Interview exclusive : La Fédération des Clubs Porsche de France à Rétromobile 2022

Les clubs étaient bien représentés sur le salon Rétromobile 2022. Avant-guerre, vintage, youngtimer, de marque ou de modèles, il y en avait pour tous les goûts et pour toutes les passions ! Petit ou grand stand, avec une seule voiture ou plusieurs, ils font partis intégrante du succès du Salon International de la Voiture de Collection. Si certains étaient regroupés sous une seule et même bannière, à l’instar des clubs de L’Aventure Peugeot Citroën DS, d’autres avaient leur propre espace à l’image de la Fédération des Clubs Porsche de France. A l’occasion de ce grand événement dédié aux anciennes, ABSOLUTELY CARS est allé à leur rencontre pour en savoir sur cette organisation lancée en 2006, succédant au fameux Club Porsche de France existant depuis 1951.

Bonjour Hervé Lequippe ! Nous sommes ensemble à Rétromobile 2022, sur le stand de la Fédération des Clubs Porsche de France, après deux ans d’attente. Aujourd’hui, nous nous retrouvons pour parler de votre club. Pour commencer, pouvez-vous nous en dire plus sur cette organisation ?

Je fais parti d’un club, le Porsche Club 911 Classic, qui fait parti lui-même de la Fédération des Clubs Porsche de France. Aujourd’hui, il n’y a plus de Club Porsche de France, mais une fédération rassemblant tous les clubs Porsche. Cela comprend 29 clubs et près de 5500 membres. On a deux grands types de clubs : les clubs régionaux qui acceptent tous les modèles et les clubs nationaux qui se concentrent sur un seul modèle. Ces modèles sont souvent des voitures « Classic » : Porsche 924, Porsche 944, Porsche 968, Porsche 914, Porsche 928, Porsche 911… Par exemple, sur le stand, on a une Porsche 911 2.7 RS Light qui appartient à un membre du club des RS. Au sein de la Fédération des Clubs Porsche, il y a aussi un club qui est un tout petit peu à part : le Club Porsche Motorsport. Il gère toute la partie « courses sur circuit » avec des pilotes amateurs mais aussi des pilotes qui se professionnalisent et qui terminent avec la Super Cup ou l’ouverture des Grands Prix de Formule 1.

Pouvez-vous nous parler de l’esprit qui est véhiculé par la Fédération des Clubs Porsche ?

Chez nous, il n’y a pas de prise de tête ! (rires) On laisse au vestiaire nos soucis, le compte en banque, le boulot… On est là pour parler de plaisir de conduite, de « boulons-rondelles », notamment chez les « Classic », d’entretien… On échange beaucoup sur ce qu’on a fait et comment on l’a fait. Bref des échanges passionnés tout simplement ! Et ça se voit ! J’organise des sorties et quand on s’arrête à un endroit, il faut toujours que j’aille les chercher sur le parking ! Sinon, tout le monde resterai là à parler de voitures, de spécialistes, d’astuces… (rires) Si je devais résumer, il y a le plaisir de la voiture, de rouler, mais il y a aussi le plaisir du contact humain. L’essence est là.

Quels types d’animations et sorties, faites-vous chaque année avec votre club, le Porsche Club 911 Classic, membre de la Fédération des Clubs Porsche de France ?

En tant que membre du Porsche Club 911 Classic, je fais peu de circuits. Ce n’est pas une réelle demande de la part des adhérents. On réalise deux types de sorties : des sorties touristiques en week-end ou à la journée et des sorties « ateliers » sur un thème précis. Il y eut, par exemple, une journée sur le nettoyage des automobiles où on a appris aux membres à nettoyer efficacement leurs voitures. On a fait également une journée « expertise » où on a loué un garage pour avoir une expertise précise afin que les membres puissent aller voir l’assureur et dire que « ma voiture vaut tant ». On a lancé ça après un triste événement : l’un de nos membres s’était fait voler sa voiture et il n’était pas assuré de manière adéquate. Ça fait partie des différents services qu’on essaye d’apporter aux membres. On propose aussi des remises sur des pièces et on a également des partenaires dans le club dont un assureur et un garage. Quand on fait un rallye touristique, il nous suit avec un camion-plateau avec les outils au cas où. Mais ça n’arrive jamais parce que ce sont des Porsche ! (rires) Après, sur des automobiles anciennes, on ne sait jamais donc on anticipe pour ne pas laisser quelqu’un sur le bord de la route.

