Au détour des rues parisiennes : Juillet 2019

Se balader, flâner, découvrir…. Bref la vie parisienne et c’est ce que l’on aime, notamment quand nous tombons nez à nez avec une charmante voiture aussi rare que belle. A chaque coin de rue, se trouve peut-être cette perle rare. Ainsi avec cette rubrique « Au détour des rues parisiennes », ABSOLUTELY CARS déniche pour vous ces véhicules qui font mine de passer inaperçus, hélas sans succès… Que l’on aime les pots de yaourts, les berlines ou les SUV, c’est un choix. Mais rester indifférent face à ces icônes européennes ou américaines est difficile. Allez, hop ! ABSOLUTELY CARS vous montre ses pépites du mois : une Nissan Figaro, une Fiat X1/9 et une Jaguar XJR-S !

Le modèle automobile du mois : la Nissan Figaro

Tout droit sorti de la « Pike Factory », spécialisée dans la conception et la réalisation de véhicules pour les jeunes générations, Nissan avait lancé un modèle aussi atypique et qu’unique dans les années 1990 : la Nissan Figaro. Issu d’un prototype conçu en 1989, ce coupé à toit escamotable (dans le coffre) s’inspire du style des années 1950, notamment la Datsun Fairlady et de la Panhard Junior… Les différents concessionnaires japonais l’ont donc attendu avec impatience, car seuls 8000 unités étaient initialement prévues !

Commercialisée en 1991, uniquement au Japon, son style néo-rétro, son intérieur très « British » et sa mécanique simple la rendent, immédiatement, attirante. Et le succès est tout de suite au rendez-vous ! Nissan est même obligé de produire 12 000 exemplaires supplémentaires ! Et comme les acheteurs se bousculent au portillon pour en espérer en acheter une, une loterie a été mis en place pour désigner leurs heureux futurs propriétaires !

diapositive8 1

Ce succès, la Nissan Figaro le doit pour son design sans âge, sa bouille d’amour et ses allures de « pot de yaourt » ! En ce qui concerne l’équipement intérieur, elle dispose de série un tableau de bord aux cadrans ronds chromés, une sellerie cuir, des appuies-têtes, des vitres électriques, une climatisation intégrée, une direction assistée, une radio CD et cassette. Les coloris de la carrosserie sont limités à quatre, tous pastel : le Mist Topaz, l’Emerald Green, le Pale Aqua et le Lapis Grey, soit une pour chaque saison ! Côté technique, le châssis reprend celui de la Nissan Micra K10 (810 kg) et le moteur 4 cylindres turbo de 75ch. Il est accouplé à une boîte de vitesse automatique à 3 vitesses et lui permet d’atteindre une vitesse maximale de 160 km/h.

Au total, ce sont 20 000 modèles qui seront vendus au Japon en une seule année. Elle fait désormais partie des « collectors » recherchés par les collectionneurs.

CaractéristiquesDonnées
Moteur 4 cylindres en ligne
Energie essence
Cylindrée 998 cm3
Transmissionpropulsion
Puissance 75 ch
Boite de vitesseautomatique 3 rapports
Poids à vide810 kg

Le coup de cœur du mois : Fiat X1/9

Les années 1970 s’inscrivent dans un marché en croissance pour les cabriolets de loisir. Le constructeur turinois, Fiat, l’a bien compris, mais ne dispose dans cette gamme que d’un seul et unique modèle depuis 1965 : la Fiat 850 Spider. Devenant vieillissant, la firme décide de miser sur une voiture totalement nouvelle : Fiat X1/9. Le choix de cette dénomination correspond à son nom de code chez Bertone, conservé pour la rendre plus unique !

Dévoilé en 1972, son design réalisé par Bertone adopte un moteur en position central arrière. Cependant, sa conception est extrêmement onéreuse et Fiat accepte de la commercialiser à condition de réutiliser un maximum de pièce en provenance de la Fiat 128. En plus de cela, le carrossier Bertone se chargera lui-même de produire le modèle dans ses ateliers.

La Fiat X1/9 est considérée par les collectionneurs plutôt comme une Targa que plutôt un roadster, compte tenu de son toit amovible. Seules deux personnes peuvent y prendre place. Son intérieur reprend les codes de la Fiat 128 dont elle partage une majorité de pièces, sans ajouts luxueux (phare Pop up, chrome sur les premières séries,..). C’est sous le capot que se trouvent les plus importants changements. Le moteur 1.3L développant 75ch, propre à la Fiat 128 est modifié pour rentrer à l’arrière de la Fiat X1/9. Il est également gonflé suffisamment connaissant le poids de la voiture (920kg).

