Focus sur : La Cadillac Cimarron, une voiture à contre-courant

Le 21 mai 1981, est présentée en avant-première la toute nouvelle voiture compacte de General Motors : la Cadillac Cimarron. Très éloignée des modèles jusqu’alors proposés par le géant américain, elle a pour autant toute son importance dans la stratégie de marque du constructeur. En effet, il s’agit la première voiture internationale fabriquée par Cadillac, précurseur des Cadillac Catera des années 1990 ou des Cadillac BLS des années 2000. Pour autant, la Cadillac Cimarron est restée discrète dans l’immense histoire de General Motors, si bien que seuls les aficionados de Cadillac savent qu’elle a un jour existé. Certains diront que cette voiture fut un « flop », d’autres diront qu’elle n’a pas été appréciée à sa juste valeur à son époque. A l’occasion des 40 ans de la Cadillac Cimarron, ABSOLUTELY CARS vous propose de revenir sur cette voiture aussi surprenante que mystérieuse !

La Cadillac Cimarron, celle qui devait rivaliser avec les berlines européennes

L’arrivée en mai 1981 de la Cadillac Cimarron au catalogue de General Motors n’est pas le fruit du hasard. En effet, les années 1970 sont touchés par deux chocs pétroliers qui entraînent une envolée du pétrole. Les clients délaissent progressivement les voitures trop gourmandes en carburant, même aux Etats-Unis. Ainsi, le marché américain voit débarquer de nombreuses « petites » berlines allemandes à l’instar des BMW Série 3, BMW Série 5 ou encore des Mercedes-Benz W123. Les constructeurs état-unisiens se doivent de réagir au risque de perdre des parts de marché. Chez General Motors, des enquêtes sont réalisées et le géant américain découvre qu’une partie croissante des acheteurs de Cadillac Séville sont à la recherche d’une berline plus petite, sans pour autant trahir leur attachement aux marques américaines. Face à ce besoin, les « Big Three » de Détroit envisagent de produire une berline compacte à même de rivaliser avec les compactes européennes.

Au début des années 1980, General Motors commence les études pour la future Cadillac Cimarron. Ce sera l’un des programmes de développement les plus courts jamais entrepris par le géant américain. En effet, pour réduire les coûts de ce nouveau produit qui définira la nouvelle entrée de gamme de Cadillac, la plate-forme GM J-car sera réutilisée suite à la demande d’Ed Kennard, Directeur Général de Cadillac. Ainsi, ce n’est qu’à la fin du développement du programme « J-Car », lancé en 1976 que Cadillac l’incorpore. La filiale de luxe de General Motors rejoint alors d’autres modèles du groupe américain, à l’instar de la Chevrolet Cavalier, la Buick Skyhawk, la Pontiac Sunbird ou encore l’Oldsmobile Firenza. A cause de cela, alors qu’elle est initialement prévue pour une sortie au milieu des années 1980, le lancement de la Cadillac Cimarron est précipité. Présentée au premier trimestre 1981 pour l’année modèle 1982, elle est lancée en même temps que les autres « J-Car ». Hélas, cette origine moins bourgeoise fera grincer des dents chez les amateurs de Cadillac ainsi que chez General Motors.

Introduite en mai 1981, le prototype connaît un succès modéré. Elle ressemble étrangement à une Chevrolet Cavalier, ne se différenciant que par sa calandre typée Cadillac et des badges Cadillac. Elle n’a pas encore de nom bien qu’une première liste est présente sur le stand regroupant de multiples appellations . Finalement, en 1982, elle est commercialisée sous 1982 la nomenclature « Cimarron by Cadillac » et ne comporte finalement aucun logo Cadillac. Dans les concessions, il est même demandé aux vendeurs de corriger les clients qui l’appelaient innocemment Cadillac. En 1983, elle prend son nom définitif et la signature « Cadillac » apparaît timidement sur la calandre. A noter qu’elle ne sera inscrite au catalogue de la marque qu’en 1984 ! La promotion de la voiture passe alors par une communication assez burlesque (« une nouvelle Cadillac pour de nouveaux propriétaires de Cadillac« ) qui vante ses équipements de série inédits et une tenue de route supérieure aux européennes (Audi 80, BMW 320, Mercedes 190E, Saab 900, Volvo GL).

