Focus sur : La Bentley 4 1/2 litre, la voitures des gentlemen drivers

La mythique série anglaise des années 1960, « The Avengers« , connue en France sous le nom de « Chapeau melon et bottes de cuir« , est un hymne à la voiture de collection. En effet, John Steed, joué par l’acteur britanno-américain Patrick Macnee (1922-2015), ne conduit que de magnifiques automobiles : une Vauxhall 30-98, une Rolls-Royce Silver Ghost, une Rolls-Royce New Phantom et bien sûr des Bentley dont la Bentley 3 litre et la Bentley Speed Six ! Mais celle qui est restée dans la mémoire de chaque téléspectateur, est bien la Bentley 4 1/2 litre de 1929 immatriculée « UW4887 » ! ABSOLUTELY CARS vous propose de revenir sur cette voiture mythique qui a crevé le petit écran dans sa belle robe verte !

La Bentley de John Steed, star de la série « Chapeau Melon et Bottes de cuir »

La série britannique « Chapeau Melon et Bottes de cuir » est l’une des plus mythiques des années 1960. En noir et blanc jusqu’à la cinquième saison, celle ayant pour titre original « The Avengers » fut diffusée du 7 janvier 1961 au 21 mai 1969. Elle comporte près de 161 épisodes répartis en 6 saisons. Mélangeant espionnage, science-fiction et action, elle retrace l’enquête menée par le médecin David Keel, joué par Ian Hendry, et par John Steed, enquêteur amateur joué par Patrick McNee. Leur but est de découvrir qui a tué la fiancé de David Keel et de venger sa mort en faisant arrêter le coupable. Le nom original de la série, traduisible par « Les Vengeurs« , prend alors tout son sens. Dans la saison 2, John Steed devient le rôle principal. Toujours habillé d’un chapeau melon et d’un parapluie, il est, par la suite, accompagné par l’anthropologue Cathy Gale, chaussée de bottes en cuir. L’équipe chic et choc fera le succès de la série, qui se poursuivra avec Emma Peel, jouée par Diana Rigg à partir de la saison 4, toujours avec cet humour « so british ».

Série anglaise oblige, un soin particulier fut apporté au choix des véhicules. Au fil des saisons, les voitures utilisées dans la série « Chapeau Melon et Bottes de cuir » sont devenues aussi célèbres que les acteurs ! La plus emblématique et la plus riche reste la saison 4 où se succèderont pas moins de 6 Bentley de courses ou de ville. Parmi celles-ci, nous pouvons notamment citer la magnifique Bentley 4 1/2 Litre de 1929 dans sa version de course « Bentley Blower » ou encore sa remplaçante, la Bentley Speed Six de 1930, version poussée de la Bentley 6 1/2 Litre. La première est celle qui sera le plus vue à l’écran, apparaissant dans l’épisode « Les Esprits Master » et disparaissant dans « La Chambre sans vue« . A noter que Patric McNee ne les a jamais, à proprement dit, conduite ! En effet, la conduite d’une Bentley d’avant-guerre étant compliqué, il se contentait de mettre la troisième vitesse et de laisser la voiture se mouvoir toute seule à l’occasion des scènes tournées avec celles-ci ! La magie du petit écran et le jeu d’acteur de Patrick Macnee faisant le reste, John Steed laissera derrière lui une image de « gentleman drivers » à l’instar de tout « Bentley Boy » !

La Bentley 4 1/2 litre, une automobile au cœur de la légende

La Bentley 4 1/2 Litre, née pour les 24 Heures du Mans

Les années 1920 sont marquées par l’Ere Bentley. Tout commença en 1924, lorsque le Canadien John Duff remporta les 24 Heures du Mans 1924 avec sa propre Bentley 3 litre ! Ce succès reporta l’attention du public sur le constructeur britannique qui venait d’acquérir par la même occasion ses lettres de noblesse ! Walter Owen Bentley réunit alors ses meilleurs concepteurs pour réitérer l’exploit. Il s’entoura également d’un groupe d’automobilistes britanniques fortunés que l’histoire allait connaître sous le nom de « Bentley Boys » ! En 1927, le fondateur de Bentley lança la Bentley 4 1/2 litre pour partir à la conquête du circuit du Mans ! En 1928, cette automobile fut victorieuse aux 24 Heures du Mans. Elle se classe 2ème et 3ème aux 24 Heures du Mans en 1929. Elle décrocha la 2ème place au Grand Prix de France et aux 500 miles de Brooklands en 1930. La légende était en train de s’écrire !

