Interview automobile : La Ford Mustang III 5.0 GT convertible, la méconnue parmi les légendes

La Ford Mustang fait partie des icônes automobiles américaines. Si la première génération est reconnaissable entre toutes, même des non aficionados, les suivantes sont moins connues du grand public dont la fameuse Ford Mustang 3rd generation qui se révèle très rare sur nos routes européennes. Il faut dire que la belle s’est éloignée des lignes de la fameuse Américaine, avec un design toute en fluidité et en modestie, épurée dans son dessin et privée de son célèbre cheval sauvage. Toutefois, la Ford Mustang 3 reste tout de même dans la même lignée que la monture précédente et fut même fabriquée dans les mêmes usines ! ABSOLUTELY CARS vous propose de partir à la rencontre de la plus discrète des Ford Mustang avec l’heureux propriétaire d’une Ford Mustang III 5.0 GT Convertible !

La Ford Mustang III, l’autre vision de la Ford Mustang

La Ford Mustang 3ème génération débarque sur les routes en 1979. Elle a la dure mission de succéder à la Ford Mustang II (1973-1978) et surtout à la Ford Mustang 1st Generation (1964-1973), qui fut un véritable succès commercial pour Ford. Toutefois, en 15 ans, les attentes et les besoins des clients ont changé. Face aux ventes qui ralentissent, Ford a besoin de donner un nouveau souffle à sa belle tout en gardant ce qui a fait son succès.

Gardant l’aspect sportif tout en n’omettant pas le confort, c’est par le design que cette nouvelle génération rompt racialement avec ses origines en adoptant un style très européen et très innovant pour ce modèle devenu mythique. L’avant du véhicule a été particulièrement retravaillé avec un nez incliné vers l’arrière et équipé de quatre phares rectangulaires. Conservant les dimensions initiales de la Ford Mustang, elle se voit dotée d’un nouveau châssis s’inspirant fortement de celui de l’Audi 80 (ou Fox), que nous retrouvons également chez les Ford Fairmont, Mercury Zephyr, Mercury Capri, Mercury Cougar et Ford Thunderbird. Elle connaîtra un important changement en 1987, avec un restylage notable offrant une toute nouvelle carrosserie davantage aérodynamique qui a pour but de rajeunir le modèle. La génération 4 phares (1979-1986) laisse sa place à la génération Aero (1987-1993). Le modèle de ce jour est issu de cette génération.

La Ford Mustang « Aero » conserve le même châssis que la Ford Mustang « 4 phares »/ »Four Eyes », car les modifications sont plus centrées sur l’esthétique. L’avant est profondément remanié pour être plus en rondeur et en fluidité, s’inspirant du dessin de la Ford Mustang SVO, série limitée de la troisième génération de Ford Mustang, vendue de 1984 à 1986. La luminosité et la visibilité sont au centre de tout, grâce aux nouvelles vitres latérales arrières affleurantes. Hélas, le cheval cabré n’est pas revenu avec ce nouveau look, remplacé à l’avant et l’arrière par les logos Ford. Avec cette Ford Mustang 3, le champs des possibles se réduit à deux finitions (LX et GT) et à trois types de carrosseries. Les versions Notchback (2 portes), Hatchback (3 portes à hayon), et cabriolet restent au catalogue. Le choix des coloris reste large : beige (sand beige), blanc (Oxford Light), bleu (Dark shadow/Medium Shadow/Bright regatta), gris (dark Grey Metallic/ Light grey), jaune (Medium Yellow), noir, rouge (Scarlet red),…

La Ford Mustang Aero connaît également un lookage de son intérieur avec notamment un nouveau tableau de bord moins massif. L’habitacle opte pour les deux finitions : LX et GT. La première favorise la cruising avec une suspension moins ferme, une direction assistée moins directe et une sellerie moins sportive. La seconde veut accentuer le côté sport de la Ford Mustang III. Cette finition pouvait être modifiée avec des options, offrant des suspensions plus rigides et un V8 puissant, idéal pour les amateurs de runs. La présentation varie les couleurs selon les goûts des clients. A noter que les 3 bi-tons sont spécifiques au cabriolet. La sellerie change en fonction de la finition retenue, tout comme les équipements. En 1988, le « T-Top » est supprimé. En 1990, la Ford Mustang se voit équipée d’un airbag, uniquement côté conducteur. En 1992, une série spéciale est produite avec une carrosserie Vibrant Red et un intérieur intérieur Oxford White et en 1993, une autre, avec une carrosserie Canary Yellow et un intérieur noir.

Côté motorisation, avec la Ford Mustang 3 Aero, le choix se réduit également à deux motorisations. Exit le 4 cylindres turbo et le V6 qui disparaissent pour ne laisser qu’uniquement le 4 cylindres L4 2.3 (2301cm3) Injection délivrant 88ch (puis 110ch) et la V8 5.0 à injection électronique de 225ch. Le 4 cylindres et le V8 sont disponible pour la Ford Mustang III LX, tandis que la Ford Mustang III GT ne dispose que du V8. Ils sont accouplés à une boite automatique 4 rapports (ou manuelle 5 rapports). Le comportement routier passe par une direction assistée, l’ABS et des suspensions plus ou moins fermes.

Vendue entre 8270 et 13050$, la Ford Mustang III sera vendue à près de 159 450 unités, toutes versions confondues. Néanmoins, en comparaison à ses devancières, cela est considéré par Ford comme un échec commercial. Il faut dire que la Ford Mustang 3 possède le record du plus faible score de ventes pour la Ford Mustang. En parallèle, des préparations radicales à l’image de Saleen pointent le bout de leur capot. L’ultime version proposée sera la Ford Mustang SVT Cobra , dotée du V8 5.0 de 235ch. En 1993, la Ford Mustang III tire sa révérence pour laisser sa place à la Ford Mustang IV, produite dès 1994, avec un regain de puissance continu.

