Interview automobile : La Buick LeSabre I, une américaine très « fifties »

La Buick LeSabre I est l’exemple parfait de l’icône américaine classique mêlant élégance, puissance et histoire ! Et pour rien gâcher, son style « muscle car » lui donne un air de baroudeuse californienne prête à avaler, avec son superbe moteur V8, le bitume des vastes plaines des Etats-Unis ! Pourtant, elle est bien plus que ça : cette voiture aux finitions sans fondu est une véritable ode au luxe américain audacieux ! Construite par Général Motors et produite à Détroit, elle a été imaginée le célèbre design Harley Earl à la suite d’un prototype hors normes aux allures d’ORNI (Objet Roulant Non Identifié ) ! Découvrez, avec ABSOLUTELY CARS, cette magnifique voiture portant haut les couleurs des années 1950-1960 état-uniennes jusqu’en Europe !

La Buick Le Sabre I, née d’un véritable ORNI, prototype des années 1950

Un nom est à l’origine de la Buick LeSabre : Harley Earl. Designer talentueux de Général Motors, il décide de concevoir un concept-car dénommé « LeSabre ». Son design est directement inspiré de l’avion de chasse F86 Sabre et représente une expérience automobile totalement innovante. Elle fut officiellement présenté en 1951 lors du Salon de Paris pendant une exposition réservée au Groupe GM.

Parmi ses caractéristiques particulières, on distingue un châssis mêlant aluminium/magnésium et un unique moteur alliant essence et méthanol. Rappelons que ce dernier est utilisé dans les actuels chasseurs des airs. La puissance délivrée atteint 335ch avec un bon gros V8 et deux carburateurs (un pour chaque carburant).

Extérieurement, la calandre, les optiques avant et les dérives arrières constituent des références cinématographiques et aéronautiques. Ces éléments seront repris par une autre marque de GM entre 1957 et 1959 : Cadillac.

Intérieurement, les technologies sont omniprésentes à l’image d’un tableau de bord avec un compteur de vitesse en forme de disque, un altimètre, une sellerie « chauffante » sans oublier un cric hydraulique. Mais la principale révolution réside dans la capote, car celle-ci est électrique et dotée d’un capteur de pluie ! Un concept avant-gardiste dans les années 1950 ! Au final, ce concept-car est considéré comme le bijou de Earl qui l’utilisera personnellement pendant deux ans.

Sa production en série ne débutera qu’à partir de 1959 mais ne disposera pas des innovations technologiques issues du concept-car. Alliant modernité et « vieille école », cette première génération de série Buick LeSabre I dispose d’un vieux générateur, d’un système de climatisation modernisé, de freins électriques et d’une direction assistée moderne. Sa carrière sera longue et perdurera jusqu’en 2005 avec la 8ème génération.

CaractéristiquesDonnées
CarrosserieAcier
MoteurV8
Puissance238 ch
Cylindrée5957 cm3
Boite de vitesse 2 + marche arrière
TransmissionArrière
freinsTambours
Poids2050 kg

Parole de collectionneur : « La Buick LeSabre I, le vrai esprit américain »

Dès 1959, la Buick LeSabre est produite en série. Très bien accueilli par le public, elle connut de nombreux changements tout au long de sa carrière, offrant aux passionnés 8 séries spécifiques au design très différent ! Nous vous proposons, aujourd’hui, de découvrir ce modèle atypique avec une version originelle : une 1ère génération. Et quoi de mieux que d’apprendre à la connaître au travers du regard d’un propriétaire d’une Buick LeSabre I de 1960, série 1, entièrement d’origine ! Quelles sont les raisons qui vous ont amené à acquérir ce modèle ?

Il faut avoir que je ne l’ai pas choisi personnellement, car il s’agit d’un cadeau de ma femme pour mon anniversaire. Je cherchais justement une Buick LeSabre et elle me l’a trouvée. Elle vient directement du Texas et est arrivée au Port du havre

Il y a beaucoup à dire sur cette magnifique voiture américaine, mais si vous deviez la décrire en trois mots, ce seraient lesquels ?

Directement, je dirais « pas trop discrète », cool à conduire avec un esprit vraiment « à l’américaine ». On s’imagine rapidement être en Californie avec le soleil, le coude sur la portière et les plages !

Quelle valeur représente-t-elle pour vous ?

