Nous y étions : La vente aux enchères Osenat Salon Epoqu’Auto – Automobiles de collection

La Vente aux enchères Osenat Salon Epoqu’Auto – Automobiles de collection était l’un des temps forts du Salon Epoqu’auto 2022. Proposée, comme à chaque édition, le dimanche après-midi, à 14h, la traditionnelle vente a encore rassemblé un grand nombre de passionnés autour des 60 véhicules présentés. Les collectionneurs et les amateurs de voitures de collection ont pu apprécier, durant les 3 jours de ce salon, les différents lots proposés. La collection était assez hétérogène, allant des ancêtres aux youngtimers en passant par les voitures vintage ! A l’occasion de notre visite au cœur de ce grand salon automobile lyonnais, ABSOLUTELY CARS a jeté un coup d’œil à cette vente aux enchères Osenat Epoqu’auto 2022 !

Les Top Price de la vente aux enchères Osenat Salon Epoqu’Auto – Automobiles de collection

La Citroën ID19 Cabriolet Henri Chapron « Croisette » de 1960

Le Top Price de cette vente aux enchères Osenat Epoqu’auto – Automobiles de collection revient à la Citroën ID19 Cabriolet Henri Chapron « Croisette » de 1960. Pas ou peu de surprise sur le résultat, tant elle a attiré tous les regards durant tout le salon ! Pour la petite histoire, ce fut en 1958 que le carrossier Henri Chapron dévoila, sur son stand, la première Citroën DS Découvrable, carrossée par ses soins. Le succès est au rendez-vous et les demandes arrivent. La voiture qui suscitait autant de désir, n’est d’autre que « La Croisette » ! Elle est reconnaissable sa baguette chromée (excepte les premiers exemplaires), par les monogrammes « Henri Chapron » et « La Croisette », par ses ailes arrières alignées sur la portière et par sa partie arrière retravaillée et échancrée. Au total, on compte une quinzaine d’exemplaires produits. Celui présenté lors de la vente aux enchères Osenat Epoqu’auto 2022 opte pour une teinte biton (gris anthracite et clair) et une sellerie cuir rouge. Sous le capot, on retrouve un bloc-moteur 4 cylindres 1.9 de 83ch. Estimée entre 180 000€ et 200 000€, elle a été adjugée pour 180 000€ (frais inclus).

La Lamborghini Espada Série 3 de 1977

La première dauphine de cette vente Osenat Epoqu’auto 2022 – Automobile de collection est cette Lamborghini Espada Série 3 de 1977 entièrement remise à neuf. Magnifiquement aérodynamique, son design a été signé par le designer Marcello Gandini. Bien qu’elle en garde les principaux attributs, cette troisième génération connaitra quelques évolutions (nouveau tableau de bord en aluminium, nouvelles jantes…), la plus notable étant son moteur V12 4L qui passe de 335 à 350ch ! La direction assistée apparait avec cette nouvelle série également ! Cet exemplaire-ci se pare d’un joli coloris marron patiné et d’un habitacle 4 places dans son jus. Estimée entre 60 000€ et 80 000€, elle sera vendue au-dessus de sa côte pour un prix de 94 200€ (frais inclus).

La Packard Eigh Double Phaéton de 1930

La deuxième dauphine de cette vente aux enchères Osenat Epoqu’auto 2022 est cette Packard Eight « double-phaéton » de 1930 d’origine belge. Assez rare sur le marché européen, Packard est une marque américaine prestigieuse et un constructeur pionnier dans l’histoire automobile outre-Atlantique. Il est notamment connu pour avoir monté le premier V12 de série, en 1932 ! La Packard Eight est plus ancienne, puisqu’elle est sortie en 1924. Elle était alors commercialisée avec un moteur 8 cylindres en ligne de 5,8L développant 85ch. C’est cette mécanique que nous retrouvons sur cet exemplaire immatriculé en 1930 et qui fut états-unienne jusqu’en 2015 ! Dans un très bel état, elle fut estimée entre 35 000 et 45 000€ et fut finalement vendue pour 66 000€ (frais inclus).

Les ancêtres à l’honneur de cette vente aux enchères Osenat Epoqu’auto 2022

Avec plus d’une dizaine de modèles d’avant 1950 présents, cette vente aux enchères Osenat Salon Epoqu’Auto – Automobiles de collection a valorisé le patrimoine automobile d’avant-guerre et de l’entre-deux-guerres ! Alignées dès l’entrée du stand Osenat, les deux voitures les plus anciennes de cette collection sont une incroyable Le Zèbre « Type C » 6HP de 1913 (estimation : entre 12 000€ et 18 000€ – non vendue) et une magnifique SUP carrossée par Lentignat et Thomas de 1914 (estimation : entre 10 000€ et 12 000 € – non vendue). Nous avons également eu le plaisir de pouvoir admirer à leurs côtés une Citroën B12 cabriolet de 1925 (estimation : entre 12 000€ et 18000€ – non vendue) et une Renault NN de 1925 (estimation : entre 8000€ et 10 000€ – non vendue). L’alignement de ces sublimes ancêtres se conclue par les voitures des années 1930 représentées par une Citroën C6 de 1930 (estimation 10 000€ et 12000€ – vendue 14 400€, frais inclus), une MG M de 1930 (estimation : entre 28 000€ et 33 000€, frais inclus) et une Auburn 851C de 1935 (estimation : entre 100 000€ et 150 000€ – non vendue).