La Cadillac Cimarron, la compacte de Cadillac

La Cadillac Cimarron est une stricte berline 4 portes aux dimensions réduites : 4,52m de long, 2,57m d’empattement, 1,68m de large et 1,37m de haut. Bien que sa carrosserie monocoque repose sur la plateforme « J-Car », elle se distingue de ses homologues par sa finition haut de gamme et ses accessoires premium. L’habitacle 5 places opte pour un volant 2 branches derrière lequel se cache un tableau de bord plastique imitation titane. A son bord, nous retrouvons la climatisation, les sièges non réglables skai/tissu/cuir, une instrumentation complète (y compris le tachymètre qui n’est alors présent que sur la Cadillac Cimarron chez Cadillac à l’époque), des éléments de boiserie, les lumières de courtoisie, les essuie-glaces intermittents, le désembueur de lunette arrière, les rétroviseurs électriques ou encore la chaîne stéréo AM/FM. Les options disponibles comprenaient la transmission automatique, le régulateur de vitesse, le volant inclinable, les vitres électriques, les serrures électriques des portes, les sièges avants à commande électrique ou encore le lecteur de cassettes. Beaucoup de passionnés déplorent, néanmoins, la praticité de la voiture qui reste limitée avec l’absence de porte-gobelet par exemple.

A l’extérieur, la Cadillac Cimarron offre un certain niveau de standing. L’esthétique se pare d’un toit panoramique ouvrant « Astroroof » (en option), d’une carrosserie 4 portes et même d’un système de remorquage (barre, raccords, éclairage) ! L’ensemble est accompagné par des jantes en alliage. En 1984, Cadillac se permet également de lancer une version limitée « Oro » qui se caractérise par une teinte boire et des liserais dorés. Le millésime 1985 connait un restylage au niveau du capot qui se dote d’un dôme, d’une nouvelle calandre et de nouveaux pare-chocs. Les feux-arrières sont agrandis pour déborder sur les côtés. Les roues de 14 pouces deviennent standards. L’intérieur est également revu. Même le châssis est retravaillé pour lui donner un comportement routier proche des Européennes. En 1986, l’arrière est de nouveau modifié avec l’incorporation de nouveaux optiques arrières. Une nouvelle option apparait : le système audio haut de gamme Delco-Bose. En 1987, la Cadillac Cimarron change derechef d’optiques avec des phares à lentille composite, une première chez les « J-Car ».

Côté mécanique, la Cadillac Cimarron est équipée d’un moteur de faible cylindrée au vue de son gabarit. Plus petite Cadillac construite depuis 1909, c’est aussi la première Cadillac équipée d’un 4 cylindres depuis 1914 et la première Cadillac avec une boîte mécanique depuis 1953 ! Placé en position transversale, ce 4 cylindres en ligne de 1 841 cm3 ne développe que 85 ch. Asthmatique, on lui confèrera un nouveau moteur en 1983 : un 4 cylindres Chevrolet de 1986cm3 développant 88ch. En réalité, elle ne gagnera pas en efficacité, ni en puissance, mais par cette opération, Cadillac veut se démarquer des autres « J-Car » avec un moteur de 2L. En 1985, son restylage s’accompagne par un nouveau moteur : un V6 Chevrolet de 2,8 litres développant 131ch. Proposé en option, ce dernier moteur sera finalement de série la dernière année de production, en 1988.

En effet, la Cadillac Cimarron ne survivra pas au changement de direction chez Cadillac, John Grettenberger estimant qu’elle ne correspondait pas à l’image de marque. Pourtant avec ses 132 499 exemplaires, la compacte de Cadillac n’est pas totalement un flop commercial. En 1981, elle représente 11 % du volume des ventes de Cadillac, voire en 1984, 13% ! Hélas, les ventes ont tendance à faire le yo-yo, ne représentant que 5,4% des Cadillac vendues en 1987. Il faut savoir que le prix de vente de la Cadillac Cimarron est plus élevé que ses consœur : 12 000$ à plus de 16 000$, soit le double de la Chevrolet Cavalier ! Peut-être que cela explique ceci… A noter que la Cadillac Cimarron fut également exportée en Europe, sous le nom d’Opel Ascona, et en Australie, sous le nom d’Holden Camira, toujours sous la forme d’une berline.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Ford Mustang, l’éternelle étoile américaine


Une réflexion sur “Focus sur : La Cadillac Cimarron, une voiture à contre-courant

  1. C’est un très bel article que vous proposez là. Comme je suis un très grand fan de la Cadillac Cimarron, je l’ai lu d’un seul trait. C’est un modèle qui est vraiment très classe !

Laisser un commentaire