Nous y étions : Rétromobile 2020

Le célèbre et tant attendu salon Rétromobile 2020, dédié à la voiture ancienne et de collection, s’est tenu du 5 au 9 février 2020 à Paris Expo Porte de Versailles. Evénement incontournable du calendrier automobile, cette édition a réuni plus 122 000 passionnés et collectionneurs qui ont foulé ses allées durant près de six jours ! Et il n’est fallait pas moins pour explorer les 75 000m² d’expositions et voir les 1100 voitures d’une rare qualité, exposées dans les trois halls ! Vous n’avez pas pu y aller ou vous n’avez pas pu tout voir! ABSOLUTELY CARS vous propose une séance de rattrapage des plus originales ! Car si c’est 45ème édition de Retromobile était sur le thème de « l’électrique au cœur de l’histoire automobile », nous, nous préférons plutôt vous amener dans une folle farandole de modèles au travers d’un voyage automobile où le passé rencontrait le présent !

Retromobile 2020 : un tour du monde de l’histoire automobile

L’âge d’or des voitures anglaises présent au salon Retromobile 2020

Cette 45ème édition de Retromobile était si importante, qu’il était difficile de commencer par quelque chose. Nous aurions pu vous parler de la bourse d’échange, des accessoires ou encore des clubs, mais finalement, nous sommes tous d’accord : si nous allons à Retromobile 2020, c’est avant-tout pour les voitures ! Et s’il y a bien une chose que tous passionnés d’anglaises ont dû apprécier, c’est bien le nombre démesuré de voitures « so british » présentes ! Un stand y a même consacré entièrement sa collection de voitures, proposant de superbes Bentley, Rolls-Royce et Morgan dans le coin des maisons d’enchères ! Nous ne pouvons dire qu’une seule chose : il était passionnant de découvrir ,au fil des plateaux, les fameux coupés et cabriolets symboles de l’âge d’or britannique remplis de MG, de Triumph, de Jaguar ou de Mini Austin !

Et comme l’année dernière, lors de la 44ème édition de Retromobile, un stand a retenu particulièrement notre attention : celui de Richard Mille ! Comme chaque année, la célèbre maison d’horlogerie partenaire de l’événement a exposé des véhicules aussi rarissimes que racés. L’édition précédente présentait les Formule 1 de l’écurie Mclaren.

Celle de Retromobile 2020 continue avec l’exposition de prototypes d’endurance. Sur le stand, il était possible d’apercevoir le prototype M6GT (1968) de Bruce Mclaren, ainsi que les Mclaren F1 des années 1990. Ce plateau se clôturait avec la Mclaren GTO20R et la Mclaren Senna GTR, ultime préparation de ces supercars mythiques.

Les belles voitures allemandes du salon Rétromobile 2020

Après les voitures anglaises, nous pouvons souligner la qualité des voitures allemandes présentes lors de ce salon Rétromobile 2020. Et pour commencer notre petit d’horizon, rien ne vaut qu’un petit arrêt chez BMW ! Il faut dire que la firme de Munich a sorti l’artillerie lourde. En effet, il était possible d’admirer des modèles plus que rarissimes à l’image de cette BMW 328 Sport cabriolet de 1938, de cette BMW 507 Roadster (1955-1959) ou encore de cette BMW 2000ti (1966-1972).

Mais c’était sans compter sur Mercedes-Benz ! Plusieurs modèles étaient dispersés dans tout le salon avec un incroyable ratio pour la plus belle de toutes ! Si l’année dernière était une année « Jaguar Type-E« , cette édition 2020 est une année « Papillon » !

En effet, les célèbres Mercedes-Benz 300SL s’étaient données le mot pour venir butiner sur une majorité de stands, notamment dans le carré des vendeurs professionnels ! Avec leurs portes en élytres qui lui ont donné son surnom ou en « Roadster », elles se sont distinguées par leur nombre et leur beauté. Elles étaient accompagnées par de nombreuses voitures qui ont fait l’histoire de Mercedes à l’image de la Mercedes-Benz CLK DTM AMG ou de la Mercedes-Benz SLR Stirling Moss.

Cependant, il était difficile de rivaliser avec Porsche ! Si le stand du constructeur était plutôt « timide » par rapport à ce que nous étions habitués à voir, il permettait de mettre en valeur l’un des plus beaux véhicules de cette 45ème édition de Rétromobile ! Nous parlons bien entendu de la Löhner-Porsche, première voiture hybride de toute l’histoire automobile ! Conçu par Ferdinand Porsche, sa batterie électrique se trouve sous le siège conducteur et est animée par des moteurs logés dans le moyeu des roues directrices. C’est peut dire que cette voiture fit fureur à l’Exposition universelle de Paris en 1900 ! Un véritable pan de l’histoire automobile ! Et c’est avec ce même degré d’innovation, que nous retrouvons certains modèles phares de la marque de Stuttgart dans les allées du salon à l’image de la traditionnelle et classique Porsche 911 et des mythiques Porsche 356, Porsche 904 et Porsche 914.

