Focus sur : La Toyota Supra A80, l’atypique GT sportive révélée par le cinéma

Si un certain nombre de films doivent leur succès aux voitures en tête d’affiche à l’instar de la Peugeot 406 de Taxi, d’autres ont permis de mettre sur le devant de la scène des modèles inconnus ! Ce fut le cas de la Toyota Supra A80. Lancée en 1993, cette voiture nippone n’a pas connu le succès escompté en Europe, si bien qu’elle fut retirée du catalogue en 1996, continuant, toutefois, sa carrière au Pays de Soleil Levant. Mais c’était sans compter sur le cinéma et le célèbre film de Rob Cohen, Fast and Furious, en 2001. Le 7ème art la propulse au rang d’icône automobile tandis que la scène l’opposant à la Dodge Charger restera à tout jamais dans les mémoires ! Une nouvelle histoire mêlant voitures et cinéma à découvrir avec ABSOLUTELY CARS !

La Toyota Supra A80, en rupture avec ses devancières

Qui ne connaît pas la gamme « Supra » et ses représentantes, la Toyota Supra A40/A50, la Toyota Supra A60, la Toyota Supra A70, la Toyota Supra A80 et la Toyota Supra A90 ? Bien connues des spécialistes de la marque nippone et des passionnés automobiles, cette série de voitures avait pour objectif de concurrencer les GT sportives japonaises et européennes sur le propre terrain. La Toyota Supra A80 a été développée dans ce sens, prête à défier la Honda NSX, la Nissan 300 ZX Z32 et la Mitsubishi 3000 GT aussi bien au Pays du Soleil Levant qu’à l’étranger. Cette toute nouvelle GT sportive « made in Toyota » se devait être moderne et s’ancrer dans son temps afin de pouvoir remplacer pleinement la précédente génération, la Toyota Supra A70, dont le design fut l’essence même des années 1980.

Pour se faire, Toyota décide de se baser sur le châssis de la Lexus SC300/400 qui sera raccourci de 34 centimètres. Dessus sera montée une carrosserie acier s’inspirant du mouvement « bio-design », toute en rondeur et courbes ! Aérodynamique et racée, cette Toyota Supra MK4 marque une rupture totale avec l’allure tranchante des Toyota Supra MK2 et Toyota Supra MK3 ! Plus trapue – 54.52 cm de long (-11cm), 1.81m de large (+ 7cm) et 1.27m de haut (-3cm) – et plus légère – 1450kg – que ses devancières, elle crée un véritable bouleversement stylistique ! Extérieurement, exit les phares amovibles, sa face avant se dote de feux englobés en verre en Europe ou en polycarbonate en Asie et en Amérique. Son arrière est agrémenté d’un premier aileron proéminent et d’un second rétractable en dessous de 70km/h, destiné à plaquer la voiture au sol à haute vitesse. Bref, cette nouvelle génération a de quoi surprendre !

Côté habitacle, l’intérieur de la Toyota Supra A80 se veut sobre et efficace avec l’omniprésence de plastiques durs. Ergonomique, il plonge le conducteur dans un autre monde inspiré de l’aviation. Intégré à la console centrale, le tableau de bord offre un ensemble minimaliste de commandes et d’instruments totalement tournées vers le conducteur. Il connaitra, toutefois, un lifting, en 1996 et sera complété par la même occasion par de nouveaux équipements :

  • Installation d’une pression de turbo et d’une jauge de température d’huile,
  • Tableau de bord retravaillé (compteurs, horloge et l’enveloppe)
  • Phares à fond noir
  • Airbag conducteur
  • Sellerie cuir noire
  • Clignotants et veilleuses sont réunis
  • Baguette sur le pare-chocs avant
  • Toit façon « targa »

A noter que si les places arrières ne sont guère grandes et le coffre pas plus volumineux, la Toyota Supra A80 offrait, pour ses versions européennes et américaines, une solution en « targa » avec un toit amovible manuellement.

Mais ce qui fait le charme de la Toyota Supra A80 n’est ni dans son design, ni dans son intérieur, mais plutôt sous le capot ! Elle est dotée d’une nouvelle motorisation ayant pour nom de code « 2JZ-GE ». Il s’agit d’un 6 cylindres en ligne 3.0 de 220ch qui remplace alors le « 7M-GTE » de la Toyota Supra MK3. Ce fut notamment ce moteur-ci qui fut installé dans la Toyota Supra A80 de 1993, conduite par Paul Walker dans le premier film Fast and Furious. Atmosphérique, il est accouplé à une boite manuelle 5 rapports de série, propre à la SZ et 6 rapports pour la SZ-R. En option, Toyota proposait également une boite automatique 4 rapports (+ overdrive), un différentiel autobloquant et l’ABS (de série sur la SR-Z). De ce fait, parmi les versions atmosphériques, nous pouvons citer :

  • Toyota Supra A80 SZ : ABS en option à partir de 1995, boîte manuelle 5 vitesses ou automatique 4 vitesses, toit targa en option uniquement avec la boite automatique
  • Toyota Supra 180 SZ-R (08.1994+) : ABS, différentiel autobloquant, boîte manuelle 6 vitesses

Néanmoins, le « 2JZ-GE » supportant bien les hausses de puissances, il fut également proposé armer d’un Twin-Turbo !

