Morgan Motor Compagny, 110 ans d’aventure européenne

Si l’année 2019 représentait un cru prestigieux en termes de célébrations et d’hommages, d’une richesse exceptionnelle en anniversaire : Citroën, Bugatti, Avions Voisin, Bentley, Salmson, etc… c’était sans compter sur 2020 ! Et quoi de mieux que de commencer cette nouvelle année qu’avec une marque britannique emblématique ! Se distinguant de tous les autres par ses modèles au châssis très bas, au poids plume, avec un rapport poids/puissance exceptionnel et un style très vintage, Morgan Motor Compagny est devenu, au fil des décennies, un incontournable de l’automobile de luxe anglaise. C’est en toute humilité que cette marque indépendante détient le record de longévité de commercialisation d’un modèle : la Morgan 4/4, qui fait partie des voitures Morgan depuis 1936 ! A l’occasion des 110 ans de la marque, découvrez avec ABSOLUTELY CARS encore plus d’anecdotes insolites sur ce petit constructeur à la réussite incroyable !

Morgan Motor Compagny : une marque traditionnelle pour une clientèle éprise

Morgan Motor Compagny fut une marque automobile anticonformiste : il s’agit du seul constructeur européen de cyclecars toujours en activité aujourd’hui ! Il faut dire que Henry Frederik Stanley Morgan (1881-1959), ingénieur à la Great Western Railway (chemin de fer) puis chez Wolseley et chez Darracq et fondateur de la marque éponyme, a le cyclecar dans la peau ! Son but premier, ce n’était pas de promouvoir les avantages fiscaux liés à ce type de véhicule, comme beaucoup d’autres le firent après la Première Guerre mondiale, mais de concevoir, en 1909, un véhicule extraordinaire vendu au prix d’une motocyclette, bien entendu pour la version d’entrée de gamme !

Après avoir acquis un garage dans le Worcestershire, à Malvern Link, en 1909, il construit plusieurs prototypes dont un tricycle (2 roues avant et une roue arrière) au moteur Peugeot, nommé Morgan « Runabout ». Dans la volée, il lance la « Morgan Motor Compagny » ainsi que sa première voiture en série, dès 1910 ! Une aventure qui se voudra familiale avec son fils, Peter Henry Geoffrey Morgan (1919–2003), qui lui succéda à sa mort, en 1959, puis avec Charles Morgan (1951) jusqu’en 2013.

Mais l’aventure prend une toute autre tournure en 2019, lors du Salon de Genève. Le fonds d’investissements italien Investindustrial – qui détient entre autre des parts sociales d’Aston Martin -, a annoncé avoir fait l’acquisition d’une participation majoritaire du constructeur britannique Morgan. Et pour la première fois de son histoire, l’encadrement et les employés, représentant environ 220 personnes, sont devenus également actionnaires de la société !

Et si, en interne, tout est fait pour pérenniser cette entreprise, la marque automobile Morgan peut également compter sur la passion de ses 5000 collectionneurs répartis dans 50 clubs à travers le monde !

A noter que Morgan a vendu quelques 700 véhicules neufs en 2018 et a enregistré des revenus de l’ordre de 33,8 millions de livres, pour un profit net de 3,2 millions de livres !

Du Morgan cyclecar au Morgan roadster : son histoire s’écrit par ses modèles

Le premier véhicule construit par la Morgan Motor Compagny : un cyclecar 3 roues

Le Morgan Three Wheeler, un véhicule extraordinaire !

En 1909, H.F.S. Morgan conçut un véhicule extraordinaire :

  • suspension avant indépendante et inédite pour une meilleure tenue de route, solution déposée par ses soins, exploitée à partir de 1910 dès l’entrée de gamme,
  • exploitation des moteurs 4 temps disponibles sur le marché de façon à réduire les coûts en Recherche & Développement et en investissement dans les machines outils,
  • roue arrière motrice pour éviter la mise en place d’un différentiel et réduire les coûts,
  • boîte à vitesses 2 rapports et 2 chaînes de transmission pour réduire les coûts et assurer une certaine pérennité à l’aide de ces dernières (3 rapports + marche arrière + simple chaîne à partir de 1931 sur les modèles sportifs, solution généralisée à partir de 1934, 5 rapports et cardan pour les modèles réintroduits en 2011),
  • châssis tubulaire métallique supportant une ossature en hêtre recouverte d’une carrosserie en acier (en aluminium pour les versions réintroduites dès 2011, en carbone et aluminium pour la variante électrique EV3).

La Morgan three-wheeler connut un succès commercial impressionnant ! Doté de moteurs Matchless ou de moteurs JAP et d’un poids plume (200kg), ces modèles ont battu des records de vitesse en Angleterre (Brooklands) et en France (Montlhéry) avec des pointes à plus de 150km/h !

tableau1

Les Morgan 3-wheeler fabriqués en France

A Courbevoie, de 1919 à 1939, Roger Darmont assembla sous licence Morgan des cyclecars équipés de 3 roues. Son frère, André Darmont, en fit la promotion en tant que pilote de course.

En 1923, ils reçurent l’accord de Morgan pour les vendre sous la marque Darmont-Morgan. La première Morgan 4 roues fut, en fait, une Darmont-Morgan, disponible sur le marché de 1934 à 1939, connue sous le nom de Darmont-Morgan V-junior, équipée également de roues avant indépendantes. A noter que la marque Darmont a également fêté son centenaire en 2019 !

