Nous y étions : La Vente Rétromobile 2022 by Artcurial Motorcars

Pour l’édition des retrouvailles, Rétromobile 2022 s’est offert une vente exceptionnelle de haute volée ! En effet, Artcurial Motorcars a vu les choses en grand, en très grand, pour sa Vente Rétromobile 2022 avec 200 lots comprenant des automobiles de toutes les époques, des prototypes exclusifs, des voitures de courses extraordinaires, des motos rarissimes et même des tracteurs agricoles ! Pour une fois n’est pas coutume, les enchères ont été séparées en deux parties, se tenant respectivement le vendredi 18 mars et le samedi 19 mars 2022, à quelques mètres des lots à adjuger. Véritable réussite, près de 82% des véhicules ont trouvé preneur pour un chiffre d’affaires de 37,8 millions d’euros. La cerise sur le gâteau : pas moins de 9 records du monde ont été réalisés ! ABSOLUTELY CARS revient pour vous sur ce temps fort du salon Rétromobile et vous dévoile l’essentiel de « Rétromobile 2022 la vente officielle » !

Les Top Price de la Vente Rétromobile 2022 par Artcurial

La Porsche 907 ex-usine de 1968, la grande star des enchères

La vente Artcurial Rétromobile 2022 a été riche en modèles dont l’estimation dépassait le million d’euros. Parmi ces véhicules, le lot le plus important était sans nul doute la Porsche 907 ex-usine de 1968, l’un des 21 exemplaires construits par Porsche, entre 1967 et 1968. Appartenant à la Collection Ernst Schuster, cette voiture de compétition conçue par Zuffenhausen fut cédée, en 1969, par Ferdinand Piëch au pilote espagnol Alejandro Soler-Roig. En 1970, elle est revendue à l’écurie suisse Wicky Racing Team. Arrêtée en 1973, elle fut acquise par le collectionneur Albert Eggs qui la vendra à son tour, en 1983, à Ernst Schuster, pilote amateur éclairé. Parmi ses meilleurs résultats, nous retrouvons les 1000km du Nürburgring où elle se classe 4ème, les 1000km de Monza avec une victoire de classe sport Prototype 1970, les 12 heures de Sebring de 1969 et les 24 heures du Mans de 1971, 1972 et 1973. Par la suite, elle participa à des courses historiques, dans les années 1990. Equipée à l’origine d’un 6 cylindres, elle possède aujourd’hui un 8 cylindres 2,2 développant 270ch. Estimée entre 4 000 000€ et 6 000 000€, ce morceau d’histoire fut adjugé à 4 390 400 € (frais compris).

La Ferrari F50 de 1996, la première dauphine de cette vente Artcurial

La Collection Maître Etienne Léandri est sans aucun doute l’une des plus belles collections privées monégasques de Ferrari. L’ensemble des huit supercars qui la composent, est passé sous le feux des enchères à l’occasion de la Vente Rétromobile 2022 d’Artcurial. L’une d’entre elles n’est d’autre que cette magnifique Ferrari F50 de 1996. Il faut savoir que ce modèle produit à 349 unités est un clin d’œil aux 50 ans de Ferrari. Il se caractérise par sa carrosserie Pininfarina, sa capote souple (+ toit amovible « Targa ») et son aileron proéminent arrière. Appartenant à l’ère pré-électronique, l’habitacle se la joue « old school » avec une présentation classique, complétée par la climatisation et un porte-document en cuir. Sous le capot, se trouve un V12 4.7 de 520ch, pouvant aller jusqu’à 325km/h. Si la Ferrari F50 est une merveille, l’exemplaire présenté par Artcurial est une pépite. Dans un état magnifique de conservation, il n’affiche au compteur que 1318km ! Estimé entre 2 700 000€ et 3 500 000€, il est parti pour 4 161 600€ (frais compris).

La Ferrari Enzo de 2003, la deuxième dauphine de « Rétromobile 2022 la vente officielle »

Le podium des Top Price est complété par une autre Ferrari de la Collection Maître Etienne Léandri, puisqu’il s’agit d’une Ferrari Enzo de 2003. Modèle iconique des années 2000, il n’a été produit qu’à 399 unités. Il est reconnaissable grâce à sa face avant typée « F1 » et à ses portes dites « papillon ». L’exemplaire proposé pour la vente Artcurial Rétromobile 2022 possède une carrosserie aluminium/carbone d’une teinte Rosso Corsa DS322, à l’instar des autres supercars de la collection. L’intérieur se pare d’une sellerie de cuir rouge, d’un pédalier aluminium, d’équipements de sécurité active et de contrôle (pression pneumatique,..) La mécanique cache un V12 de 660ch. Elle aussi est peu kilométrée avec seulement 4760km au compteur. Estimée entre 2 200 000€ et 2 800 000€, elle est vendue 2 846 000€ (frais compris).

