Interview automobile : La Mercedes-Benz 500SEC C126, le « sport chic » à l’allemande

Alors que la Place de la Concorde commençait à se remplir pour la 12ème édition de la Traversée de Paris Estivale, les équipes d’ABSOLUTELY CARS n’avaient d’yeux que pour un unique modèle ! Voiture de luxe des années 1980 qui possède désormais un cachet bien particulier, la Mercedes-Benz 500SEC C126 symbolise à la perfection le « sport chic » à l’allemande ! Avec l’absence de montants entre les deux portières, ses feux antisalissures, son moteur (6 cylindres en ligne ou V8 ou 5 cylindres/6 cylindres Turbo diesel) et ses finitions supérieures, cette grande dame ne peut que séduire ! Pour rappel, l’acronyme « SEC » signifie « S-class- Einspritzung » (ou injection) – coupé, résumant en un seul mot la spécificité de ce modèle somptueux ! C’est le regard plein d’étoiles que son propriétaire et passionné de Mercedes nous a fait découvrir cette automobile d’une rare élégance !

La Mercedes-Benz 500SEC C126, le coupé innovant de la famille « Classe S »

Appartenant à la famille de la Mercedes-Benz W126, en remplacement de la Mercedes-Benz W116, la Mercedes-Benz 500 SEC C126 s’inscrit dans une famille déjà riche en succès. Elle incarne la nouvelle génération qui se veut plus aérodynamique, plus technologique, plus économique et plus puissante. En dehors du coupé que nous vous présentons dans cet article, elle existait également en version berline depuis 1979.

Lancé en 1981, le coupé vient donc compléter la berline. La 9ème génération de la Classe S se distingue par l’introduction d’innovations en matière de sécurité, de confort et de transmission. Nous pouvons citer parmi toutes ces innovations : l’airbag, les sièges avant chauffants, la colonne de direction réglable électriquement et à mémoire, la suspension hydropneumatique avant et arrière, le régulateur de vitesse ou encore la boîte automatique à 4 rapports s’adaptant aux degrés d’inclinaisons de la route.

Vous l’aurez compris, cette voiture est à la pointe de la technologie ! Et cela se remarque au niveau des ventes ! Il s’agit de la plus longue génération produite depuis le lancement de la première génération, en 1951, avec près de 12 ans de commercialisation. Même si le nombre d’exemplaires vendus à travers le monde frôle les 900 000, le coupé C126 ne représente qu’environ 12% de la totalité des modèles W126.

Parole de collectionneur : une étoile technologique dans un écrin de luxe

Quoi de mieux que la Traversée de Paris Estivale 2019 pour découvrir de nouveaux modèles automobiles ! A cette occasion, nous avons rencontré, Olivier, propriétaire d’une merveille à l’étoile : une magnifique Mercedes-Benz 500SEC « C126 » de 1985 avec un kilométrage de 226 000 km ! Propriétaire depuis 2017 de cette Mercedes-Benz 500 SEC C126 importée d’Allemagne, quelles sont les raisons qui vous ont amené à l’acquérir ?

Il s’agit, personnellement, d’un rêve de gosse. J’avais l’habitude de les voir à la télévision et dans les clips de Rap, à l’image du groupe NTM avec les titres « La Fièvre » où elle apparaît et « Ma Benz« . J’ai surtout eu de la chance de tomber sur la bonne occasion et l’ai saisie.

Selon vous, quels sont les points forts et faibles de cette voiture ?

Concernant les points forts, je citerais, instinctivement, ses qualités de grande routière dans un confort plus que moelleux, quelle que soit la durée du trajet. Ensuite, il y a son moteur V8 souple en matière de conduite et de sonorité, ce qui le rend immédiatement envoûtant. Les points faibles sont immédiatement identifiables. D’une part, la consommation qui est de l’ordre de 15 litres en moyenne, mais pouvant atteindre 20 litres en conduite sportive. D’une autre part, l’entretien qui se doit d’être méticuleux notamment au niveau de la rouille.

Comment qualifieriez-vous votre Mercedes-Benz 500 SEC C126 en trois mots?

Envoûtante, agréable et émotionnelle. Ce que j’apprécie, par dessus tout, est le plaisir de rouler les quatre vitres baissées. Cela ressemble à un cabriolet avec un parasol ! (rires)

Que représente, pour vous, la marque à l’étoile en dehors de ces apparitions cinématographiques ou dans des clips musicaux ?

Déjà, il s’agit d’un constructeur automobile historique qui a su développer, dans les années 1970-1980-1990, des véhicules singuliers avec leurs propres codes stylistiques. Actuellement, la gamme ne cesse d’uniformiser les styles et les présentations intérieures à l’exception de la Mercedes-Benz Classe SL. Il n’y a pas de véritable continuité dans les dénominations des versions.

Selon vous, quelle est la dernière et véritable Mercedes-Benz ?

A cela, je réponds directement la Mercedes-Benz SLS, qui reprend les codes stylistiques de la mythique Mercedes-Benz 300 SL des années 1950/1960.

La Mercedes-Benz 500SEC C126 est réputée pour être un modèle innovant. Parmi les équipements de bord, pouvez-vous nous en citer quelques uns ?

Je dispose d’un ordinateur de bord (consommation, estimation du temps de trajet etc.,…), option très rare sur les « Phase 1 », sachant que cette version est directement importée d’Allemagne ! Elle possède la climatisation, le téléphone GSM (encore en état de fonctionnement), la direction assistée, une boîte automatique et l’antenne-radio électrique.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaiteraient acquérir une Mercedes-Benz 500SEC C126 ?

Premièrement, compte tenu des annonces sur Internet, il faut aller voir plusieurs modèles et effectuer une analyse méticuleuse du ou des véhicules. Aucune précipitation n’est à faire. Deuxièmement, parmi les aspects à vérifier, nous pouvons citer :

  • les points de rouille
  • le moteur qui ne doit pas avoir de fuite
  • le carnet d’entretien à jour (réseau Mercedes ou garages spécialisés) sachant que l’on peut l’entretenir partiellement soi-même
  • un intérieur soigné et entretenu (cuir et bois)

Y-a-t-il d’autres voitures que vous rêverez de posséder ?

Anciennement propriétaire d’une Golf Cabriolet, je suis, depuis quelques semaines, à la recherche d’une Porsche 996, la dernière encore accessible financièrement. J’espère que ce projet se concrétisera avant la fin de l’année, mais ce qui me ferait le plus plaisir, est une Porsche 356 Speedster.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Peugeot 304 S Cabriolet, la « golden girl » du Lion


Laisser un commentaire