Interview exclusive : L’Aventure Peugeot Citroën DS à Rétromobile 2022

Comme à chaque édition, le salon Rétromobile 2022 a fait la part belle aux constructeurs. Parmi les grands stands de cette 46ème édition, nous retrouvons bien entendu le stand Renault qui fêtait les 50 ans de la Renault R5 et le stand de l’Aventure Peugeot Citroën DS. Si Peugeot était absent, Citroën et DS se partageaient un grand espace commun avec un mix de voitures vintage et modernes, faisant le lien entre passé et présent. Citroën Rosalie 10, Citroën Traction 15/6, Citroën 2CV Sahara, Citroën DS 23, Citroën SM Opera, Citroën CX 2000 ou encore Citroën BX 19GT… tous les grands mythes de ces deux marques étaient présents ! ABSOLUTELY CARS est allé à la rencontre de Denis HUILLE, Heritage Manager au Conservatoire Citroën, à Aulnay-sous-Bois, pour qu’il nous en dise plus sur les merveilles qui étaient exposées !

Le stand de l’Aventure Peugeot Citroën DS : le paradis des Citroënistes

Bonjour, Monsieur HUILLE. Tout d’abord, je souhaitais vous remercier de nous accueillir sur le stand de l’Aventure Peugeot Citroën DS, en présence de 11 clubs de collectionneurs. Nous retrouvons sur votre stand plusieurs modèles emblématiques. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Cette année, sur le stand de l’Aventure Peugeot Citroën DS, nous avons réuni de nombreux modèles. Nous avons mis la nouvelle Citroën C5 X (commercialisée en Chine depuis 2021 et en Europe depuis 2022, ndlr) pour montrer le dernier vaisseau de la marque. Nous avons mis à l’honneur, sur une partie de stand, les grandes routières avec la Citroën CX, la Citroën Traction Avant, la Citroën Rosalie, qui fête ses 90 ans et un petit clin d’œil à la Citroën BX qui fête ses 40 ans. Et de l’autre côté du stand, nous avons voulu faire un petit coin baroudeur. Nous avons donc pris une Citroën 2CV Sahara, une Citroën Méhari US qui a fait un roadtrip aux Etats-Unis – une voiture qui a été vendue outre-Atlantique et qui est revenue en France – et la Citroën My Ami Buggy Concept qui est la version baroudeur de la Citroën Ami électrique.

L’une des voitures qui connait le plus de succès sur votre stand Aventure Peugeot Citroën DS, est la Citroën 2CV Sahara, surtout quand les deux moteurs sont ouverts ! Pouvez-vous nous en parler ?

La Citroën 2CV Sahara est vraiment très belle. Elle appartient à un collectionneur Citroën qui l’a restaurée. Elle est de 1961. C’est vrai que c’est une voiture rare parce que la Citroën 2CV Sahara est une voiture qui n’a été faite qu’à seulement 694 exemplaires. Au départ, on disait « Citroën 2CV 4×4 ». On l’a appelé « Sahara », car elle était beaucoup vendue dans les sociétés pétrolières qui travaillaient dans le Sahara. Elle est un peu rustique, mais par définition, elle est efficace. Forcément, ce n’est pas la plus confortable, car elle a deux moteurs, à l’avant et à l’arrière et que les réservoirs d’essence sont sous les sièges. Mais elle est tellement atypique qu’elle est devenue une Citroën 2CV incontournable aujourd’hui et qui a une côte assez extraordinaire. A un moment, on était dans les 70 000€ et maintenant, cela explose les 100 000€ ! Ça peut toujours se trouver, mais il faut vraiment chercher. Ce n’est pas comme une Citroën 2CV classique qui a été produite à plus de 5 millions d’exemplaires, berline et fourgonnette comprises. Avoir une vraie, c’est assez complexe. C’est pour cela que nous sommes assez content d’en exposer une, aujourd’hui.

Sur votre stand de l’Aventure Peugeot Citroën DS, il y en a deux voitures qui sont particulièrement rares : la Citroën 2CV Sahara dont vous venez de nous parler et cette Citroën SM Opéra. Pouvez-vous nous présenter ce modèle ?