Vu qu’il s’agit d »un cadeau, je me dois de la garder ! (rires) Je me suis même permis d’en acheter une autre pour ma femme, en plus d’un Chevrolet Pick-Up de 1957. On se fait des cadeaux mutuellement. Je continuerai à en acheter et c’est ce qui nous rend heureux.

Quels sont les particularités de cette Buick LeSabre I par rapport à d’autres véhicule que vous connaissez ou avez possédés ?

Déjà, le moteur ! Ce V8 est le symbole de l’industrie automobile américaine ! Il y a ensuite le gabarit assez imposant et difficile à garer dans certains contextes. Ce dernier est en parfaite adéquation avec l’habitacle spacieux pouvant accueillir jusqu’à 6 personnes (3 à l’avant et 3 à l’arrière). Cela reste une voiture agréable à conduire quotidiennement ou occasionnellement.

Avez-vous effectué des travaux de restauration dessus ?

Je dirais instinctivement les freins, la direction, les amortisseurs, l’échappement, le chauffage et ce n’est pas fini. On vient tout juste de lui refaire les roulements avant. La prochaine étape serait des travaux de carrosseries au niveau des bas de portes. Cependant, il faut financer cette passion et cela nécessite des frais assez importants.

Cette voiture est impressionnante, sans parler qu’il s’agit d’une grande routière, comme la plus part des américaines. Quels sont les usages que vous en faites ?

Depuis un an et demi, je suis à la retraite et que j’ai revendu ma Volkswagen Beetle. De ce fait, je n’ai que celle-ci. Les kilomètres réalisés se font uniquement avec la Buick LaSabre I. On a déjà fait une bonne partie des concentrations d’américaines d’Ile de France, le « Bouchon d’Auxerre » ou encore le « Bouchon de Jouanny ». Et je continuerai encore de la faire rouler ! Je préfère quand même rester dans mon département.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaiterai acheter une Buick LeSabre I ?

Il faut déjà essayer d’en trouver une en France ou en Europe, car le trajet pour aller voir le véhicule est plus facile et accessible qu’aux Etats-Unis. Les photos de ces véhicules sur le net ne sont pas forcément conformes à la réalité.

De plus, une forte corrosion touche particulièrement les voitures de ces années-là d’où le besoin d’une vérification minutieuse du châssis et des ailes. On est constamment en train de surveiller ça, même après l’achat !

Au niveau de l’entretien, peut-on s’en occuper partiellement soi-même ?

On peut tout faire sur cette voiture, mais pas tout seul. La présence d’une équipe est conseillée pour éviter de perdre du temps et de faire des erreurs coûteuses. L’acquisition d’un outillage spécifique est également obligatoire, car l’ensemble des vis et pièces sont propres aux normes des Etats-Unis. Mais, d’après moi, en dehors de l’hydraulique et de l’assistance de direction, tout le reste est réalisable.

Nous vous avons interviewé à propos de votre magnifique voiture lors de la Traversée de Paris Estivale 2019 sur le stand du club « US CARS 78« , puis rencontré une nouvelle fois lors de West Festival Americain 2019, rassemblement organisé par ce même club. D’où cette question : depuis quand êtes-vous adhérent du club « US CARS 78 »?

2019 sera la deuxième année en tant que membre. Il faut savoir que je les ai rencontré lors du « West Festival American« . Ils m’ont abordé et m’ont demandé de mettre ma voiture devant leur stand. Depuis ce moment-là, je me suis senti dans mon élément avec une ambiance conviviale et passionnée. Cette adhésion est partie pour durer, car à partir du printemps, on fait beaucoup de sorties de type pique-nique, des traversées et puis, quand vient l’hiver, on bricole sur nos voitures.

Qu’est ce qui vous a attiré dans ce club ?

On ne parle pas que de voitures américaines ! Mais c’est vrai aussi qu’on sort en américaine, on parle « américaine » esthétiquement et mécaniquement. (rires) D’ailleurs, il n’y a qu’un exemplaire de Buick LeSabre I au club et fait partie des plus vieilles ! Elle date de 1960, continue à plaire ! Sans parler qu’elle est dans son jus !

img 20190721 152403 1

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez une interview automobile sur une autre voiture américaine du club « US CARS 78 » : La Ford Mustang Shelby GT350, un retour néo-rétro « made in USA »


Laisser un commentaire