Connu sous le nom de code « 7JZ-GTE », le moteur bi-turbo de la Toyota Supra A80 sortit en parallèle de son homologue atmosphérique. Avec lui, les chevaux s’envolent, passant à 280ch pour les versions japonaises, à 326ch aux Etats-Unis et à 330ch en Europe. Le tout pour un couple de 400Nm (contre 290Nm pour le moteur atmosphérique) ! A cela, il faut ajouter la boite de vitesse manuelle 6 rapports Getrag de série (ou automatique 4 rapports en option) ainsi qu’un différentiel autobloquant et contrôle de traction. Pouvant aller jusqu’à 250 km/h maximum, car bridée, la Toyota Supra A80 effectue le 0 à 100 km/h en 5,6s et le 1000m départ arrêté en 25s ! Mais la technologie de ce moteur ne s’arrête pas à là ! En fonction de l’utilisation du véhicule, ces turbos identiques passent en mode séquentiel, c’est-à-dire qu’ils sont suralimentés par les turbocompresseurs. Le premier turbo correspond aux bas régimes tandis que le second s’enclenche en montant dans les tours. Cela est surprenant sachant que ce système est généralement plus présent sur des diesels et que la Toyota Supra A80 ne fut vendue qu’en essence ! A noter que cette technologie lui permet de gagner en radicalité, offrant la sportivité souhaitée pour une GT de sa catégorie !

De ce fait, parmi les versions en bi-turbo, nous pouvons citer :

  • Toyota Supra A80 RZ (1993 – 1995) : contrôle de traction, différentiel autobloquant, boîte manuelle 6 vitesses ou automatique 4 vitesses, toit targa en option
  • Toyota Supra A80 RZ-S (1995 – 1996) : équipement identique au modèle RZ de 1993 à 1995 sans l’option toit targa
  • Toyota Supra A80 RZ (1995 – 1996) : boîte manuelle 6 vitesses, contrôle de traction, différentiel autobloquant
  • Toyota Supara A80 GZ : boîte automatique 4 vitesses, contrôle de traction, différentiel autobloquant, intérieur cuir noir, toit targa en option, airbag conducteur.

Concernant les autres particularités techniques de la Toyota Supra A80, il faut savoir que ces deux versions disposent d’un système de freinage assuré par des disques ventilés aux 4 roues ainsi que des pneumatiques de 17 pouces (en Europe versus 16 pouces au Japon). En 1997, l’adjonction du VVT-i qui agit sur l’arbre à came d’admission, lui fait gagner 5ch complémentaires sur les moteurs « 2JZ-GTE », avant d’être réservé aux moteurs atmosphériques dès 1998. La même année, outre-Atlantique, la Toyota Supra A80 voit sortir une édition anniversaire : la Toyota Supra A80 “15th anniversay”, en hommage à la première Toyota Supra MK1, qui durera un an, en nombre d’unités limitées. Il est important également de souligner que les versions les plus préparées et celles s’inscrivant dans le « tuning » peuvent atteindre jusqu’à 1000ch et réalisent des démonstrations de drift à l’image des modèles ci-dessous issu de la Saga Fast and Furious avec Paul Walker (alias Brian O’Conner) au volant!

CaractéristiquesDonnées (bi-turbo)
GZ/ RZ/ RZ-S
Données (Atmosphérique)
SZ/ SZ-R
Moteur6 cylindres en ligne- 2JZ-GTE
Longitudinal avant
Bi-turbo
6 cylindres en ligne – 2JZ-GTE
Longitudinal avant
Atmosphérique
Puissance330ch
Couple : 440nm
225 ch (Europe)
220 ch (USA)
Couple : 290 Nm
Cylindrée2997 cm32997 cm3
TransmissionPropulsionPropulsion
Boite de vitesseManuelle 6 vitesses
Automatique 4 vitesses
Manuelle 5 vitesses (6 pour la SZ-R)
Automatique 4 vitesses
FreinsDisques ventilésDisques ventilés
Poids1630kg1615kg
0-100km/h5.7 secondes6.1 secondes
Vitesse max250km/h250km/h

