Rétrospective : Les Journées Inter-Ecuries sur le Circuit des 24h du Mans

Le mois d’octobre se termine bien tôt tout comme la saison de l’Automobile Club de l’Ouest sur l’emblématique Circuit des 24h du Mans. Pour ce dernier week-end avant la trêve hivernale, ce sont les licenciés ACO possédant une licence de pilote qui seront mis à l’honneur durant deux jours très exclusifs tournés vers la compétition. Amateurs ou professionnels se réuniront donc, du 26 au 27 octobre 2019, sur le Tracé du Bugatti pour le plus grand bonheur du public. Essais, chrono et courses rythmeront un planning fortement chargé avec des voitures allant du karting à la monoplace, en passant par les GT ! En attendant de s’y rendre, ABSOLUTELY CARS vous propose de revenir sur l’édition précédente des fameuses Journées Inter-Ecuries !

img 2027

Les Journées Inter-écuries, le big bang de l’automobile de sport

Les Journées Inter-Ecuries concluent chaque année la saison événementielle du célébrissime Circuit des 24h du Mans. Il s’agit d’une occasion unique de fouler une dernière fois les allées et le paddock avant l’année suivante ! Aucune excuse n’est valable pour ne pas s’y rendre à la vue de l’ébullition qui règne chaque année ! Véritable rencontre entre le monde professionnel et les passionnés d’automobile, le spectacle se passe aussi bien sur la piste qu’en dehors avec un parking rempli de véhicules vintage ou modernes, sportifs ou plus citadines ! De plus, l’entrée pour les visiteurs est gratuite, idéal pour s’immerger dans la passion à moindre frais ! Pour vous en donner goût, ABSOLUTELY CARS vous propose de revenir sur les huit catégories qui se affrontaient en 2018 avec leurs cinq plateaux incroyables complétés par du karting, de la Twin cup (Twingo) et de la « Régularité historique » !

Le « SuperKart » pour un instant karting XXL

Discipline obligatoire pour pouvoir évoluer dans les catégories supérieures, le Superkart est né outre-manche dans les années 1970 et a rapidement connu un certain engouement. L’Hexagone organise la première compétition en 1982. Les voitures concurrantes conservent un châssis et le poids (200kg) d’un kart auquel on y ajoute un moteur de 100ch (250cm3) ! Les performances sont uniques avec une accélération digne des meilleurs monoplaces, des pointes à plus de 220km/h et une adhérence propre au Karting !

Le meilleur terrain de jeu de ces bolides est bien sur le circuit. Les pilotes amateurs ou professionnels, d’origine européenne et d’autres pays viennent s’affronter lors des manches organisées autour de séances d’essais, de qualifications et bien de course. Cerise sur le gâteau : c’est aussi l’une des plus abordables, au regard de ses performances, grâce à un règlement technique particulièrement avantageux. Cet engouement si particulier se traduit par une participation financière plus qu’abordable et des sensations indescriptibles à leur volant.

img 1817

La Lotus Cup Europe, l’unique compétition de la marque « Lotus »

Faisant partie de la Série Internationale au sein de la FIA, le Championnat « Lotus Cup Europe » est l’unique compétition de la marque au monde. Crée il y a plus d’une décennie, elle est destinée à rendre toujours plus accessible le monde de la course automobile en conservant la convivialité, le sport et le loisir. Son développement est continu, notamment avec l’aide des amateurs, passionnés et propriétaires de modèles Lotus. Les courses sont réparties en fonction des modèles de série : les Lotus Elise Cup R, les Lotus Exige V6 Cup, les Lotus Evora GT4 et les Lotus 2 Eleven/Open.

img 9023

Les pilotes inscrits doivent obligatoirement posséder une licence D (internationale) ou supérieure qu’ils soient amateurs ou confirmés. Dans tous les cas, on profite des vocalises des V6 et 4 cylindres le long de la ligne droite des stands et des dépassements à pleine vitesse !

La « Twin Cup », l’atypique course de Renault Twingos !

Si nous vous disions « Marc Pachot« , cela ne vous peut-être rien. Il s’agit pourtant de l’organisateur et promoteur de la Twin Cup. Comme son nom l’indique, les voitures engagées sont des Renault Twingo. Leur châssis et carrosserie sont beaucoup plus légères, la conduite plus réactive et plus souple tandis que la motorisation s’adapte à son utilisation « course ». Dans le cadre de la Twin Cup, le moteur correspond à une 1600 développant 130ch. L’équipement installé est propre à la réglementation de la FFSA, à savoir : des kits avant et arrière spécifiques, des supports moteur renforcés, des freins à disques à l’avant, un arceau, un harnais et la présence d’un extincteur.

Près de quatre courses sont organisées lors des Journées Inter-Ecuries. Les tarifs pour y participer sont inférieures à 6 000€, voiture et pneus compris. L’équipe est composé de deux pilotes. Avec ces arguments, le nombre de participants a été multiplié par 15 en 3 ans pour atteindre la cinquantaine fin 2014. L’âge n’a pas d’importance puisque les plus jeunes ont moins de 18 ans et les plus âgés frôlent les 70 ans !