L’esprit de compétition règne également à Rétromobile 2020 ! Quelle que soit la marque, le modèle ou la version, la,préparation « course » fait toujours son petit effet. Entre le Tour Auto, les Mille Miglia, le championnat d’endurance WEC,… chacun trouve son bonheur grâce aux voitures allemandes dorées façon « Art Car » !

Les « magnifica » italiennes du salon Rétromobile Paris 2020 !

Au salon Rétromobile, la botte transalpine ne cesse de nous étonner avec des constructeurs aussi uniques qu’exclusifs. Alfa Romeo, Ferrari, Lancia, Lamborghini ou encore Maserati étaient présents à cette 45ème édition de Rétromobile, pour notre plus grand plaisir.

Et s’il y avait bien un stand sur lequel il fallait aller, c’était bien celui de « Lukas Hüni » ! A l’image du salon, le nombre de voitures à admirer semblait être innombrable !

Sur leur estrade de noir, une vingtaine de véhicules étaient rassemblés sur un espace des plus VIP.

A ce moment-ci, nous avions qu’une question en tête : comment ne pas tomber amoureux des véhicules ainsi exposés ? Que ce soit la superbe Alfa Romeo Giulietta Sprint Zagato, la magnifique Alfa Romeo 6C, l’incroyable Alfa Romeo 8C ou encore l’extraordinaire Alfa Romeo Tipo 33 ayant participé aux 24h du Mans 1978… Chacune d’entre elles est une pépite à part entière ! Et que dire de la Ferrari 212 Export de 1951 ou de la Ferrari 250 GT Berlinetta ! Mais la palme d’or revient tout de même à l’Alfa Romeo SF48 Bimotore de 1936 de la Scuderia Ferrari !

Il était également possible d’admirer les Italiennes dans les allées du salon au détour d’un stand. Nous, de notre côté, nous avons noté la présence de certains modèles cultes signés par le « Cheval Cabré : une Ferrari 250, une Ferrari 275GT, une Ferrari 308, une Ferrari 328, une Ferrari 575, une Ferrari F40, une Ferrari F50 ou encore une Ferrari Enzo.

Toutefois, certaines déclinaisons sont plus radicales que d’autres à l’instar des modèles présents sur le stand « Corse E Strada » qui exposait trois versions compétitions : une Ferrari 360 GTC, une Ferrari F430 GTC et une Ferrari 458 Italia GT au palmarès impressionnant aussi long que son châssis.

Mais c’était sans compter sur le Taureau de Sant’agata Bolognese, Sur son stand constructeur dont la pureté laissait sans voix, Lamborghini se démarquait de la concurrence avec deux incroyables Lamborghini Miura (1966-1973), symbole stylistique majeur du 20ème siècle, façonné par Bertone et par le designer Marcello Gandini. Il était également possible d’en apercevoir quelques unes sur d’autres stands à l’instar de celui de la maison Osenat.

Et pour terminer notre petit circuit italien, nous vous proposons de conclure sur Lancia et Maserati qui ne sont pas en reste avec quelques exemplaires historiques.

Les éternelles voitures françaises, reines de Rétromobile

Nous ne pouvions pas parler de Rétromobile sans parler des françaises avec son trio de choc CitroënPeugeot Renault. Au delà de ces trois constructeurs iconiques, d’autres marques étaient bien au rendez-vous comme Bugatti, Delahaye ou encore Facel Vega. Nous pouvons clairement dire que ces marques ont symbolisé l’excellence à la française tout au long du siècle et continuent de le faire !

Comme à son habitude l’Automobile Club de l’Ouest était présent, exposant cette année, trois prototypes des 24 Heures du Mans : une Matra Simca MS670B de 1974, une Rondeau M379C de 1981 et la Pescarolo Sport Courage C60 de 2003.

La première se distingue par ses 450ch, ses pilotes de légendes (Henri Pescarolo, Graham Hill, Gérard Larrousse, Jean-Pierre Jabouille et Jean-Pierre Jaussaud) et ses deux titres « constructeurs » (1973 et 1974) dans le Championnat du monde des voitures de sport.

La seconde a été conçue par le manceau Jean Rondeau et s’est illustrée sur le tracé du circuit des 24 Heures du Mans en remportant l’épreuve en 1980. L’exemplaire proposé au public développe 460ch pour un poids de 768kg sur la balance. Parmi les pilotes les plus célèbres qui l’ont conduit, on note Jean Rondeau, Jean-Pierre Jaussaud ou encore Jean-Louis Schlesser.

Enfin la Percarolo C60, dotée d’un moteur « Peugeot Sport » de 620ch et utilisant un châssis « Courage », a fini la célèbre course d’endurance sarthoise 2003 à la 8ème place. L’équipe était composée de Jean Christophe Bouillon, Franck Lagorce et Stéphane Sarrazin.

Côté routières, nous souhaitions faire une mention toute spéciale à l’Aventure Peugeot-Citroën-DS, coutumière du Salon Rétromobile, qui fête cette années l’anniversaire de trois de leurs modèles : la Peugeot 404, la Citroën GS et la Citroën SM !

