Focus sur : L’Amphicar 770, un concept unique entre terre et eau

Le monde automobile regorge de rareté, que ce soit en termes de marques ou de modèles ! Concept étonnant, prototype unique, modèle hybride allant deux idées bien particulières à l’instar du Crossover Cabriolet, ces véhicules intriguent et surprennent. Mais parmi ceux-ci, une voiture aussi insolite qu’unique en son genre truste la première place du podium : l’Amphicar 770 ! Lancée au début des années 1960, cette automobile extraordinaire devint le premier cabriolet amphibie allemand à quatre places, fabriqué en série ! Face à cette petite merveille, ABSOLUTELY CARS vous propose de prendre le large avec cette voiture aussi à l’aise sur terre que sur l’eau !

L’Amphicar 770 : un concept-car aux débuts assez timides

1930 : un prototype 100% allemand

Le premier prototype amphibie – qui donnera bien plus tard l’Amphicar 770 – a été imaginé, en 1932, par le designer industriel allemand, Hans Trippel. Son vœux le plus cher était de concevoir un véhicule capable de rouler, aussi bien, sur la terre que de naviguer sur l’eau. Pour mener à bien ce projet, il utilisa la base d’une DKW F2 (appartenant à l’Auto Union) sur laquelle il mit en place une étanchéité des soubassements et des trains roulants. Pour la rendre aussi agile sur la route que maniable dans l’eau, il forgea une alliance moteur (traction)/hélice (propulsion). Un choix judicieux qui permit à ce prototype d’être totalement polyvalent.

A l’aube de la Deuxième Guerre Mondiale, ses projets attisent l’intérêt de la Wehrmarcht à des fins militaires. La production en série de la Trippel SG-6 débute l’année suivante avec un bloc moteur 6 cylindres issu de l’Opel Kapitän développant 55ch. Seulement 1 000 unités sortiront des chaînes, car Volkswagen produisit la Schwimmwagen à un coût moins élevé.

1960 : la renaissance de l’amphicar made in « Hans Trippel »

La période d’après-guerre va réamorcer le projet « amphibie ». Hans Trippel décide de se lancer dans la création d’une voiture amphibie dédiée pour le Grand Public. Ainsi naît, en 1962, l’Amphicar 770 ! Le 10 août 1962, deux français, Jean Bruel et Tony Andal, réalisent l’exploit en traversant la Manche avec cette automobile en 5h50, prouvant toute la qualité de ce modèle amphibi. Pour construire cette nouvelle version, Hans Trippel utilisa un châssis monocoque, la carrosserie correspondant à une décapotable. La transmission est reliée aux deux hélices. Côté moteur, Hans Trippel place dans son modèle, à l’arrière, celui 4 cylindres d’une Triumph Herald de 38ch. Ainsi propulsée, l’Amphicar 770 peut monter jusqu’à 110 km/h sur route et, grâce à une transmission spéciale retransmettant l’énergie à ses hélices, jusqu’à 6 nœuds (10 km/h) sur l’eau !

Derrière le volant de l’Amphicar 770 : une voiture pas comme les autres

Comment ne pas parler de l’Amphicar sans passer derrière son volant ?! Suspension ferme, direction précise et bons freins… Si les sensations de conduite sont similaires à ces cousines 100% terrestres sur route, tout se corse quand il faut passer de la terre au monde aquatique ! Pour que tout se passe pour le mieux, un processus strict est à respecter :

  • le verrouillage des poignée supplémentaires des deux portes
  • le retirement du bouchon d’évacuation d’eau
  • la mise en place au point mort de la boite de vitesse
  • le démarrage des hélices

A flot, il n’y a pas de gouvernail, les manœuvres se font par l’intermédiaire des roues avant !

Le retour à la terre ferme s’effectue de cette manière :

  • l’alignement sur la rampe
  • l’enclenchement de la première vitesse
  • le désengagement des hélices
  • la remise en place du bouchon d’évacuation d’eau avec la sécurité

L’Amphicar 770, un échec commercial

Hans Trippel tente de lancer l’Amphicar 770 sur le marché américain, mais son lancement fut un véritable fiasco. Lors de la présentation du modèle aux journalistes, toutes les unités présentées ont toutes été coulées, le bouchon d’évacuation d’eau n’ayant pas été enlevé, ni verrouillé lors des essais !

Pourtant, ce n’est pas sa mauvaise promotion qui eut raison de l’Amphicar 770, mais son coût de production important. Entre une réalisation à la main, des normes de sécurité toujours plus strictes et des ventes ridicules aux Etats-Unis, Hans Trippel doit se résoudre de définitivement cesser sa fabrication, en 1968, avec seulement 3 878 unités vendues (contre 20 000/an initialement prévues).

Rare, il est possible d’en rencontrer quelques-unes en France, notamment une sur la péniche du célèbre océanographe, Jacques Rougerie, qui travailla avec le commandant Cousteau. Elle est considérée comme l’une des 3 500 voitures amphibies officiellement recensées dans le monde !

CaractéristiquesDonnées
Moteur4 Cylindres en ligne – 8 soupapes
Puissance 38 ch
Cylindrée1147 cm3
Alimentation Carburateur Solex
Boite de vitesseManuelle 4 rapports
TransmissionPropulsion
Poids 1050 kg

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS 

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Les Mascottes, une rencontre entre l’art et l’automobile


Laisser un commentaire