Interview automobile : La Ford Mustang Shelby GT350, un retour néo-rétro « made in USA »

A l’occasion de la sortie, ce mercredi 13 novembre 2019, du film « Le Mans 66 », réalisé par James Mangold, avec Matt Damon et Christian Bale, ABSOLUTELY CARS vous propose un article 100% consacré au préparateur de génie qu’était Carroll Shelby ! Meilleur pilote des années 1950, créateur de la mythique AC Cobra et préparateur le plus célèbre des Etats-Unis, son œuvre est immense ! Pour lui rendre hommage, nous sommes allés à la rencontre d’un modèle, certes moderne, mais unique et surtout le plus beau hommage que pouvait faire Ford : la racée Ford Mustang Shelby GT350 ! Découvrez d’une manière unique cette voiture américaine créée dans l’esprit « Shelby », véritable retour aux sources « made in USA » !

Retour sur l’oeuvre de Carroll Shelby

Qui aurait su qu’un certain Carroll Shelby (1923-2012), texan d’origine, allait devenir une véritable icone du secteur automobile aussi bien sur route ou sur circuit ! Son oeuvre est immense avec comme point d’orgue la célébrissime Shelby Cobra 260 ! On doit au coup de crayon exclusif de ce préparateur de voitures de série les non moins célèbres Ford Mustang, Shelby GT 350 et Shelby GT 500 ! Ses créations sont fortement influencées par son passé de pilote automobile. Il fera ses armes, dès le début des années 1950, chez MG, puis il évoluera sous les bannières d’Allard, Cadillac, de Ferrari, de Maserati et d’Aston Martin. Sa première consécration a lieu en 1959 lors de la 27ème édition des 24 Heures du Mans sur une Aston Martin DBR1 avec comme co-pilote Roy Salvadori. Sa carrière de pilote se clôt sur ce chapitre puisqu’il décide de lancer, en même temps, sa propre école de pilotage et sa marque « Shelby American Ltd  » !

En 1961, il réalise son rêve ultime : battre les Ferrari avec une voiture de sport américaine trois fois plus économique que les fameuses italiennes. L’AC Cobra était née ! Cette voiture survitaminée de 1 147kg dotée d’un moteur V8 de 415,7 ch, ne remporta pas l’épreuve dans sa catégorie, mais se révéla une sérieuse concurrente des Ferrari 250 GTO. En 1966, Carroll Shelby collabore avec la marque Ford (dirigée à l’époque par Henry Ford II, tout d’abord pour la compétition. Cette collaboration sera récompensée par quatre succès mythiques, entre 1966 et 1969, avec les Ford MKII/MKIV, pilotées notamment par Bruce McLaren. Côté voiture de série, il prendra également à bras le corps sa mission « muscle cars« , offrant au public des voitures radicalement sportives, Ford voulant concurrencer Chevrolet et Plymouth.

Carroll Shelby ne se contenta pas de réaliser des voitures. Ce fut avant-tout un préparateur hors-pairs qui fut à l’origine de la préparation et de la livraison des Mustang Fastback et de la Dodge Charger du film « Bullitt« , sorti en 1968 avec comme têtes d’affiche Steve McQueen et Bill Hickman (cascadeur).

Si Carroll Shelby n’est plu, son héritage continue à influencer les modèles d’aujourd’hui avec notamment la moderne Ford Mustang Shelby GT350, véritable hommage respectant l’esprit de ce génie américain !

Parole de passionné : « La Ford Mustang Shelby GT350 de 2016, la sportivité accrue ! »

A l’occasion du West Festival Americain 2019 organisé par l’US.Cars 78, nous sommes allés à la rencontre d’une magnifique Ford Mustang Shelby GT350 de 2016, produite à seulement 5000 exemplaires. Il s’agit de la version néo-moderne la plus radicale de sa gamme, véritable hommage à son illustre ancêtre, la Shelby GT350 de 1965. Pour mieux connaître ce modèle exceptionnel, quoi de mieux que de partir à la rencontre d’un des propriétaires de ce bolide. Notre première question : quelles sont les raisons qui vous ont donné envie d’acquérir ce modèle, en particulier ?

Je dirais que j’ai toujours aimé les voitures américaines et les Ford Mustang, car j’ai vécu aux Etats-Unis. Cela me rappelle une partie de ma vie dans l’Arizona. Ce qui m’attire envers cette Shelby, c’est, bien évidemment, sa ligne aérodynamique et sa sportivité accrue.

Cet exemplaire-ci a été fabriqué outre-atlantique avant d’être exporté en France. Pouvez-vous nous dire quelles démarches avez-vous effectuées pour la rapatrier ?

Ce modèle provient du Canada, plus précisément de Montréal et du quartier de Brossard où se trouve une concession Ford. A l’origine, je voulais l’acheter neuve directement outre-atlantique. Malheureusement, les normes américaines imposent des restrictions de ventes de véhicules neufs aux concessions américaines et canadiennes. Je suis donc passé par un importateur français rencontré sur place et vu la voiture en direct. Il l’a acheté et immatriculée au Canada pour la faire passer comme une occasion. Elle a ensuite été officiellement importée en France avec l’ensemble des documents d’homologation.

