Nous y étions : Rétromobile 2022

Deux ans après la dernière édition, le salon Rétromobile 2022 est revenu au Parc des Expositions de la Porte de Versailles, à Paris, du 16 au 20 mars 2022. Si quelques inquiétudes étaient apparues suite au report de février en mars, la Grande Messe de l’automobile a bien eu lieu, fêtant ses retrouvailles avec près de 100 000 amateurs, passionnés et collectionneurs ! Pour une fois n’est pas coutume, c’est au pavillon 7 qu’ont été réunies les 1000 voitures qui ont composé cette 46ème édition de Rétromobile, pendant cinq jours exceptionnels ! ABSOLUTELY CARS vous propose de prolonger le plaisir de cette édition 2022 avec une petite série de reportages dont le premier nous amène au cœur des allées du Salon International de la Voiture de Collection !

Les incontournables de la 46ème édition de Rétromobile

Les 50 ans de la Renault 5 : un anniversaire à ne pas rater

Renault Classic a fêté en grande pompe les 50 ans de la Renault 5 avec une présentation spéciale pour cette occasion ! Vu d’en haut, l’ensemble forme un 50 aux côtés de l’inscription « Renault 5 » tandis que le parcours thématique accueille pas moins de 12 exemplaires exceptionnels. Le bonus : les spectateurs peuvent circuler entre les voitures pour mieux les découvrir à 360° ! Parmi les versions de la Renault 5 mises en avant sur Rétromobile 2022, nous retrouvons les classiques avec leurs finitions L, TL GTL et même une électrique ! A cela, on peut ajouter les versions Car van » signée Heuliez, ainsi que « Police ». Mais qui dit Renault 5, dit sport aussi ! Ainsi, les déclinaisons sportives étaient bien présentes avec les versions Super 5, GT Turbo, Alpine, Turbo et Turbo Maxi !

Parmi toutes ces belles, notre coup de cœur est revenu à la Renault Ultra-luxe Super 5 « Baccara ». Uniquement disponible en 3 portes, la production ne dure que 3 ans (1988 à 1990) et s’exporte en Europe sous différents noms (Exclusiv pour l’Allemagne, Monaco pour le Royaume-Uni et Limited pour l’Italie). L’esthétique opte pour une présentation sobre et qualitative (boucliers, jupes latérales, vitres électriques,…), tandis que l’habitacle se distingue clairement de ses concurrents. On note une finition beige, un volant avec direction assistée, une sono Pioneer, des sièges cuir Connolly, un coffre avec housse en simili. Sous le capot; se loge le 4 cylindres 1.7 de 90ch. Une petite merveille en soi ! A noter que le terme Baccara est supplanté, par la suite, par celui « initial ».

Bien que nous sommes à Rétromobile 2022, Renault ne néglige pas l’avenir en dévoilant la nouvelle R5, un concept-car entièrement électrique ! L’exposition sur la Renault 5 se termine donc par un face à face entre la Renault 5 électrique de 1972 et le nouveau modèle. Comme quoi : la Renault 5 n’a jamais été autant d’actualité !

La saga Amédée Gordini : la rétrospective qui vous plonge dans le sport automobile

Rétromobile 2022 a également offert à ses visiteurs une rétrospective unique au monde de toute la production de l’ingénieur Amédée Gordini de 1947 à 1971 ! Pour la petite histoire, Amédée Gordini est né en 1899 à Bazzano en Italie. Il quitte l’école à 11 ans et devient apprenti dans un garage à Bologne, travaillant sur les plus belles marques. En 1925, il arrive en France et quelques années plus tard, lance son propre garage. En 1937, la première Simca Gordini sort de son atelier. Elle s’offrira le Record du Monde des 48 heures sur l’autodrome de Montlhéry à 103 km/h de moyenne et gagnera les 24h du Mans dans sa catégorie en 1938. Son nom rentrait dans la légende !

C’est un bout de cette légende que nous retrouvons à travers cette exposition consacrée à Amédée Gordini grâce à certaines de ses plus belles réalisations dont une Gordini type Simca Cinq de 1937 n°01715, une Gordini type Simca 8 de 1939 n°810404, une Gordini type 24S de 1953 n°037S, une Gordini type 16/24 de 1952/1954 n°035, une Gordini type 31S de 1954 n°043, une Gordini type 32 n°042 de 1956… mais aussi les fameuses Renault Dauphine, R8 et R12 Gordini !