Aujourd’hui, vous êtes sur Rétromobile 2022. Quel est l’engouement des visiteurs qui passent sur le stand vis-à-vis des modèles que vous exposez : une Porsche 911 2.7 RS Light et une Porsche 968 ?

Alors, il y a plusieurs types de demandes. On nous demande si elles sont à vendre. Non, elles ne sont pas à vendre ! (rires) Il y a des gens qui veulent des informations, notamment sur la jaune, la Porsche 911 Carrera RS 2.7 Light. Elle n’a été produite qu’à seulement 1590 exemplaires et celle-là est l’une des toutes premières. On nous questionne aussi sur l’adhésion au club. Il y a aussi des gens qui veulent acheter une Porsche, mais qui ont beaucoup de questions : qu’est-ce que je peux faire avec, comment l’entretenir… C’est souvent un premier achat. Ils sont rentrés dans le monde « Porsche », mais qui n’ont pas encore la connaissance de ce monde-là. Ils cherchent donc des informations. Et quoi de mieux qu’un Club Porsche et de ses membres pour mieux comprendre sa voiture ?! Il faut savoir que ce sont des automobiles qui se conduisent différemment d’une voiture normale. Par exemple, une Porsche 911 demande un autre type de conduite et certains découvrent ça. Quand on a une ancienne, c’est encore plus vraie et c’est vrai même quand on a une moderne.

Si une personne veut acquérir une Porsche, le club peut servir de tremplin pour sauter le pas, j’imagine.

Tout à fait. Ce matin, j’ai rencontré quelqu’un qui souhaite acheter un modèle et qui m’a posé des questions pour connaître mon avis. Après avoir analysé la voiture, je lui ai fait remarquer qu’il manquait des options indispensables et que le prix n’était pas en rapport avec le manque de ces options. C’est apporté un service et après si la personne est contente du service, elle va venir adhérer. Après pour nous, ce n’est pas une histoire mercantile. Porsche, c’est avant tout une marque de passion ! C’est une marque mythique qui fait rêver certains. Par exemple, le premier jour du salon, un père est venu avec son fils. Il s’avère que le propriétaire de la Porsche 911 2.7 RS Light était là. Il a fait asseoir l’enfant dans la voiture et ses yeux se sont illuminés. Et cet enfant de 10 ans, peut-être que dans 20 ans ou 30 ans, ça l’aura marqué. Tous les propriétaires qui sont ici ou qui passent, pourquoi ont-ils acheté une Porsche ? Ils l’ont rêvé. Pour certains, ils l’ont rêvé durant trois ans. Pour d’autres, ça fait 50 ans qu’ils économisent pour le plaisir de s’en acheter une. C’est un rêve d’enfant ou d’adolescent. On avait tous des posters de voitures sur les murs. Personnellement, j’avais un poster de Porsche 911.

Les clubs redorent-ils le blason des mal-aimées à l’image de Porsche 914 ?

