriquées en 1 619 exemplaires en 8 ans. L’innovation technique fut remarquable : le 4 cylindres 3 litres possédait déjà 4 soupapes par cylindre commandées par un arbre à cames en tête, double allumage, vilebrequin à 5 paliers lubrifié sous pression, refroidissement forcé par pompe à eau, et construction presque entièrement en alliage léger ! En 1923, furent ajoutés les freins sur les 4 roues et à la fin des années vingt, le servofrein. Le moteur montait dans les tours et la fiabilité était au rendez-vous ! Et nul meilleure preuve que le palmarès de Bentley en compétition à cette époque-là :

  • La Bentley 3 litre Sport : victorieuse aux 24 Heures du Mans en 1924 et en 1927
  • La Bentley 4 ½ litre : victorieuse aux 24 Heures du Mans en 1928, 2ème et 3ème places aux 24 Heures du Mans en 1929, 2ème place au Grand Prix de France et aux 500 miles de Brooklands en 1930
  • La Bentley Speed Six : victorieuse aux 24 Heures du Mans en 1929, victorieuse aux Brooklands Six Hours en 1929, 1ère et 2ème places aux 24 Heures du Mans en 1930, 1ère et 2ème places Brooklands Double Twelve en 1930

A noter que les Bentley 6 ½ litre et Bentley Speed Six furent fabriquées qu’à seulement 545 exemplaires, les Bentley 4 ½ litre et Bentley Black Label à 655 exemplaires, la Bentley 4 ½ litre Blower équipées d’un compresseur à 55 exemplaires, la Bentley 8 litre à 100 exemplaires, la Bentley 4 litre à 50 exemplaires, soit environ 3 000 automobiles entre 1921 et 1932,… Toutes des petits chefs d’œuvre !

En 1931, Bentley fut achetée par Rolls-Royce. Et à partir de 1935, Walter Owen Bentley œuvra en tant qu’ingénieur en chef chez Lagonda, qui gagna l’épreuve mancelle en 1935.

Un tournant historique : les Bentley équipées de moteurs Rolls-Royce

L’achat par Rolls-Royce fut un tournant décisif dans l’histoire de Bentley ! La production fut transférée à Derby en 1933 et adopta des moteurs Rolls-Royce. Le volume de vente s’améliora. En 1937, la branche automobile devint une filiale de la branche aéronautique Rolls-Royce. En 1939, la Bentley Mk V fut équipée de roues avant indépendantes. Après la Seconde Guerre mondiale, la production reprit à Crewe. Toutefois la qualité « Bentley » est toujours présente avec toujours de nouvelles innovations à la clé ! La climatisation et la direction assistée furent proposées en option dès 1956 ! En 1959, la direction assistée devint un équipement standard ! En 1962, les ceintures de sécurité furent mises à disposition pour toutes les places assises !

En 1965, fut lancée la Rolls-Royce Silver Shadow équipée de vitres électriques, de l’autoradio, de l’air conditionné. Côté sécurité active, elle fut équipée de 4 freins à disque, de 4 roues indépendantes, de ressorts hélicoïdaux doublés par une suspension hydropneumatique Citroën. En 1969, la suspension complémentaire hydropneumatique fut retirée des roues avant et Rolls-Royce améliorera sans cesse son dispositif de correction d’assiette de suspension automatique. Cette nouvelle voiture, dénommée chez BENTLEY Série T, reposait sur une caisse autoporteuse et la marque ne fournit plus de châssis aux carrossiers indépendants. La fin d’une époque…

En 1977, la climatisation automatique devint un équipement standard. Au milieu des années 1980, l’ABS fut adopté.

En 1998, Volkswagen acquit Bentley et Rolls-Royce. Cette dernière fut rétrocédée, en 2003, à BMW tout en conservant le site de production historique de Crewe et les droits sur le fameux V8 Rolls-Royce de 6,75 litres muni de soupapes en tête, moteur toujours exploité par Bentley.

tableau2
tableau3

La Bentley Arnage, la seule Bentley équipée d’un moteur BMW

S’il y a bien une Bentley qui diffère de toutes les autres, c’est bien la Bentley Arnage, la seule Bentley qui fut équipée d’un moteur BMW ! Selon les accords de Rolls-Royce antérieurs au rachat de la marque par Volkswagen, Ferdinand Karl Piëch (1937-2019), alors directeur du groupe, demanda que le classique V8 OHV Rolls-Royce fût monté dans la Bentley Arnage Red Label. Mais comme la guerre en Volkswagen et BMW faisait rage, une alternative plus puissante fut proposée par BMW. Cette production fut rebaptisée « Bentley Arnage Green Label« , ne dura qu’une année supplémentaire par rapport à la « Red Label ».

Nous vous en disons plus sur ce modèle si particulière à la croisée de l’histoire automobile de Bentley avec notre article focus sur la Bentley Arnage ! A découvrir à cliquant sur ce lien !

L’ère Volkswagen ou le renouveau de Bentley

Les modèles équipés de moteurs Rolls-Royce sont des propulsions. Une nouvelle gamme fut introduite en 2003 et étudiée par les équipes Volkswagen, Audi et Bentley. Elle est munie de la transmission intégrale.

La même année, la Bentley Speed Eight remporta les 24 Heures du Mans, tandis que sortait un modèle inédit : le coupé Bentley Continental GT, équipé d’une carrosserie en acier munie d’un empattement de 2,75m, ses ouvrants étant en aluminium.

Basée sur le coupé Bentley Continental GT, la limousine fut lancée en 2005 avec un empattement de 3,07m. Jusqu’en 2013, elle se dénomma Bentley Continental Flying Spur. Puis à partir de 2013, elle prit le nom de Bentley Flying Spur tout simplement.

Basé sur le coupé Bentley Continental GT, le cabriolet Bentley Continental GTC fut lancé fin 2006, avec un empattement de 2,75m.

En 2018, le renouvellement de la gamme commença. La boîte 8 rapports adoptée est munie d’un double-embrayage. Les châssis possèdent un empattement plus long, 2,85m pour les coupé Continental GT et cabriolet Continental GTC, 3,19m pour la Flying Spur.

En complément des Bentley Mulsanne, Continental GT, Continental GTC, Flying Spur, fut lancé en 2016 le SUV Bentley Bentayga. C’est un condensé du savoir-faire Bentley :

  • 4 soupapes par cylindre, à l’instar des premières Bentley conçues par Walter Owen Bentley,
  • 4 roues motrices et directrices comme la Bentley Flying Spur dernière génération,
  • boîte à vitesses automatique 8 rapports,
  • empattement de 2,995m et longueur de 5,14m sans pour cela être pataud sur les routes sinueuses écossaises, garde au sol de 24,5cm dans la position la plus haute, 22cm et 20cm pour les positions intermédiaires, 12,5cm sur autoroute, une suspension pneumatique digne de la suspension hydropneumatique de la Citroën DS exploitée sur la Bentley T1.

Pour vous, nous avons réalisé un comparatif entre la Bentley Bentayga, le Rolls-Royce Cullingan et le Lamborghini Urus ! A découvrir en cliquant sur ce lien !

Et comme l’histoire ne cesse jamais d’être écrite, pour ce nouveau siècle d’existence, Bentley va présenter à l’occasion du Festival Automobile International 2020, du 29 janvier au 02 Février, un concept-car unique : le Bentley EXP 100 GT. Toujours en élégance et innovation !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS & CARDO
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’Archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Morgan, 110 ans d’aventure européenne


Laisser un commentaire