Interview automobile : Le Volkswagen Combi Ambulance, une belle surprise atypique

Rien n’est plus agréable que se balader au milieu des voitures vintage lors d’un évènement. Nous nous émerveillons à chaque pas, trop heureux de pouvoir admirer des modèles aussi rares qu’atypiques que nous ne pourrions pas rencontrer dans notre vie quotidienne. Et puis, c’est le coup de cœur : nous nous arrêtons face à un véhicule qui a attiré notre œil afin de pouvoir l’admirer sous tous ses angles. C’est ce qui nous est arrivé lors de la 4ème édition des Belles Cosaciennes avec ce Volkswagen Combi Ambulance. Riche d’une fabuleuse histoire où la mécanique a souvent sauvé des vies, seuls deux en état de marche sont encore officieusement en circulation, en France. ABSOLUTELY CARS vous propose de découvrir ce modèle exclusive qui a été utilisé pour le transport des blessés à l’Hôpital de Soissons et qui a nécessité plus de trois ans de restauration !

Aujourd’hui, nous sommes sur l’événement Les Belles Cosaciennes où nous avons rencontré le propriétaire de ce Volkswagen Combi un peu spécial puisqu’il s’agit d’un des rares exemplaires en configuration « ambulance ». Avec cette déclinaison spéciale, tout a été revu, aussi bien l’esthétique extérieure (ouverture arrière à hayon, renforcement de la structure, seuil de chargement abaissé, stickers « AMBULANCE » et « croix rouge »…) que l’aménagement intérieur (roue de secours dans la cabine chauffeur, vitre de séparation coulissante, strapontin dos à la cabine, fauteuil fixe à côté du brancard, fauteuil mobile sur glissière, deux brancards à roulettes, rangements pour le matériel et les soins, avertisseur sonore…) pour adapter le véhicule à son principal rôle : sauver des vies. Est-ce que c’est cette spécificité qui vous a attiré lors de son achat ?

Je suis tombé dans les Volkswagen, il y a 30 ans. J’en ai 9 en tout et de tout type : Volkswagen Combi T1, T2, T3 et Coccinelle. J’ai eu la chance de tomber dedans quand les gens les donnaient pour s’en débarrasser. C’était ma passion à l’époque et c’est rester. Bien évidemment, c’est sa spécialité qui m’a attiré, mais si ça avait été un Volkswagen Combi « Pompier », il m’aurait tout autant intéressé. Idem si c’était un Corbillard. J’ai failli une fois acheter un Corbillard, mais ça ne s’est pas fait. Cela m’aurait plu d’avoir un Corbillard à côté : j’aurai pu faire avant et après ! (rires) Après, quand vous trouvez un Combi, on ne le choisit pas : vous le prenez tout de suite ! (rires)

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce Volkswagen Combi Ambulance de 1966 ? Combien y a-t-il d’exemplaires ?

Il est difficile de savoir combien il y a eu d’exemplaire. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il n’y en a pas eu beaucoup. Hélas, ils ont mal fini parce qu’ils ont souvent été reconverti en utilitaires. L’intérieur ayant été enlevé, ils ont été perdu. Aujourd’hui, en France, il y a celui-ci, un autre qui n’a plus son intérieur et un troisième en épave, mais irrécupérable. J’en connais un en Belgique et on m’a dit qu’il y en avait trois en Suisse. Maintenant, je pense que dans des collections privées, il doit en avoir quelques uns.

Quelle est l’histoire de ce Volkswagen Combi Ambulance ?

Ce Volkswagen Combi Ambulance était dans les sous-sols de l’Hôpital de Soissons. Un de mes amis, qui roulait en Volkswagen avec moi, était pompier professionnel. Il est allé faire un renfort à Soissons. En partant de l’hôpital, il est passé par les sous-sols et il a trouvé les deux combis, car il y en avait deux en version mini-bus et ambulance. Nous sommes allés voir le directeur de l’hôpital, mais ils n’étaient pas à vendre, car ils étaient propriétés de l’hôpital, c’est-à-dire à l’Etat. Nous avons alors laissé tomber. Et entre deux, mon ami y ait retourné six mois après pour faire un autre renfort et il a sympathisé avec un autre pompier qui pouvait nous aider pour les Combis, car le directeur de l’hôpital avait changé et qu’il avait finalement besoin de place. Nous avons pu ainsi les acheter pour 5000frcs chacun. Mon ami en a pris un et j’ai pris l’autre. Nous sommes donc allés les chercher et nous sommes revenus chez nous en roulant avec !