Les Morgan 4-wheeler

1936 ou quand les Morgan eurent 4 roues / 4 cylindres

En 1936, l’entreprise lança la Morgan 4/4 pour 4 roues / 4 cylindres. Son moteur est refroidi par de l’eau (water cooled engine). La puissance produite par le moteur parvient aux roues arrière à l’aide d’un arbre de transmission. Les solutions retenues provenaient du Morgan 3-wheeler à l’instar des roues indépendantes avant, du châssis acier supportant une ossature en hêtre recouverte d’une carrosserie en acier et aluminium, de l’approvisionnement des moteurs auprès de nombreux motoristes. La particularité réside dans le fait que cette voiture est fabriquée depuis 83 ans avec, néanmoins, une suspension de sa production de 1950 à 1955, faute de moteur. En effet, jusqu’en 1950, son moteur est un « Standard Vanguard » avec qui la marque britannique Morgan avait un partenariat. Ce n’est qu’en 1955 que la marque trouvera une solution auprès de la marque Ford, toujours avec un 4 cylindres. Avant 1950, son empattement était de 2,34m, après 1955 de 2,44m. Les freins à disque à l’avant furent adoptés en 1961.

taableau4 4

Les Morgan Plus 4, un nouveau chapitre

En 1950, et en parallèle, la marque Morgan proposa le modèle Morgan Plus 4. Ce modèle se distinguait de la Morgan 4/4 par une motorisation et une largeur plus généreuses (1,42m contre 1,37m pour la Morgan 4/4 de 1950, 1,72m contre 1,63m pour la Morgan 4/4 de 2019).

Son empattement était de 2,44m, puis de 2,49m à partir de 2004. Les freins à disque à l’avant furent adoptés également en 1961.

taableau4

La Morgan Plus 4 Plus, un coupé aussi beau que rare

En 1963, la marque automobile Morgan présenta un magnifique coupé 2 places : la Morgan Plus 4 Plus. Reposant sur un empattement de 2,44m, sa carrosserie ponton était en fibre de verre. Elle ne rencontra pas son public et fut retirée de la vente en 1967 avec seulement 26 exemplaires fabriqués.

Les Morgan Plus 8, Aero 8 et Plus 6, la naissance d’un mythe

En 1968, un vent de liberté souffla sur Morgan qui présenta une variante sur-vitaminée équipée d’un V8 ! La sportivité est au rendez-vous. Conduire ce roadster à grande vitesse demande du courage, de la virtuosité, un brin d’inconscience. En effet, l’engin est très rapide. Son poids est inférieur à 1000kg, les freins arrière sont à tambour et l’essieu arrière rigide est bien vivant. La dernière série produite de 2012 à 2018 adapta, néanmoins, les 4 freins à disque ventilés et son poids se situa entre 1100 et 1150kg. Son défi, elle resta au catalogue 50 ans nonobstant les trois chocs pétroliers, ceux de 1973, de 1979 et de 2008.

Les années 2000 voient la naissance d’un mythe spécialement conçu pour le marché américain : les versions Morgan Aéro. Reprenant les codes stylistiques qui ont fait la force du constructeur britannique Morgan, les ailes sont élargies, le pare-choc redesigné, le moteur plus puissant et modernes sans oublier les technologies embarquées ! Complétant la gamme existante, elles sont munies d’un châssis et d’une carrosserie en aluminium, de 4 roues indépendantes, de 4 freins à disque ventilés.

taableauv8
morgan aero 8 supersports
MORGAN Aero 8 supersports (2010-2015)

En 2019, pour répondre aux nouvelles contraintes environnementales, Morgan remplaça les Morgan Plus 8 et les Morgan Aero 8 par la Morgan Plus 6. Bien entendu, son châssis et sa carrosserie sont en aluminium, ses suspensions sont à 4 roues indépendantes.

Les Morgan Roadster V6, le nouveau chapitre de la marque Morgan

Entre temps, en 2004, fut lancée une gamme intermédiaire insérée entre les Morgan Plus 4 et les Morgan Plus 8, reprenant les solutions techniques de ces deux dernières. Il s’agit de la Morgan Roadster V6, une voiture bien agréable à conduire. Son empattement est de 2,49m.

En septembre 2013, Steve Morris, directeur de la marque, déclara : « On a vendu seulement 40.000 voitures depuis la création de l’entreprise, mais 90% sont toujours en circulation. » Du grain à moudre pour tout collectionneur ou passionné d’automobiles !

Morgan : gagner est une seconde nature

Il faut savoir que, dès le lancement de la Morgan 4/4, Morgan l’engagea dans la compétition ! Elle se distingua dans les course de côte et lors des 24 heures du Mans 1938 et 1962. Pour cette édition, elle finit l’épreuve à la 13ème place et monte sur la deuxième marche dans sa catégorie ! Les années 1950 se traduisirent par un engagement outre-atlantique à l’image des 12 heures de Sebring et une présence sur les tracés de Watkins Glen, etc… En 1962, elle remporta également les 3 heures de Brooklands et le rallye de Donington. Les années 2000 mettent la Morgan Aéro 8 sous le feu des projecteurs lors de plusieurs éditions des 24 Heures du Mans !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS & CARDO
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’Archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Armstrong-Siddeley, l’excellence du luxe à l’anglaise


Laisser un commentaire