BMW à la veille de la Seconde Guerre mondiale

BMW est une marque emblématique du panthéon automobile allemand à l’image de Mercedes-Benz ou encore Volkswagen ! Pourtant, rien ne destinait cette entreprise, spécialisée dans l’aéronautique, au succès qu’elle connait dans l’automobile, si l’Histoire de n’en était pas mêlée ! En effet, Traité de Versailles oblige, l’Allemagne, grande vaincue de la Première Guerre mondiale, doit abandonner toute activité aéronautique. Ainsi, BMW se diversifie, se lançant dans la production de machines agricoles, de motocyclettes et sides-cars. La Commission d’Armistice qui donne le droit de relancer la fabrication de moteurs d’avions, le rachat de la marque Dixi et en même temps des droits d’exploitation du châssis de l’Austin Seven, en novembre 1928, permettent à BMW de construire ses premières voitures ! La machine était lancée ! Découvrez donc le premier chapitre de l’histoire de BMW à la veille de la Seconde Guerre mondiale !

Les premiers pas d’un constructeur : les BMW des années 1930 et les BMW des années 1940

Alors qu’une forte récession touche l’Allemagne post-Première Guerre mondiale, BMW (ou Bayerische Motoren Werke traduisible en « Manufacture bavaroise de moteurs »), appartenant la famille Quandt, saisit l’opportunité qu’offre la Commission d’Armistice de 1924. Ce nouveau traité lui permet de relancer la production de moteurs d’avions (d’où le logo ayant la forme d’une hélice), son activité-mère depuis 1916. Et des avions à l’automobile, il n’y a qu’un pas ! La marque bavaroise tente, alors, de fabriquer sa propre traction, avant de préférer acheter la marque Dixi, alors en plein essor, en 1928. Avec cette absorption, BMW met la main sur la technologie de l’Austin Seven, dont le châssis économique est exploité par de nombreuses marques depuis le krach de 1929. Sur cette base, elle sortira trois modèles armés du 4 cylindres Austin SV : la BMW 3/15 DA2 dotée de freins sur les 4 roues (1929-1932), la BMW 3/15 DA3 (1930-1932) et la BMW 3/15 D4 (1931-1932) dotée de roues avant indépendantes.

Toutefois, dès 1932, BMW décide de se lancer pleinement dans l’aventure, châssis compris. La première voiture 100% BMW sera la BMW 2/30 (1932-1934) dotée de 4 roues indépendantes et d’un 4 cylindres munis de soupapes en tête (OHV). En 1933, BMW commença la production des 6 cylindres munis de soupapes en tête (OHV) accouplés à une boîte 4 vitesses. Les gammes se répartirent sur quatre empattements, les voitures étant équipées de roues avant indépendantes.

Puis, en 1934, la marque BMW sort la BMW 309 (1934-1936)dont la calandre reconnaissable entre mille, équipée de roues avant indépendantes et partageant le même empattement que les 6 cylindres BMW 303 (1933-34), BMW 315 (1934-37), BMW 315/1 (1934-36), BMW 319/1 (1934-36), BMW 319 (1935-37), BMW 329 (1936-37), BMW 328 roadster (1936-40).

Les incontournables modèles BMW à la veille de la Seconde Guerre mondiale

La BMW 326, une référence dans la catégorie des 2 litres

La BMW 326 sera dévoilée au grand public lors du Salon de l’Automobile de Berlin, en février 1936, dans un contexte international qui laisse deviner les prémisses de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit du premier modèle BMW à être proposé en quatre portes pour les versions berlines et cabriolets, sachant qu’une version 2 portes existe aussi en cabriolet. Arborant la célèbre calandre dite en « haricots », signature de la marque, elle a pour vocation de remplacer la BMW 319, produite de 1935 à 1937.

Comme l’ensemble des modèles BMW de cette époque, la BMW 326 allie, à la fois, un certain reconditionnement et une dose de nouveauté. Ainsi, sa carrosserie au design moderne, signée Peter Schimanowski, était déjà exploitée par la BMW 329 tandis que son châssis caissonné en échelle est une petite révolution. Elle adopte une suspension arrière à barres de torsion – une première pour la marque ! -, des freins à commande hydraulique sur tambours et une boîte 4 vitesses avec roue libre sur les premiers et deuxièmes rapports pour des changements de vitesse sans embrayage ! Bref, elle inaugure le style et la technologie des futures BMW 327/328, produites jusqu’en 1941, marquées par un aérodynamisme travaillé.

Côté moteur, le capot de la BMW 326 abrite le tout nouveau bloc M78 : un 6 cylindres en ligne de 1971 cm3 développant une puissance de 50ch. Il se compose d’un double carburateur Solex, d’un arbre à came latéral, d’un vilebrequin à 4 paliers et d’un système de refroidissement de l’huile ! Sa transmission en propulsion est accouplée à une boîte manuelle 4 rapports synchronisés. La vitesse de pointe annoncée était de 115km/h !

Grâce à son design attractif, sa qualité de construction et ses performances très corrects, la BMW 326 s’est très bien vendue, malgré un prix élevé pour l’époque. Produite pendant 5 ans, elle fut écoulée à 15 936 unités, toutes versions confondues, permettant à BMW d’obtenir son statut de constructeur à grande échelle ! Hélas, peu nous sont parvenus dans un état de conservation que l’on peut qualifier de collection ! En 1941, la production de la BMW 326 s’arrête, BMW se concentrant sur la construction de moteur à réaction durant la période de la Seconde Guerre mondiale.

La BMW 335, le dernier modèle BMW sorti avant la Seconde Guerre Mondiale

Avec la BMW 335, BMW fait sa première entrée dans le luxe ! Nous sommes en 1939 et la Seconde Guerre mondiale est sur le point de débuter ! Il faut savoir que, depuis les années 1930, c’est Mercedes qui domine le segment des berlines sportives. BMW est bien décidé à concurrencer son homologue germanique. Le prototype de la BMW 335 est dévoilé au Salon automobile de Londres, en 1938. La production de la version définitive ne commencera qu’en 1939. Hélas mauvais timing pour BMW !

Toutefois, malgré un court temps de production, la BMW 335 a su marquer son temps. Elle est reconnue unanimement comme un « grand tourer » à la fois rapide et confortable au design avant-gardiste ! Et elle a de qui tenir ! Son châssis est celui de de BMW 326 dont l’empattement passe de 2,87m à 2,98m, ce qui aura un fort impact sur la fabrication des premiers modèles. Dès sa commercialisation officialisée, la BMW 335 est proposée en 4 portes (berline) et 2 portes (cabriolet). Elle est dotée d’un essieu à ressorts arrières à barre de torsion et de puissants freins à pression d’huile. Côté mécanique, elle est équipée du tout nouveau 6 cylindres de 3485m3 développant 90ch. Ainsi armée, elle peut rouler jusqu’à 145km/h, ce qui est vraiment bien pour l’époque, sachant que le poids de l’engin est, tout de même, de 1,7 tonnes !

Sa production prend brutalement fin en 1941, BMW transformant ses lignes pour construire des moteurs d’avions. Commercialisée seulement pendant deux années, la BMW 335 ne fut produite qu’en 415 exemplaires dont 40 en cabriolets. Toutefois, elle pose irrémédiablement les bases du BMW du futur, faisant rentrer la marque bavaroise dans le luxe !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez la suite de l’histoire de BMW à lire ici : L’influence du Mur de Berlin sur l’automobile allemande


Laisser un commentaire