Interview exclusive : François Allain, la passion avant tout (1/2)

Journaliste depuis 1989, François ALLAIN est devenu un incontournable du monde de l’automobile. Auteur-éditeur, réalisateur, consultant, il est surtout connu du Grand Public pour la célèbre émission « VINTAGE MECANIC« , diffusée sur RMC Découverte. Grand passionné de voitures de collection, il est toujours en quête de nouveaux défis et projets. Cette année, pour la deuxième fois, François se sera au départ du fameux Tour Auto Optic 2000, organisé par Peter Auto. Pour cette 28ème édition, il sera au volant d’une Citroën Traction Avant 11B Légère avec son compagnon d’émission, Nicolas GUENNETEAU. Une belle occasion de partir à la rencontre de François ALLAIN.

François ALLAIN : la volonté d’illustrer l’ensemble des aspects de l’automobile »

Nous sommes actuellement dans la Traction Avant 11B Légère qui va faire le Tour Auto Optic 2000 dans une semaine. Notre équipe voulait vous remercier de nous faire partager ce moment rare en présence de cette voiture qui partira en numéro un lors de cet événement. A cette occasion, nous souhaitions savoir d’où vous est venue cette passion pour l’histoire de l’automobile ? Et quels en ont été les premiers contacts ?

Bizarrement, je n’ai pas d’antécédents familiaux. Mon père aimait bien les voitures, mais ce n’était pas un accro de l’automobile. En fait, j’avais un cousin de ma mère, Roger BRIOULT, qui était le rédacteur en chef de la revue automobile RTA (Revue Technique Automobile). Il a également été, pendant de nombreuses années, le rédacteur en chef de la RTM et de la RTC. Il s’agit de quelqu’un d’important dans l’histoire de l’automobile moderne, car il a marqué son époque.

Quels ont été votre parcours et vos projets ? Pourquoi avoir choisi la télévision pour parler du secteur de l’automobile ?

J’ai commencé en presse écrite. J’ai fait pas mal de choses, puis j’ai eu envie de faire rapidement de la télévision. Je pense que les médias sont une manière vivante de montrer l’automobile, notamment les anciennes. L’audiovisuel permet de faire vivre de façon très concrète les choses et de donner l’impression aux gens qu’ils sont dans l’action. La presse écrite est formidable, l’édition aussi, mais on ne peut pas tout montrer. Cela me laissait sur ma faim. L’audiovisuel illustre l’ensemble des aspects de l’automobile et les montrer parfaitement.

Avez-vous d’autres centres d’intérêts que les voitures ?

Tout à fait, je suis intéressé par la musique et l’art en général. Dans le principe de la collection et du vintage, je m’intéresse particulièrement à l’histoire des transports – ferroviaires notamment – et l’aéronautique. Il y a vraiment plein de choses qui m’intéressent. C’est vrai que c’est souvent lié au transport. En effet, cela permet aux personnes se déplacer et de découvrir le monde. Sur un point de vue purement historique, il y a beaucoup d’avantages. Je trouve qu’il y a un côté passionnant dans le fait de pouvoir voyager.

57314265 792770721106087 6826081546047324160 n 1
Voyager en Traction Avant, un rêve ?

A l’aube du Tour Auto Optic 2000 en 2019

Comment vous sentez-vous à sept jours du grand départ ?

Je suis relativement serein. Ce sera la deuxième fois que je fais le Tour Auto Optic 2000. La première fois, je l’avais fait dans une 2CV. Je partais également d’un véhicule qui n’était pas évident par rapport à d’éventuelles prouesses ou scores. Mais ce qui me plaît dans le Tour Auto, c’est de le faire avec une voiture inattendue. Le faire en 2CV, l’année dernière, en Traction, cette année, c’est ça qui est marrant. Je sais que je pars avec un lourd handicap par rapport à beaucoup d’autres véhicules, mais c’est marrant. Certains concurrents font le Tour Auto avec des voitures formidables, de vraies voitures de course. Et moi, je suis le vilain petit canard qui vient avec un truc improbable. (rires) Derrière cette démarche, le but est de montrer aux gens que le Tour Auto est bien sûr formidable pour des gens qui ont les moyens et la possibilité de le faire avec des « engins de guerre ». Mais le fait de pouvoir le faire aussi avec des voitures qu’on connaît tous, des voitures populaires, des voitures faciles, c’est important aussi. Je pense que les gens sur le bord de la rue, dans une épreuve comme le Tour Auto, aiment à la fois voir des voitures de course, mais aussi des véhicules qui sont la voiture de « Monsieur Tout le Monde ». C’est ça qui est important, que les gens ont cet abord en se disant : qu’on est de l’argent ou pas, on peut dans les deux cas le faire. C’est ça qui me semble primordial.

dsc00419
La Traction Avant 11B Légère sera au départ du Tour Auto Optic 2019.

