Focus sur : La Lotus Esprit S3 Turbo, rien que pour la sportivité

Depuis avril 1981, la Lotus Esprit S3 fait partie de ces modèles légendaires dont le nom, à peine évoqué, fait déjà tourner les têtes et chavirer les cœurs. C’est tout d’abord une signature : celle de Giorgetto Giugiaro qui collabora par deux fois avec Lotus Cars. Véritable chef d’œuvre sortie tout droit de chez Italdesign, elle est la quintessence même du travail de ce génie italien, maître des lignes tendues. C’est aussi un esprit : celui de Colin Chapman et par extension celui de Lotus Cars où la performance est magnifiée pour atteindre les 245 km/h ! Pour finir, c’est surtout une célèbre James Bond Car, conduite par le plus célèbre Roger Moore, dans le film « Rien que pour vos yeux » réalisé par John Glen et sorti en 1981. A l’occasion des 40 de la Lotus Esprit S3 et de la Lotus Esprit S3 Turbo, ABSOLUTELY CARS vous propose de partir à la découverte d’un mythe « james bondien » !

La Lotus Esprit S3, la dernière Esprit atmosphérique à carrosserie Giugiaro

La Lotus Esprit S3 est la troisième déclinaison de la Lotus Esprit, présentée en 1975. Dessinée en 1972 par Giorgetto Giugiaro, chez ItalDesign, elle est l’unique collaboration entre la marque britannique Lotus Cars et le designer italien à être entrée en production. Cette première version avait déjà séduite les producteurs de la saga James Bond en devenant la voiture du 10ème opus nommé « L’Espion qui m’aimait« , réalisé par Lewis Gilbert et sorti en 1977. Qui ne se rappelle pas de la célèbre Lotus Esprit amphibie qui sauva le héro en se métamorphosant en sous-marin avant de détruire l’hélicoptère des méchants ? En 1978, elle connaît sa première évolution, prenant le nom de Lotus Esprit S2, avant de muer une nouvelle fois en 1981, se transformant en la Lotus Esprit S3.

De sa devancière, la Lotus Esprit S3 en garde la structure, mais celle-ci est rendue plus souple pour palier aux défauts des précédentes générations qui vibraient d’une manière excessive. Plusieurs modifications esthétiques ont été réalisées au niveau de la carrosserie. Parmi celles-ci, nous pouvons souligner la présence de pare-chocs élargis en polyester noir, de bas de caisse augmentés, d’optiques arrières agrandis, de prises d’air latérales de même couleur que la carrosserie et du monogramme Lotus. Elle conserve toutefois la ligne fluide et simple qui est devenue la signature du modèle ainsi que le hayon arrière vitré de la Lotus Esprit S2.2. Amélioré, l’aérodynamisme a été particulière bien soigné pour atteindre un CX de 0,33 ! En 1982, suite à la disparition de Colin Chapman, les Lotus Esprit portent le deuil de cette tragique perte, arborant un coloris noir, un logo Lotus noir à l’avant, un lettrage gris à l’arrière, un bandeau noir et des parechocs noirs afin de lui rendre hommage. Les Lotus produites après continuèrent à porter le logo Lotus noir jusqu’à épuisement des stocks. En 1984, l’esthétique de la Lotus Esprit S3 évolue une nouvelle fois : les pare-chocs prennent la couleur de la carrosserie et le toit ouvrant en verre apparaît dans les options. Coup de publicité sensationnelle : Lotus Cars met en avant son châssis galvanisé garanti anticorrosion pendant 8 ans ! En 1986, suite au rachat de Lotus Cars par General Motors, une édition spéciale dénommée « Investor’s Special » fut produite à une cinquantaine d’unités. Un nouveau logo fit également son apparition.

L’habitacle de la Lotus Esprit S3 reste dans la même veine que les précédentes générations, ne se détachant pas de la présentation de la Lotus Esprit S2. A l’intérieur, nous y retrouvons une sellerie biplace ajustable dont le revêtement en cuir est en option. Devant se trouve un tableau de bord avec une instrumentation complète avec des jauges individuelles et des commutateurs éclairés. Fun fact : parmi les équipements standards, vous ne trouverez pas d’allume-cigare malgré le fait que des cendriers sont cachés dans les portières ! En 1984, le coffre est agrandi pour être plus spacieux. En 1987, les sièges se voient équiper d’un dossier réglable en inclinaison.

