Interview automobile : La Peugeot 304 S Cabriolet, la « golden girl » du Lion

Médiatiquement connue dans tout l’hexagone grâce à la fameuse émission « Les Carnets de Julie » diffusée sur France 5, la Peugeot 304 fait partie des succès commerciaux de la marque au Lion ! Près de 1.2 millions d’unités sortiront des chaînes de production – toutes versions confondues (berline, coupé, cabriolet et break) – de 1969 à 1980. Parfait entremet entre la Peugeot 204 et la Peugeot 504 à son époque, la Peugeot 304 est devenue, aujourd’hui, le tremplin idéal pour les jeunes générations d’accéder au monde des voitures de collection ! Chez ABSOLUTELY CARS, c’est sa déclinaison « cheveux aux vents » qui a retenu notre attention ! Et c’est avec le plus grand des bonheurs que son heureux propriétaire, Pascal, nous a présenté sa Peugeot 304 S Cabriolet aux airs de sportive datant de 1975.

dsc04891 2

Nous avons la chance de découvrir avec vous cette magnifique Peugeot 304 Cabriolet de 1975 en très bel état – un aspect assez rare pour le souligner, notamment au niveau de la carrosserie ! Quelles ont été les raisons qui vous ont amené à acquérir ce véhicule ?

Premièrement, j’avais envie d’un cabriolet, abordable financièrement et nécessitant un entretien facile. Je me suis tourné rapidement vers la Peugeot 304 S Cabriolet et, depuis, je ne regrette pas du tout mon choix. Sa couleur jaune la rend identifiable immédiatement et le plaisir de la conduire reste intact malgré son âge.

Quel est votre lien avec la Peugeot 304 Cabriolet ? Est-ce familial, sentimental ou autre ?

Il n’y a déjà aucun lien familial. Quand je l’ai achetée, je me suis souvenu d’un ami qui en avait une et me l’avait prêté pendant une semaine. Cela correspond plus à un coup de cœur, car, au premier coup d’œil, je savais qu’elle ferait partie de la famille. J’avais déjà eu une Peugeot 204 Coupé, mais la version cabriolet était hors de mes moyens.

Comment pourriez-vous la décrire en trois mots ?

Confortable, fun et populaire !

Est-ce que les sensations ressenties à son volant diffèrent avec des véhicules plus modernes ?

Grâce à cette voiture, j’ai changé ma façon de conduire. Fini l’agressivité, désormais, je profite tranquillement des paysages et des monuments de la capitale, tout bénéficiant des clins d’œil et des sourires des passants à son passage. C’est une « bagnole » qui donne la banane d’où le choix de cette couleur (rires).

En parlant d’engouement, quels sont les gestes et remarques marquants que vous avez pu constater ?

Je dirais que ce sont surtout les enfants qui en parlent le mieux. Avec son style, son gabarit et sa robe jaune, les plus jeunes la considèrent comme une voiture-jouet. De ce fait, je leur laisse la possibilité de la découvrir en les installant à l’intérieur. Son capitale sympathie est fort !

Avez-vous déjà observé ce modèle-ci en version « Dinky Toys » ?

J’ai pu en voir dans certains magasins de miniatures, mais jamais de cette couleur. Je suis sûr que cela aurait fait un tabac si elle avait été sortie dans ce coloris. La Peugeot 304 reste une voiture sympa, populaire et facilement identifiable comparé à des modèles plus luxueux.

Plus tôt dans cette interview, vous nous avez que vous aviez été le propriétaire du Peugeot 204 Coupé, une autre voiture phare de la marque et qui a servi de modèle à la Peugeot 304. Quelles ont été les raisons de cette séparation ? Avez-vous d’autres véhicules dans votre garage ?

Il y a quelques mois, j’étais, en effet, le propriétaire d’une Peugeot 204 Coupé de 1969. Je l’ai vendue pour des raisons personnelles et je le regrette. Pour information, elle est partie à Québec, au Canada. Un seul coup de fil a suffi, car la personne recherchait ce modèle-ci, de la même couleur et avec l’intérieur noir. Désirant m’orienter sur un cabriolet, je me suis porté acquéreur de cette Peugeot 304 cabriolet et actuellement, je n’ai que celle-ci.

Y-a-t-il d’autres voitures ou marques qui vous font rêver ?

Si je reste fidèle à Peugeot, une Peugeot 404 ou une Peugeot 504 en cabriolet serait intéressant à posséder. D’un autre côté, les Italiennes, comme des Alfa Romeo ou des Lancia des années 1970, disposent d’une mécanique plus sportive et donc offrent d’autres émotions. Le rêve de la « Dolce Vita » ! (rires)

La Peugeot 304 attire, de plus en plus, la jeune génération qui souhaite se lancer dans les voitures de collection. Quels sont les conseils que vous leur donneriez pour acquérir ce modèle-ci ?

Le point essentiel, à vérifier lors de l’acquisition d’une Peugeot 304 Cabriolet, est la corrosion à ces niveaux* :

  • La carrosserie et châssis
  • Le plancher
  • Les charnières et le bas des portières
  • Les passages de roues
  • Les longerons
  • Les bas de caisse
  • Les ailes
  • Les joints du pare-brise
  • La malle arrière

Pour tout achat de pièces, il faut s’adresser aux propriétaires de ces modèles, aux clubs et forums spécialisés de la marque au lion, car certaines réparations peuvent être réalisées soi-même. Les petits tracas mécaniques et électriques font partie de la vie et il n’est pas nécessaire de posséder un véhicule « état collection ». Dans mon cas, une voiture se doit d’être fonctionnelle, amusante et utilisable quotidiennement !

*En effet, construite à une époque où les traitements anticorrosion n’étaient pas aussi efficaces qu’aujourd’hui, il est très difficile de trouver un exemplaire en bon état au niveau de sa carrosserie et sans trace de rouille. Il s’agit du plus gros défaut de la Peugeot 304, de nos jours (ndlr).

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez une autre interview automobile sur un modèle tout aussi emblématique à lire ici : La Jaguar XJS ou le rugissement du félin


Laisser un commentaire