D’où est venue cette volonté de participer à cet événement ? Quel est l’objectif de votre présence sur ce tour ?

Le Tour Auto Optic 2000 représente deux choses : soit une épreuve de régularité, soit une épreuve de compétition. Ceux, qui sont là pour la compétition, sont généralement là pour la gagne et ça ne rigole pas. Ils sont vraiment là pour gagner et ils courent pour de vrai. Ceux qui sont pour la régularité, sont là aussi pour gagner, mais ils sont plus détendus, parce que ceux qui n’ont pas d’objectifs de gagne, le font plutôt en régularité. C’est mon cas. Je n’ai aucune ambition de classement. Je ne fais pas tout ça pour avoir un classement. Je fais très clairement cela pour boucler le Tour, faire l’épreuve dans son ensemble, parce que c’est une ambiance et d’autres petits éléments qui me plaisent beaucoup. Je n’ai pas, de toute façon, d’ambition spécifique. De toute manière, quand on part avec un véhicule comme celui-là, on ne peut pas avoir de grandes ambitions. Le but n’est pas de gagner la médaille en chocolat. Le but est de finir ! (rires)

dsc00306
La Traction Avant 11B Légère devant le Dôme de l’Hôtel des Invalides.

La Citroën Traction 11B Légère comme cheval de bataille

Cette Citroën Traction Avant 11B Légère sera la voiture qui portera le numéro un. Est-ce le fruit du hasard ou un choix ? Pourquoi avoir choisi cette marque et ce modèle ?

C’est, effectivement, la voiture qui va ouvrir. Elle porte le numéro un. Les gens, chez Peter Auto, nous ont fait un petit cadeau, car ils nous ont accordé ce numéro. C’est plutôt rigolo. C’est un petit clin d’œil au fait que nous sommes la seule Citroën engagée, cette année, sur le Tour Auto Optic 2000. Et nous sommes là pour, à la fois, marquer les 100 ans de Citroën, puisque c’est l’année du centenaire de cette marque, et les 85 ans de la Traction. Pour moi, cette voiture est très symbolique. C’est effectivement la dernière oeuvre d’André Citroën avant qu’il ne quitte l’entreprise. C’est son chef-d’oeuvre. C’est la première voiture Citroën mondialement connue. Citroën, de son grand nom, a fait beaucoup de voitures formidables, mais la Traction fait partie des trois voitures absolument emblématiques de cette marque. La Traction en 1934, la DS en 1955 et bien sûr la 2CV, qu’il ne faut pas oublier, car, si elle n’est pas de prestige, elle est très importante dans la motorisation de masse et dans le phénomène de la voiture populaire. Donc Citroën est une des rares marques au monde qui a trois modèles mythiques dans son patrimoine. Beaucoup de constructeurs rêveraient d’avoir des voitures aussi emblématiques que celles-ci.

dsc00407 1
La Traction Avant : le « Chef-d’oeuvre d’André Citroën » selon François ALLAIN

Nous avons vu cette voiture sur votre stand « VINTAGE MECANIC » lors de Rétromobile, en février dernier. Pouvez-vous nous en dire plus sur elle ?