De nombreuses collections aux enchères lors de Rétromobile 2022

La Collection Maître Etienne Leandri

En plus de la Ferrari F50 de 1996 et de la Ferrari Enzo de 2003, la Collection Maître Etienne Léandri mise aux enchères par Artcurial était constituée de six autres automobiles. La première est une Ferrari F40 de 1989, achetée chez Charles Pozzi, à Levallois-Perret. Créé à l’occasion du 40ème anniversaire de Ferrari, elle se distingue par sa teinte « Rosso corsa FER 300/9 » – spécifique à toutes les F40 -, ses éléments en composite, son aileron arrière et son système de caisse ajustable en hauteur. L’habitacle se pare d’une présentation full « rouge ». Sous le capot, nous retrouvons un V8 double turbo de 478ch, accouplé à une boîte manuelle 5 rapports pour une vitesse maximum de 324km/h. Produit à 1300 exemplaires, le modèle présenté lors de cette vente Artcurial Rétromobile 2022 ne totalise que 13 284km au compteur. Estimée entre 1 300 000€ et 1 600 000€, il a été adjugé pour 2 102 400€ (frais compris).

Parmi les supercars de la Collection Maître Etienne Léandri mise aux enchères lors de cette vente Rétromobile 2022, nous trouvons une Ferrari LaFerrari de 2013. Surnommée « Nuova Enzo », ce modèle exclusif n’a été produit qu’à 499 exemplaires. A l’instar des autres voitures de la collection, il possède une teinte « Rosso Corsa ». Il dispose d’équipements spécifiques à l’instar d’un porte-document en cuir logotypée « LaFerrari », d’un volant « F1 » avec 5 modes de conduite, d’une planche de bord « Drapeau Monaco », d’une sellerie bi-ton noir/rouge surpiquée, d’une plaque numérotée, d’une bagagerie siglée et d’un chargeur de maintien. Sa particularité mécanique réside dans l’association hybride « Hy-Kers » avec un moteur thermique V12 6.2 de 800ch et un moteur électrique de 163ch, associé à une boîte 7 rapports. Les performances sont dignes des prototypes avec 350km/h en vitesse de pointe. Estimée entre 2 200 000€ et 2 800 000€, elle s’est adjugée à 2 714 440€ (frais compris).

Cette collection monégasque ne s’arrête pas à ces quatre splendides sportives. En effet, il y avait aussi une Ferrari 599GTO F1 de 2010 dont l’extérieur opte pour des éléments carbone et des jantes 20 pouces. L’intérieur se pare d’une sellerie baquet alcantara/tissu, un Magnettino 5 modes et des pièces en carbone. Le capot abrite un V12 6.0 de 670ch associé à une boÏte F1 séquentielle. Les performances sont au rendez-vous avec une vitesse de pointe de 335km/h. Estimée entre 500 000€ et 800 000€, elle est partie pour 774 800€ (frais compris).

Bien que l’ancien propriétaire soit un grand passionné de Ferrari, il possédait également une Lamborghini Murciélago de 2003, signée Luc Donckervolke et d’un sublime coloris Blu Hera. L’habitacle se pare d’une sellerie cuir noire et d’accessoires optionnés (gants siglés,…). Sous le capot, se loge un V10 6.2 de 580ch associée à une boîte mécanique 6 rapports. Estimée entre 130 000€ et 160 000€, elle a été adjugée pour 250 320€ (frais compris).

Cette Collection Maître Etienne Léandri présentée par Artcurial se clôt avec un dernier modèle : une Fiat 500 Abarth « Dealer Edition » N° 144/200 de 2009. Il s’agit d’une édition limitée à 200 exemplaires, d’une teinte Rosso Corsa parcouru de bandes grises, incluant le logo « concessionnaire » et une sortie d’échappement « Monza ». L’habitacle spécifique se pare d’une plaque numérotée et une sellerie baquet Sabelt. Côté mécanique, nous retrouvons un 4 cylindres 1.4 turbo de 160ch, accouplé à une boîte manuelle 5 rapports. Estimée entre 40 000€ et 60 000€, elle fut vendue pour 41 720€ (frais compris).

La Collection Bandini

A l’occasion de la Vente Rétromobile 2022, Artcurial a mis en vente l’incroyable Collection Bandini, composée de six voitures de courses de la marque éponyme. Elles proviennent toutes du Musée Bandini, créé en 1992 sous l’impulsion du neveu d’Ilario Bandini, créateur de ces petites merveilles. Parmi ces quelques automobiles au passé sportif rare, nous avons eu le plaisir d’admirer :