Le délai entre l’achat et le rapatriement fut plus court que je l’espérais, compte tenu qu’il s’agissait de la première Shelby GT350 importé par l’intermédiaire. Il savait que la Ford Mustang Boss 302 est très complexe à rapatrier dans l’hexagone et il craignait qu’il en soit ainsi avec la Shelby. En effet, sur la Ford Mustang Boss, des changements doivent être faits à l’image des optiques arrières ou encore de la ligne d’échappement. Ces modifications sont peut-être plus nombreuses, car d’autres importateurs ont dû repasser à plusieurs reprises les contrôles.

Vous aimez indéniablement ce modèle, mais c’est avant-tout une « muscle car » signée Ford. Quel est le rapport que vous entretenez avec cette marque ?

J’étais déjà propriétaire d’une première Mustang qui date de 1993 et que j’ai toujours. J’avais l’habitude de la conduire en Arizona. Il s’agit d’une version « Fox Body » cabriolet, équipée d’un bloc V8. En plus de celle-ci, je souhaitais en avoir une supplémentaire. J’ai toujours aimé les Ford, particulièrement les modèles ultra-sportifs.

Si vous deviez qualifier cette Ford Mustang Shelby GT350 en trois mots, lesquels vous viendraient immédiatement à l’esprit ?

Liberté, grands espaces et histoire.

Quelles sont les différences notables entre une Ford Mustang « classique » et celle-ci qui est une version « Shelby » ?

En termes de sensations de conduite, je ressens une réelle différence avec la Ford Mustang 5.0 qui est nettement plus rapide. Sa conception met à l’honneur une tenue de route optimisée et une utilisation dédiée à la piste. Immédiatement, le moteur qui correspond à un V8 atmosphérique développant 526ch (Il s’agit de la plus performante des Mustang de grande série, atteignant les 435 chevaux avec son V8 5,0l, associé à une boite manuelle Tremec TR31-60 à 6 rapports, ndlr).

Intérieurement, on retrouve, évidemment, les badges et logos symbolisant la préparation dans les ateliers de Caroll Shleby. Le volant, le tableau de bord se distingue avec des appareils de mesure spécifiques.

Les voitures américaines sont réputées pour être d’excellentes routières. Avez-vous déjà effectué de longues voyages avec cette Mustang Ford Shelby GT350 ?

Je n’ai jamais eu l’occasion de rouler à l’étranger, pour l’instant. J’ai tendance à me rendre dans la région lyonnaise et du Beaujolais, compte tenu de mes origines. Il y a quelque années, avec des amis, on a réalisé un périple en Ardèche, mélangeant modèles européens et outre-atlantique. Parallèlement, je me rends à des rassemblements et manifestations organisés (ou non) par mon club (Le propriétaire de cette voiture est membre du club automobile « US.CARS 78 », exclusivement tourné autour des véhicules américains de toutes époques, ndlr). Je suis également allé à différents événements comme « Le Mans Classic » ou encore les « Classic Days« .

Combien de véhicules américains ou autre avez-vous dans votre garage actuellement ?

En plus de ces deux Mustang dont je vous ai parlé un peu plus tôt et qui sont présentes aujourd’hui à l’occasion de ce West Festival Americain 2019, je roule quotidiennement en voiture japonaise, une Toyota Rav 4. (rires) Mais dans tous les cas, je ne cherche pas du tout à la vendre. Après, je ne sais pas de quoi l’avenir est fait. L’objectif est de la conserver le plus longtemps possible. Éventuellement, je ne serais pas contre une Ford Mustang GT500. (rires)

Techniquement, quels conseils donnerais-tu aux futurs acquéreurs de Mustang Shelby « modernes » ?

Je n’ai pas de recommandations spécifiques à donner. Tout d’abord, il faut savoir si on cherche un véhicule neuf ou d’occasion. En état neuf, il n’y aucun problème. Il faut simplement vérifier que le modèle voulu est bien le même.

Pour une occasion, il faut checker l’entretien de la voiture avec facture à l’appui et prendre en compte les campagnes de rappel selon l’année, notamment celle concernant certains composants de la ligne d’huile. En tant que véhicule récent, il n’y a rien de particulier à analyser, mis à part l’usage.

Dernière petite question : quel est le prix d’achat d’un véhicule comme celui-ci actuellement ?

Il faut noter qu’en 2016, lorsque je l’ai acheté, le prix d’acquisition dépassait largement les 100 000€ pour un modèle déjà importé. Le fait de faite venir un modèle directement des Etats-Unis ou du Canada est plus « rentable » que de l’acheter directement auprès d’un importateur en France.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez une autre interview automobile sur une voiture américaine, cette fois-ci, vintage : La Ford Torino, entre cinéma et grandeur à l’américaine


Laisser un commentaire