J’ai acheté cette voiture un peu au dernier moment. Je l’ai acheté juste avant Rétromobile. On l’a exposé avant même qu’on y touche. A la sortie de Rétromobile, elle est partie aux Ateliers du Chevron qui l’ont checké et fait toutes les réparations utiles. J’ai eu très peu de temps pour rouler avec, puisque je l’ai récupérée la semaine dernière. J’ai donc quelques jours pour rouler avec et m’habituer. Nicolas (GUENNETEAU, ndlr), mon co-pilote, doit rouler un tout petit peu avec aussi. Donc, on va quasi découvrir la voiture en faisant le Tour Auto… un peu comme l’année dernière avec la 2CV qu’on avait eu quasiment le dernier jour. Mais la 2CV, c’était moins grave, car je connais la 2CV. J’en ai eu plusieurs à titre personnel. C’est donc un véhicule auquel je suis habitué, que je connais vraiment. La Traction, c’est vraiment nouveau. Je connais la DS qui est sa fille. Mais la Traction, c’est pour moi un véhicule nouveau. C’est un véhicule ancien de conception. Il a été conçu dans la première moitié des années 1930 et donc nous allons être la plus ancienne, je pense, en conception. Celle-ci est de 1956. C’est l’une des dernières. Il y a donc des voitures plus anciennes qui font le Tour Auto, mais en termes de conception de véhicule, je pense que nous allons être la plus ancienne, la plus archaïque… et c’est ça qui me plaît. Je ne viens pas avec un engin vierge, mais au contraire avec une enclume. Et je veux prouver que même avec un véhicule « préhistorique », on va y arriver.

dsc00416
Passage de relais en l’ancien propriétaire (à droite) et le nouveau (à gauche)

Quels ont été les avis et les sentiments des visiteurs en la découvrant ?

La Traction, pour des gens très jeunes, n’est pas très parlante. Aujourd’hui, ce n’est même plus la voiture des grands-parents. C’est celle des arrières-grands-parents, voire des arrières-arrières-grands-parents. Néanmoins, c’était une voiture moderne pour son époque, même si aujourd’hui, évidemment, on est loin. Et c’est un véritable avantage. De plus, c’est une voiture qui a marqué les esprits, car on la voit dans beaucoup de films, beaucoup de feuilletons, dans beaucoup de polars des années 1950… Elle a donc marqué médiatiquement. Grâce à l’audiovisuel, elle a gagné sa célébrité. Même un enfant d’aujourd’hui a déjà vu une Traction en regardant un film. La forme et le look de la Traction sont quelque chose de familier… particulièrement en France, bien sûr, mais pas que… Donc, il y a un côté symbolique, car nous avons tous vu des films avec Jean Gabin ou Lino Ventura. C’est un véhicule qui fait partie du panthéon automobile cinématographique, car elle a été très présente, qui a été faite pendant longtemps et ce, en de nombreux exemplaires… donc c’est une voiture qui est très symbolique. Elle a une puissance mémorielle.

Après la 2CV en 2018 et la Traction en 2019, quelle sera la prochaine voiture pour 2020 ? Une autre Citroën ?

La suite… J’ai plusieurs hypothèses. C’est sûr que quelque part, je trouve que le clin d’œil serait pas mal de faire la trilogie. La DS. Cela peut être une ID. (rires) Mais pas que… Ce serait très drôle que l’année prochaine, je le fasse dans une DS, car cela me permettrait de faire la trilogie, au Tour Auto, des trois voitures emblématiques de Citroën. Le clin d’œil serait rigolo, mais je ne suis pas figé sur un truc. Il y a d’autres hypothèses. Ce qui m’amuse, c’est de le faire sur des voitures inhabituelles. Effectivement, il y a quelques DS au Tour Auto, mais ce n’est pas très fréquent. La Traction l’a fait une fois ou deux, mais ce n’est pas très fréquent. La 2CV, idem. Il y a d’autres véhicules qui sont éligibles au Tour Auto, mais il faut respecter la liste des véhicules (autorisée par les organisateurs du Tour Auto, ndlr). Le problème est que tous les véhicules ne l’ont pas fait. Il faut que ce soit des véhicules qui ont déjà concouru sur le Tour Auto entre 1951 et 1973. Et certains ne l’ont pas fait. Il y a des modèles qui seraient super pour le Tour Auto, mais qui n’ont pas le droit d’y aller parce qu’ils ne l’ont pas fait à l’époque. Le fait est que c’est comme ça. Mais effectivement, il y a d’autres hypothèses qui pourraient très bien coller.

dsc00327 2
L’équipage au complet pour le Tour Auto Optic 2000 : François ALLAIN et Nicolas GUENNETEAU

La suite ? Demain !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS
Parole donnée à : François ALLAIN, journaliste sur RMC Découverte

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Le Mans Auto Moto Rétro 2019 (1/2)


Laisser un commentaire