La Toyota Supra A80, une grande « mal-aimée » qui prend sa revanche

Lancée en 1993, la 4ème génération de la Toyota Supra fut présentée au grand public à l’occasion de Chicago Motor Show 1993, en présence de l’Etat major du Japon et l’Ingénieur en chef de Toyota, Isao Tsuzuki. Bref un lancement en grandes pompes pour celle qui se devait conquérir le marché américain ! Hélas, la GT sportive nippone ne connut pas le succès escompté et ne suivit pas ses devancières en termes de notoriété et de ventes. Elle se vendra qu’à seulement 11 239 exemplaires aux Etats-Unis et environ 1 500 en Europe dont 49 en France. Elle sera alors progressivement retirée de la vente, en 1996, en Europe et au Canada, en 1998, aux Etats-Unis et en 2002, au Japon. Ce sera donc essentiellement au Pays du Soleil Levant qu’elle sera commercialisée avec près de 30 000 exemplaires, ce qui correspond à près des deux tiers de sa production totale ! En effet, la Toyota Supra A80 sera produite à 45 221 exemplaires entre 1993 et 2002. Pour information, les trois séries précédentes avaient dépassé la barre des 100 000 exemplaires.

Au vu de sa carrière, elle aurait pu rester parmi les « mal-aimées » du monde automobile. Mais c’était sans compter sur les fans de tunings et le cinéma ! En effet, la Toyota Supra A80 a fait son « come-back » au début des années 2000 en s’illustrant dans les plus grands jeux vidéos de voitures et en devant la star du premier opus de la saga Fast and Furious, au volant de Paul Walker ! Reconnaissable de part sa couleur orange vif, elle a fait rêver toute une génération de jeunes passionnés ! Ainsi, aujourd’hui, beaucoup de fans importent ce modèle du Japon ou des Etats-Unis. Hélas, peu sont dans leur conformité d’origines, car la Toyota Supra A80 et son moteur solide se prêtent facilement au tuning ! Il est donc difficile de déterminer la quantité de modèles en circulation en France. Bref, en croiser une dans nos rues constitue un moment exceptionnel surtout si on entend la douce mélodie du moteur !

Néanmoins, la Toyota Supra A80 n’a pas marqué de son empreinte l’histoire automobile uniquement qu’à travers du cinéma ! En effet, cette GT sportive japonaise s’est également illustrée via son palmarès sur les circuits. En effet, la Toyota Supra MK4 s’est adjugée des victoires dans des championnats nationaux (Formula GT et GT 500) et internationaux à l’image de Pikes Peak (temps réalisé 10:04.060) du rallye (1996-2000) et des 24 Heures du Mans (1994-1995) !

Le revival de la Toyota Supra MK4

A sa disparition, en 2002, beaucoup de passionnés d’automobiles attendaient l’arrivée de la fameuse Toyota Supra MK5. Mais il leur a fallu attendre 2019 pour voir arriver sur le marché la toute nouvelle Toyota Supra A90, véritable héritière de la Toyota Supra A80. Toutefois, savez-vous que ce projet avait commencé près de douze ans auparavant ? L’année 2007 voit naître la première ébauche de ce projet, sous le nom de « FT-HS ». Ce concept est dévoilé lors du North American International Auto Show et se veut être plus une réponse stylistique à la ligne fluide mêlant rondeurs et angles que le projet même d’une supercar ! Le châssis et la carrosserie sont composés de fibre de carbone et Kevlar. Côté moteur, on trouve le V6 3.5 accouplé à un système d’hybridation issu de la berline GS 450H. La puissance combinée dépasse 400ch.

Pourtant, ce n’est qu’en 2010 que la renaissance débute officiellement avec, d’une part, le dépôt du terme « Supra » pour une durée de 3 ans et d’autre part, l’apparition d’un nouveau prototype. La consécration arrive en 2013 avec le concept-car « FT-1 ». Tout comme la « FT-HS », ce prototype est présenté lors de l’édition 2014 du North American International Auto Show. Son design est un véritable hommage à la Toyota Supra A80, mais aussi à d’autres modèles Toyota comme la Toyota 2000GT ou encore la Toyota MR2. La seule information réside sur sa motorisation est la position du bloc, placé sur l’avant, et sa transmission en propulsion.

L’engouement et les avis sont plus que prometteurs autour de ce prototype ! Toyota renouvelle donc la marque « Supra » en 2014 aux Etats-Unis et en 2016 pour l’Europe. Il faudra attendre 2019 pour admirer le résultat final : la Toyota GR Supra MKV (A90). « GR » fait référence à au département compétition de Toyota, car, en effet, ce nouveau modèle résulte de l’association entre le Japon et l’Allemagne, le châssis et le bloc-moteur étant ceux de la BMW Z4. De quoi écrire un nouveau chapitre de l’histoire des Toyota Supra !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : L’Honda NSX, une « Ferrari » nippone


Laisser un commentaire