En 1974, la Fiat X1/9 s’exporte aux USA avec des modifications mécaniques. Le moteur descend à 61ch, mais l’adoption est immédiate. Plus des 2/3 de sa production est vendue outre-Atlantique. Dès 1976, nos voisins d’outre-manche ont aussi droit à leur version avec conduite à droite. Parallèlement, une série limitée « corsa » verra aussi le jour lors de la première année de production.

La deuxième série de X1/9 sort en 1979 avec une nouvelle motorisation : 1500 cm3, boite 5 rapports pour respectivement, 85ch (Europe) et 75ch (USA), mais les performances du véhicule stagnent.            

L’arrêt de la production est progressif. Dès 1982, Fiat stoppe sa commercialisation suite à des ventes minimes par rapport aux autres modèles de la marque. Bertone continue sous sa propre marque en apportant un habitacle plus soigné et luxueux. Les unités produites sont toues quasiment destinées au marché américain. Seules les séries limitées pérennisent en Europe et maintiennent le modèle jusqu’en 1988 avec l’édition « Gran Final ».

En 16 ans de carrière, plus de 170 000 unités ont été écoulées, Fiat et Bertone réunis. Véritable succès commercial à ses débuts, la Fiat X1/9 a connu des moments difficiles, victimes, sur le marché de l’occasion, de nombreuses voitures mal entretenues. Souvent mises à la casse, la Fiat X1/9 se raréfie.

CaractéristiquesDonnées
Moteur 4 cylindres en ligne
Energie essence
Cylindrée 1498 cm3
Transmissionpropulsion
Puissance 85 ch
Boite de vitesse5 rapports
Poids à vide920 kg

La pépite du mois : la Jaguar XJR-S

La fin des années 1980 marque un classicisme stylistique dont le maître dans le domaine est bien Jaguar. La sportivité est totalement absente des modèles de la gamme. Néanmoins, le problème est résolu dès 1990 avec la Jaguar XJR-S. En effet, cette automobile est née de la collaboration entre la firme de « Coventry et TWR » (Tom Walkinshaw Racing) – qui venait d’être auréolée aux 24 Heures du Mans 1988 sous le nom de « Silk Cut Jaguar » -, avec la marque au fauve. Avec cette victoire, Jaguar a souhaité marquer le coup en commercialisant des coupés et cabriolets sportifs. Version radicale de la Jaguar XJS (qui a fait le sujet d’une interview automobile au début du mois) et destinée à relancer un modèle peu convaincant, cette version reprend les gènes de sa cousine de compétition, la Jaguar XJR-9.

Il s’agit de la troisième Jaguar bénéficiant de ces améliorations esthétiques et techniques, après la Jaguar XJ40 (ou XJR) et la Jaguar XJ-S V12. Commercialisée en août 1989, la Jaguar XJR-S met l’accent sur l’aérodynamisme et les performances. Elle dispose d’un moteur V12 5.3 de cylindrée, associé à des suspensions raffermies et une direction adaptée.

diapositive13

L’année 1991, l’ultra-sportivité est repoussée dans ses limites avec un V12 de 6L et une puissance atteignant 318ch. Pour gérer et profiter au mieux des sensations, elle reçoit un kit avant et arrière, un aileron de malle, des chromes mat, une boite de vitesse automatique 4 rapports, des freins renforcés et des pneus spécifiques de 16 pouces.

La deuxième série de cette Jaguar XJR-S cessera d’être produite en 1993 avec près de 390 unités écoulées. Considérée comme rare par les amateurs et collectionneurs de la marque, la dernière des « Jaguar Sport », Jaguar étant rachetée par Ford en 1989. Elle fait désormais partie des dernières icônes purement anglaises.

diapositive12

A noter qu’une version encore plus rare a également été produite, l’édition « Le Mans ». Seuls 65 exemplaires furent construits.

CaractéristiquesDonnées
Moteur 12 cylindres en ligne, 24 soupapes
Energie essence
Cylindrée 5993 cm3
Transmission propulsion
Puissance 333 ch
Boite de vitesse5 rapports
Poids à vide1800 kg

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Au détour des parisiennes – Juin 2019


Laisser un commentaire