Focus sur : Le Toyota Alphard, un monospace grand luxe venu d’ailleurs

En mai 2002, la marque japonaise Toyota dévoilait son nouveau monospace aux dimensions remarquables, au design saisissant et d’un très grand standing ! Reprenant le nom de la plus brillante étoile de la constellation Hydra, le Toyota Alphard vient à coup sûr d’un autre système solaire ! Initialement commercialisé au Japon, ce grand van a tout d’un extraterrestre et a su conquérir notre planète en rencontrant un fort succès en Asie, en Australie, au Moyen-Orient et même en Russie. Rivalisant avec les Honda Elysion et Nissan Elgrand, il est devenu au fil des années l’un des monospaces phares du Pays du Soleil Levant. A l’occasion des 20 ans de ce géant, ABSOLUTELY CARS vous propose de découvrir son histoire !

Le Toyota Alphard, un extraterrestre XXL

Le monospace est ancré dans la culture japonaise depuis de nombreuses décennies. Toyota imagina son premier concept-car MPV en 1975 tandis que Nissan conçut, en 1978, le prototype du futur Nissan Prairie commercialisé en 1983. Tous deux reprenaient le principe de la camionnette aménagée lancé par Volkswagen dans les années 1950 avec le Volkswagen Transporter, aussi appelé Volkswagen Combi. Initialement marché de niche où Toyota est présent depuis les années 1970 avec la saga des Toyota HiAce, le monospace s’est grandement démocratisé dans les années 2000. Les gammes s’élargissent et des versions « grand luxe » apparaissent. C’est dans ce contexte-ci qu’est né le Toyota Alphard.

Dévoilé en mai 2022, le Toyota Alphard propose un gabarit des plus imposants. Il fait 4,84m à 4,94m de long, 1,80m à 1,85m de large et 1,93m de haut pour un empattement de 2,90m à 3m. Au design très rectangulaire, il se distingue par sa calandre immense, maillée et chromées, son pare-chocs massif, des ailes élargies, des portes coulissantes électriques, des feux avants adaptatif (croisement/route), des feux antibrouillards, des optiques arrières incluant la plaque et une ouverture de coffre verticale. Le tout est accompagné par de nombreux équipements technologiques : systèmes pré-collision et anti-collision (Intelligent Clear Sonar 2), aide au stationnement avec direction automatique, maintien des voies et de distance (« dar Cruise Control »)… qui font du Toyota Alphard un véhicule truffé de caméra ! Il faut savoir que le client a le choix entre 4 finitions : G, V, Royal lounge et Hybrid.

L’habitacle de la Toyota Alphard se veut polyvalent. Il peut se doter jusqu’à 8 places et se pare d’un accès facile, d’une grande surface vitrée, d’une présentation soignée, d’un espace plus que suffisant pour les passagers, d’un éclairage LED à 16 ambiances et à 4 luminosités. Elle possède une sellerie cuir à 3 rangées mémoire de forme – seule la première, à l’avant, est chauffante de série -, qui peut se régler électriquement en longueur (« Alphard First Class »). Elle est accessoirisée par des accoudoirs ajustables sur la seconde rangée de sièges pivotant à 180°. Ces équipements sont complétés par des airbags avants/arrières et latéraux, d’une climatisation bi-zone avant/arrière, d’écrans avants/arrières individuels, d’un système d’info-divertissement/DVD en japonais, d’un système de vision 360° (moniteur de vue panoramique), de caméras de recul, d’un régulateur de vitesse, de rideaux électriques (option), de tapis de sol, de rangements sous le plancher et d’un coffre de 1900 litres.

La version la plus luxueuse du Toyota Alphard privilégie des coloris spécifiques (Crystal Shine, White Pearl…), des marches latérales, un becquet de toit arrière, des portes ouvertes à distance via une télécommande « Smart Entry » et des jantes 16 pouces. L’intérieur opte pour des garnitures de portes full cuir, des LED d’ambiance, des flocons de verre cristal blanc/noir, une sellerie 4 à 7 places en cuir perforés, chauffante, à mémoire de formes et réglables (4 à 8 positions), une banquette arrière avec support tibia électrique, une 3ème rangée possible, une table de travail amovible, une info-divertissement multimédia 9 pouces, une climatisation bi-zone individuelle, une stéréo personnalisée et même des prises électriques ! Bref le must du must !

