Nous y étions : Le Tour Auto 2019 Optic 2000

S’inscrivant dans la continuité du Tour de France Automobile, le Tour Auto Optic 2000 est rapidement devenu LE rendez-vous de voitures vintage au mois de mai. Comme les précédentes années et ce, depuis 2012, cette 28ème édition a commencé sous la nef du Grand Palais avec sa traditionnelle exposition. Ainsi, plus de 260 voitures trônaient dans cet écrin de verre et d’acier, ce lundi 29 avril de 10 heures à 17 heures. Fin prêtes pour s’élancer le lendemain sur le parcours, leurs carrosseries brillantes dévoilent pour les plus curieux des mécaniques dignes de voitures de compétitions. Marques, médias et visiteurs s’y sont pressés afin d’immortaliser ces moments de sportivité, de performance et de beauté ultime du monde automobile. ABSOLUTELY CARS y était et revient pour vous sur cette journée riche en émotions. Au programme : des rencontres avec de grandes dames, des marques et modèles d’anthologie ayant marqués des générations de propriétaires et de passionnés !

Ferrari : l’excellence technologique alliant performance et raffinement

Une avant-première au Tour Auto 2019 Optic 2000 : la Ferrari 8 Tributo de 2019

Partenaire du Tour Auto Optic 2000, Ferrari ne pouvait pas manquer la plus belle course automobile vintage de France. Multiples vainqueurs entre les années 1950 et 1980, l’idylle entre la firme de Maranello et ce rallye ne s’est pas fanée. Depuis 26 ans, en 1992, sous l’impulsion de Peter Auto, Ferrari continue son aventure et a même disposé du Grand Palais et de sa célèbre nef, pour exposer en avant-première ses modèles aussi racés qu’exclusifs.

L’année 2019 est symbolisé par la présentation officielle de la Ferrari 8 Tributo. Avec son V8 biturbo d’une puissance de 720ch succède à la Ferrari 488 GTB, produite pendant quatre années (2015-2019). Habitacle redessiné avec des fibres de carbones, elle est plus légère de 40 kg par rapport à sa devancière. A cela, s’ajoutent les freins « brembo » renforcés au niveau de la ventilation et qui réduisent le poids. Cette supercar est l’alliance parfaite de l’aérodynamique et la performance. Cet incroyable nouveau modèle a pu côtoyer son aînée sous la Nef du Grand Palais, spécialement préparée pour la piste : une Ferrari 488 GTB « Ferrari Challenge ».

Mais avant de poursuivre dans les allées du Tour Auto Optic 2000, revenons sur quelques chiffres clés :

  • 25 : le nombre d’années d’existence de cette coupe mono-modèle
  • 6 : le nombre de générations de Ferrari qui se sont succédées sur les pistes (348, 355, 360, 430 et 458)
  • 1000 : le nombre de courses, depuis 1992, réalisée dans le cadre du Ferrari Challenge, c’est-à-dire presque le même nombre de pilote qui ont pris part !

La Ferrari 488 GTB « Ferrari Challenge » a marqué une évolution significative en termes de performances et d’aérodynamique si nous la comparons avec son aînée, la Ferrari 458. Equipée du V8 de 670ch (élu meilleur moteur de l’année 2016), sa préparation est encore plus radicale. Cette pistarde est notamment dotée de trains roulants spécifiques, des passages de vitesses raccourcis et d’une gestion indépendante des fonctions de contrôle (traction et freinage). Le résultat est bien là. Plus d’une seconde de gagnée par rapport à la Ferrari 458.

