Les alliances Matra : de la Matra-Simca Bagheera à la Talbot-Matra Murena

Profitant du renouveau de l’industrie française après la Seconde Guerre Mondiale, Marcel Chassagny fondit Matra (Mécanique Aviation Traction) en 1947. Grande marque française de voitures de sport, performante en Formule 1, elle connut ses plus belles heures dans les années 1970 et 1980. Innovante et dynamique, Matra a marqué à jamais l’histoire de l’automobile. Entre aventure sportive et concept-cars audacieux, ABSOLUTELY CARS vous propose un focus unique sur deux modèles aussi exceptionnels qu’atypiques : la Matra-Simca Bagheera, sortie en 1973 et la Talbot-Matra Murena, lancée en 1980.

La Matra-Simca Bagheera, le coupé triplace

Officiellement présenté en 1973, ce concept-car est des plus innovants. Le travail aérodynamique, intérieur et mécanique, réalisé sur le modèle, est impressionnant. Les ingénieurs ont travaillé sur le coefficient de pénétration (Cx) pour atteindre le chiffre de 0.33, synonyme de performances. Accouplé à un moteur en position central arrière issu de la SIMCA 1100ti développant 84 ch et un poids inférieur à 950kg, le résultat est quand même là. Les sensations sont renforcées par les quatre roues indépendantes, une boîte de vitesse 4 rapports et une transmission en mode propulsion.

CaractéristiquesDonnées
Moteur4 cylindres en ligne 8 soupapes
Puissance84 à 90 ch
Cylindrée1294 et 1442 cm3
TransmissionPropulsion
Boite de vitesseManuelle 4 rapports
Poids885 à 1015 kg

Abordons l’intérieur ! Sa réalisation a nécessité une organisation particulière de l’espace, car trois personnes peuvent y prendre place (à l’instar des coupé 2+2).

Le symbole fort de son lancement concerne la livraison des premiers clients en juillet 1974, à la suite de la victoire de Matra lors de l’édition des 24 heures du Mans.

Plusieurs évolutions seront apportées jusqu’en 1980, année d’arrêt de la production :

  • 1975 : L’édition « Courrèges » avec une couleur de carrosserie blanche satiné et un habitacle spécifique au couturier français.
  • 1976 : La version S adopte le moteur de la SIMCA-Chrysler 1308 GT avec une puissance de 90 ch.
  • 1977 : La Série 2 se démarque avec de nouveaux pare-chocs et une vitre custode plus large
  • 1978 : l’édition « Courrèges » est remplacée par la « X ». elle reçoit un panel de coloris spéciaux, un habitacle aussi soigné et des inserts décoratifs.
  • 1979 : La série « Jubilé » de la version S célèbre le prix de la voiture de l’année pour la Talbot Horizon. Elle dispose d’un toit ouvrant et d’un intérieur en simili noir
  • 1980 : La Version S a disparu du catalogue et les deux restants utilisent les portières de la Rancho.

1980 sonne la fin de la production, après sept années de bons et loyaux services. Les chiffres peuvent en témoigner, car 47 000 unités sont sorties des chaînes avec une préférence de la clientèle pour la série 1.

Versions Nombre d’unités vendues
Série 1 25 260
Courrèges 660
X 1440
Série 220 345
TOTAL47 795

La Talbot-Matra Murena, la dernière des Matra

La remplaçante de la Matra-Simca Bagheera se nomme Talbot-Matra Murena. Le concept est simple. On conserve le même design et particularités que sa devancière : le coefficient de pénétration, le châssis métallique et la carrosserie en plastique. Deux différences majeures la distinguent de la Bagheera : son châssis galvanisé (anti-corrosion) et son empattement plus large. Malgré ses particularités, un problème fut rapidement constaté : le moteur. Le manque de puissance est flagrant avec une mécanique 2.2 d’origine Chrysler développant 118 ch. Suite au rachat par le Groupe PSA, la marque ira même jusqu’à proposer une série « plus accessible » avec le 1.6 de 92 ch, toujours d’origine Chrysler. Enfin, la boîte de vitesse passe à 5 rapports.

Lancée en septembre 1980 et uniquement disponible avec le 1.6l de 92ch. la version 118ch sortira début 1981. Elle sera dotée de jantes en aluminium et de vitres électriques (en option sur le 1.6). Cependant, la puissance est plus qu’insuffisante face aux concurrents : la Porsche 924 et l’Alpine A310. Cette même année, Matra tente la version 4S développant 180ch, plus fiable. Un kit est spécialement réalisé en soufflerie. Les changements ne tardent pas : ailes élargies, jantes alu targa et spoiler spécifique… Malheureusement, ces améliorations ne seront pas retenues par Peugeot.

Ce n’est qu’en 1982 qu’un kit 142 ch est adopté par la marque au lion. Avec une vitesse de pointe de 210km/h, une admission revue, une alimentation par deux carbu-solex double et un arbre à came renforcé, la Talbot-Matra Murena commence à faire trembler la Porsche 924. Cependant, il ne s’agit que d’une option réalisée artisanalement (25 heures de travail nécessaires). Hélas, elle augmente considérablement le prix du véhicule. Seule une centaine de kits sera assemblée avant que Peugeot ne le fasse en série en juin 1983 (et pour un mois seulement).

En effet, la production de la Murena cesse en juillet 1983 avec plus de 10 600 unités écoulées. A noter que la Bagheera et la Murena ne feront l’objet d’aucun engagement sportif. De plus, les nouveaux coupés comme la Volkswagen Golf, clairement plus sportives, plus confortables et plus « habitables » que les Matra, auront vite fait de dépasser Matra, sonnant le glas de cette marque.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Le Crossover Cabriolet, un concept automobile osé


2 réflexions sur “Les alliances Matra : de la Matra-Simca Bagheera à la Talbot-Matra Murena

  1. La Murena jaune, c’est la mienne (ex papa) …. D’où viennent les photos ? juste pour savoir à quelle sortie c’était… il n’y en a pas deux identiques avec cette double antenne (Radio/CB), un cadeau fait à papa pour un anniversaire, et le volant « Formuling Jaune » et l’intérieur caramel… . CLDT.

Laisser un commentaire