Développée pour la course, la Bentley 4 1/2 litre reste une voiture de standing. D’une longueur de 4,38 m pour une largeur de 1,74m, elle possède un empattement de 3,30m. Malgré ses imposantes dimensions et son poids de 1 625kg, elle se révèle particulièrement bien équilibrée et maniable pour ceux qui savent la conduire. En effet, elle est dotée d’un châssis tubulaire en acier renforcé pour soutenir son lourd moteur en fonte. Ce 4 cylindre de 4398cm3 est une merveille de technique ! Il est équipé de 4 soupapes par cylindre commandées par un arbre à cames en tête à flux transversal. Deux carburateurs SU et un double allumage avec magnétos Bosch le complètent tandis que son vilebrequin à 5 paliers est lubrifié sous pression. Il est accouplé à une boîte manuelle 4 rapports non synchronisés. Il dégage ainsi une puissance de 110ch pour le modèle de tourisme et de 130ch pour le modèle de course.

Cette « pensée course » ne se trouve pas seulement dans la mécanique ! En effet, la Bentley 4 1/2 litre regorge de détails. Son capot est très léger, mais d’une très grande résistance au vent afin de satisfaire les règles des 24 Heures du Mans (qui imposaient un certain nombre de tours avec le capot fermé). L’ensemble bouchons de remplissage (radiateur, huile et essence) s’ouvre également d’un seul coup de levier, afin de gagner du temps lors des ravitaillements. Même le volant a été repensé : d’un diamètre de 45cm, il est traditionnellement enveloppé d’une corde tressée pour une meilleure adhérence, notamment avec des gants en cuir ! Les freins à tambour de 17 pouces à ailettes, actionnable par un tige, ont été aussi réfléchi pour un meilleur refroidissement !

La Bentley Blower, une version sur-vitaminée créée par un Bentley Boy

Au total, 720 Bentley 4 1/2 litre furent produites entre 1927 et 1931, dont 55 voitures avec un moteur suralimenté, connu sous le nom de Bentley Blower. Ces dernières furent conçues par Sir Henry « Tim » Birkin, décrit comme « le plus grand pilote britannique de son temps » par Walter Owen Bentley lui-même ! Entre 1927 et 1929, il construisit, avec l’aide d’un mécanicien, une série de cinq modèles suralimentés pour participer aux 24 Heures du Mans. L’ingénieur Amherst Villiers modifia notamment le moteur en y ajoutant un compresseur de type Roots. Ce compresseur fut placé à l’extrémité du vilebrequin, devant le radiateur, suite au refus de Walter Owen Bentley qui ne souhaitait pas qu’on « pervertisse » son moteur. Le vilebrequin, les pistons et le système de lubrification furent également changés. Au final, le moteur de la Bentley Blower réussit à développer une puissance de 175ch pour le modèle de tourisme et de 240ch pour le modèle de course. Présentée lors du British International Motor Show de 1929, Tim Birkin lança, par la suite, une série de 55 modèles afin de se conformer à la réglementation des 24 Heures du Mans de l’époque. Cette production fut validée par Woolf Barnato, alors Président de Bentley et actionnaire majoritaire. Toutefois, les Bentley Blower ne furent pas à la hauteur de la version atmosphérique et ne remportèrent jamais les 24 Heures du Mans. Elles établirent, cependant, plusieurs records de vitesse, notamment la Bentley Blower No.1 Monoposto qui enregistra une vitesse de 222,03 km/h, en 1932, à Brooklands !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Bentley, un siècle d’élégance et d’innovations


Laisser un commentaire