Parmi toutes ces belles carrosseries présentes à cette vente Osenat Epoqu’auto 2022, nous avons eu un coup de cœur pour cette Citroën « Renard et Bec » sur base de Traction 11BL de 1938. Inspirée du dessin de Geo Ham, cette version n’a été produite qu’à 2 exemplaires et un seul a survécu aux décennies ! Elle opte pour une carrosserie roadster toute en rondeur, une teinte bleu ciel, une calandre affinée, 4 optiques avants superposés, un parebrise rabattable, une capote bleue nuit, des ailes plus galbées, des parechocs superposés et un petit coffre. L’habitacle se distingue par un volant 4 branches, un tableau de bord revu, des baguettes boisées, une horloge « Renard et Bec » et une sellerie cuir beige. Elle est équipée d’un 4 cylindres et la tenue de route passe par une transmission type traction. Estimée entre 80 000€ et 120 000€, elle n’a pas, hélas, trouvé preneur.

Les autres voitures du catalogue de la vente Salon Epoqu’auto Automobiles de collection

La vente aux enchères Osenat Salon Epoqu’Auto – Automobiles de collection offrait un catalogue des plus complets, comportant des voitures de toutes horizons, de toutes marques et de toutes nationalités. Les automobiles britanniques étaient les mieux représentées ! En effet, avec près de 30% de la collection, Osenat a su ravir tous les amoureux de l’Union Jack ! Sur le stand, il y avait le choix : Austin Healey 100 USA de 1955 (estimation : entre 55 000€ et 60 000€ – non vendue), MGA de 1958 (estimation : entre 15 000€ et 20000€ – vendue 20 400€, frais inclus), Austin Healey 3000 BT7 de 1959 (estimation : entre 50 000€ et 55 000€ – vendue 50 400€, frais inclus), Austin Healey « Frofeye » de 1960 (estimation : entre 12 000€ et 18 000€ – vendue 18 600€, frais inclus), Jaguar XK150 Fixed Head Coupe de 1960 (estimation : entre 50 000€ et 60 000€ – non vendue), Triumph TR3A de 1960 (estimation : entre 25 000€ et 30 000€ – vendue 33 600€, frais inclus), Jaguar XK150 de 1960 (estimation : entre 50 000€ et 60 000€ – non vendue), Austin Healey 30000 MKII de 1963 (estimation : entre 30 000€ et 35 000€ – vendue 46 800€, frais inclus), Jaguar Type E 3.8 cabriolet de 1964 (estimation : entre 120 000€ et 150 000€ – non vendue), MG Midget de 1965 (estimation : entre 11 000€ et 13 000€ – vendue 13 200€, frais inclus), Austin Mini Moke de 1968 (estimation : entre 20 000€ et 25 000€ – non vendue), Jaguar Type E 4.2 de 1969 (estimation : entre 100 000€ et 120 000€ – non vendue), Morgan Plus 8 de 1972 (estimation : entre 40 000€ et 45 000€ – non vendue), Ford Capri de 1973 (estimation : entre 4000€ et 6000€ – non vendue), Jaguar SS de 1979 (estimation : entre 15 000€ et 20 000€ – vendue 19 200€, frais inclus), MGB de 1979 (estimation : entre 10 000€ et 15 000€ – non vendue) ou encore Triumph « Bomb » de 1980 (estimation 10000 et 15000€ – vendue 11 400€, frais inclus).