Complètement et elles reprennent du galon ! Mon meilleur ami avait une Porsche 914. J’ai donc découvert ce modèle avec lui. C’est une automobile géniale ! C’est juste l’originale qui a été très mal-aimée et qui est tombée entre les mains de personnes qui n’avaient pas les moyens de l’entretenir. Ceux qui en achetaient une d’occasion, tombaient sur des voitures très fatiguées, ce qui a continué à nuire à sa réputation. Maintenant, ça commence à remonter. Une belle Porsche 914 se négocie à des tarifs intéressants. On peut donc mettre le pied dans le monde « Porsche » avec des automobiles pas forcément très chères. Une très belle Porsche 924, c’est moins de 10 000€ et si on va un peu plus haut, on prend une Porsche 944 à environ 15 000€. Encore mieux : la Porsche 968 ! Là on commence vraiment à monter : on n’est pas loin des 50 000€ pour une Porsche 968 CS. Quant à la Porsche 914, les premières, en dessous de 20 000€, on prend des risques. Au-delà, il n’y a pas de problème, normalement. Après, le soucis avec ces automobiles est la rouille. Le grand avantage est que Porsche fournit énormément de pièces via Porsche Classic. On peut commander le lundi matin et les avoir le mardi !

Petit détail pour tous ceux qui souhaitent acheter une Porsche : quelles sont les différences en termes de conduite et de sensations entre les Porsche à moteur arrière et les PMA (Porsche à moteur avant) ?

Une Porsche 924, une Porsche 944, une Porsche 928, une Porsche 968… ce sont des automobiles « propulsion classique » avec un équilibre parfait des masses. La boîte de vitesse est à l’arrière. C’est très équilibrée donc ça se conduit normalement. Une Porsche 911 est intrinsèquement déséquilibrée puisque tout le poids est à l’arrière à cause du porte-à-faux et qu’il n’y a pas de poids à l’avant. Cela veut dire, par défaut, que quand on freine, si on ne freine pas et qu’on tourne le volant, on ne va pas tourner, car il n’y a pas de poids sur l’avant. Il faut amener du poids vers l’avant et faire un transfert de masse. Ce qu’on a appris à l’auto-école qui est « je freine, j’arrête de freiner, je tourne, j’arrête de tourner et j’accélère », ça, ce n’est pas possible sur une Porsche 911. Avec cette voiture, quand vous arrivez dans un virage, vous freinez et vous gardez du frein jusqu’au point de corde. Quand on a passé le point de corde, vous pouvez commencer à accélérer, sans mettre le gaz à fond, ce qui permet de sortir très vite et très bien d’un virage. Au début, on n’arrive pas à tous les coups. C’est normal. Au bout d’un moment, on commence à prendre le coup de main. Ce sont des automobiles qui peuvent se conduire d’une manière très forte, mais il faut comprendre le mode d’emploi. Certaines personnes disent que les Porsche sont difficiles à conduire. Oui, c’est vrai : c’est difficile à conduire. Par contre, le retour quand on commence à maîtriser l’affaire, est incommensurable ! On retrouve là encore cette notion de plaisir.

Le mot de la fin : quels seront les événement incontournables de cette année 2022 au sein de la Fédération des Clubs Porsche ou de votre club, le Porsche Club 911 Classic ?

Au Porsche Club 911 Classic, nous devrions passer les 300 membres, cette année, ce qui est pas mal pour un club qui a six ans ! Après on a un tas d’événements prévus dans l’année. On sera présent au Mans Classic (du 30 juin au 3 juillet 2022, au Mans, ndlr). On organise une sortie nationale dans le Lubéron en septembre et la 3ème édition du Rallye des Clubs Classic qui réunira l’ensemble des clubs « Classic » de la Fédération des Clubs Porsche de France dans la région de Reims. Il y aura une cinquantaine de voitures et ce sera l’occasion de pouvoir échanger les Porsche. Par exemple, j’ai une Porsche 911 et je n’ai jamais conduite de Porsche 928. Je prête donc mon automobile à l’autre propriétaire et inversement, pour quelques kilomètres. On peut se rendre compte, comme ça, de la différence de conduite entre un flat 6, un V8 ou un 4 cylindres et entre ces différentes automobiles qui ont un badge Porsche.

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos officielles

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : L’Aventure Peugeot Citroën DS à Rétromobile 2022


Laisser un commentaire