Une dizaine de Ferrari et trois Dino engagées dans la 28ème édition du Tour Auto Optic 2000

Les voitures engagées dans le Tour Auto Optic 2000 ont le choix de participer dans l’une des deux grandes catégories : la régularité ou la compétition. Cinq Ferrari (trois Ferrari 275 GTB de 1965, une Ferrari 250 GT Lusso de 1963, une Ferrari 250 GT Boano de 1957) et trois Dino (deux Dino 246 GT de 1973 et une Dino 246 GT de 1971) ont fait partie des 148 participants en régularité. Impressionnantes par leur beauté, leur gabarit et leur rareté, en « compétition », nous trouvons également deux Ferrari 308 Gr IV Michelotto de 1980 et de 1981, ainsi qu’une Ferrari 308 Gr IV Facetti de 1976 !

La sportivité et l’innovation signées BMW

Présentation officielle de la BMW Série 8 Cabriolet au Tour Auto Optic 2000

Autre marque et autre partenaire du Tour Auto Optic 2000 ! Avec BMW, à quelques mois après le lancement de la version « Coupé », son cabriolet, la BMW Série 8, tombe le toit. Digne successeur de la BMW Série 6, elle troque le toit rétractable par une capote souple, moins lourd et plus esthétique. Avec une dimension de 4,85m et un poids de 2 090 kg, cette voiture est également dotée d’une puissante motorisation. La marque bavaroise est donc revenue à ses premiers amours en mêlant des valeurs sportives et le plaisir de conduire. Sous le capot : un V8 4.4 délivrant 530 ch, soit un gain de 68ch par rapport à la BMW M550i.

Côté équipement, cette BMW Série 8 dispose du luxe et d’une technologie dernière génération, à savoir la sonorisation Harman Kardon avec 14 haut-parleurs, un cuir intégral, un filet anti-remoud, un kit M-sport, une boîte automatique « Steptronic » à huit rapports, un différentiel-arrière autobloquant transmission intégrale, des suspensions adaptatives, quatre roues motrices et des jantes de 20 pouces. La note finale reste quand même salée, car le supplément par rapport au coupé représente 8 000 €, soit un montant de 132 750 € sans compter, les 10 500 € de malus écologique.

La BMW Z4 présentée en exclusivité sous la Nef du Grand Palais

Lors du Tour Auto Optic 2000, BMW a présenté en avant-première un autre cabriolet bien connu des passionnés de la marque : la BMW Z4. Seul roadster de la gamme BMW depuis 2003 et uniquement disponible en cabriolet, le design sportif et racé revient aux racines de la marque à l’hélice : le plaisir de conduire. Avec une conception partagée avec Toyota, les évolutions sur cette troisième génération sont très nombreuses. Ses dimensions et son poids ne parlent pas en sa faveur. Avec une longueur de 4.32m et une largeur de 1.86m, elle gagne respectivement 8 cm et 7 cm. Quant au poids, il avoisine les 1600kg sur la balance, malgré une structure allégée de 60kg.

Sous le capot, est logé un 6 cylindres 3.0 de 340ch, couplé à une boite automatique 8 vitesses ZF, d’où une sonorité voluptueuse et mélodieuse autant dans les aiguës que dans les graves. Enfin, l’addition débute à 67 650€ pour atteindre 77 100€. Le prix d’un retour aux sources avec un dynamisme inné et affûté pour un authentique roadster signé BMW.

BMW très représentée lors du Tour Auto 2019 Optic 2000

BMW a été très largement représentée lors du Tour Auto Optic 2000. Partant en ouvreuse avec deux BMW M2, elles ont été suivies par une vingtaine de modèles inscrits aussi bien en régularité qu’en compétition. Les plus curieux reconnaîtront parmi elles des BMW 2002 TII de 1971, de 1972 ou de 1974, une BMW 507 de 1958, une BMW 1600 de 1970, une BMW 2800 CS de 1969 ou de 1971, une BMW 3.0 CSI de 1972 ou encore une BMW M1 de 1979… Toutes engagées dans les épreuves de régularité. Côté compétition, BMW 2002 TI de 1970 ou de 1972, BMW 2002 Turbo de 1974, BMW 3.0 CSL de 1972 ou de 1974, BMW 2800 CS de 1967 ou de 1969, BMW 2002 TII Gr2 de 1973 ou de 1974, BMW M1 Group 4 de 1979 ou encore BMW 3.0 CSI de 1971 se sont affrontées sur les routes de France. Dans tous les cas, le plateau est bien garni avec des véhicules plus que mythiques. De quoi ravir tous les amoureux de la marque !