  • une Bandini 750 Sport Siluro de 1953, dotée d’une carrosserie en aluminium, d’un châssis tubulaire ultra-léger et d’un moteur de 750 cm3. Elle a couru les Mille Miglia 1953 avec Ilario Bandini. Estimée entre 250 000€ et 350 000€, elle n’a trouvé preneur.
  • une Bandini Monoplace 750 « Formule 3 » de 1954, reconnaissable pour sa superbe platine. Il s’agit d’une des deux voitures survivantes sur les quatre construites initialement. Estimée entre 40 000€ et 60 000€, elle a été adjugée sans réserve à 26 224€ (frais compris)
  • une Bandini 750 GT Velcode Zagato de 1955, dotée d’une carrosserie blanche aux ailes rouges. Il s’agit d’un modèle unique, construit sous la supervision d’Ilario Bandini. Nous devons sa magnifique ligne à Zagato. Estimée entre 400 000€ et 600 000€, elle n’a pas trouvé preneur.
  • une Bandini 750/1000 Sport Siluro de 1955/1956, équipée d’une carrosserie rouge à la bouche blanche, reconnaisable par son design radical. Elle a participé, entre autres, aux Milles Miglia 1955. Estimée entre 150 000€ et 250 000€, elle est partie sans réserve pour 107 280€ (frais compris)
  • une Bandini 750 Sport Internazionale Saponetta de 1957, dotée d’une carrosserie en aluminium très profilée et d’un moteur Bandini 750cm3. Elle a notamment participé aux Mille Miglia de 1957. Estimée entre 600 000€ et 900 000€, elle a été adjugée pour 637 720€ (frais compris)
  • une Bandini Formule Junior de 1960, dotée d’une carrosserie rouge en aluminium portant le n°52. Il n’existe plus que six exemplaires , ce qui fait d’elle une voiture encore plus rare et plus exclusive qu’une Stanguellini ! Estimée entre 60 000€ et 90 000€, elle a été adjugée sans prix de réserve à 53 640€ (frais compris)

La Collection Bruno Lafourcade

Les ancêtres n’étaient en pas en reste lors de « Rétromobile 2022 la vente officielle« . De nombreux modèles étaient présents dont certains étaient issus de la magnifique Collection Bruno Lafourcade. Passionné par l’œuvre d’Ettore Bugatti, il a collectionné plusieurs Bugatti exceptionnelles, mais aussi plusieurs voitures Italiennes et des motos de la marque Guzzi. Parmi toutes ces belles carrosseries, nous trouvons donc :

  • une Bugatti Type 13 de 1920, estimée entre 250 000€ et 350 000€ et adjugée pour 268 200€ (frais compris)
  • une Bugatti 35B Reconstruction par Ventoux Moteurs Ingénierie de 1925, estimée entre 400 000€ et 600 000€ et adjugée 655 600€ (frais compris)
  • une Bugatti 44 Faux Cabriolet par Labourdette de 1928, estimée entre 300 000€ et 400 000€ et vendue pour 336 144€ (frais compris)
  • une Bugatti 35/51 « Petit coupé Friderich » reconstruction de 1928, estimée entre 250 000€ et 350 000 et vendue pour 333 760€ (frais compris)
  • une Fiat Ballila 508 CS Spider Sport dite « Coppa d’Oro » de 1933, estimée entre 70 000€ et 90 000€ et vendue sans réserve à 88 208€ (frais compris)
  • une Fiat 500 C Belvédère de 1954, estimée entre 10 000€ et 20 0000€ et vendue sans réserve à 15 496€ (frais compris)
  • une Alfa Romeo Giulietta Sprint Veloce Allegerita de 1957, estimée entre 200 000 et 250 000€ et non-vendue
  • une Alfa Romeo Giulietta SZ Coda Tonda de 1961, estimée entre 400 000€ et 600 000€ et adjugée à 417 200€ (frais compris)
  • une Mercedes-Benz 450 SEL 6,9L de 1976, estimée entre 30 000€ et 50 000€ et adjugée à 29 800€ (frais inclus)

L’Harley-Davidson de Johnny Hallyday aux enchères

Il y avait bien évidemment d’autres collections à l’image de la Collection Baudoin Lempereur avec ses 19 voitures de rallyes ou encore la Collection Paul Thanry avec 17 automobiles d’avant-guerre, mais toutes vous les dévoiler nous était impossible au vue de la quantité et de la qualité des voitures exposées lors de cette Vente Rétromobile 2022. Alors, nous vous proposons de terminer cet article avec un dernier véhicule, mais quel véhicule !

Il s’agit d’une moto, mais pas n’importe quelle moto puisqu’il s’agit d’une Harley-Davidson Softail Heritage 1340 de 1990. Surnommée « Laura Eyes », c’est l’une des plus célèbres motos en provenance de la concession Peterson lors d’un voyage outre-Atlantique. A l’origine orange et noir, elle est modifiée par « Too Much Concept » et opte pour la teinte bleue pailletée. Sa présence est remarquée lors de la prestation au Stade de France, le 05 septembre 1998 avec à ses côtés Johny Hallyday. Estimée entre 50 000 et 250 000€, elle s’adjuge 470 840€ (frais compris).

Pour en savoir plus sur les enchères « Rétromobile 2022 La vente officielle », retrouvez l’ensemble du catalogue et tous les résultats ici.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Rétromobile 2022


Laisser un commentaire