Les expositions phares de Rétromobile 2022

Le Musée de la Gendarmerie Nationale : une première à Rétromobile !

Rétromobile 2022 fut riche en expositions thématiques. L’une des plus remarquées était celle du Musée de la Gendarmerie Nationale qui a présenté 11 engins mécaniques aussi iconiques qu’atypiques. Parmi eux, se trouvaient les voitures dites des Brigades Rapides d’Intervention (ou BRI) dont une Matra Jet 6, une Alpine A310 V6 et une Renault Mégane RS. Il faut savoir que la conduite de ces bolides requiert un stage de conduite spécifique et l’obtention d’un certificat sur le circuit du Mans. A leurs côtés, une Renault R2087 PC Transmission et une Renault Estafette complétaient le tableau. Réputée pour ses capacités de patrouille et de liaison, cette dernière était disponible en versions : contrôle anti-nuisance, minicar 8 places (+ matériel) et transport.

Il n’y avait que des voitures sur le stand du Musée de la Gendarmerie Nationale, mais aussi plusieurs motos dont une BMW R50/2 de 1956) et une BMW R80TIC (1988-1992), utilisées lors de dispositifs de sécurité routières. Une Norton 750 Atlas utilisée lors du Tour de France 1966 les accompagnait. Le stand regorgeait aussi d’autres curiosités à l’instar de la motoneige Yamaha, premier véhicule destiné aux interventions montagneuses et utilisé pour les JO d’Albertville 1992. Parmi les équipements complémentaires, on peut ajouter un traineau et une remorque. Mais le clou du spectacle reste l’imposant hélicoptère Alouette II de 1958. Sa structure se caractérise par un équipement amovible en cas de déplacement, tout en offrant des missions de sauvetage (évacuation, transport de passagers, hélitreuillage) type barrage de Malpasset. Sa carrière dure jusqu’en 1970.

Le Musée des Blindés de Saumur : place aux mastodontes !

Les plus imposants véhicules de Rétromobile 2022 se trouvaient sur le stand du Musée des Blindés de Saumur. En effet, ce grand conservatoire exposait deux mastodontes. Le premier est un char Panther, principal engin de combat de l’armée allemande de la Seconde Guerre mondiale. Avec son poids de 45 tonnes, l’équipement offre une structure renforcée en termes de protection, des chenilles élargies, 2 mitrailleuses MG34 et un canon 75mm 1 canon de 75 mm avec une protée de 1.5 km. Les dimensions de 9.0m de long, 3.40m de large et 3.10m de haut permettent d’accueillir 5 personnes. Côté mécanique, on trouve un bloc 12 cylindres Maybach 23l de 700ch consommant du 300l au 100km. La vitesse de pointe culmine à 55km/h. Entre 1943 et 1945, on compte 5 986 exemplaires produits. Celui-ci s’est illustré lors de la Bataille de Normandie. Le second engin exposée par le Musée des Blindés de Saumur est un char AMX 10 PAC 90 « amphibie » de 1979. L’armement passe par une mitrailleuse 7.62mm et un canon 90mm, tandis que la motorisation est d’origine Hispano-Suiza avec un V8 8.2 turbocompresseur. La vitesse max atteint 65km/h. Avec ses 6.0m de long et 2.80m de large, le nombre de personnes à bord atteint 3 membres. L’ensemble pèse 14.5 tonnes sur la balance.

Lors de Rétromobile 2022, il était également possible d’admirer un camion Brockway Quick Way C666, présenté par l’UNIVEM. Il est notamment spécialisé dans les opérations de levage-manutention (véhicules, bidons d’essence, …) via sa grue avec un chevalet support de flèche (+ tendeurs de câbles) et 3 treuils. L’habitacle monoplace se dote d’un porte roue de secours derrière. Côté mécanique on opte pour une double motorisation : soit un 6 cylindres « Hercules HXD » 14l de 202ch, soit un un 4 cylindres international de 35ch. L’ensemble pèse 16tonne sur la balance. Sur les 1 312 exemplaires produits, il semble que seulement 5 exemplaires soient répertoriés en Europe.