Cette Citroën SM est du côté « DS ». Au départ, DS, c’est une ligne distinctive qui est sortie avec la Citroën DS3, en 2009. En 2014, il est décidé par le groupe d’en faire une marque à part entière. Elle s’appuie sur l’héritage de la Citroën DS et de la Citroën SM qui étaient les véhicules premium de Citroën dans les années 1960/1970, avec des formes et des qualités routières exceptionnelles. On présente donc, à Rétromobile 2022, une autre moderne : la DS 9 E-Tense 360. Ce modèle dispose d’une finition « Opéra » et donc, pour moi, il fallait absolument qu’on mette une Citroën SM Opéra. Elle a été faite à l’initiative d’Henri Chapron. Il a sorti la Citroën SM que Citroën n’a jamais sorti, c’est-à-dire une 4 portes. En fait, il s’est appuyé sur l’étude qu’il a faite sur les deux Citroën DS découvrables de l’Elysée, en 1972. En 1973, il sort cette Citroën SM Opera qui fait quand même 5,18m de long. Il y en aura sept dont quatre parties en Espagne. Elles sont toujours vivantes. On sait à peu près où elles sont. Celle-ci est celle d’un collectionneur connu qui nous l’a prêté gentiment pour Rétromobile 2022. A côté de la DS 9, on a voulu montrer ce qu’on savait faire de meilleur dans les années 1970. Cette Citroën SM Opéra, c’est le moteur V6 Maserati, un espace intérieur rallongé digne d’un lounge… C’est magique ! On se sent bien ! Après à l’arrière, on retrouve un coffre normal en 3 volumes. Elle attire les gens, car c’est une voiture connue qu’on ne voit pas souvent. Une Citroën SM Opéra, ce n’est pas si courant ! En plus, elle roule ! Elle est venue à Rétromobile 2022 par la route !

Quel est l’engouement des visiteurs de Rétromobile 2022 qui viennent vous voir sur le stand de l’Aventure Peugeot Citroën DS ?

Je n’ai pas fait de « micro-trottoir » (rires), mais ce que je peux vous dire c’est que les gens viennent nombreux sur le salon (la 46ème édition de Rétromobile a accueilli près de 100 000 visiteurs, ndlr). Ils sont contents qu’on soit là. On s’est débrouillé, avec l’aide de la marque Citroën, d’avoir un stand à Rétromobile 2022 qui est attirant et qui vit grâce aux clubs. Ça, c’est très important de le dire. Sinon, il n’y aurait eu que le Conservatoire Citroën et on ne serait pas beaucoup. Ce sont les clubs qui amènent les voitures à l’instar de cette Citroën 2CV Sahara.

Le Conservatoire Citroën d’Aulnay-sous-Bois, un incontournable pour les passionnés de Citroën

La présence de Citroën et DS au salon Rétromobile 2022 n’aurait pas pu se faire sans le Conservatoire Citroën d’Aulnay-Sous-Bois. Pouvez-vous nous le présenter en quelques mots ?

Le Conservatoire Citroën a été créé il y a un peu plus de 20 ans. En fait, si on remonte dans le temps, André Citroën avait gardé quelques voitures et puis à son décès, la partie patrimoine n’est pas été prise en compte. Au début des années 1960, Jacques Wogensinger qui était le patron de la communication pendant près de 30 ans chez Citroën, s’est dit que Citroën était une marque jeune et qu’elle avait presque pas de voitures. Il a proposé de racheter des automobiles, ce qui a été fait dans les années 1960/1970, époque où elles ne valaient pas grand chose. Ces véhicules ont été entreposés dans différents endroits : à Ferté-Vidame, puis à Paris, Rue Vasco de Gama dans le 15ème arrondissement, à l’usine de Nanterre… Et puis, je saute des étapes et on arrive finalement en 1998, au Salon Rétromobile. C’est là qu’on a commencé à chercher un endroit en région parisienne où on avait de la surface. Le lieu retenu est l’enceinte de l’usine d’Aulnay-sous-Bois qui nous appartient et donc là s’est lancé le programme pour construire un super hangar qu’on va appeler le Conservatoire Citroën. Cela a permis de rapatrier toutes les collections qui étaient éparpillées sur différents sites. Il a été inauguré le 28 novembre 2001. Au début, c’était un lieu de stockage, mais comme la marque Citroën est très collectionnée, il a été classifié comme ERP (Etablissement Recevant du Public) pour permettre d’organiser des visites jusqu’à 50 personnes ou sur rendez-vous. Quand j’ai repris la fonction de Responsable du Conservatoire Citroën, en 2005, on a densifié ces visites et on est monté jusqu’à 4 000 personnes par an. Ce qui était déjà pas mal ! Et aujourd’hui, on est un tout petit peu au-dessus, mais guère plus parce que ce n’est pas un musée, mais un conservatoire. Il est ouvert de façon un peu plus libre, du lundi au samedi inclus. On fait des privatisations aussi.