Parole de collectionneur : « La Ford Mustang 3rd Generation, une rupture stylistique »

La star du jour est une magnifique Ford Mustang III 5.0 GT Convertible, un modèle assez peu présent sur les routes françaises. Comment en êtes-vous devenu propriétaire ?

A l’époque, j’habitais en Arizona pour mes études. Je savais que j’allais rentrer en France, un à deux ans plus tard. Je cherchais donc à rapatrier sur le sol français une voiture type Camaro ou une Ford Mustang des années 1990 dont le prix restait abordable. Les Ford Mustang les plus anciennes étaient très chères et je me suis reporté sur un version assez courante et populaire aux Etats-Unis. (La Ford Mustang III Aero est la version que l’on trouve le plus facilement aux États-Unis à un prix très abordable, ndlr) On avait le choix entre la déclinaison hard-top, cabriolet ou LX. Mon intérêt s’est porté sur une Ford Mustang III 5.0 bi-ton cabriolet à boite manuelle. Cependant, j’ai mis pas mal de temps à trouver. J’ai fait des recherches larges, car j’avais des critères très spécifiques. Cette Ford Mustang III 5.0 GT Convertible est une deuxième main, rachetée au propriétaire. Elle avait l’habitude de faire le trajet Nouveau Mexique – Phoenix par l’autoroute Highway. Elle est peu kilométrée et en très bon état. Le chemin du retour fut moins complexe que l’on le pense. Je suis passé par un transporter qui a acheminé la voiture de Phoenix à Los Angeles. Puis via un conteneur, elle a traversé le Canal de Panama pour enfin finir son voyage à Anvers. Cela a pris près d’un mois et demi !

Quelles sont les particularités de ce modèle en particulier ?

Le point principal reste la boîte mécanique, ce qui est assez rare, car aucun autre trait ne la distingue des autres Ford Mustang III qui sont très appréciés des jeunes (La Ford Mustang III est très prisée des amateurs de « runs », surtout dans sa version LX 5,0 L, ndlr). On la retrouve dans certains films comme Basic Instincts, Jumeaux avec Arnold Schwarzenegger ou encore Hannibal Lecter. Elle a une valeur sentimentale unique qui sera gardée le plus longtemps possible !

Si vous devez la décrire en trois mots, comment la qualifieriez-vous ?

C’est ma jeunesse ! Elle est mythique ! C’est la conduite ! Il y a eu une rupture stylistique à partir des années 1980 en matière de design et de présentation intérieure. Elle est différente. Le regard porté peut être comparé aux modèles européens à l’image des Peugeot 205 GTI, Volkswagen Golf GTI,…

Quels sont les points forts de cette Ford Mustang III 5.0 GT Convertible ?

De ce que je sais et ce que l’on m’a dit, ce modèle dispose de blocs-moteur extrêmement robustes et fiables. Certains les ont même boostés (Beaucoup de Ford Mustang III LX ont été modifiées pour être plus performantes grâce au package SSP, ndlr). Personnellement, je n’ai jamais eu de problèmes. La polyvalence et la conduite cruising/sportive font partie de ses atouts. Elle reste très agréable sur les routes.

Pouvez-vous nous citer trois défauts ?

Je pense à la finition intérieur qui ne reflète pas forcément l’esprit de la Ford Mustang. Ensuite, on a la tenue de route sur terrain humide qui nécessite une certaine vigilance

La Ford Mustang III 5.0 GT Convertible est rare sur nos routes. Quel est l’engouement des passants et passionnés à sa vue ?

Il faut savoir qu’en Europe, la Ford Mustang III est assez méconnue. Beaucoup me demandent l’année, la génération et des spécificités techniques. On trouve deux profils : ceux qui préfèrent la première génération et les autres qui apprécient les variantes plus modernes. Par exemple, je me suis retrouvé à la pompe et un jeune qui était dans la boutique m’a fait remarqué qu’il en avait eu une. Elle devient même une voiture de mode (rires). Ça reste des moments sympas !

Quels conseils donneriez-vous à de futurs acquéreurs de Ford Mutang III ?

Le problème de ces générations correspond aux motorisations optimisées et préparées, essentiellement aux Etats-Unis. La plupart sont à la casse. La tendance « Youngtimers » les font ressortir peu à peu des cartons et l’intérêt est plus présent. Ceux en état d’origine sont plus recherchés que les exemplaires modifiés.

Y-a-t-il d’autres modèles que vous possédez et rêver d’avoir ?

Je suis également propriétaire d’une autre Ford Mustang, une Ford Mustang Shelby GT 350R de 2016, ce qui représente un continuum dans l’amour de ce modèle. Tout est différent, que ce soit l’extérieur, l’intérieur et la mécanique. Le comportement routier est radicalement sportif voire pistard. On conserve l’esprit, mais cela dépend du propriétaire et de l’image véhiculée. On choisit les critères que l’on veut : histoire, confort, sportivité, piste,… En termes de souhait, je ne dirais pas non pour une Pontiac Transam T-Top de 1978/1979. En arrivant aux Etats-Unis, à Seattle, j’ai failli acheter une Pontiac Trans-am avec l’aigle américain sur la capot pour 4000$ et je le regrette un peu maintenant.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Ford Mustang Shelby GT350, un retour néo-rétro « made in USA »


Laisser un commentaire