Focus sur : L’Aston Martin DB5, un mythe qui ne meurt jamais

En août 2019, elle a fait frissonner les passionnés et déchaîner les passions. Le marteau du commissaire-priseur de Monterey Car Week s’est alors abaissé… à 6,4 millions de dollars, soit environ 5,8 millions d’euros ! Celle qui était au centre de l’attention, n’était d’autre que l’Aston Martin DB5 du très célèbre agent secret britannique 007 ! Star de pas moins de sept films de la fameuse saga James Bond, cette voiture typiquement anglaise est devenue un mythe pour tous les amoureux de l’automobile ! Ses qualités sportives et routières, son look magnifique et son style inimitable font d’elle un incontournable qui « ne meurt jamais » !

L’Aston Martin DB5, l’élégance british avec une touche italienne

En 1963, l’Aston Martin DB5 prend la place de l’Aston Martin DB4, lancée 5 ans auparavant lors du Salon Automobile de Londres. L’Aston Martin DB5 constitue une évolution de sa devancière avec l’introduction de nouvelles carrosseries, d’équipements et de motorisations.

Côté carrosserie, nous observons le châssis en acier conservé de l’Aston Martin DB4, auquel a été des panneaux en aluminium afin de limiter son poids. Plusieurs versions verront le jour à l’image de l’Aston Martin « Touring » mêlant rapidité, robustesse et légèreté. Le cabriolet n’étant pas à l’ordre du jour, il sera quand même produit, mais à très peu d’exemplaires, d’où une rareté lorsqu’on en aperçoit un ! La particularité de l’Aston Martin DB5 réside à un seul détail : la couleur du tableau de bord est identique à celle de l’extérieur. Une coquetterie « so british » !

La version la plus « radicale » de l’Aston Martin DB5 est celle imaginée par le créateur de la DB, David Brown. Afin de satisfaire ses loisirs pour la chasse, il décide de transformer le coupé en break, plus précisément en « break de chasse ». L’intérêt grandit du côté des clients d’Aston Martin. Pour répondre à cette demande, près de 12 exemplaires seront produits entre 1965 et 1967. Si la voiture conserve sa sportivité, elle perd en légèreté et en rigidité.

Côté mécanique, un nouveau moteur 6 cylindres 4.0L finalise le chef-d’oeuvre. La puissance atteint 282ch (avec 3 carburateurs) et est accouplé à une boite de vitesse manuelle 5 rapports ZF (celle automatique était en option). La version Aston Martin « Vantage » est encore plus musclée, car elle revendique 314ch. Le freinage est également grandement amélioré avec l’installation de 4 freins à disques aux roues.

Après 3 ans de bons et loyaux services, c’est plus de 1000 unités qui ont été écoulées avec près de 90% en version coupé, le reste en cabriolet. Elle représente le best-seller de la marque à cette époque et ce jusque dans les années 1980.

L’Aston Martin DB5, l’icône de la Saga James Bond

L’Aston Martin DB5 devient célèbre, dès 1964, grâce au troisième volet de la Saga James Bond, « Goldfinger ». La voiture de l’agent des services secrets de sa Majesté et du MI5 est bardée d’accessoires parmi les plus perfectionnés et créatifs du cinéma :

  • des butoirs hydrauliques rétractables à l’avant et l’arrière sur les pare-chocs
  • une mitrailleuse Browning de calibre 30
  • des moyeux de roues télescopique
  • un écran pare-balles escamotable à l’arrière
  • un radar de suivi au tableau de bord
  • des fumigènes pour créer un nuage de fumée à l’arrière
  • une trappe permettant de libérer de l’huile sur la route
  • les plaques d’immatriculation tournantes
  • un téléphone dans la porte du conducteur pour communiquer avec le siège
  • le fameux système d’éjection du siège passager avec le bouton de déclenchement rouge dans le pommeau du levier de vitesse
  • un compartiment caché contenant plusieurs armes sous le siège du conducteur.

La mythique voiture accompagnera à sept reprises l’héro de la saga dans ses aventures, dans « Opération Tonnerre » (1965), « GoldenEye » (1995), « Demain de meurt jamais » (1997) avant de réapparaître dans les nouvelles versions à l’instar de « Casino Royale » (2006), « Skyfall » (2012) et « 007 Spectre » (2015).

En 2016, la saga fêtait ses 50 ans au travers d’une rétrospective au cœur de la Grande halle de la Villette « James Bond 007, l’exposition« . Voitures, costumes, robes et gadgets furent exposés d’avril à septembre tandis que les meilleurs moments et scènes de cette grande saga cinématographique étaient projetés sur les murs. L’un des exemplaire utilisé lors du tournage de « Goldfinger » fut présentée lors d’une vente aux enchères RM Auctions en 2010. Elle fut vendue pour près de 3 millions d’euros (2.6 millions £). Un deuxième exemplaire (encore fonctionnel, mais non homologué pour la route) fut adjugé près de 6,4 millions de dollars, soit environ 5,8 millions d’euros en août 2019, vendu par RM Sotheby’s .

L’Aston Martin DB5 : la légende se poursuit

L’Aston Martin DB6, sa remplaçante au bout de 3 ans de production

En 1965, Aston Martin présente la remplaçante de l’Aston Martin DB5 : l’Aston Martin DB6. Cette dernière pérennise le style et l’élégance qui ont fait la force de la voiture de James Bond. Le petit plus par rapport à sa devancière : la possibilité d’installer quatre personnes à son bord. Comme l’Aston Martin DB5, elle se déclinera en version cabriolet avec l’Aston Martin « Volante » et break de chasse.

aston martin db6 r

L’Aston Martin DB5, un phénix qui renaît de ses cendres

A la suite de la vente d’un des trois exemplaires fonctionnels à Monterey Car Week, le constructeur anglais, Aston Martin, a annoncé une grande nouvelle pour tous les amoureux de la marque britannique. Vingt-cinq exemplaires seront rééditées quasiment identique à la version de 1964. Si elles ne pourront pas être homologuées sur route, elles feront renaître, à coup sûr, ce mythe roulant ! Certains accessoires issus du film « Goldfinger » seront même installés ! Reste à savoir lesquels ! Pour avoir la réponse à cette question, il faudra attendre 2020 et sortir plus de 3 000 000 € HT.

aston martin to produce limited run of goldfinger db54

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos constructeur

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Ferrari 330 GT 2+2, un pari réussi


Laisser un commentaire