Focus sur : La Clan Crusader, la légèreté et la sportivité

Nous devons aux constructeurs britanniques une abondance de kit-car atypiques au design unique à l’image de la Nova Sterling ou de la Clan Crusader. Cette dernière, produite à seulement 315 exemplaires, est particulière méconnue. Pourtant, vous avez déjà entendu parler de son créateur, l’ingénieur Paul Haussauer. En effet, il travailla chez Lotus sur les magnifiques Lotus Elan S3, Lotus Elan S4 et Lotus Elite. Il imagina cette petite sportive 2 places alors qu’il était encore chez Lotus et la proposa à Colin Chapman qui ne retiendra pas sa proposition. Dommage, mais pas tan pis : il la construira sous son nom ! La Clan Crusader était née et avec elle, la Clan Motor Compagny ! A l’occasion des 50 ans de la Clan Crusader, ABSOLUTELY CARS revient pour vous sur cette incroyable aventure !

La Clan Crusader, l’une des plus légères voitures au monde

En 1969, Paul Haussauer, ingénieur alors chez Lotus, travaille sur le prochain modèle qui devrait remplacer la Lotus Europa. Avec ce projet, la marque de Colin Chapman devait revenir à ses origines en rendant hommage à la mythique Lotus Seven. Toutefois, sa proposition n’est pas retenue. L’ingénieur décide alors de reprendre ce concept pour son compte et de le produire sous son nom. S’installant dans un ancien entrepôt à Norwich, il réunit d’anciens collaborateurs de Lotus dont le designer John Frayling et l’ingénieur Brian Luff à qui nous devons la Lotus 72. En 1970, ils fondent la Clan Motor Compagny. Grâce aux subventions gouvernementales favorisant la création d’entreprises, ils déménagent à Washington, dans le comté de Durham, au nord de l’Angleterre où ils construiront leur usine. La voiture qu’ils ont imaginé, est rapidement mise au point et la production de la Clan Crusader voit le jour en 1971.

Reposant sur le châssis de l’Hilmman Imp, la Clan Crusader se caractérise par sa carrosserie monocoque en polyester développée par Brian Luff dont la rigidité et la solidité deviendront légendaires. En effet, elle passe haut la main les crashs-test de l’époque : lancée à 60 km/h contre un mur de manière frontale, elle connait qu’une distorsion de 2cm pour un maximum autorisé de 12cm. Il faut savoir que le secret se trouve dans la construction même de la carrosserie. Fabriquée en deux parties, elle est assemblée à l’aide d’une technique révolutionnaire de moulage à clapet. Exploitant les mêmes principes que ceux de Lotus, elle permet aussi à cette sportive de gagner en légèreté grâce à l’utilisation de fibre de verre. L’aérodynamisme a été également optimisé grâce à un design agréable, mais original signé John Frayling. Le dessin est très « seventies » avec ses lignes très marquées par des arrêtes, ses phares saillants rectangulaires intégrés dans le capot plongeant et sa malle « plateau » en plastique noir. Avec une longueur de 3,8m, une largueur de 1,5m et une hauteur de 1,1m, l’ensemble offre un gabarit compact pouvant accueillir deux personnes à son bord.

L’habitacle est plus classique, se présentant en toute simplicité. Sportive oblige, il est assez petit, à l’instar de beaucoup de voitures de cette époque et de ce segment. Nous retrouvons, à l’intérieur, une sellerie en cuir, un volant à trois branches, un tableau de bord doté de l’essentiel en termes d’instrumentation et des intérieurs de portières monochrome noirs. Les finitions sont plaisantes et le même soin du détail y est apporté qu’à l’extérieur.