Ce Volkswagen Combi Ambulance a été complètement restauré par vos soins. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

J’ai acheté ce Volkswagen Combi Ambulance, il y a 25 ans. Il était complet et tout fonctionnait. Il a été ensuite rangé en vue d’une restauration future. Quand je me suis lancé, j’ai mis trois ans. Il a été quand même coupé. Les bas de caisses intérieurs/extérieurs ont été coupés comme les ponts arrières et les bas de portes… Quand je l’ai récupéré, il y avait du travail. La base était saine. Après, vous voyez, la sellerie est d’origine. Ce n’est pas une sellerie qui a été refaite. Cela a été juste démonté pour repeindre les tubes, mais par contre les vis, par exemple, sont celles d’origine ! Même les toutes petites vis ont été sablées pour pouvoir les remettre. Il en ait de même avec les petites rondelles. La civière est également d’origine. Normalement, il y en a une deuxième que je n’ai pas. Je suis donc à la recherche d’une civière pliante pour Volkswagen Combi Split (aussi appelé Volkswagen Combi T1, ndlr).

Côté mécanique, pouvez-vous nous en dire plus ? Est-ce qu’il possède le même moteur qu’un Volkswagen Combi « normal », c’est-à-dire un 4 cylindres à plat refroidi par air, ou a-t-il un moteur spécifique ?

Ce Volkswagen Combi Ambulance possède son moteur d’origine. Il a 81 000km d’origine. Il est équipé du même 4 cylindres à plat refroidi par air de 1493cm3 que les autres Volkswagen Combi.

Si vous devez le décrire en trois mots, comment le qualifieriez-vous ?

C’est difficile. Ce Volkswagen Combi Ambulance représente des souvenirs… des bons souvenirs…

J’imagine que vous participez à de nombreux événements avec. Quel est l’engouement des passants et des passionnés qui vous voient au volant de ce Volkswagen Combi Ambulance ?

Je fais principalement des sorties. Je ne fais pas l’ambulancier ! (rires) Je le fais rouler régulièrement et je fais des sorties avec. J’en profite et je n’hésite pas à faire des kilomètres. Je vais partout en France. On voit des Volkswagen Combi partout, mais en « ambulance », c’est très rare. Rien qu’ici, regarde les gens. Ils s’arrêtent tous deux secondes. C’est vrai que des Combi, on en voit pas mal, mais des ambulances, on n’en voit pas. On m’a déjà proposé de me le racheter, mais si j’avais dit oui, mon Combi serait au Japon, dans une collection privée. En plus, si je l’avais vendu, je n’aurais eu plus rien, alors j’ai préféré garder mon Combi ! La passion est plus forte ! Et puis, j’ai mes deux garçons et ils l’auront plus tard en se disant que c’était le Combi de leurs parents.

Quelles sont les différences qui existent entre ce Volkswagen Combi Ambulance et les autres Volkswagen Combi, à part l’équipement ?

Ah oui, oui, oui… Quand ils ont arrêté la série des Volkswagen Combi Split et qu’ils ont fait le Volkswagen Combi « Bay Window » (aussi appelé Volkswagen Combi T2, ndlr), c’était une révolution ! Il faut voir combien de « Bay Window » qu’ils ont vendus, la première année ! Ce n’était plus le même produit, ni le même Combi ! Après, comparé aux autres « Split », il n’y a pas beaucoup de différences. Les meubles pèsent un petit peu. Il y a 200kg en plus. Mais par rapport à un exemplaire qui possède des banquettes, le poids des banquettes couvre à peu près le poids de l’équipement. De ce fait, ce Volkswagen Combi Ambulance ne fait qu’une centaine de kilos en plus par rapport à un Volkswagen Combi normal. Mais on ne sent pas la différence.

Maintenant que ce Volkswagen Combi Ambulance est entièrement restauré, vous avez d’autres projets ? D’achat ou de restauration ?

Je n’achète plus rien ! (rires) J’ai mon atelier et pas mal en réserve à restaurer ! Mon prochain projet est la restauration d’une Volkswagen Coccinelle 1303 Rallye, un modèle qui n’a pas été tiré à beaucoup d’exemplaires. Après, j’ai une autre Volkswagen Coccinelle ancienne à faire et après j’ai un Volkswagen Type 4 break 411. Cela fait déjà une belle liste ! Car après, il y a aussi l’entretien des véhicules !

Pour ceux qui veulent acheter un Volkswagen Combi, quelque soit le type, quels sont les points à regarder ?

Déjà, il faut y aller avec un connaisseur, c’est-à-dire quelqu’un qui s’y connait très bien, parce que vu le prix que cela vaut maintenant, il faut vraiment faire attention. J’ai connu, il y a quelques années en arrière, beaucoup de jeunes qui voulaient restaurer une Coccinelle ou un Combi et qui achetaient un peu n’importe quoi. Et quand ils l’avaient démonté, ils venaient me voir et j’étais obligé de leur dire qu’il n’y avait rien de bon et qu’elles n’étaient plus restaurables… C’est pour ça que je conseille à toute personne qui souhaite acheter un Combi, une Coccinelle ou toute autre voiture de collection de se rapprocher des personnes qui s’y connaissent. Il y a une liste de clubs… et puis avec le bouche-à-oreille, tout le monde se connaît. Après, aujourd’hui, il n’y en a plus beaucoup à vendre, ni à restaurer, sinon elles sont horriblement chères.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Volkswagen Coccinelle, une actrice mondialement connue


Laisser un commentaire