Aujourd’hui, le Conservatoire Citroën est ouvert au grand public, du lundi au samedi. Il y a un atelier de restauration, un parcours initiatique autour de la collection permanente, etc.,…

Aujourd’hui, le Conservatoire Citroën, c’est 250 voitures exposées. Il y en avait un peu plus avant, mais on a réduit parce que nos réserves qui étaient l’usine d’Aulnay-sous-Bois, sont partis sur Sochaux, suite à la vente de l’usine. On avait également besoin d’un peu de place pour l’atelier. Il faut savoir que la Collection Citroën, c’est près de 600 voitures. On y a rassemblé les 250 modèles les plus emblématiques. Dans la réserve, on en a d’autres, soit à restaurer, soit moins historiques, mais qui le deviendront un jour comme la Citroën Xsara ou la Citroën C4. L’avantage du Conservatoire Citroën, c’est de pouvoir voir à la fois des voitures que les collectionneurs ont, mais aussi des automobiles uniques comme des concept-cars, des véhicules de sport, des utilitaires, des véhicules présidentiels et même un hélicoptère ! Il y a quelques voitures qui ne nous appartiennent pas, mais la majorité appartienne à l’Aventure Peugeot Citroën DS qui en charge du patrimoine de ces trois marques. C’est aussi, aujourd’hui, un atelier de restauration pour le grand public. On peut y amener sa Citroën ou sa Peugeot même, voire sa Simca ou sa DS.

Le Conservatoire Citroën est divisé en plusieurs périodes : avant-guerres, vintage, youngtimers… Pouvez-vous nous en dire plus sur l’organisation du parcours ?

Il y a un petit parcours qui permet de remonter dans le temps, de 1919 jusqu’à aujourd’hui. Cela permet de voir l’évolution des voitures, des formes et de la technique. On peut ainsi admirer des modèles qu’on connait bien. Cela commence avec la Citroën Type A, mais après on passe à la Citroën Rosalie, à la Citroën Traction, à la Citroën DS, à la Citroën Méhari, etc.,.. même des voitures qui ont eu un peu moins de succès comme la Citroën LN qui est très intéressante. Il y a aussi des utilitaires avec le Citroën C15 et le Citroën Type H qui ont été très importants dans l’histoire de la marque.

Le mot de la fin : quel est le programme du Conservatoire Citroën pour l’année 2022 en termes d’événements, de nouveautés et d’acquisitions ?

On sera présent, cette année, sur de nombreux événements comme Rétromobile 2022. Il y aura la Traversée de Paris, les festivals à Linas-Montlhéry, la Nationale 2CV à St Dizier au mois de mai, le concours d’élégance de Chantilly Arts & Elégance, les Journées Européennes du Patrimoine, le salon Epoqu’auto,… On souhaiterai également mettre un coup de projecteur sur la Citroën BX à la rentrée. Elle fête ses 40 ans en septembre. On est en train de ramener, de nos réserves, la Citroën BX qui avait été faite pour le lancement presse, en 1982. C’est une voiture en coupe, c’est-à-dire qu’on la voit en coupe pour montrer la technologie. On voit la boîte de vitesse, les sphères et tout ça… et on va l’exposer à l’intérieur du Conservatoire Citroën.

En termes d’acquisitions, on a des voitures récentes qui arrivent. L’année dernière, on a eu un Citroën C4 Spacetourer, un Citroën C4 Cactus phase II, un Citroën Jumper,… Ce sont des véhicules qui ne sont pas aujourd’hui de collection, mais il faut commencer à les garder. On a également racheté deux voitures à la vente aux enchères qu’on a faite l’année dernière : une Citroën CX Prestige et un petit tracteur André Citroën. On est actuellement en négociation pour un fourgon Citroën U23 bâché vert, restauré dans le Loiret et dévoilé lors du Centenaire Citroën de la Ferté Vidame, en 2019. On s’appuie sur les collectionneurs et les clubs pour avoir les véhicules manquants.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS
Photo à la Une : Antoine Chenerie

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La Vente Rétromobile 2022 by Artcurial Motorcars


Laisser un commentaire