Côté mécanique, la Clan Crusador a hérité du bloc-moteur de la Hillman Imp à savoir un 4 cylindres 0.9 (875cm3) de 51ch. En position arrière, il est accouplé avec une boîte manuelle 4 rapports. Malgré ce moteur étonnant, les performances sont satisfaisantes compte tenu du poids de cette voiture, soit 600kg ! Ainsi avec son poids plume, elle peut atteindre les 159km/h. Il faut savoir qu’elle n’a pas seulement hérité du moteur de l’Hilmman Imp, mais aussi de ses suspensions avant et arrière. De ce fait, sa tenue de route était exemplaire. A noter que la version de la Clan Crusader destinée aux rallyes devait être armée d’un moteur de 1100cm3 si la Clan Motor Compagny avait bénéficier du soutien d’un constructeur.

Lancée en juillet 1971, la Clan Crusader bénéficie des louanges de la presse. Grâce à ça, les carnets de commandes se remplissent et la Clan Motor Compagny est alors à son apogée avec 29 employés. Tout d’abord vendue en kit pour des raisons de fiscalité, la première sportive de Paul Haussauer sort de l’usine en septembre 1971. A l’époque, elle est proposée à un tarif de 1400£, ce qui était supérieur aux coupés traditionnels des autres constructeurs britanniques. Un service après-vente est même assuré en partenariat avec Chrysler ! Hélas, la belle manqua de chance. En 1973, la mise en place de la TVA en Angleterre lui fait perdre son avantage de kit-car et l’entreprise perd en rentabilité en construisant désormais ses véhicules. S’ajoutent à cela la grève des mineurs, la crise pétrolière de 1973 et quelques problèmes logistiques de la part de Chrysler, notamment au niveau des pièces mécaniques. Victime de la crise économique qui s’en suit, la Clan Motor Compagny est contrainte de fermer définitivement en novembre 1973, malgré de nombreuses voitures en cours de production. Au total, la Clan Crusader a été fabriquée à 315 unités.

Les héritières de la Clan Crusader

Suite à la liquidation de la Clan Motor Compagny, les moules de carrosserie de la Clan Crusader sont achetés par un homme d’affaires chypriote, Andreas Kaisis. Il ne pourra pas s’en servir, Chypre étant envahie par la Turquie, en 1974. Les moules sont ramenés par Ian Hopper, ancien collaborateur de Paul Haussauer, permettant la construction d’une douzaine de répliques vendues par Brian Luff. En 1982, un passionné de la marque, Peter McCandless, s’en porte acquéreur, lançant ainsi la Clan Cars Ltd, à Newtownards, en Irlande du Nord.

Vendues en kit, 120 voitures de route et 10 voitures de compétition seront fabriquéds dans les années qui suivent, connues sous le nom de Irish Clan. Produite en deux versions dénommées Clan E pour la 68ch et Clan S pour la 78ch, elles utilisent toujours le moteur de l’Hilmman Imp, mais se voient dotées de tous nouveaux boucliers proéminents, d’optiques amovibles, d’un toit ouvrant en verre, des pneus de 13 pouces et d’un nouveau intérieur, celui de la Ford Fiesta. Le système de freinage est assuré par 4 disques issus de la MG B. La vitesse maximum gagne 20km/h et atteint les 180km/h.

En parallèle, en 1984, Arthur Birchall, qui avait collaboré avec Paul Haussauer, lance la McCoy. Ce kit-car dérivé de la Clan Crusader repose sur une base d’Austin Mini. La carrosserie a subi quelques modifications optant pour un vitrage différent et une partie arrière retravaillée. Sous le capot, nous retrouvons le 4 cylindres de l’Austin Mini, la transformant ainsi en traction. Bien que s’éloignant du concept originel, elle sera tout de même produite à une centaine d’exemplaires.

En 1985, Clan Cars Ldt développe un nouveau modèle : la Clan Cover. Elle reprend les lignes de l’Irish Clan avec quelques modifications sur les vitres, les arches et l’aileron arrière. Elle est équipée d’un moteur Alfa Romeo Boxer de 1490cm3 en position centrale pour une puissance de 105ch. Au total, 26 voitures ont été fabriquées dont 20 pour la route et 6 pour la compétition. Hélas, Clan Cars Ldt rencontre des difficultés financières et fait faillite en 1987. Ce sera la dernière héritière de la Clan Crusader.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Lotus Europa, l’atypique sportive britannique


Laisser un commentaire