Les médias et les pilotes : les véritables ambassadeurs du Tour Auto 2019 Optic 2000

Le Tour Auto Optic 2000 n’est pas seulement un rallye de régularité ou de compétition. C’est aussi un rendez-vous mondial où quelques têtes connues sont présentes. Parmi les 240 équipages, nous pouvons citer les chefs étoilés Michel Chabran, Jean-Paul Lacombe et Michel Rostang… des animateurs d’émissions automobiles à l’instar de François Allain (Vintage Mecanic) et Gerry Blyenberg (Wheelers Dealer France)… ou encore Miss France 2018, Maëva Coucke ! Et certaines marques comme Optic 2000 – partenaire de ce rallye pour la 10ème année consécutive – ont spécialement sponsorisé des équipages. Par exemple, Optic 2000 est le sponsor principale de pas moins de trois équipages bien connus des Français !

Parmi ces équipages un peu spéciaux, deux équipes ont décidé de rouler en Alfa Roméo. D’un côté, nous retrouvons Gerry Blyenberg et Aurélien Letheux, respectivement animateur et mécanicien de l’émission « Wheeler Dealer France », ont choisi une Giulia Sprint GT Veloce de 1966. De l’autre, nous avons deux pilotes professionnels au palmarès exceptionnel ! Championnat de France FFSA, Trophée Andros, Championnat d’Europe FIA GT3, Eurocup Mégane Trophy… Olivier Pernaut et Margot Laffite cumulent les victoires. Pour cette dernière édition sous la nef du Grand Palais, les deux co-équipiers du Trophée Andros courent sur une Alfa Romeo 1750 GTAM. Inscrits en compétition, les deux équipages auront fort à faire face à des concurrents affûtes avec pour seul objectif un classement final sur la plus haute marche du podium.

dsc01420 1
Les équipages Alfa Roméo :
Gerry BLYENBERG, Aurélien LETHEUX, Olivier PERNAUT et Margot LAFFITE

N’oublions pas l’équipage porteur du numéro 1, composé de l’animateur de « Vintage Mecanic », Francois Allain et du mécanicien de l’émission, Nicolas Guenneteau qui ont décidé de réaliser ce Tour Auto Optic 2000 avec un véhicule pour le moins atypique. Leur choix s’est porté sur une Citroën Traction Avant 11BL de 1956 ! Il s’agit de célébrer le centenaire de la marque aux chevrons et les 85 ans d’un des modèles mythiques de la marque française : la Traction Avant. Sans prétention de faire un résultat, l’objectif est de terminer ce rallye en régularité basse.

Curieux de découvrir cet équipage atypique avec ce modèle des plus emblématique ? Retrouvez tout ce qu’il y a savoir avec notre interview de François Allain, réalisée avant le Tour Auto !

D’autres duos médiatiques étaient également présents lors de cette édition 2019 du Tour Auto Optic 2000. Et les médias étaient fortement représentés ! Les stars étaient sans aucun doute celles de la télévision : TF1, C8 et M6 en première ligne avec leurs présentateurs phares. Jean Pierre Gagick (TF1) a choisi une AC Cobra CSX 2127, Grégory Galiffi (C8) et Etienne Bruet (M6) se sont portés sur la marque au lion : Peugeot. Le premier dispose d’une Peugeot 104 ZS, le deuxième, d’une Peugeot 504 coupé.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS 

Cet article vous a plu ? Retrouvez l’interview de François Allain sur sa Traction Avant du Tour Auto Optic 2000 à lire ici : François Allain, la passion avant tout (1/2)


Laisser un commentaire