Les 125 ans de Darracq célébrés par le Club des Teufs-Teufs

Plus conventionnel, le Club des Teufs-Teufs, grand habitué de Rétromobile, a derechef répondu présent. Cette année, le plus vieux club de voitures anciennes encore en activité a mis à l’honneur la marque Darracq qui fête ses 125 ans, en présentant 5 Darracq dans un état exceptionnel ! Parmi les modèles exposés, nous retrouvons une Darracq Type C de 1901, une Darracq Type H de 1904, une Darracq Type RRX de 1910, une Darracq Type TT13 de 1913 et une Talbot-Darracq de 1920. Ce ne sont pas les seuls modèles présents sur le stand du Club des Teufs-Teufs, puisqu’elles étaient accompagnées par une Alcyon de 1907 et une Salmson Type VAL3 de 1925. Magnifiquement bien conservées, elles ont réalisées le show grâce à des démonstrations dynamiques où tout un chacun a pu découvrir les sensations de rouler en véhicules d’avant-guerre !

Nos coups de cœur à Rétromobile 2022

Le stand Kidston avec ses 7 McLaren

Le salon Rétromobile est toujours riche en véhicules d’exception. Bien que quelque peu réduite, cette 46ème édition de Rétromobile offrait tout de même un panel incroyable à l’image du stand Kidston qui accueilli par moins de sept exemplaires de McLaren F1, allant du prototype aux versions radicales d’endurance. L’objectif est de célébrer les 30 ans d’une des premières hypercars de les plus exclusives des années 1990 ! Exposées en cercle, autant de belles carrosseries fait tourner la tête, mais commençons par le commencement avec les concept-cars McLaren XP3 conservés par Gordon Murray et McLaren XP « 056XPGT » dite Longtail produits à seulement trois unités, en 1997). On complète le tableau avec deux exemplaires de série aux coloris blanc et noirs.

Qui dit McLaren, dit compétition ! Ainsi, il était possible d’admirer, sur Rétromobile 2022, deux McLaren F1 GTR ayant participée aux 24 Heures du Mans : la première dite »016R » Lina a couru lors l’édition 1996 avec le trio Duez/Laffite/Soper (couleurs du drapeau britannique), tandis que la seconde opte pour la livrée tricolore « Gulf » via Bellm/Gibert Scott/Sekiya (bleue, noire, orange) en 1997.

Au centre de cette folle farandole de puissantes supercars, se trouvait la plus importante des McLaren avec sa robe de couleur « Dark Purple Hear ». Elle a appartenu à un certain Beatles nommé George Harrison. C’est une première sortie officielle pour ce véhicule. Côté mécanique, nous retrouvons un bloc V12 6.0 (6084cm3) développant entre 550 et 680ch selon les déclinaisons. L’entretien de ces bolides est effectué par le département « McLaren Special Operations ».

Les démonstrations dynamiques du Fardier de Cugnot

Faisant le grand écart entre les youngtimers et les ancêtres, le salon Rétromobile est une fabuleuse machine à remonter le temps. Cette 46ème édition de Rétromobile nous transporte même sous l’époque de Louis XVI, grâce à l’association « Le Fardier de Cugnot » ! Ainsi pour la toute première fois, les visiteurs du Salon International de la Voiture de Collection ont pu assister à la démonstration dynamique du premier véhicule « auto-mobile » ! Cette réplique a été construite en 2007, grâce à l’implication de cette association, du maire du village natal de Nicolas Joseph Cugnot, de l’école d’Ingénieurs des Arts et Métiers Paris Tech et des artisans de la région et de la Meuse. Pour la petite histoire, le Fardier de Cugnot est le tout premier véhicule de l’histoire française. Exposé sur le stand de l’association, la magie de Rétromobile nous a permis de découvrir le processus de mise en marche d’une telle machine. Cela nécessite une bonne heure de préparation avant que le démarrage puisse enfin se faire. Les performances sont exceptionnels pour l’époque : 4km/h pour 15 min d’autonomie ! Mais le voir en vrai, c’est encore plus impressionnant ! A noter que le véritable Fardier de Cugnot est exposé tout au long de l’année au Musée des Arts et Métiers, à Paris.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : Rétromobile 2020


Laisser un commentaire