Sous le capot du Toyota Alphard, nous retrouvons, au premier abord, soit un 4 cylindres en ligne 2.4 injection multipoints (2362cm3) de 160 à 170ch, soit, à partir de 2005, un V6 3.0 injection multipoints (2995cm3) de 220ch. Une version hybride complète cette gamme, associant un 4 cylindres en ligne 2.4 injection multipoints (2362cm3) de 131ch à un moteur électrique « Hybrid Synergy Drive » de 24ch. Chose intéressante, cette déclinaison utilise la technologie « by-wire » qui surveille la pression de la pédale de frein et la vitesse du véhicule afin de calculer la pression hydraulique optimale pour maximiser la collecte d’énergie cinétique du freinage pour la conversion en énergie électrique ! Dans toutes les configurations, il est accouplé à une boîte de vitesse automatique 4 à 5 rapports. Le système de freinage est assuré par des disques ventilés à l’avant et pleins à l’arrière. Les performance sont très satisfaisantes avec un 0-100 km/h entre 8,3 et 11,1 secondes pour 200km/h en vitesse de pointe. Surtout quand vous savez que le Toyota Alphard pèse entre 1,9 et 2,1 tonnes sur la balance ! Le comportement sur la route passe par une direction assistée, une transmission type traction ou intégrale, une suspension indépendante (Toyota Electronicly Modulated Suspension en option) et des amortisseurs.

En 2005, le Toyota Alphard se voit redesigner, avec un style inédit de feu arrière et l’utilisation de jantes en alliage d’aluminium de 16 pouces et 17 pouces. En 2006, une version quatre places plus haut de gamme est exclusivement distribuée par les concessionnaires japonais « Toyopet Store », prenant le nom de Toyota Royal Lounge Alphard. En 2007, le Toyota Alphard devient la première fourgonnette vendue sur le marché japonais à être équipée d’un régulateur de vitesse adaptatif à guidage laser (en option sur les versions V6).

La 2ème et la 3ème génération du Toyota Alphard, un univers en expansion

Le Toyota Alphard était initialement destiné au marché japonais, mais sa connotation de « voiture de luxe » sur les marchés d’Asie du Sud-Est lui a ouvert de nombreuses portes. Face au succès de la 1ère génération de Toyota Alphard, une deuxième génération lui succède en mai 2008 avec deux modèles : le Toyota Alphard, la version luxueuse de ce monospace et le Toyota Velfire qui se veut être une version plus sportive pour un public plus jeune. Ils seront vendus séparément par deux réseaux de distribution distincts. De nombreuses variantes verront également le jour à l’image des 240/350X (possédant 8 places et une finition d’entrée de gamme), 240S (n’offrant que 7 sièges avec une sellerie en cuir en option), 240 hybride, 350S « Pack C », 240/350G (possédant la finition la plus élevée), 350G « Forfait L » (version la plus luxueuse), 350G « Executive Salon » et Salon Royal. Côté motorisation, nous retrouvons le même choix que pour la précédente génération, c’est-à-dire le 4 cylindres 2,4l initial ou le V6 3.5 injection multipoints (3495cm3) de 280ch. L’ensemble de ses motorisations pouvait être associé à une boîte de vitesse automatique 6 vitesses ou super CVT-i à 7 rapports. En 2011, le Toyota Alphard connaît un nouveau lifting. Une version hybride fut alors proposée à la vente.

En janvier 2015, Toyota lance la 3ème génération du Toyota Alphard. Son gabarit augmente, sa longueur étant prolongé de 60mm, sa largeur de 20mm pour un empattement de 50mm. A noter que la hauteur du véhicule est abaissé de 10mm. Son extérieur est également entièrement repensé. Parmi les principales transformations, sa calandre s’agrandie et les feux arrières sont redessinés. Il se voit également attribuer deux nouveaux moteurs : un 4 cylindres en ligne 2.5 injection multipoints(cm3) de 177 à 182ch et un 4 cylindres en ligne 2.5 injection multipoints(cm3) de 143ch associé à un moteur électrique de 65ch. Toutefois, il conserve au catalogue sa version équipée d’un motorisation V6 accouplé à une boîte automatique 6 rapports. Ainsi équipé, ce MPV a tout pour se lancer à la conquête des marchés asiatiques dont le Japon, Brunei, l’Indonésie, la Thaïlande, la Malaisie, Singapour, les Philippines et Hong Kong, étant les premiers marchés en dehors du Japon à recevoir ce tout nouveau modèle. Il est également introduit pour la première fois en Russie et en Biélorussie, mais uniquement avec son moteur V6. En 2018, le Toyota Alphard connait un nouveau lifting qui redesigne que l’extérieur. Il reçoit des phares LED plus minces et une calandre plus grande à l’avant. Côté motorisation, le V6 passe à 296ch et s’accouple avec une boîte automatique 8 rapports. Il abat alors le 0 à 100km/h en 7,5 secondes. En parallèle, Lexus produit le Lexus LM, sous licence Toyota Alphard, une limousine lancée en Chine en 2020.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’Archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Le Talbot-Matra Rancho, le précurseur du SUV français


Laisser un commentaire