Néanmoins, nous n’oublions pas les autres, car l’histoire de ces marques ne reposent pas seulement sur la gamme actuelle ! De nombreux modèles signés Flaminio Bertoni étaient exposés à l’instar de cette magnifique Citroën Traction et de cette sublime Citroën 2CV Charleston ! Ainsi que bien d’autres !

Thème oblige, l’électrique était également mis à l’honneur cette année sur le stand PSA avec une rétrospective entièrement dédiée à cet aspect de l’automobile en revisitant les concepts et modèles électriques du Lion.

Notre dernière étape : le Pays des « muscle car »

Notre tour du monde « Retromobile 2020 » s’arrête sur le sol américain aux côtés des « muscle cars » outre-Atlantique, grandes habituées de cet événement. Il y a bien entendu les grand classiques à l’image des Chevrolet Corvette, Ford Mustang ou encore AC Cobra, ont répondu présent à l’appel ! Quoi qu’en plus petit nombre que d’habitude, les belles Américaines font toujours rêver, trônant fièrement sur les « Shelby American Inc » et du Mustang Club de France. De quoi discuter du célèbre Caroll Shelby, de ses Ford Mustang GT350 et Ford Mustang GT500 ainsi qu’au sujet de l’exposition « Le Mans 66 », actuellement au Musée des 24h du Mans et ce jusqu’au 23 février 2020 !

L’événement dans l’événement : le centenaire de Tatra à Rétromobile 2020

Nous ne pouvons pas terminer ce voyage au cœur de Rétromobile 2020 sans nous attarder sur le centenaire de Tatra ! Et l’anniversaire était beau ! Nous vous en parlions déjà avec notre article entièrement consacré à l’histoire de Tatra, mais l’hommage était juste incroyable ! L’organisation de Rétromobile a frappé fort une nouvelle fois en réunissant 13 modèles issus de collections privées, de l’atelier Ecorra, du Musée Tatra de Koprivnice et du Manoir de l’Automobile de Loheac. D’une manière aussi ludique que l’exposition sur les 60 ans de la Mini, les visiteurs découvrent l’histoire de cette marque méconnue du grand public. Installée le long de la passerelle séparant le Hall 1 au Hall 2, c’est près de 80 ans d’histoire, de la Nesseldorfer-Wagenbau Präsident à la Tatra 700 en passant Tatra 600 Tatraplan !

Ce voyage dans le temps commence avec une sublime réplique de la Nesseldorfer-Wagenbau Präsident de 1897, tout premier véhicule du constructeur présenté sous forme de prototype. Sous son capot, se cache un bicylindre Benz, en position arrière qui permet à la voiture de dépasser les 80km/h en vitesse de pointe.

L’histoire se poursuit grâce à un « simple » châssis, bien particulier puisque celui-ci date des années 1920 et est dénommé « châssis tube », inventé par Hans Ledwinka. Il se démarque par l’incorporation de l’ensemble des éléments de la transmission au sein d’un tube transversal.

A ses côtés, se trouve la Tatra 11. Lancée en 1923, elle est tout aussi innovante avec l’introduction du moteur à refroidissement par air. L’exposition nous amène rapidement dix ans plus tard avec la réalisation d’un prototype à l’aérodynamisme nettement optimisé. Le Tatra V570 présente les codes stylistiques et mécaniques dont le moteur est en position arrière, une technique qui sera reprise chez la future Volkswagen Coccinelle.

Au terme de la période faste des années folles, le constructeur commercialise deux berlines ultra-luxueuses : la Tatra 77 et la Tatra 87. Leurs principales caractéristiques résident dans le bloc moteur. Il s’agit d’un V8 3.4 développant une puissance de 60ch. Celle-ci sera poussée à 85ch avec la Tatra 87. Sa ligne et sa mécanique lui permettent d’atteindre une vitesse maximum de 155km/h.

La fin du second conflit mondial change radicalement la donne avec l’instauration du régime communiste de l’URSS. La marque se popularise et adopte un design plus classique. La Tatra T600 traduit ce virage en 1947. Avec son 4 cylindres de 52ch, elle s’écoulera à plus de 6300 unités. Cette période se poursuit avec la Tatra 603, dotée d’un V8 2.5, délivrant de 95 à 105ch, selon la série. Pendant près de vingt ans, elle se vendit à plus de 20 000 unités.

Mais celle qui a amusé le plus les visiteurs n’est autre que cet exemplaire, mis en scène ! Cette Tatra 87 a acquis ses lettres de noblesse en faisant un tour du monde entre 1947 et 1950. ! L’origine de ce projet part de deux étudiants tchèques, Jiří Hanzelka et Miroslav Zikmund !

Sa remplaçante, la Tatra 613, se veut plus osée avec l’intervention du carrossier italien, Vignale. Elle conserve le V8 3.5 dont la puissance atteint alors les165ch.

L’aventure Tatra se clore en 1999 avec la Tatra 700, ultime modèle de la marque. Elle s’écoulera seulement à 72 unités.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS et Olivier M92

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : « Les Grandes Marques du Monde au Grand Palais » 2020 by Bonhams


Laisser un commentaire