Les Journées Inter-Ecuries, des plateaux différents pour des courses automobiles exaltantes

Les groupes F/F2000 – A/FA – GT/HC (coupe de marques) – N – FN

Afin de mieux comprendre l’organisation de le dernier événement de la saison sur le circuit des 24h du Mans, ABSOLUTELY CARS vous présente les différents plateaux réunis pendant ces deux jours à l’occasion des Journées Inter-Ecuries. L’une des attractions principales de cet événement sont les plateaux suivant :

  • Le groupe F/F2000 réunit des modèles tels que des Honda Civic, Ford Escort, Peugeot 205 GTI, Dacia Logan, BMW M3, ou encore Talbot Samba Rallye
  • Le groupe N-FN met à l’honneur les voitures de la catégorie « Tourisme » à l’image de la Renault Mégane, la BMW M3 ou de la Peugeot 106 Rallye
  • Le groupe A/FA-GT-HC, plus communément dénommé « Coupes de Marques » où s’affrontent des Porsche GT3 Cup, des Audi R8, des Peugeot 207 ou encore des Renault Clio Cup spécialement préparées

Le groupe prototype : C3 – CN – CM

Continuons notre tour des plateaux des Journées Inter-Ecuries avec deux modèles particuliers :

  • la Norma M20 : son châssis entièrement en carbone lui offre des performances incomparables. Son moteur de 255ch est allié à un poids de 570kg. Le 0 à 100 km/h est atteint en 3.7 secondes et bat facilement les 250km/h en vitesse maximum.
  • la Funyo 4RC : son châssis est en acier tubulaire avec des amortisseurs à gaz. Sa motorisation Peugeot est un 2.0L de 176ch propres à la Peugeot 306 S16 pour le version RS et le 2.0L de 177ch des Peugeot 206 RC pour les versions RC. Son poids frôlant les 600kg lui permet des performances remarquables. La barre de 0 à 100 est abattu en 4 secondes et la vitesse de pointe est d’environ 330km/h.

A noter que la Funyo 4RC est le premier prototype produit en série pour le constructeur et les pilotes voulant conserver leur bolide ont la possibilité d’opter pour un kit de Funyo 5.

Le groupe E/D

Lors des Journées Inter-Ecuries, cette catégorie voit s’affronter des monoplaces de type Formule Renault alliés à la Formule Campus et la Formule F2. Les spécificités de ces modèles sont propre au châssis utilisé et au championnat auxquels ils participent.

Par exemple les châssis proviennent de fournisseurs tels que Tatuus ou Dallara. Tatuus équipe l’ensemble des véhicules du championnat FR 2.0 et Dallara s’occupe de la Formule 3.

Le châssis est associé à un moteur 2.0L, directement extrait de la Renault Clio RS (4 cylindres). Avec une puissance maximum de 210ch et un poids légèrement supérieur à la demi-tonne son rapport, la Tatuus s’offre le luxe d’atteindre le 0/100 km/h en moins de 5 secondes. Quant à sa vitesse de pointe, elle dépasse aisément les 200km/h !

La Dallara « F3 » conserve le moteur du championnat GP3 mais avec des modification au niveau de l’aileron avant et des suspensions. Son poids atteint 670kg sur la balance. Le moteur mis au point par Mécachrome, correspond à un V6 3.6L de 380ch. Les performances sont plus qu’au rendez-vous, car elle abat le 0 à 100 en 3 secondes et frêle les 300 km/h en vitesse de pointe.

La course de « régularité « 

Depuis 2018, la nouveauté des « Journées Inter Ecuries » est la mise en place d’une épreuve de régularité. Vingt-une voitures dont certaines foulaient la piste du Bugatti pour le première fois, ont pu arpenter les courbes, virages et la célèbre ligne droite des stands. Le temps de référence, propre à chaque modèle, est préalablement déterminé et la différence avec les chronos établis sur piste sont décomptés selon le temps de référence. Pendant 20 minutes, les concurrents enchaînent les tours et la voiture ayant réalisé des chronos les plus proches de celui de référence monte sur la plus haute marche du podium !

Trois catégories sont au programme :

  • Régularité historique pour les voitures de série de plus de 20 ans 
  • Régularité loisir prestige pour les voitures de grand tourisme (GT) de série
  • Régularité loisir tourisme pour les voitures de tourisme de série.

Les résultats finaux des Journées Inter-Ecuries 2018 étaient assez surprenants. Les historiques ont vu la victoire la BMW 2002 TI (1973), suivi de la Peugeot 205 GTI 1600 (1987) et de l’Honda CRX (1989). La catégorie « loisir Prestige » ont sacré la Subaru RB320 (2007), devant la BMW M1 (2012) et la Mini JCW (2015). Enfin, les « Loisir Tourisme » ont célébré la Porsche 996 GT3 (1999), devant la Nissan 370Z (2010) et la Lotus Evora S (2011).

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Les Classic Days 2019


Laisser un commentaire