Mais la véritable révolution se trouve autre part : sous le capot de la Lotus Esprit S3 ! La raison d’être de cette troisième génération prend tout son sens dès qu’on jette un coup d’œil sous son capot. En effet, elle est soit équipée du traditionnel 4 cylindres de 2.2 (2174cm3) atmosphérique (ou « Normally Aspirated »), soit du même moteur avec un turbocompresseur. Avec elle, Lotus Cars fait un grand pas en avant dans sa quête de la sportivité ! Il faut savoir que la Lotus Esprit S3 développe une puissance d’environ 160ch pour une vitesse maximum de 222km/h pour sa version classique (et une puissance de 213ch pour une vitesse maximum de 245 km/h pour sa version turbo) ! Dans les deux cas, ces moteurs sont associés à une boîte manuelle 5 rapports. Le système de freinage est assuré par des disques pleins, puis ventilés à partir de 1985. Le comportement routier passe par des suspensions à bras, pas d’autobloquant et des pneumatiques (205/70). En 1987, le moteur HC (912 S – high compression) fait son apparition, avec des taux de compression plus élevés, offrant une puissance de 169ch pour une vitesse de pointe de 245 km/h. Toutefois, changement de génération oblige, peu de Lotus Esprit S3 dites de « Giugaro » ont été équipées de cette motorisation. Elle laisse sa place, après 8 ans de carrière et 767 unités écoulées, à la Lotus Esprit X180 qui se détache stylistiquement de ses devancières.

La Lotus Esprit S3 Turbo, la première d’une grande lignée d’Esprit hautes performances

En parallèle de la Lotus Esprit S3, vit sa version plus radicale : la Lotus Esprit S3 Turbo ! Elle aussi est sortie en avril 1981. Ce n’est pas une série limitée, ni l’héritière directe de la Lotus Esprit Essex. Pour preuve : elle n’en reprend aucun équipement spécifique, ni même les couleurs du sponsor ! Par contre, les premiers exemplaires en partagent la même motorisation, à savoir le moteur à carter à sec. Bénéficiant des mêmes améliorations aérodynamiques que la version atmosphérique, la Lotus Esprit S3 Turbo est construite sur un châssis-poutre en acier surbaissé associé à une carrosserie en polyester stratifié. Cette dernière est agrémentée d’un becquet arrière, de pneus plus larges et de jantes BBS en nid d’abeilles (en option et souvent repris sur les versions atmosphériques). Une prise d’air supplémentaire est également présente sur les bas de caisse latéraux !

Côté habitacle, la Lotus Esprit S3 Turbo se caractérise par son volant Momo (qui est commun avec la version atmosphérique). Parmi les équipements en option, nous retrouvons l’air conditionné, le système de sonorisation Panasonic (jusqu’en 1984) et l’intérieur cuir.

Mais la beauté de la Lotus Esprit S3 Turbo réside en ses performances. Si elle est initialement équipée du moteur à carter sec de la Lotus Esprit Essex, ce dernier fut rapidement abandonné – fin 1981 pour les voitures sans air conditionné et début 1982 pour celles avec l’air conditionné -, par le 4 cylindres 16 soupapes turbo de 213ch ! Ses performances sont remarquables : elle abat le 0 à 100km/h en 5,8 secondes (contre 7 secondes pour la version atmosphérique) pour une vitesse de pointe de 245km/h ! En 1985, elle bénéficie des mêmes améliorations que la version classique au niveau des suspensions et du freinage. En octobre 1986, au Salon de l’automobile de Londres, est introduite la version Lotus Esprit Turbo HCI. Cela se traduit par le remplacement des carburateurs par un système d’injection à haute pression d’origine Bosch, appelé HCI High Compression Injection et par la présence d’un couvre-culasse rouge. Elle conserve, néanmoins, ses carburateurs double corps Dell’Orto. Elle monte alors à 218ch et abat de le 0 à 100km/h en 5,5 secondes (la vitesse maximale ne changeant pas). Tout comme sa sœur atmosphérique, cette version ne sera commercialisée qu’une seule année. Compte tenu de sa spécificité, la clientèle la plus adaptée est en provenance des USA et Canada. Près de 345 furent écoulés entre 1986 et 1987.

La Lotus Esprit S3 Turbo, une sacralisation « james bondienne »

Moins célèbre que son aînée, la célèbre Lotus Esprit S1, qui se transforme en sous-marin dans le film « L’Espion qui m’aimait » (1977), la Lotus Esprit S3 Turbo s’est tout de même fait une place honorable parmi les James Bond Car ! En effet, elle est conduite par Roger Moore dans le film « Rien que pour vos yeux » (1981), qui tient l’affiche avec une Française en James Bond Girl, Carole Bouquet. Etonnamment, la voiture du 12ème opus de cette saga est un peu moins fourni en gadgets que les autres voitures du célèbre agent secret de sa Majesté. Mais pas d’inquiétude, cette sportive aura quand même sa scène en explosant grâce son système d’autodestruction, forçant l’agent 007 à la remplacer par la suite par une Citroën 2CV. A noter que c’est le dernier film de la saga où James Bond conduit une Lotus. Fort du succès du film, une série exclusive et limitée à 57 unités sera commercialisée l’année suivante pour rendre hommage au 12ème volet de la saga !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS & Photos d’archives

Cet article vous a plu ? Retrouvez un autre article à lire ici : La BMW Z8, l’élégance ne lui suffit pas


Laisser un commentaire