Les amateurs de voitures italiennes n’étaient pas en reste avec pas moins de 15 automobiles transalpines ! La Vente Osenat Epoqu’auto 2022 offrait la possibilité d’acquérir l’une d’entre elles à l’instar de : la Lancia B50 convertible de 1953 (estimation : entre 30 000€ et 35 000€ – non vendue), l’Alfa Romeo Giulietta Spider de 1960 (estimation : entre 60 000€ et 85 000€ – vendue 63 600€, frais inclus), l’Alfa Romeo Giulietta SS de 1962 (estimation : entre 60 000€ et 80 000€ – vendue 60 000€, frais inclus), la Fiat 1200 cabriolet « Pininfarina » de 1962 (estimation : entre 18 000€ et 22 000€ – non vendue), la Lancia Flaminia GT Touring de 1962 (estimation : entre 70 000€ et 90 000€ – non vendue), la Fiat 500F de 1965 (estimation : entre 10 000€ et 12 000€ – non vendue), l’Alfa Romeo 2600 de 1967 (estimation : entre 35 000€ et 40 000€ – vendue 36 000€, frais inclus), la Lancia Fulvia de 1967 (estimation : entre 35 000€ et 45 000€ – vendue 43 200€, frais inclus), la Fiat 500 de 1970 (estimation : entre 12 000€ et 15 000€ – non vendue), l’Alfa Romeo Giulia GT 1750 de 1970 (estimation : entre 35 000€ et 45 000€ – vendue 40 200€, frais inclus), la Fiat 500 de 1972 (estimation : entre 28 000€ et 32 000€ – vendue 34 200€, frais inclus), la Fiat Dino de 1972 (estimation : entre 45 000€ et 55 000€ – vendue 54 600€, frais inclus), la Maserati Indy de 1973 (estimation : entre 70 000€ et 90 000€ – non vendue) ou encore de l’Alfa Romeo 75 Evoluzione de 1987 (estimation : entre 50 000€ et 70 000€ – non vendue).

Entre les ancêtres et les voitures vintage, les Françaises étaient au nombre de 13 dans le catalogue de cette vente Salon Epoq’auto Automobiles de collection 2022 ! Tous les regards étaient tournés vers les deux Alpine A110 1800 GR4 de 1970 et Alpine A110 de 1973, estimées respectivement entre 180 000€ et 220 000€ pour la première et entre 80 000€ et 100 000€ pour la seconde. Hélas, aucune des deux n’a trouvé preneur. Il était possible également d’admirer une Citroën DS 23 IE Pallas de 1974 (estimation : entre 25 000€ et 35 000€ – vendue 30 000€, frais inclus), une Peugeot 205 GTI de 1985 (estimation : entre 12 000€ et 15 000€ – vendue 18 600€, frais inclus), une Citroën 2CV6 de 1987 (estimation : entre 8000€ et 12 000€ – vendue 11 400€, frais inclus) et une Renault Avantime de 2001 (estimation : entre 5000€ et 7000€ – vendue 8640€, frais inclus).

La vente aux enchères Osenat Epoqu’auto 2022 a également proposé son lot d’automobiles allemandes à l’image des Mercedes-Benz cabriolet W187 de 1951 (estimation : entre 50 000€ et 80 000€ – non vendue), Mercedes-Benz 190SL de 1960 (estimation : entre 90 000€ et 100 000€ – non vendue), Volkswagen Coccinelle 1200 de 1964 (estimation : entre 20 000€ et 25 000€ – non vendue), Mercedes-Benz 280 SE W111 de 1969 (estimation : entre 30 000€ et 35 000€ – vendue 42 000€, frais inclus), Mercedes-Benz 300 SEL 6.3 de 1971 (estimation : entre 60 000€ et 80 000€ – non vendue), Porsche 914 de 1973 (estimation : entre 24 000€ et 28 000€ – non vendue), Audi 80 de 1981 (estimation : entre 20 000€ et 22 000€ – vendue 26 400€, frais inclus), Porsche 944 de 1984 (estimation : 15 000€ et 18 000€ – non vendue), Porsche 928 de 1986 (estimation : entre 20 000€ et 22 000€ – vendue 21 600€, frais inclus), Mercedes-Benz 500SL R129 de 1989 (estimation : entre 15 000€ et 20 000€ – vendue 21 000€, frais inclus), Porsche 911 type 964 de 1991 (estimation : entre 30 000€ et 40 000€ – vendue 40 200€, frais inclus) ou encore de la Mercedes-Benz SL V12 R129 de 1994 (estimation : entre 10 000€ et 15 000€ – vendue 13 800€, frais inclus).

La vente aux enchères Osenat Salon Epoqu’Auto – Automobiles de collection proposait également à la vente quelques exemplaires intéressants venus d’outre-Atlantique. En plus de la Packard Eight Double Phaéton, les collectionneurs d’Américaines pouvaient s’intéresser à la Buick Roadmaster de 1946 (estimation : entre 30 000€ et 40 000€ – non vendue), à la Ford T-Bird « Thunderbird » de 1955 (estimation : entre 30 000€ et 35 000€ – non vendue), à la Chevrolet C4 « Indy Pace Car » de 1986 (estimation : entre 20 000€ et 25000€ – non vendue) et à la Corvette C4 de 1987 (estimation : entre 15 000€ et 20 000€ – vendue 15 600€, frais inclus).

Pour en savoir plus sur cette Vente aux enchères Osenat Salon Epoqu’Auto – Automobiles de collection, retrouvez l’ensemble du catalogue et tous les résultats ici.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos Presse Epoqu’auto 2022

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Epoqu’auto 2022 (1/2)


Laisser un commentaire